20190719-23

Du 19 au 23 juillet 2019 : les îles Vesteralen

Carte du trajet et des balades du 19 au 23 juillet 2019. Respectivement 26, 95, 142, 101, 38 et 143 km pour Rouletabille.

Les balades à pied ou en VTT sont de couleur orange.



Vendredi 19 juillet 2019

Pas très motivés pour randonner aujourd'hui, je propose à Claudine de "buller". En effet, depuis le début du voyage, je réclame à corps et à cris d'avoir une journée "off" par semaine, une sorte de dimanche, quoi, mais sans la messe et les vêtements spécifiques... Eh bien, voyez-vous, ma copine est une active, et les semaines passent, et je n'arrive toujours pas à obtenir cette journée ! Du coup, ce sera aujourd'hui : tempête de ciel bleu, plus de 20 °C dehors, que du bonheur. On fait le tour de la péninsule et on voit un hameau situé presqu'au fond d'une des innombrables ramifications de fjords. Allons voir ça de plus près. Je vous laisse regarder quelques photos glanées sur la route. La première pour vous montrer le côté très "kitch" des norvégiens, les rois des "nains de jardin" et autres babioles disposés un peu partout, y compris derrière toutes les fenêtres et devant toutes les portes d'entrée...

Et voià. On pose Rouletabille, le cadre est très joli, on restera dormir ici ce soir. Ma chérie prend son matériel de peinture et va peindre sur une table de pique-nique installée là, et pour ma part, je ressors enfin ma canne à pêche, qui, il faut bien l'avouer, n'a pas encore été rentabilisée !

Alors, ça commence plutôt normalement, du moins, pour un pêcheur de mon acabit. Je parviens tout bonnement à tout emmêler en rassemblant les deux parties de la canne... Pas commencé à pêcher, et... déjà je suis arrêté ! A 200 mètres de là, quelques cabanes de pêche louées par les norvégiens. Je vais voir : ce sont des russes qui y sont installés. Je n'hésite pas, je leur montre mon problème. Ils parlent anglais, et c'est leur meilleur spécialiste, un gars de Sibérie, qui se charge de dénouer l'ensemble, de dévider le "trop-plein" de fil, et de rattacher ma cuiller. On discute : les autres sont de Moscou, ils sont tous adorables, vont pêcher en bateau avec du gros matériel, et me disent pêcher du très lourd. Mais, me dit l'un d'entre eux, j'en ai pris 10 ici hier, du bord, avec ma petite canne, tu peux y aller, même s'il vaut mieux pêcher à marée montante, on est en Norvège, il faut toujours tenter ! Et me voici "remis sur les rails", en quelque sorte. Evidemment, 5 minutes plus tard, j'ai lancé dans le tas de goémon, je suis accroché, je vais faire le tour de l'anse devant laquelle je pêche... Par 3 fois, je m'accroche, et réussis, ô miracle, à tout récupérer. De plus, j'emmêle de nouveau mon fil, mais je sais maintenant comment faire... hé hé. Du coup, je suis hyper content de me débrouiller comme un grand, ça me rappèle mon enfance avec mon grand-père dans les marais du Fenouiller et sur la Vie en Vendée...

Et soudain.... Non, je ne suis pas accroché dans les algues, j'en ai vraiment attrapé un. Quelle joie, je ne suis pas bredouille... Et finalement, au total, j'en ai pêché 4, et j'ai ramené un maquereau, le plus gros de tous, jusqu'au bord et, oups, il a réussi à se détacher à deux mètres de moi. Peu importe. Au final, un saumon, une morue, et deux poissons non identifiés. On en mange deux le soir même, un délice ! Bref, une merveilleuse journée pour nous deux, et la joie de manger pour la première fois le produit de notre pêche.



Samedi 20 juillet 2019

Nous reprenons la piste pour rejoindre la route principale et contourner le fjord. En effet, nous avons trouvé hier une randonnée intéressante et qui devrait être à notre portée. Il s'agit de grimper sur un sommet situé à l'autre bout du fjord, plus au sud, et à quelques kilomètres seulement d'ici. Sur la photo suivante, les cabanes visibles au fond à gauche sont celles de Krakksjord, là où nous avons pêché hier.

