20190608-11

Du 8 au 11 juin 2019 : le Sud de la Norvège

Carte du trajet effectué du 8 au 11 juin 2019. Respectivement 59, 117, 38 et 104 km pour Rouletabille.

Plus, en violet, une rando de 5,44 et une de 10,7 km, et une en VTT de 39,41 km.



Samedi 8 juin 2019 : Le haut-plateau à l'est du Lysefjord.

Claudine a écrit :

De la pluie au réveil (la météo le confirmait bien hier soir !)... Nous sortons du lit malgré tout pour nous rendre au fond du fjord Lysefjorden, le Lysebotn. De belles traces de neige en montant au col, glace, murs de neige, quelques photos sous la pluie continue... Puis la vertigineuse descente en lacets jusqu'au fond du fjord, ainsi que la traversée d'un mauvais tunnel sombre. Kayakistes sur l'eau, personne à part quelques touristes en attente du ferry, et quelques locaux promenant leurs petits sous la forte pluie...

Lysebotn étant un cul-de-sac, il ne nous reste plus qu'à revenir sur nos pas. Il y a bien la solution du ferry, que j'ai pris en 2006 et en 2016, mais nous avons regardé les prix pour Rouletabille : il nous en coûterait plus cher que le prix de la traversée Hirtshals-Kristiansand... C'est donc sans regret, et même avec joie, que nous retraverserons le haut plateau avec Rouletabille. Quelques arrêts sur la route, pour vous dire que, même sous les averses et/ou le crachin, c'est sauvage et... magnifique. Bien sûr, rien ne vaut le soleil et sa lumière, et nous avons été gâtés hier bien au-delà de nos désirs.

Il est 13 heures lorsque nous arrivons ici, dans le mini-hameau de Kvaeven, juste après le bourg de Fidjeland. En face de l'église, un très grand parking nous tend les bras : pas de panneau d'interdiction, toilettes propres comme à la maison, réseau 4G, que demander de plus ! La météo restant mauvaise jusqu'à demain, nous décidons de nous y poser pour la nuit. Après-midi libre, ça fait du bien de temps à autre...



Dimanche 9 juin 2019

Route 45. Frafjord. Cascade Manafossen. Route 13. Ferry Lauvvika-Oanes. Idsal.

La pluie s'arrête alors que nous prenons notre café matinal. Du coup, voyant un petit circuit de 5,5 km juste à côté de nous, l'envie de nous dégourdir les jambes est irrésistible. La pluie est revenue avant notre retour dans Rouletabille, mais ça valait le déplacement. Les images étant plus parlantes que le texte, regardez plutôt...

Il était déjà 11h30 lorsque nous avons quitté Kvaeven. Très vite, nous prenons la route 45 qui file vers le sud-ouest par les magnifiques vallées Hunnedalen puis Ovstabodalen. Nous roulons sous pluie battante, Claudine essaye de faire quelques photos entre les balais des essuie-glaces... Nous croisons régulièrement des groupes de motards que je n'envie pas le moins du monde, vu la météo. Mais je me souviens avoir roulé dans de telles conditions tout en chantant à tue-tête "il pleut, il pleut, bergère" dans mon casque ! Autres temps, autres moeurs... Je ne renie rien, j'ai adoré mes voyages en moto, c'est juste que j'ai tourné une page de ma vie. Regardez les quelques belles photos réussies par Claudine, ça valait le coup !

Nous quittons ensuite la 45 pour aller manger à Frafjord, hameau situé au fond du... Frafjorden, comme il se doit. La lumière est belle sous une éclaircie qui tombe à point pour admirer la petite plage, les cabanes de pêcheurs, l'eau transparente, le goémon... J'adore voir l'eau de mer au milieu des montagnes, ô que la Norvège est belle ! Quelques pêcheurs s'essayent au lancer sans succès, y compris des touristes, allemands, mais ils ne tiennent pas longtemps, peut-être à cause de la pluie qui, finalement, n'a pas encore dit son dernier mot aujourd'hui !

Nous avons vu les pancartes conduisant à une belle cascade, également indiquée sur notre atlas norvégien. C'est la Manafossen. On y va ? Oui ? Non ? Comme tu veux, me dit Claudine. Allez, c'est à quelques kilomètres d'une toute petite route pleine de virages. Avant de vous montrer les photos, je vous laisse lire Claudine.

Beau site, une montée difficile mais une main-courante sur pratiquement l'ensemble des 400 mètres. Une chute d'eau importante, gros débit, fonte des neiges plus pluie de ces derniers jours probablement. Bel effort bien récompensé.

