F2011_016

Jour 016 - Jeudi 21 juillet 2011 - 72 km - 183 photos (1.256 km - 2.044 photos)
De Vassieux-en-Vercors à La Chapelle-en-Vercors (Drôme)

Super, cet hôtel de campagne. Il est plus de 9h30 lorsque je m'éveille, sans doute réveillé par un de mes voisins. Il fait plutôt frais, à cause du vent qui balaie le plateau, et c'est assez nuageux. Pas grave, ça pourrait être bien pire !

Je vais dans le bourg. Il y a de l'animation, je vois même une équipe en train d'installer des micros, on dirait la radio. Ah, tiens, il y a aussi des caméras. Devant le monument en souvenir des victimes massacrées par les nazis le... le.... Je regarde la date inscrite sur la plaque : le 21 juillet 1944. Et aujourd'hui, c'est le... Bingo, mais c'est sûr, c'est la date anniversaire, je suis "tombé" en plein dessus par le plus grand des hasards.

C'est en retournant vers Mygoo que je rencontre Guy, photographié ici un peu plus tard, au guidon de sa magnifique Guzzi rouge. Nous sympathisons immédiatement. Il faut dire qu'il faut vraiment être un ours pour ne pas s'entendre avec lui : c'est la gentillesse personnifiée ! Il vient ici exprès pour cette commémoration. Il faut dire qu'il y vient presque tous les ans, car c'est un grand admirateur des résistants de la seconde guerre mondiale. Il m'offre un café, puis je décide de rester également et d'assister à la cérémonie. De toute façon, ma voiture est bloquée, la circulation est fermée par la gendarmerie.

Je me poste en hauteur, comme un journaliste.

Une seconde cérémonie, presque identique à la première, a lieu ensuite à l'entrée du village, vous savez, là où se trouvent les tombes photographiées hier soir. Nous prenons nos véhicules respectifs. C'est émouvant. Il y a une famille, "Blanc", qui a perdu je ne sais plus combien de membres, jusqu'à un enfant de quelques mois seulement. Guy connait toute l'histoire par coeur, et quand il me raconte, les larmes lui viennent aux yeux, tant il prend ça à coeur.

Restes d'un des planeurs allemands ayant servi à leur opération criminelle.

Nous retournons boire un pot dans un bistrot au village, et manger : il y a une délicieuse omelette au jambon, j'en ai encore l'eau à la bouche. Nous discutons un bon moment; nous sommes par contre obligés de rentrer à l'intérieur, une grosse averse nous chassant de la terrasse.

Je dois dire que Guy est d'une grande érudition, et s'avère incollable sur tout ce qui a trait à la seconde guerre mondiale, et tout particulièrement à tout ce qui touche à la barbarie nazie. Or, il se trouve que je suis en train de lire un bouquin acheté tout récemment trois francs six sous (20 centimes d'euro, si mes souvenirs sont exacts : de la culture gratuite !) lors d'un vide-grenier, qui parle justement des nazis : en fait, c'est un roman, et l'auteur se place dans la peau d'un officier SS ayant travaillant dans les camps d'extermination. Je le dis à Guy, et il me donne le titre et le nom de l'auteur ! J'en profite pour vous le donner, si ce sujet vous intéresse : "Les Bienveillantes", de Jonathan Littel, publié chez Gallimard, 900 pages bien denses, un livre difficile, exceptionnel et extraordinaire, d'une précision que je qualifierais de diaboliquement historique, et terriblement -malheureusement- humain.

Puis chacun reprend sa route. Je tiens à remercier Guy pour sa grande humanité; des gens comme lui permettent de se réconcilier avec le genre humain !

Je viens ici de passer le col de Saint Alexis (1222m) sur la D76, et je longe la montagne de Nève en roulant plein sud.
Ici, vue sur la très jolie Combe Male, vers le sud-est. En bas, le centre de vacances de Rousset-en-Vercors, au sud du village.

Du même endroit, zoom sur la ferme des Liottards, aussi à Rousset-en-Vercors

Et pour en finir avec ce spot, une vue aérienne globale : les Liottards à gauche, Combe Male en face, le centre de vacances à droite.

Et c'est l'arrivée au Col de Rousset (1254m); enfin non, juste après le tunnel. Splendide vue vers le sud.

Rencontre de X et Y (j'ai oublié de leur demander leurs prénoms !), deux motards belges fort sympathiques (mais c'est presque un euphémisme, hein ?).. Ils ont acheté la Transalp il y a moins d'un mois. Je reconnais bien les valises qui s'entrouvrent; c'était la même chose avec les miennes. Que de souvenirs pour moi, que de revoir cette bécane. J'aimerais bien partir avec eux !

Les lacets de la belle D518 conduisant à Die.

Derrière moi, un gros pierrier comme je les aime. Deux touristes du Gard me montrent un chamois. On le voit très bien (avec de bons yeux, hi hi hi....) tout-à-fait à gauche, au bout du pierrier, presque à la limite de la photo. Ce qui me fait penser que l'un de ses congénères a traversé la routecomme un éclair juste devant moi hier matin. Ces animaux sont d'une souplesse, rapidité et agilité tout bonnement stupéfiantes.

Encore ! Pénible, à toujours nous montrer les photos en double, le gars.

Quelques lacets plus bas, au pied des Rochers de Chironne (environ 1500m) et des Aiguilles (1275m): vue vers Die et la vallée de la Drôme.

