Excideuil, le sentier karstique

Vendredi 8 mai 2009 - 8,6 km - à pied - 192 photos - 65 photos sélectionnées - Ciel gris

Excideuil - Randonnée karstique (sentier d'interprétation)


Superbe carte extraite du site IGN GeoPortail

Hier soir, près du camping-car, nous avions vu le panneau explicatif d'une randonnée d'environ 8 km. Nous avons donc décidé que ce serait le programme pour la journée du lendemain. Et nous sommes le lendemain. 8 mai, jour férié. Une pensée pour ma mère, dont c'est également l'anniversaire. Le temps est gris, et donc plutôt triste, comparé aux derniers jours.

De plus, nous bivouaquerons au même endroit cette nuit. Le programme de la journée étant très léger, nous prenons tout notre temps pour le petit-déjeûner, y compris celui de lire un peu avant de partir. Il est donc déjà 11h15 lorsque nous quittons le camping-car!

Voici le descriptif de la randonnée. De tels panneaux jalonnent régulièrement le parcours, fort intéressants.

C'est donc par cette petite rue que nous quittons la ville.

Presqu'immédiatement, le château apparaît sur notre droite. Nous arrivons dans la plaine vue hier depuis la corniche.

Cette partie droite du château constitue la partie privée et habitée, que nous ne visitons pas.

Béa adore pique-niquer, contrairement à moi. Mais comme elle a préparé le repas, et qu'elle porte le sac, je ne vais pas trop me plaindre... Nous traversons, puis longeons un peu, sur un chemin bien protégé, la D705.

Petit coup de zoom en arrière.

C'est ici que la balade commence réellement.

Un petit étang, peu avant d'atteindre la Loue. C'est la rivière qui passe au pied d'Excideuil.

Me retournant au même endroit, j'aperçois l'église et le château d'Excideuil. C'est cette partie du château, et ces remparts, que nous avons visités hier soir. On aperçoit d'ailleurs, à gauche, les deux superbes tourelles.

Quel beau chemin entre ces deux rangées d'arbres. Comme je bombarde presque sans arrêt, la pauvre Béa est obligée de s'arrêter sans cesse. Seule, elle ferait assurément le double de km, et se fatiguerait moins! Mais elle n'aurait pas de photos...

Pont enjambant la Loue. Il ne semble plus servir aux véhicules!

Très mystérieuse, la Loue. Il existe une autre rivière Loue, affluent du Doubs, dans le Jura, que nous avons aussi "visitée".


La Loue du Périgord est bien plus calme et sait se faire oublier. A droite, le chemin devint étroit, non?

Il débouche sur un deuxième pont, sous lequel ne se trouve ni rivière, ni route... Zone inondable, sans doute?

Je vous offre en même temps la partie culturelle de la promenade, il n'y a pas de raison pour que je sois le seul à la lire, fainéant(e)(s)...

Pendant ce temps, Béa attend... Ce sous-bois est absolument superbe.

Le chemin nous conduit au village de Sarconnat. Dans un jardin, une très belle glycine. Dommage que le soleil ne l'éclaire pas!

Quelques vieilles maisons de Sarconnat.

Le sentier repasse au même endroit en fin de parcours. Nous ferons une pause ici, histoire de manger une pomme, mais pour une fois, je serai sérieux: je ne referai pas les mêmes photos...

S'ils étaient tous comme celui-ci, ça irait encore, d'autant plus que, contrairement à ses collègues de même taille, il n'a pas dit un mot!

Aucune inscription sur cette vieille croix. Dommage, car elle a forcément été payée par quelqu'un pour une raison bien précise, et c'est triste, je trouve, que celui ou celle (ou l'événement) à l'origine de cette initiative se soit perdu dans l'oubli! Plus qu'à imaginer, ou inventer...

Celle-ci est bien fatiguée, et semble bien partie pour disparaître, à moins que quelque(s) courageux...

J'aime beaucoup ces formes de toitures que l'on rencontre dans cette région.

Des figures géométriques sont mêmes dessinnées avec les tuiles.

Détail. De la très belle ouvrage, ma foi!

Station de pompage (voir la carte).

Bélier de Sarconnat

Au même endroit, mais de l'autre bord. Cette roche -calcaire, donc- a certainement été sculptée par la Loue voici quelques ..xxx.. d'années, au moins!

Et soudain, le chemin débouche, littéralement, sur les grands espaces! En fait, la Loue se trouve à gauche, et cette partie plane correspond à la vallée créée par la rivière au cours des années (millions?) passées. A droite, non visible, la pente et les bois (voir plan, et photo suivante).

Ce que je vous disais... Personne ne me croyant jamais, je suis obligé de fournir constamment des preuves, c'est fatiguant!

On aperçoit Excideuil au-delà de la Loue. Château à gauche, église à droite. Ah, les perspectives, elles changent tout!

Nous obliquons maintenant vers le bois, à l'assaut de la petite pente.

Béa fait la trace! Cette promenade est super agréable de par la diversité de ses paysages et chemins.