Cette cascade était la première attraction d'une belle et longue randonnée que nous aurions probablement tentée sous une météo plus clémente. La montée sur les énormes dalles lisses eut été très difficile sans les chaînes métalliques. Mais ça valait le coup d'oeil, et aussi l'effort (1,4 km seulement, mais bien raide).

Déjà pratiquement 16 heures lorsque nous repartons avec Rouletabille. Nous reprenons la 45, puis descendons sur la route 13 pour prendre le ferry à Lauvvika afin de traverser le Hogsfjorden. Nous faisons le plein de gasoil : bonne surprise, il est presque 10 centimes moins cher que chez nous. Autre bonne nouvelle : les ferrys ne nous coûtent pas plus cher qu'en voiture, car le 1er tarif va de zéro à 6 mètres de longueur, et Rouletabille fait 5,99 m. Vraiment génial, car le tarif de 6 à 7 mètres équivaut à 2,5 fois le tarif 0 à 6 !!!! Cherchez l'erreur !

Les paysages pour descendre au bord de la mer sont toujours aussi époustouflants, mais nous sommes en Norvège et, dans ce pays, vous pouvez prendre n'importe quelle route, c'est de la "tuerie" pour les yeux !

Le Hogsfjorden que nous allons donc traverser. C'est le fjord sortant dans la grande baie de Stavanger. Le ferry est prêt à partir lorsque nous arrivons, super ! Ceci dit, il y en a un toutes les demi-heures. La traversée ne dure que dix minutes, je prends quand même le temps de faire quelques photos, alors que Claudine reste dans l'habitacle... Regardez-la sur la photo suivante, elle vous fait bonjour de la main.

Petite photo prise pendant la traversée.

Une fois à Oanes, de l'autre côté, nous quittons la route 13 pour chercher un bivouac le long de la rive droite du Hogsfjorden. La route est très étroite, pleine de virages, nous contournons des baies toutes plus splendides les unes que les autres, mais les parkings sont très rares !

Nous trouvons notre bonheur sur la presqu'île de Idsal, au bord d'un superbe étang. Eh oui, ici, plages, côte sauvage, lacs, étangs, forêts, montagne, tout est mélangé, il y en a pour tous les goûts. Ce soir, comme prévu, le ciel s'est éclairci, et il ne devrait pas pleuvoir demain. La nuit est d'un calme incroyable, c'est merveilleux, comme chaque soir !



Lundi 10 juin 2019 : Preikestolen, ou "la chaire du curé"..

Carte de la randonnée de 10,7 km au total.

Comme prévu, il fait beau ce matin. Nous sommes à une dizaine de km du parking imposé pour faire cette balade, une des plus prisées de Norvège. La route est très étroite le long de l'Idsefjorden, les croisements ne peuvent se faire que sur les parties élargies tous les 200 ou 300 mètres, mais la circulation est heureusement très faible. Le paysage est grandiose, comme il se doit ici. Nous voyons même un cygne sur la plage, en eau salée, en train de fouiller le goémon !

Le fond du Idsefjorden, eaux transparentes, reflet complet de toute la rive opposée dans l'eau calme, comme dans un miroir.

Et voici Claudine en train de suivre la longue, très longue file pratiquement ininterrompue des touristes partant faire cette randonnée. Nous avons rencontré des gens de toutes les nationalités, c'est vraiment international. Des français, bien entendu, mais majoritairement des allemands. J'étais venu en 2006, en solitaire, avec mon scooter, et il n'y avait presque personne... Tout a changé. D'abord, le parking obligatoire pour les camping-cars, situé à 800 mètres du départ de la rando. Ensuite, le tarif de malade : 25 euros le stationnement, une mine d'or pour le propriétaire ! Je n'ose pas imaginer la foule en plein été... La randonnée est belle, pas difficile, le sentier est très bien entretenu, la plupart des montées consistent à escalader les marches de pierres, inégales mais solides. Du coup, pas de souci particulier. J'ai déjà décrit de façon très détaillée cette randonnée sur mon site. Du coup, je vous laisse regarder les photos.

Et voici le Lysefjorden, vu en direction de Lysebotn, où nous étions hier matin, vous savez, tout au bout... Le Preikestolen n'est plus qu'à quelques centaines de mètres. Cette pierre majestueuse, ce rocher, domine le fjord de plus de 600 mètre d'un à-pic vertigineux.

