F2011_028

Jour 028 - Mardi 2 août 2011 - 204 km - 347 photos (2.316 km - 3.961 photos)
De La Morte à Pra-Loup (Isère - Alpes de Hte Pve)

Grand beau temps ce matin; en plus, j'en profite bien, car je démarre de bonne heure (7h30). Tout le monde dort profondément autour de moi.

Je quitte donc les camping-caristes endormis et commence par grimper au Désert, hameau situé sous le sommet du Désert à près de 1400 m, à deux pas de la station de ski de l'Alpe du Grand Serre. C'est un cul-de-sac, bien sûr. J'admire en passant le lent travail bien visible de l'érosion. Les vallées se forment et se creusent au gré des pentes et de la dureté des roches. Le résultat est varié, mais toujours grandiose!

Depuis une butte sous le sommet (accès très facile, quelques pas m'ont suffi!), la vue au nord-ouest porte jusqu'à la barrière du Vercors.

Je retourne sur la D114 et prends la direction du sud, vers Lavardens, Oris-en-Rattier, Siévoz... Ici, à la sortie de La Morte.

Les contrastes entre zones d'ombre et de lumière sont très violents à cette heure matinale, selon la profondeur et l'orientation des vallées.
Ce qui ne facilite en rien le travail du photographe ! Ici, juste à la sortie de Lavaldens.

Maisons typiques de la région, dans ce petit hameau de Fontagneu.

J'adore ça: un seul arbre qui se détache dans le paysage, c'est un choc à chaque fois. Ici, peu avant d'arriver à Oris-en-Rattier.

La vue s'élargit, offrant un assez vaste panorama. Ici, La Mure et les villages alentour, depuis les hauts d'Oris-en-Rattier.
Les sommets, au loin à l'ouest, au-delà de la vallée du Drac, cachée, sont ceux des hauts-plateaux du Vercors: la montagne de Lans.

A Siévoz, je prends la D26, puis la D526, vers Valbonnais, à l'est.
Ici, une vieille maison, juste avant le pont du Prêtre, au pied de la montagne de Roussillon: pour la vieille publicité!

Je reste près de 45 minutes à Valbonnais, car j'y ai "accroché" un bon spot WiFi. Du coup, mails et surf....

Je quitte la D526 peu après le pont des Favettes, à la sortie de Valbonnais, pour la D2121, ici dans le Bois Chainard, juste après le bourg des Angelas. Je connais cette route, pour l'avoir empruntée en moto le 23 septembre 2009 avec mon frangin (et la Transalp), mais dans l'autre sens. Si ça vous intéresse, c'est à lire ici. Elle conduit au col de Parquetout (1398m). Etroite et sinueuse, elle vaut vraiment le déplacement.

Je profite de la mise en place de ce lien pour vous expliquer ma façon de procéder pour retrouver un récit sur allersretours.com. En effet, vous pensez bien que j'ai du mal à retrouver un texte sur mon propre site, car il commence à contenir pas mal de matière, et je me demande si ma cervelle n'en perd pas, de son côté! Du coup, il existe une fonction merveilleuse, c'est la "recherche", qui se situe en haut à droite, juste sous les menus. Il vous suffit de saisir le texte qui vous intéresse, puis de cliquer sur le bouton "envoyer". Et hop, la machine vous retourne la liste de tous les liens sous lesquels figure le texte recherché! Magique, non? Surtout, remarquablement efficace pour ma pauvre mémoire!

Arrêt juste avant le dernier lacet sous le col. La vue y est très impressionnante, comme la route.
En bas, c'est le village de Valbonnais, et sa base de loisirs près du petit lac. La rivière que l'on voit se nomme la Bonne.

Du même endroit, vue sur les sommets environnants.

Toujours sur le même emplacement, je vois la D2121 après le col de Parquetout.

Je revois avec plaisir le village de Saint-Michel-en-Beaumont, magnifique sur son petit promontoire.
Par contre, mes roues ne m'y conduiront pas, je tournerai avant vers le sud.

La descente vers Villelonge.

A Villelonge, je quitte donc la D2121 pour la D212, qui file sud-est vers Corps et la très célèbre route Napoléon.
Ici, juste avant le col de l'Holme, à 1208m.