Le tout petit port de Guvag, au fond du fjord. C'est un cul de sac. Demi-tour, le départ de la randonnée du jour se trouve juste à côté, un peu plus haut. Regardez la carte ci-dessous. Un peu plus de 8 km, magnifique promenade, montée rude, accompagnés par des nuages de mouches autour de nos têtes, sommet Breitinden à 598 mètres avec un paysage à 360 ° qui nous fait découvrir les sommets pointus des Lofoten vers le sud, les Vesteralen vers le nord, les fjords et l'océan. Grandiose. Nous avons pique-niqué au sommet, et avons eu une longue conversation avec un norvégien. Nous rentrons fatigués au bercail, mais tellement heureux !

Le Breitinden, c'est lui !

Là-bas au loin, les Lofoten. Comme vous le voyez, la brume monte, et le contre-jour éclatant enlève toutes les couleurs, dommage !

Le port de Guvag s'étale sous nos yeux, alors que nous arrivons en vue de Rouletabille. Après la douche, il nous faut impérativement reprendre la route jusqu'à Sortland, seul endroit où nous pouvons vider les toilettes et les eaux usées, et refaire le plein d'eau. Nous trouverons un joli bivouac à Sigerfjord, peu après Sortland.

Le pont de Sortland, sous lequel est passé le Hurtigruten l'autre jour.

Nous trouverons un joli bivouac ici à Sigerfjord, peu après Sortland.

Où nous dégustons les deux autres poissons de la pêche d'hier, le saumon puis la morue, qui a eu notre préférence !



Dimanche 21 juillet 2019

Fatigués de notre rando d'hier, nous en profitons pour contourner les Vesteralen pour rejoindre notre prochain terrain de jeux : Senja, une très grande île que je veux absolument montrer à Claudine, tant elle m'avait enchanté en 2012. Nous reprenons donc la 85, puis la E10 que nous avions prise pour descendre vers les Lofoten. Ensuite, nous longeons le grand Astafjorden en prenant la 825. Je vous laisse regarder quelques photos prises le long de la route.

Nous faisons ici, près de Sandstrand, une grande pause d'environ 3 heures. L'endroit semble propice pour tenter de nouveau un lancer de cuiller... sans succès : beaucoup d'algues, plusieurs familles viendront aussi s'y essayer sans plus de succès. Qu'à celà ne tienne, je trouve énormément de berniques, et remplis rapidement un bon panier. Des touristes me photographient en train d'en manger tout en les décollant du rocher... Ce sera mon repas ce midi, Claudine n'étant pas trop "fan" préfèrera une bonne salade. Quoi qu'il en soit, nous passons ici un merveilleux moment.

L'envie de pêcher me harcèle : je refais une tentative ici, pendant que Claudine se repose dans Rouletabille, mais je reviendrai de nouveau bredouille... Nous trouverons un beau bivouac un peu plus loin, que du bonheur.



Lundi 22 juillet 2019

Nous décidons de prendre notre temps et de longer au maximum les fjords plutôt que de prendre les raccourcis à travers les montagnes. Les paysages changent, les montagnes sont plus élevées, la neige fait son apparition, c'est juste grandiose, comme toujours. Je vous laisse regarder les photos prises plus ou moins à la volée en roulant, ou en faisant quelques pauses.

En face de nous, deux îles montagneuses extraordinaires : Andorja et Rolla. Elles sont un peu en dehors de la route, et je propose à Claudine d'aller les voir de plus près. Ici, c'est Andorja. Elle est d'accord.

Agriculteurs, pêcheurs, et pilotes d'avion, les norvégiens cumulent les casquettes et n'ont pas fini de nous étonner !

