20190605-07

Du 5 au 7 juin 2019 : le Sud de la Norvège

Carte du trajet effectué du 5 au 7 juin 2019. Respectivement 70, 113 puis 180 km pour Rouletabille.



Mercredi 5 juin 2019 : balade sur la côte du Skagerrak.

Claudine a écrit :

Pluies et orages dans la nuit : notre première nuit en Norvège, celà s'arrose !!! Ce matin, temps gris... petite pluie, mais pluie du matin n'arrête pas le pèlerin. On descend sur la côte. Jef veut vraiment me montrer le granite rose avant de prendre la route des fjords.

Petit arrêt-photo près de ce lac. Nous consultons nos applications de cartographie pour voir s'il n'y aurait pas des sentiers de randonnée dans le secteur et... bingo, il y en a. Nous sommes sur la route 456, et en fait tout près de Kristiansand , peu avant Sovik. La balade se situe sur une des centaines de presqu'îles qui jalonnent cette côte incroyablement découpée, exactement à Hellevika. Nous marchons à peine 4 kilomètres, mais sur un terrain terriblement glissant. Je redonne la parole à Claudine.

C'était vraiment un espace magnifique !!! On marche durant deux heures sur des chemins balisés (points bleus dans les arbres et sur les rochers...). On découvre la côte depuis le point le plus haut (il y avait même une boîte avec un carnet servant de livre d'or, dans lequel Jef a inscrit notre passage). Petits îlots, forêt de pins, chênes. On va sur les petits hameaux balisés, maisons de pêcheurs aux couleurs locales. On rencontre un groupe de jeunes au bord de l'eau, et leur accompagnatrice pêche un maquereau sous nos yeux. Un des jeunes, sans hésitation, lui coupe la tête, impressionnant ! On fait le tour complet de cette petite presqu'île... Seule difficulté, le sol glissant. Jef a failli plusieurs fois toucher le sol des fesses (Rire).

Retour au fourgon, il est l'heure de déjeuner. Après réunion au sommet (hi hi hi), nous décidons de ne pas poursuivre sur la côte. En effet, bien qu'elle soit très belle, c'est un environnement que nous connaissons plutôt bien, et nous sommes venus ici surtout pour la montagne norvégienne. Donc, nous prenons maintenant la direction du nord. Bien entendu, via les petites routes.

Nous voici sur la 302. En Norvège, plus le numéro de la route a de chiffres, et plus il s'agit d'une petite route. Ici, il n'y a plus d'asphalte, mais nous tentons le coup, car la piste est très belle et, malgré l'humidité, elle semble plutôt ferme. Quel régal, nous savourons, d'autant plus qu'il n'y a pratiquement personne ! Des forêts, des lacs à n'en plus finir, des paysages d'une beauté à couper le souffle.

Un spot se présente, nous posons Rouletabille de façon à ne gêner personne et installons ici le bivouac, en face d'un petit lac. Un calme absolu. Que du bonheur !



Jeudi 6 juin 2019 : Entrée dans la montagne.

Un peu de pluie sur le matin. J'avais envie de faire une marche dans la forêt, un chemin faisant une boucle juste à côté de nous, mais Claudine aimerait mieux aller marcher en montagne. Nous allons donc rouler jusqu'à Ljosland, domaine de ski installé au bout de la route. Au-delà, c'est ce que j'appelle le "bush" norvégien : un plateau, plus aucune route, seulement des pistes de ski de fond et de motoneige pour l'hiver, et de vagues sentiers de randonnée au milieu d'une zône pleine de lacs, de petits monts, de végétation, de rochers polis par les glaciers... Bref, une sorte de no man's land seulement habitée de refuges, de cabanes de chasseurs et de pêcheurs sur des dizaines et des dizaines de km... En attendant, je vous laisse admirer les paysages rencontrés sur la route, photographiés par Claudine en roulant (reflets du pare-brise), ou lors de petits arrêts-photo. Bref, la Norvège dans toute sa magnificence, malgré une météo tristounette...