Une petite vue plongeante. Je regarde évoluer les motards dans les courbes : un vrai régal. C'est une route parfaite, et les épingles sont faciles à négocier.

Vallée de la Drôme, au zoom.

Tiens, justement, une vue dans une des épingles. Je vous le disais : très facile. Sûrement un régal en bécane. Sympa en Kangoo !

Et voici à quoi ça ressemble dans une ligne droite. La pente de la montagne est très forte. Vous l'avez sans doute remarqué : le Vercors, c'est une forteresse. On l'escalade, et on se retrouve sur un plateau. Plus ou moins boisé. Pour redescendre, c'est pareil, quel que soit le côté, il faudra toujours, pour sortir du château, dévaler les pentes abruptes.

Quand je vous dis qu'il y a de la pente, ce n'est pas une vue de l'esprit. Comme toujours, je suis en admiration devant le travail effectué par les diverses érosions, eau, vent, alternances gel/dégel... La pierre la plus dure finit malgré tout par céder, mais la plus tendre disparaît la première. C'est ainsi que les formes se... forment, si je puis dire. Et en conséquence, il y a ces immenses zones de pierres, de très grosses à très fines, issues des blocs qui se détachent, siècle après siècle, et qui, pour le coup, dévalent vraiment les pentes, s'amassent plus bas, rendent ces pentes, petit à petit, moins verticales, etc, etc. Nous observons tout ça à un instant "T". J'aimerais que des géologues créent des fichiers vidéo, avec par exemple un échelle de temps du genre "une seconde=mille ans, ou dix mille ans", pour voir comment ça marche, à l'échelle de la planète.

Et, ce que j'admire aussi, c'est la conquête végétale.

Les pierres s'amassent un peu partout, là où elles tombent, s'effritent, et deviennent propice à la germination de graines emportées par le vent, et...

Et c'est tout bonnement merveilleux. Et plus on descend, plus la végétation est dense, et tout est beau, partout, à chaque étage, en bas, en haut.
Je suis amoureux de tout.

Encore une belle boucle. Heureusement que je suis seul. Qui supporterait un arrêt tous les cent mètres ? Mais c'est grâce à ça que vous avez de tels compte-rendus, ça ne se fait pas en par l'opération du Saint Esprit, que je ne connais pas personnellement d'ailleurs.

Un zoom sur ces falaises impressionnantes. C'est pour moi le seul moyen de les approcher un peu, de les détailler, car je suis absolument incapable physiquement d'y aller voir de près ! Les alpinistes le peuvent, mais je ne sais pas s'ils admirent le paysage : je pense qu'il s'agit essentiellement, pour eux, d'exploits physiques. A chacun ses loisirs, ce n'est pas moi qui critiquerai.

C'est très intéressant de détailler l'implantation végétale, non ? Seules les parois vraiment lisses, sur lesquelles aucun interstice n'a pu permettre l'accumulation d'un terreau propice au développement d'une graine, restent totalement et uniquement minérales.

Pour ce qui est de l'étage inférieur, c'est presque la forêt vierge : on dirait que les arbres s'en donnent à coeur joie !

Bien plus bas, juste avant le hameau appelé Chamaloc, j'aperçois de beaux champs de lavande, dont la couleur contraste si bien au milieu du vert.

Un peu plus loin, je stoppe pour... faire demi-tour. Je voulais juste faire la descente.
Avant de repartir, une petite photo sur les montagnes du Diois, vers le nord-ouest.

Zoom sur les monts de la précédente. Au fond, je pense qu'il s'agit du But de Saint Genix (1643m).

Sur la route du retour, je retrouve les champs de lavande, ici sous un bel angle qui m'a plu.

Au loin, les murailles entourant le col de Rousset.

Les montagnes que je préfère, au centre : j'aimerais beaucoup pouvoir marcher là-haut, sur la crête !

Cette fois, je ne m'arrête plus.... Ah si, encore une fois, juste une petite fois, ici.

Après le col, je prends une petite route à droite qui conduit aux pistes de ski de fond de la montagne de Beure Beure (oui oui, ça ne s'invente pas), au-dessus de la combe Mouron. Le parking est gigantesque. Il y a une voiture avec caravane installée ici manifestement pour dormir. Un petit troupeau d'ânes se trouve ici en contrebas, que je vais voir de plus près. Alors que je prenais la décision de rester ici pour la nuit, je changeai d'opinion en revenant à la voiture : elle était littéralement couverte de mouches. Sans doute la proximité des ânes, mais peu importe : je hais les mouches ! Au secours....

Je reprends la route vers le nord, cette fois.
Juste avant d'arriver à Rousset-en-Vercors se trouve une stèle commémorative, comme il y en a tant dans cette région. Je vous laisse lire.

Sur la surprenante longue ligne droite de la D518, peu avant la grotte de la Lure. Le plateau est déjà à l'ombre, le blé ne poussent pas vite ici.

Les Allemands ont également été des meurtiers en ce même 21 juillet 1944 à La Chapelle-en-Vercors.

Seize meurtres supplémentaires. Gratuits.

La Chapelle-en-Vassieux est un joli bourg animé, qui m'a beaucoup plu. J'y ai fait quelques courses. Et j'ai trouvé ce petit parking, auquel je n'ai pas résisté longtemps... Un hôtel de luxe, assurément ! Et qui plus est, totalement gratuit. La perfection pour Mygoo et son pilote.

Page précédente: F2011_015
Page suivante: F2011_017


Depuis le 06/06/2005 Visites:862328 Aujourd'hui :58 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)