Ségur-le-Château

Dimanche 10 mai 2009 - 68 km - 112 photos, 45 sélectionnées - Temps orageux, averses

Perpézac-le-Blanc - Yssandon et son puy - Ségur-le-Château


La mauvaise nouvelle, c'est qu'il pleut en ce dimanche matin. La bonne, c'est que nous sommes dans un camping-car. Par conséquent, et outre le doux chant des gouttes d'eau rebondissant sur le toit de notre maison, rien ne nous oblige à rouler! Alors que faire? Le choix est vaste. Faire la grasse matinée. Lire. Ecouter de la musique. Regarder des photos....

Finalement, nous partons à 12h30... La pluie a cessé, mais ce n'est pas le grand beau temps pour autant -tiens, elle n'est pas mal, celle-la, je la garde! Direction le sud, via la D51. Ici, le clocher de Louignac. Puis nous remontons par la D140 vers Ayen, sans toutefois l'atteindre, puisque nous repartons aussitôt vers le sud par la D39.

Perpezac-le-Blanc, où nous arrivons en plein milieu d'une belle averse!

Je descends faire quelques photos malgré les gouttes. Ce serait dommage de ne pas admirer l'église romane classée du XIIe siècle avec clocher octogonal. J'essaye de rentrer, mais elle est malheureusement fermée à clef (et nous sommes dimanche...)

Il faut dire qu'il est déjà plus de 13 heures...

Cette commune de Perpezac-le-Blanc se situe dans les paysages de l'Yssandonnais, au contact des calcaires blancs (d'où son nom) des buttes d'Ayen et des grès rouges du bassin de Brive.

Nous descendons jusqu'à Brignac-la-Plaine, puis demi-tour pour prendre la petite D3. J'essaye de localiser le Puy d'Yssandon, la butte calcaire la plus remarquable et point culminant du secteur (355 mètres). Les indications sont très mauvaises. Finalement, nous avisons une pancarte faisant mention du puy. Malheureusement, la route est strictement interdite aux véhicules comme le nôtre. Allons-y à pied...

A quoi peut bien servir cette casserole?

Pas facile de poser le camping-car sur ces routes étroites... Nous n'avons pas trouvé mieux. Tout de suite, ça grimpe...

Dommage que le ciel ne soit pas bleu. Une brume nous cache l'horizon!

Effectivement, croiser un véhicule ici avec le camping-car serait bien périlleux! Nous traversons un verger de noyers.

A nos pieds, à droite, le paysage prend de l'ampleur. Je pense qu'il s'agit ici des hameaux des Bordiers et de la Bénechie.

Les paysages sont marqués par la présence de buttes calcaires qui surplombent les terrains plus tendres composés de grès rouge. Reliquat de l'ancien plateau aquitain, ces buttes-témoins forment des îlots blancs au milieu du bassin ocre du Pays de Brive.

Plongée arrière. On distingue le camping-car près du long bâtiment de ferme bien moche! Ainsi que des noyers, ces arbres de couleur marron.

On voit toujours le camping-car, à droite. Toujours près du long bâtiment de ferme, d'ailleurs toujours aussi moche!

On voit toujours... OK, je pense que vous avez compris!

Vestiges d'une tour de signaux ou de guet témoignant des fins militaires auxquelles fut utilisé cet observatoire. Le Puy d'Yssandon semble avoir été un oppidum gaulois, peut-être un camp romain, et un castrum connu dès 573 par le testament de Saint-Yrieix. Pépin le Bref s'en empare au cours de la lutte contre Waïffre, duc d'Aquitaine (760-768). Par la suite, la tour appartint au seigneur du Luc et le château, dont elle est l'unique vestige depuis le 15e siècle, commandait le pays. La tour est construite en maçonnerie de granit suivant un appareillage régulier. (Recopié ici, sur le site culture.gouv)


Ruines de la tour du Puy d'Yssandon. (ou Castrum Issando (VIe siècle)

