Imprimer cette page

Bienvenue

Bienvenue sur allersretours.com

30 avril 2016

Voilà maintenant plus de dix ans que j'ai ouvert ce site, essentiellement destiné à partager mes balades et voyages, d'abord en France, puis jusqu'au bout de l'Europe. A pied, en vélo, en moto, en scooter, en camping-car, en voiture, tous les moyens de locomotion m'intéressent.

Lough Anscaul, Péninsule de Dingle, Kerry, Irlande.

Lough Anscaul, Péninsule de Dingle, Kerry, Irlande, 30 avril 2016.

Mon plaisir trouve sa source dans l'itinérance, et est inversement proportionnel à la largeur de la voie sur laquelle je chemine. En d'autres termes, plus la route est étroite, plus j'avance lentement, plus je pénètre au coeur de Dame Nature, et plus je "prends mon pied". Vous comprendrez donc que le moyen utilisé pour me déplacer passe de la voiture ou de la moto au vélo, et ne peut aboutir qu'à la méthode la plus naturelle qui soit, celle employée depuis toujours par l'homme : la marche. Enfin, et c'est très important dans ma démarche, les divers engins utilisés pour avancer le sont dans un but d'efficacité et d'agrément : efficacité pour traverser plus rapidement les endroits peu attirants, et agrément pour éliminer ce qui est difficile (ni fatigue ni contrainte) tout en procurant du plaisir (conduire une voiture, piloter une moto).

Trollstigen, route 63, Norvège, le 28 mai 2014.

Trollstigen, route 63, Norvège, le 28 mai 2014.

L'aboutissement de ces dix dernières années a été le grand voyage entrepris en 2014, du premier avril au 20 novembre, à travers 41 pays d'Europe. Parti en moto avec une toile de tente, renversé par une auto en Pologne, je l'ai repris, poursuivi et terminé avec ma voiture, dans laquelle j'emportais un VTT, et qui me servait également de maison. 220 jours de route, 59.000 km, une sacrée boucle !

A maintenant 62 ans, mon goût du voyage ne s'est toujours pas estompé. Mais les choses ont évolué. J'avais plutôt soif de nouveaux horizons. Asie, Amérique... les idées ne manquaient pas. Mais j'avais décidé de faire une pause, de profiter de ma famille avant de reprendre la route, et aussi d'écrire le livre relatant ce fameux voyage Europa 2014. Parce que j'avais envie de le partager dans son intégralité avec les plus belles photos, les itinéraires, et le récit complet, je me suis lancé dans une entreprise beaucoup trop difficile : le cahier des charges était considérable, je me suis mis la pression, et de "plaisir", l'écriture est devenue une "corvée". Au rythme d'avancement des travaux, il m'aurait fallu plus de dix ans d'assiduité pour en venir à bout. J'ai outrepassé mes capacités, j'ai échoué, personne n'est parfait.

Dubrovnik, Croatie, le 9 septembre 2014.

Dubrovnik, Croatie, le 9 septembre 2014.

C'est ainsi que je retrouve ma liberté, plus tôt que prévu. S'il est trop tard pour me lancer cette année dans un grand périple (j'aime prendre le temps de préparer les grands voyages au cours de l'hiver les précédant), tous les feux sont au vert pour entreprendre des escapades de quelques semaines. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Je viens d'effectuer une belle virée de près de trois semaines dans la Bretagne Sud, avec Mygoo la Kangoo, et un VTT électrique dans l'habitacle (remplaçant celui-ci, présentation prochainement), sans aucun recours à un autre logement que l'habitacle de mon véhicule, et en tandem avec une de mes soeurs, elle-même au volant de son propre véhicule. Ce fut une belle expérience, que je vous raconterai bientôt.

Dans un mois, je vais reprendre la route, mais en moto cette fois. Le but est d'aller une fois de plus tout en haut de l'Europe (j'ai nommé le Cap Nord), de revenir par la Finlande et la Suède, l'Allemagne et l'Autriche, la Suisse et l'Italie. Tout ça en compagnie de quelques copains motards. Une virée d'environ 16.000 km en 36 jours, un gros défi, environ dix à douze heures de selle quotidiennes.

Itinéraire moto juin 2016.

Itinéraire moto juin 2016.

Un nouveau départ en septembre, après un été passé à paresser en famille sur les plages vendéennes. De nouveau avec ma frangine, pour une autre région de France, à nouveau pour quatre ou cinq semaines ensemble. Je prolongerai sans doute ce périple de quelques semaines en solitaire, avec sans doute un autre moyen de déplacement dans l'habitacle.

