F2011_010

Jour 010 - Vendredi 15 juillet 2011 - 72 km - 152 photos (836 km - 1.161 photos)
De Sainte-Hélène à Champs d'Eynès (Lozère - Ardèche)

Toujours plus vers l'est, dans la partie nord du parc national des Cévennes.

Départ à 9h30. Vue arrière sur le village de Sainte-Hélène, qui n'a rien à voir avec Napoléon !

Une bien belle maison, en face d'une petite église, peu avant Saint-Jean-du-Blaymard.

Vue sur le village de Neyrac, juste après le col des Tribes (1131 m).

Vue sur Cubières, montrant de façon éclatante le regroupement, le tassement des maisons les unes contre les autres.

La vallée de l'Altier.

Magnifique petit château du Champ. Un joyau complètement caché, que j'ai aperçu l'espace d'une demi-seconde en roulant. Pas possible de stationner, mais je voulais absolument le photographier. J'ai été obligé de faire deux aller-retours pour revenir sur le point-de-vue.

Vue sur le Grand Altier, petit village faisant suite à Altier, toujours dans la vallée de l'Altier...

Pour finalement arriver sur le lac de Villefort, issu de la construction d'un barrage.

Château de Castanet.

Le même château de Castanet, vu d'un peu plus loin.

Un peu plus loin sur les rives du lac de Villefort, regard arrière sur Castanet.

Viaduc du chemin-de-fer franchissant le lac de Villefort.

Le lac de Villefort, vers le nord.

Je quitte le lac, mais je poursuis ma route le long de l'Altier, via la D51. C'est ici, près de cette ancienne maison, que je fais ma pause déjeûner. Vous ne voyez ici que la partie sommitale de la maison, qui était immense. Elle était construite en surplomb au-dessus de la rivière. En me penchant, j'ai aperçu les murs droits et impressionnants plongeant vers l'abîme. Le toit a disparu. C'est dommage !

La vallée est profonde, et la rivière, peu visible, est d'une grande beauté sauvage et inaccessible. Ici, à l'aide du zoom, on peut voir les veines de la pierre qui font penser à des racines. Ce sont véritablement des racines minérales. C'est splendide.

Autre vue au zoom sur l'Altier.

Autre vue de cette rivière. Comme je vous le disais plus haut, le lit de cette rivière est totalement inaccessible. Vous voyez, il n'est nul besoin d'aller au bout du monde pour vivre l'aventure : remonter ce torrent à pied doit bien en être une !

Vue arrière sur cette magnifique D51, malheureusement en très mauvais état routier.

Cette région porte le nom de Chassezac. Au loin, Sainte-Marguerite-Lafigère.

Pied-de-Borne, un drôle de nom pour ce village. Les piliers de l'ancien pont.

Et, juste à côté, le pont actuel.

Vue depuis le pont vers le barrage, au nord.

Puis je prends la D113, qui suit, pour sa part, le cours du Chassezac. Vue arrière sur Pied-de-Borne.

NON au gaz de schiste. Je vous conseille, si je puis me permettre, de vous procurer le film "GasLand" et de le regarder, c'est bouleversant ! D'ailleurs, quand je vois comment les gens réagissent, je ne les comprends pas. Car pour se défendre, ils observent et respectent les lois. Et je dis non à ce système de défense contre ces industriels. En état de légitime défense, les gens attaqués ont le droit, à mon avis, d'utiliser des armes, car ils sont agressés.

Vue sur le Chassezac. Magnifique.

Ancienne mine de plomb.

Quelle misère de voir cesbeaux bâtiments en ruine.

Fenêtre sur vide...

Autre vue sur le Chassezac.

Zoom sur le lit de la rivière.

Puis la rivière s'élargit à l'approche du barrage.

Coup d'oeil en arrière.

Au niveau du barrage, ouverture des vannes.

Quelques kilomètres plus loin, jolie vue sur la rivière.

Un peu plus loin, je m'arrête près d'une auberge afin de voir si je peux "attraper" un spot Wi-Fi. Mais non, tout est protégé. Je regarde alors ma carte afin de voir où je vais pouvoir faire ma halte. Il est près de 16 heures. A ce moment, la patronne sort et vient me demander si j'ai besoin de quelque chose. En fait, elle avait vu mon antenne. Au cours de la conversation, je lui dis que je me dirige vers Vallon-Pont-d'Arc. Et là, elle me fait un tableau affligeant des vols à la tire partout dans la région. Elle me dit : "Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point c'en est arrivé. J'ai des tas de clients qui m'ont raconté les vols dont ils ont été les victimes. Des bandes organisées viennent même de Marseille dans la vallée de l'Ardèche. Ne laissez pas votre voiture là-bas sur les parkings pendant que vous allez randonner !". Compte-tenu de ce que j'ai moi-même vécu, je ne peux que la croire. Pourtant, il y a quelques mois, je n'aurais pas écouté une telle conversation. Et elle me dit : "De toute façon, il est trop tard pour aller là-bas ce soir. Si vous le voulez, vous pouvez stationner au bout de ma pelouse, là, devant les lauriers-rose, et y passer la nuit. Ici, vous ne risquez rien. Il y aura peut-être un peu de bruit dans la soirée, car c'est complet ce soir, mais vous serez au calme, vous verrez."

J'accepte cette proposition. Il fait une chaleur épouvantable, et je décide d'aller bosser à l'auberge, sur une table, à l'ombre, avec une bonne bière. La soirée a été excellente, ainsi que mon petit repas au pied des lauriers-rose, à l'abri des regards entre mes deux porte-arrière. Et la nuit fut calme. Par contre, depuis le départ, ce fut la nuit la plus chaude.

Page précédente: F2011_009
Page suivante: F2011_011


Depuis le 06/06/2005 Visites:851464 Aujourd'hui :268 Maintenant:15 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)