Cet oppidum mentionné dans le Testament de Saint-Yrieix (572 ap. J.-C.) , sous le nom de Castrum Issando, est formé à partir de deux puy (le Puy d'Yssandon au nord et le Puy de Chalard au sud), reliés entre eux par un col. Il ne possédait aucun rempart, ce qui d'ailleurs n'était pas nécessaire, le site dominant les alentours d'une centaine de mètres. Les découvertes de monnaies gauloises et républicaines, de fibules de Nauheim et de quelques perles de verre colorées, démontrent une occupation du site dès la Tène finale. Ce nom était très probablement composé à l'origine d'un suffixe gaulois en *-dunon signifiant "forteresse". (recopié ici, sur le site arbre-celtique)


Peu après les restes du château, nous arrivons au Vieux-Bourg d'Yssandon.

Ardoises et tuiles se côtoient, parfois se mêlent sur le même toit (photo précédente).

Quelques superbes maisons de pierre plus loin, nous rrivons à l'église.

Toujours ce même type de clocher.

C'est le bout du puy. Derrière, le cimetière, et le panorama sur le sud.

Le point de vue embrasse les bassins de Brive, d’Objat et sur l’autre versant le Périgord.
Brive est à gauche (sud-est) et Périgueux sur la droite (sud-ouest).

Table d'orientation du Puy d'Yssandon. Altitude 360 mètres. Erigée par la commune en 1969.

Dommage que l'horizon soit si brouillé.

La table d'orientation se trouve au bout du cimetière.

 


L'église paroissiale Saint Hyppolyte, du XIIème siècle, remaniée au XVIIIème.

Détail d'une tenture à l'entrée.

Très bel intérieur, surtout très origianl.

Hommage aux soldats tués pendant la 1ère guerre mondiale. Je trouve intéressant que l'on ait pris le temps de présenter leurs photos! C'est déjà un peu moins anonyme que les noms seuls.

 


Et toujours ces têtes grimaçantes, caractéristiques des églises d'époque romane.

Nos ventres commencent à crier famine, et nous entamons la descente. Nous constatons alors qu'une autre route arrivait ici, que nous aurions pu emprunter avec le camping-car. Bah, ce n'est pas grave, ça nous fait faire un peu d'exercice! M'enfin, quand même...

Quelques belles maisons du village.

Presque toutes avec de magnifiques petits jardins comme je les affectionne. Si naturels.

Cette petite route est très bucolique, pleine de charme!

Au loin, les fermes de la région, photographiées au zoom.

On aperçoit un autre puy au loin.

Une fois dans le camping-car, nous cherchons le premier endroit où poser stationner correctement pour nous adonner à une occupation sympa: manger! Il était temps... car il est 15 heures! Pendant que nous mangeons, nous assistons à une averse absolument torrentielle, et nous sommes heureux d'y avoir échappé de peu, lorsque nous étions dans Yssandon! Nous repartons dès 16 heures.

Cette fois, nous traversons Ayen, dont voici l'église.

Détail sur la porte d'entrée.

Le temps est tout-de-même très triste, et les photos, en roulant, ne sont plus possibles. En regardant la carte, je vois que nous ne sommes pas très loin de Ségur-le-Château, où nous sommes déjà passés en camping-car. Nous nous étions dit, à l'époque, qu'il faudrait revenir passer une nuit dans ce beau village, au pied de l'Auvezère (ça vous rappelle quelque chose?), pour le visiter.

Auusitôt dit... Direction le nord, D39 via Juillac, puis D901, et D6, et nous voici en position bivouac, au bord de la rivière.

L'Auvezère, à Ségur-le-Château. Il est 16h30. C'est la débauche!

Le cadre est absolument magnifique. Une superbe soirée à bouquiner, avec cette vue sous les yeux. Pas mal, non?

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:863089 Aujourd'hui :237 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)