20190612-13

Du 12 au 13 juin 2019 : Hardangervidda, Norvège

Carte du trajet effectué du 8 au 11 juin 2019. Respectivement 158 et 140 km pour Rouletabille.



Mercredi 12 juin 2019 : Vers le Hardangervidda.

Claudine a écrit :

Nuit pluvieuse et très ventée, à faire bouger le véhicule. Temps maussade, donc nous roulons en direction du grand plateau Hardangervidda, qui est le plus grand parc national de Norvège, et le haut-plateau le plus étendu d'Europe (3.422 km2). On retrouve la route 13, avec de nombreux tunnels, une bonne dizaine, certains longs de plusieurs kilomètres. On retrouve également la neige sur les hauteurs.

Arrêt à la cascade de Flesefossen. Les deux parkings sont remplis de fourgons et de camping-cars, dont plusieurs français, hollandais, allemands... Première fois que l'on trouve l'indication "eau de source", certains camping-caristes font le plein de bouteilles. Nous achetons notre eau dans les épiceries le long de la route, et sommes très surpris de son prix élevé (40 cts le litre pour la moins chère !) quand on voit à quel point la Norvège regorge d'eau ! Par ailleurs, les bouteilles sont fabriquées dans un plastique très dur et sont consignées, bon moyen pour ne pas jeter tout ce plastique en déchetterie !

Arrivée sur le Hardangervidda, à une altitude d'environ 1.000 à 1.100 mètres. Il ne reste presque plus de neige, quel dommage, car c'est ce que j'ai appelé le "Grand Blanc" lors de mon premier voyage en Norvège : c'était comme si j'avais atterri au Groënland, sauf que j'y étais venu en scooter... C'est, et ça reste encore dans ma mémoire, le souvenir le plus puissant de tous mes voyages, celui qui m'a le plus marqué. Tous les lacs, gelés, étaient encore recouverts de neige, et j'avais vu qulqu'un passer avec des skis et une pulka sur un des lacs. Bref, c'est beau et sauvage, c'est immense, ça reste un lieu exceptionnel.

Arrêt déjeuner au bord du lac Stavatn, dans un décor de rêve. Un chemin longe la berge, nous partons nous dégourdir les jambes avant de manger. C'est juste grandiose, regardez plutôt !

Initialement, je ne voulais faire qu'un aller-retour vers le sud-est du Hardangervidda, puis reprendre notre route vers le nord via Odda, mais finalement, après discussion avec Claudine, nous décidons de faire le tour du grand plateau par l'est. Du coup, nous poursuivons sur la E-134. Après avoir fait les vidanges sur une aire (très bien, et de nouveau entièrement gratuite, merci aux Norvégiens pour ça) de services pour camping-cars, nous quittons la E-134 (très passagère) pour la 362 qui longe le grand lac Totak.

Et nous nous installons sur une aire aménagée, avec toilettes parfaites, près de Arabygdi. Quelques camping-cars et fourgons viennent nous y rejoindre pour la nuit. Claudine va faire un tour, et me raconte : quelques chalets en bois, des fermes, une statue du célèbre violoniste norvégien Myllar. La pluie est revenue, il fait gris et triste, mais nous sommes bien à l'abri et bien au chaud dans notre petite maison, alors... tout... baigne... au sec ! La bise.



Jeudi 13 juin 2019 : Contournement du Hardangervidda.

Claudine a écrit :

Encore de la pluie dans la nuit, donc pas très rapides au réveil... La journée s'annonce maussade, donc nous roulons...

Arrêt à Rjukan en fin de matinée, pour prendre des infos à l'Office de Tourisme. Nous sommes au nord de la région du Télémark, qui offre de nombreuses randonnées, mais malheureusement pas pour nous, puisque nous ne faisons que frôler le nord de ce comté. On fait le tour de la petite ville : maisons en bois peintes de couleurs différentes, boutiques diverses (Intersport, fleuristes, déco, vêtements femmes (prix affolants : 300 € un imperméable !). Nous en profitons pour faire quelques courses.

Magnifique aire de pique-nique sur les berges du grand lac Tinnsjo dont nous allons longer la partie finale jusqu'à Austbygdi (photos suivantes).

Puis nous prenons la petite 755 qui monte vers la partie nord-est du Hardangervidda en longeant une superbe vallée le long d'un torrent en furie, la Tessungdalen. C'est d'une très grande beauté sauvage, et nous faisons de nombreux arrêts-photos.

L'altitude monte, la température baisse, nous franchissons un col à 1.170 mètres, nous sommes dans les nuages... Nous trouvons un bivouac un peu plus loin, et allons nous promener dans la brume. La température a chuté à 7 °C, ressenti 4°C.. Nous sommes au bord du lac Sonstevann, que l'on découvre à travers quelques éclaircies fugaces. Encore de la neige, atmosphère de steppe : bruyères, lichens, mousses...

Grandiose. Viendront nous rejoindre, pour passer la nuit près de nous, un fourgon avec un norvégien, et une estafette avec un couple de jeunes belges. Vent très froid, mais nuit de rêve au milieu de nulle part. Silence absolu. Merveilleux !





Au fait, Claudine ne trouve plus l'inspiration, dessine et peint, mais trouve nul tout ce qu'elle fait, et ne veut plus que je publie son travail... Elle gomme et rejette la moitié de son travail, ça me désole pour elle ! Pouvez-vous lui remonter son moral artistique (pour le reste, tout va pour le mieux, je vous rassure !) ?

Page précédente: 20190608-11
Page suivante: 20190614-16


Depuis le 06/06/2005 Visites:1245393 Aujourd'hui :218 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)