Comme vous le voyez, avec le zoom, le château demeure encore très accessible (à peine un kilomètre à vol d'oiseau).

Changement total. Nous pénétrons maintenant dans le bois. Plusieurs sentiers, pas de marque. Nous nous trompons, et grimpons jusqu'à une petite route. Nous faisons demi-tour, pour finalement retrouver des marques.

Le chemin longe en fait la partie haute d'un petit val descendant dans la plaine où nous marchions tout-à-l'heure.

Et redescend vers la vallée. On retrouve Excideuil à l'horizon.

Et nous arrivons à une très jolie fontaine, près de laquelle nous nous installons pour nous restaurer.

L'eau est totalement transparente.

Nous trouverons cette sculpture en fer à plusieurs endroits.

Que représente-t-elle vraiment?

 

Une patte d'ours, comme je le suppose?

Les explications trouvées près de la fontaine.


Nous reprenons notre marque quelque 3/4 d'heure plus tard, rassasiés. Nous traversons la zone appelée "les roches enchantées". Ce sont des falaises calcaires plutôt lisses, presque verticales ou avec quelques surplombs, d'une hauteur de dix à vingt mètres, sur une longueur d'environ 200 mètres.

Le sentier repart en sous-bois, dominant une ferme installée sur les pentes au-dessus de la rivière.

Nous longeons toujours la falaise sur notre droite, laquelle est percée de plusieurs grottes, dont certaines sont très grandes! Ici, la grotte de l'église. Différentes campagnes de fouilles ont été réalisées dans cette cavité de 1869 à 1943. Ces travaux ont permis la découverte de nombreux squelettes et des ossements d'ours datant de plusieurs milliers d'années.

Levant la tête, j'aperçois le sommet des falaises, recouvertes d'arbustes ayant réussi à y prendre racine.

De l'autre côté, la ferme dont je vous parlais.

On aperçoit à l'horizon gauche l'église d'Excideuil à travers la végétation.

Le sentier devient goudronné dans la traversée du hameau des Roches. Ici, à la sortie du minuscule village.

Cette route étroite et goudronnée conduit à Sarconnat.

Mais nous la quittons très vite pour retrouver un joli chemin redescendant à travers bois. Ici, Brétignéras, niché au creux d'un vallon défriché. Sur la carte, vous le verrez dans la partie basse.

Je ne peux pas me tromper, Béa est toujours devant!

Un autre panneau culturel. De quoi vous occuper cinq minutes, ou plus si affinités...

Cette partie de la promenade est ma préférée.

La mousse a entièrement recouvert ce tronc d'arbre. Regardez le bien. Avec peu (...?) d'imagination, on dirait un animal cherchant à s'extirper d'un piège, et tirant vers le haut avec ses membres. Quoi, je vois trop de films? Vous croyez?

Où l'on retrouve une partie goudronnée. C'est la route qui conduit va de Sarconnat (nous y allons) à Brétignéras (dans notre dos). Les Casanes sont des
cabanes de pierres sèches couvertes de lauzes typiques de ces régions calcaires… En voici une en bien mauvais état.

L'herbe poussant au milieu, qui a réussi à traverser le goudron, est le signe évident d'une route très peu fréquentée!

C'est absolument superbe.

Sarconnat se trouve à 140 mètres d'altirude, et nous étions à 216 mètres au plus haut. Nous descendons donc.

Premières maisons de Sarconnat. C'est un peu plus bas que nous retrouverons le chemin de l'aller et ferons notre pause "pomme".

Et voici le premier pont de notre balade, sur lequel nous allons remonter.

Je tenais également à remercier tous ces gens qui préparent ces chemins, ainsi que les propriétaires qui nous laissent passer sur leurs terrains.

Ah ben oui... Quoi? Vous croyiez que je n'en ferais pas d'autres? Vous rigolez...

Alors, elle n'est pas belle, celle-ci? Hein? Quoi? Blague à part, comment ne pas être admiratif devant un assemblage de pierres aussi harmonieusement plaqué sur la paroi rocheuse, et grimpant à une telle hauteur, parfaitement arrondi, et si droit à la fois!

Cette fois, c'est bien la dernière (photo) de la journée. Ben oui, ça vous apprendra à toujours faire des remarques, du genre "trop de photos tue la photo", etc.. Oui, il y en a qui le disent, je ne citerai personne. Et pourtant, croyez-vous, je sélectionne. En fait, c'est même ce qui me prend le plus de temps!

Nous arrivons au bercail. Il ne nous reste plus qu'à faire le tour du château pour retrouver notre parking, que nous aurions aussi bien pu atteindre par la route directe. Mais ce sentier longeant les murailles de loin était un plaisir.

Il est 15h30. Et vous savez quoi?

Quartier libre! Génial de chez génial. Douche, café, gâteaux, PC, lecture, allongés dans nos fauteuils au pied du château. La vie est belle!

Page précédente: Excideuil
Page suivante: Saint Robert en Corrèze


Depuis le 06/06/2005 Visites:920457 Aujourd'hui :153 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)