Nous décidons d'aller nous dégourdir les jambes en apercevant un chemin de randonnée près d'une jolie montagne, peu avant Sjovegan. Il fait lourd, très lourd, mais nous avons besoin de nous dégourdir les jambes. 5 km, sur un sentier perdu en pleine nature. Malheureusement, nous serons harcelés par les mouches, et contents de retrouver Rouletabille pour en être débarrassés, et pour casser la croûte.

Après les courses à Sjovegan, nous reprenons la route pour peu de temps. En effet, nous trouvons un très beau spot de bivouac juste à côté du pont nous permettant d'atteindre notre première île, Andorja, ci-dessous. Le parking n'est occupé que par des pêcheurs, avec plutôt du gros matériel. Certains vont pêcher depuis le pont : regardez la hauteur ! Il y avait deux allemands, un suédois, un finlandais... Bref, le spot international.



Mardi 23 juillet 2019

A nouveau, des brumes de chaleur s'élèvent sur les fjords lorsqu'il fait chaud, nous privant de paysages parfaits. Mais ne nous plaignons pas, au moins il ne pleut pas. Sur les îles, la qualité des routes est plutôt mauvaise...

Nous nous sommes préparés une rando hier soir : il s'agit d'atteindre le sommet Middagstinden, 629m, situé au milieu de l'île et au-dessus d'un long fjord étroit coupant presque l'île en deux. Nous avions vu qu'il était possible de continuer à monter sur un chemin de crêtes, mais que nous pensions hors de notre portée. Eh bien, non, il était large, et nous avons poursuivi jusqu'à la cote 800, avant de redescendre, le ciel se couvrant fortement. Au total près de 13 km, nous sommes rentrés "crevés", mais tellement heureux... Le point "20190723" représente le lieu où nous avons mangé. Place aux photos, de qualité souvent médiocre en raison de forts contre-jours et de ciels "tristes", mais bon, ça donne quand même une idée. A ce sujet, ce serait sympa de nous donner vos avis, car plus grand monde ne m'encourage à écrire et mettre en ligne et c'est important !

Pause casse-croûte : le panorama. Et là, en bas, environ 200 m sous nos pieds, une grosse plaque de neige, sur laquelle il nous semble voir bouger un rocher. Nous nous regardons, et pensons qu'il pourrait bien s'agir d'un élan sur la neige. Grossissement maxi avec le Huawei, et... Bingo ! C'est bien un élan. Nous avons hurlé pour nous faire entendre, il nous a regardés et est parti en vitesse. Un très grand moment pour nous deux !

C'est ici que nous faisons demi-tour...

Sur le chemin du retour, nous découvrons la boîte du sommet Middagstinden, sur laquelle je note scrupuleusement notre passage, comme toujours quand j'en trouve une !

Je la remets en place car elle gênait Claudine sur le sentier. J'en profite pour vous dire que nous avons encore été harcelés par ces sacrées mouches, c'est la seule chose pénible, en plus du fait que pour atteindre un sommet, il faille... grimper, hi hi hi !

Finalement, nous décidons de rester bivouaquer ici, à cent mètres du départ de la rando. Quel spot, complètement perdus presqu'au bout de la piste ! A part les moutons, nous n'avons pas vu grand monde !



Mercredi 24 juillet 2019

Il a plu pendant la nuit, et le ciel est bien chargé au petit matin. Nous finissons le tour d'Andoja, puis partons pour Rolla, mais la pluie revient en force pour ne plus nous quitter. Dommage pour Rolla, il y avait bien des choses à voir, ce sera pour une autre fois. Du coup, nous retournons sur le continent poursuivre notre route vers Senja. Je vous laisse regarder les quelques photos "volées" au mauvais temps...

Ci-dessus la ligne de crêtes parcourue hier...

Superbe bivouac le long du Solbergfjorden. La pluie a cessé, le beau temps revient. Youpeee !!!!! A la prochaine, ciao ciao !

Page précédente: 20190713-18
Page suivante: 20190725-29


Depuis le 06/06/2005 Visites:1204271 Aujourd'hui :133 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)