Ljosland. Nous grimpons dans les "hauts" du village, près du centre de ski, et posons Rouletabille pour la nuit prochaine. Nous commençons par nous restaurer puis, malgré un ciel très menaçant et des prévisions d'averses dans les prochaines heures, nous ne résistons pas à l'envie d'aller voir ce fameux "bush" de plus près. Nous n'avons pas été déçus. La piste est naturellement détrempée, l'eau qui tombe se mêle à celle issue de la fonte des neiges, ça ruisselle de partout, mais ça nous a énormément plu. Nous avons essuyé une belle averse de grêle, mais le vent, assez fort, nous sèchait avant l'averse suivante. Bref, une fois de plus, le pied ! Nous étions absolument seuls au monde, c'était génial. Les photos ne rendent pas vraiment bien l'ambiance sombre et quelque peu surréaliste, mais je vous les laisse quand même. Ah oui, nous avons marché 8,5 km, et c'était déjà pas mal, croyez-moi, car le terrain, très difficile, ne permettait absolument pas un rythme de marche normal. Ah oui, nous avons rencontré la neige : nous étions autour de 800 mètres d'altitude seulement.

Je passe la parole à Claudine. Marche de 13h30 à 16h30. De la bruyère, des bouleaux, de l'eau, de la tourbe... C'est grandiose... Une bonne averse nous oblige à prendre une pause derrière un rocher. Des lacs, encore des lacs... quelques traces de neige. On ne croise personne, aucun animal à part quelques oiseaux. Au retour, on s'arrête à une hutte, abri avec poêle au centre, carnet pour marquer son passage.

Vous avez vu, j'ai de nouveau inscrit notre passage dans un carnet de bord trouvé dans une petite hutte au sommet d'un petit mont... Ci-dessus une vue de notre bivouac qui fut, comme vous vous en doutez, extraordinaire !



Vendredi 7 juin 2019 : Vers le Lysebotn.

On se réveille sous un ciel bleu ! Grandiose. Ci-dessus, nous redescendons à travers les chalets de Ljosland, avant de retrouver la route empruntée hier pour y venir. Eh oui, comme il n'y a aucune voie traversant le "bush", il faut contourner l'immense massif et plateau par le sud, puis remonter vers le nord par une autre vallée, la Sirdalen, via la ville de Tonstad. Comme hier, je vous laisse admirer les paysages rencontrés, les routes et pistes empruntées. Merveilleux de bout en bout !

Nous faisons nos courses dans une superette à Tonstad, puis allons manger au bord du lac, le Sirdazlsvatnet, que nous longions depuis un moment et qui se termine ici. Puis nous reprenons notre bâton de pèlerins vers le nord. Le but : atteindre le haut plateau dominant ce qui va être le premier grand fjord de Claudine : le Lysefjord. J'y suis déjà allé deux fois en moto, et la dernière fois le... 7 juin 2016. Remarquez ici l'incroyable hasard : exactement le même jour !!

Petite marche dans les bois pour nous dégourdir les jambes.

Nous attaquons ici la route 985 qui va nous conduire au fond du Lysefjorden. Elle traverse un haut-plateau et franchit un col à environ mille mètres d'altitude. Il y a trois ans jours pour jour, voici une photo prise pratiquement au même endroit !!! Regardez aujourd'hui... il n'y a pratiquement plus de neige !

Nous cherchons un emplacement pour passer la nuit, mais ils sont rares sur le plateau. Soudain, face à un lac, un spot incroyable. Nous sommes les premiers, la vue est absolument imprenable sur le lac Borsteinsvatnet. Nous grimpons au sommet d'un énorme rocher pour admirer et en même temps immortaliser la scène, puis nous descendons la forte pente jusqu'à la rive du lac, avant de nous installer pour une nouvelle nuit de rêve dans un paysage fabuleux. Une fois de plus, le grand bonheur !

Claudine remonte les derniers mètres de la forte pente avant de rentrer à la maison.

Page précédente: 20190604-a
Page suivante: 20190608-11


Depuis le 06/06/2005 Visites:1233051 Aujourd'hui :281 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)