Evidemment, à partir d'ici, tout le monde bombarde... Claudine, ci-dessus. La première personne à droite, sur la photo suivante, c'est bibi en personne. Je ne m'aventure pas trop près du vide, j'ai tendance à être attiré...

Le voilà, le Preikestolen. C'est ce gros caillou, là, taillé à la serpe !

Claudine y est. Il faut faire la queue pour se mettre à ce coin. C'est le meilleur endroit pour que votre compagnon puisse vous photographier depuis un autre rocher, avec un bon zoom. Claudine n'est pas trouillarde et n'a pas vraiment peur du vide. Elle va se coucher sur la pierre pour regarder en-dessous et faire des photos. Je vous laisse regarder tranquillement.

Je me suis un peu amusé avec cette photo. Nous avons emporté le pique-nique, et avons mangé sur le Preikestolen, comme il se doit. Quelques gouttes de pluie sont tombées, mais rien de bien méchant. Nous avons cherché d'autres points de vue tout autour. Vous savez, il y a de quoi y passer des heures, mais finalement, nous sommes tranquillement redescendus. Partis à 10h15, nous étions de retour au parking à 15h15.

Le Preikestolen vu d'un peu plus haut.

Nous avons ensuite repris la route 13, mais les parkings sont interdits aux camping-cars la nuit. Nous en avions trouvé un bon à Jorpeland, pour finalement découvrir qu'il était payant (15 euros la nuit). Du coup, nous avons quitté la 13 pour rentrer "dans les terres". Route étroite, paysages somptueux, mais pas de parking quand, soudain, nous apercevons une grande aire de terre battue, servant manifestement de déversoir de matériaux divers, mais bien plat. La vue domine le Bjorheimsvatnet, superbe lac, et un immense paysage sur 180 degrés. Epoustouflant. En plus, le ciel est entièrement bleu, il fait 25 degrés dans Rouletabille, c'est le bonheur. Nous sommes, une fois de plus, aux anges !



Mardi 11 juin 2019 : Hjelmeland, presqu'île de Oye, ferry de Nesvik, Josenfjorden..

Après une nuit d'un calme absolu, le soleil brille au réveil. La météo nous garantissant le soleil jusqu'au soir, et le vent étant tombé, c'est le jour idéal pour sortir les VTT. Nous repérons une presqu'île à une bonne trentaine de km, ça devrait le faire. Je vous laisse admirer le paysage pour atteindre le départ de notre balade.



Carte de la randonnée, tracé bleu, qui sera quand même de 39 km.

Claudine a écrit ce qui suit.

Il est 10h30 lorsque nous prenons la route à travers une campagne vallonnée... Vergers de pommes et fraises... vente au bord de la route, c'est assez fréquent : vente de pommes de terre, bois... et la fraise. Personne, juste un prix et une boîte pour mettre l'argent correspondant. Au bout d'une dizaine de km, on traverse un pont pour nous rendre sur une petite île, dont nous faisons le tour : 18 km. On rencontre deux jeunes femmes à bicyclette. Slovénie. Elles se proposent de nous prendre en photo, nous faisons de même. Tour assez pentu, très belles côtes, descente à plus de 50 km/h. Eprouvant, mais heureusement, nos batteries sont chargées. Arrêt au cimetière de Oye, de nombreuses tombes portent ce nom... Quelques agriculteurs, coupe de l'ensilage, moutons, vaches, villages et maisons de pêcheurs le long des berges. Campagne bien fleurie : digitales, géraniums sauvages, carottes, boutons d'or. Pour le retour, nous avons généreusement utilisé l'énergie électrique, formidable, quel plaisir. Il est 13 heures quand on revient. Douche et repas sur place avant de reprendre la route. Jef, profitant du puissant soleil, remet déjà ma batterie de VTT en charge.

Nous reprenons la route 13, depuis laquelle nous avons une vue aérienne d'une partie de la randonnée que nous venons de faire ! C'était vraiment génial. Nous prenons le ferry Hjelmeland-Nesvik qui nous permet de franchir le Josenfjorden, que nous allons suivre jusqu'au village qui porte le nom du fjord. Un parking au bord du fjord nous tend les bras : nous le prenons. La viue est splendide, nous voyons même des poissons sauter hors de l'eau, sans doute pour attraper des insectes : incroyable. Ce soir, la pluie revient déjà, nous avons bien fait de sortir les vélos ce matin !

Et voilà les amis, fin de cette belle journée. Ciao ciao.

Page précédente: 20190605-07
Page suivante: 20190612-13


Depuis le 06/06/2005 Visites:1204686 Aujourd'hui :548 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)