Je vous parlais plus haut de nouveaux horizons... Les choses ont changé, ou du moins, mes désirs ont évolué. En fait, je vais laisser tomber les autres continents. De plus, je vais laisser tomber la moto. Je les sentais bien venir, ces deux décisions, mais je repoussais leur échéance. En fait, je dois le reconnaître, je ne veux plus me "prendre la tête". Aller sur d'autres continents nécessite des moyens importants, génère des contraintes, empiète sur ma liberté de mouvement. Eh oui, les Amériques sont de l'autre côté de l'Océan Atlantique, que je ne peux traverser ni en voiture, ni à la nage. Quant aux pays d'Asie, ils sont truffés de complications politiques et d'intendance (visas, carnets de passage en douane, corruption, vaccins, et j'en passe). Pour ce qui est de la moto, j'estime en avoir fait le tour. Elle a des désagréments que je n'ai plus envie de subir : deux roues, ça tombe, ça n'a pas de toit protecteur, ça oblige au minimum à monter une tente, et ça coûte très cher en entretien. En un mot, ce n'est plus un mode de longue itinérance qui me convient, et cette évidence s'accroît à chaque sortie effectuée en Kangoo.

Vous l'avez compris, j'ai trouvé le véhicule idéal depuis maintenant quelques années, et je n'ai plus du tout envie de poursuivre mes voyages avec un autre mode de locomotion. Ce sera donc mon dernier voyage en moto, et j'espère en revenir sans autre chute...

Grèce, septembre 2016.

Grèce, septembre 2016.

La Kangoo, c'est le "Graal" pour le voyageur que je suis, c'est l'aboutissement d'une grosse dizaine d'années de balades sur notre vieux continent européen, c'est pour moi le véhicule idéal à tout point de vue. Cette voiture m'offre une liberté totale, dans un confort absolu, pour un coût dérisoire, et me permet d'atteindre la totalité de mes plaisirs de voyageur. Je vais vous dire pourquoi :

Norvège, avril 2012

Norvège, avril 2012

- Petite et discrète, insignifiante et n'attirant pas le regard, elle me permet de me fondre dans le paysage sans susciter d'envie, et en passant partout, elle peut me conduire jusqu'au coeur de toutes les villes, y compris les plus grandes capitales. C'est une immense liberté.

Suisse, septembre 2014

Suisse, septembre 2014

- Econome, 5,5 litres de gasoil aux 100 km, une autonomie d'au moins 800 km, une vidange théoriquement tous les 30.000 km, une usure très modérée et peu coûteuse, un réseau de réparateurs très conséquent.

Norvège, mai 2012

Norvège, mai 2012

- Elle a été entièrement isolée, elle possède un chauffage (utilisant le carburant comme combustible) qui chauffe son petit habitacle en quelques minutes malgré des températures externes négatives en appuyant juste sur un bouton, elle est dotée d'une batterie secondaire offrant une autonomie électrique de trois jours sans rouler (déjà testé en Norvège).

Italie, octobre 2014

Italie, octobre 2014

- Elle emporte en son sein un VTT électrique haut-de-gamme, lequel me permet de faire plus de 100 km avec sa batterie, que je peux recharger dans la voiture (testé le mois dernier). Vous vous rendez compte des opportunités offertes par un tel engin : elles sont infinies, et merveilleuses.

Norvège, juin 2012.

Norvège, juin 2012.

- Elle va emporter prochainement (en cours de test) en son sein un kayak muni d'un système de type "pédalo", d'une pagaie, et sans doute d'un moteur électrique comme pour le VTT. Il s'agira d'un kayak haut-de-gamme lui aussi, et surtout gonflable : sa place sera sur le siège du passager. Vous vous rendez compte ? A moi les rivages maritimes, les rivières, les fleuves, les lacs, les fjords...

Kotor, Monténégro, septembre 2014.

Kotor, Monténégro, septembre 2014.

- Elle va emporter mes bâtons de marche, bien entendu, mon GPS de randonnée, mon PC, mon antenne WiFi, ma table et mon siège de camping, etc, etc, etc...

Danemark, avril 2012

Danemark, avril 2012

Ayant parcouru tous les pays européens, je sais désormais quels sont ceux qui m'enchantent le plus, et à chaque fois. Je vais vous les citer (dans le désordre) : le Royaume-Uni, la Norvège, la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Italie, la Croatie, le Monténégro, tous les massifs montagneux, et bien entendu la France. Il est clair que cette liste n'est pas exhaustive, mais ce sont les pays qui possèdent mes paysages préférés, et que je choisirai en priorité. Il va de soi que les merveilles culturelles de notre vieille Europe, et toutes ses cités historiques, sont à chercher aussi en Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Slovénie, Slovaquie, Hongrie, Pologne, Roumanie, Etats Baltes, les pays des Balkans, et même la Turquie.

Eh bien ma foi, voilà, la messe est dite, vous avez là mon programme pour les prochaines années, si la santé m'est offerte. Mon but est de partir sur les routes et chemins de ces pays plusieurs mois par an, pour rouler, pédaler, marcher, ramer, nager. La liberté est totale, il n'y a rien à réserver, la carte d'identité suffit, ni visa ni contrainte ni interdits, pas même gêné par la météo. C'est ce que je veux. Libre de mes mouvements, dans des pays aux beautés naturelles infinies, dans des pays démocratiques et politiquement sans souci.

 

Portugal, novembre 2014.

Portugal, novembre 2014.


Page suivante: Pourquoi?


Depuis le 06/06/2005 Visites:730309 Aujourd'hui :72 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)