Un peu plus bas, juste après Sainte-Luce, une très belle vue sur la magnifique Grande Tête de l'Obiou (2782m). J'adore cette montagne!

Du même endroit, on voit aussi le lac de barrage du Sautet.

Vous la reconnaissez forcément, la jolie Grande Tête de l'Obiou, vue depuis la sortie de Corps.

Et le lac du Sautet à mes pieds, dont on voit le barrage au bout, plein ouest. Pour ma part, je ne suis pas "fan" de cette fameuse route Napoléon, et je trouve la petite D57 pour en éviter un petit morceau, et trouver un peu de calme, car elle est très "chargée" en circulation.

Vraiment sans regret aucun! Aussitôt, je "tombe" sur ce surprenant paysage de rêve, auquel je ne m'attendais pas du tout.
La vallée du Drac, malheureusement en contre-jour.

Un peu plus loin, à la sortie du hameau du Glaizil, au pied de la montagne de Faraut, je me retourne: le pic Pierroux (2377m).

Soudain, par l'énorme percée du Valgaudemar, j'aperçois une montagne qui m'est chère: la Barre des Ecrins, 4102m, située à 35km d'ici.
Au premier plan, le hameau de l'Hôpital.

Et un petit coup d'oeil en arrière sur le Drac.

Je retrouve la Route Napoléon, mais pas pour longtemps. Je la quitte ici, à Saint-Bonnet-en-Champsaur, afin de contourner Gap et rester sur les petites routes que j'affectionne tant. La scène peinte en trompe-l'oeil sur ce mur de grange est saisissante de réalisme !

Cette région est le Champsaur, haute vallée du Drac, dans les Hautes-Alpes. Je roule sur la D143 vers l'est puis le sud-est, ici entre le hameau des Combes et Chaillol. Je suis très admiratif devant les marques profondes infligées à la montagne par l'érosion.

Un peu plus loin, je reste un moment, émerveillé, à contempler les pentes du Pic Queyrel ou Queyron.

La petite route est enchanteresse; il faut dire que je suis gâté par la météo!

Petite chapelle bien entretenue à Chaillolet.

Après Chaillol et Les Fangeas, je longe ici le Drac pour le traverser au Pont-du-Fossé plutôt que de le traverser aux Chabottes.
Petit détour, allez savoir pourquoi? Au-dessus de ma tête se profile très nettement le Polastre Sommet (2276m).
J'adore ces "têtes de vaisseaux", un peu comme en Islande ou Norvège, au bout des fjords.

Après Saint-Léger-les-Mélèzes, je me retourne vers la vallée du Drac: en bas, le village de Chabottes.

Vue arrière sur la D113. Les montagnes du Champsaur, au nord, de l'autre côté du Drac.

Et la même D113, au même endroit, mais dans l'autre sens, vers le sud, là où je me dirige.

Ancelle: traversée de la Rouanne.

Vue sur les sommets depuis le hameau de Moissière.

Au col de Moissière (1571m), qui relie Ancelle à la Bâtie-Neuve. C'est le passage routier entre le haut Champsaur et le Gapençais.

La D214 redescend maintenant à travers la jolie forêt domaniale du Sapet.

Quelques belles épingles en sortie de forêt, juste au-dessus des Borets, sûrement fort plaisantes pour mes amis motards.

Mais tout aussi attrayantes pour les "kangoonautes"...

Le torrent du Dévezet, qui dévale en droite ligne les pentes abruptes du Piolit (2464m). Il est actuellement bien calme.
Mais vu son lit, je pense qu'il faut se méfier de l'eau qui dort!

La jolie route, devenue D614, devient riante et champêtre à l'approche de Chorges.

Et même campagniarde en arrivant dans la petite ville!

Finies les petites routes: je trouve à Chorges la N94 qui part vers l'est (puis plein nord à Briançon) en longeant la rive nord du lac de Serre-Ponçon. La circulation y est dense. Première jolie vue sur cet immense lac de barrage: la baie et l'île Saint-Michel sur laquelle on peut voir la chapelle sauvegardée...

En face, l'énorme masse, inévitable, du Pic de Morgon (2327m).

Vue arrière en contre-jour vers le sud-ouest.

Détail sur une échancrure aux pentes complètement ravinées par les eaux de pluis.

Savines-le-Lac. Je viens de traverser sur le joli pont que l'on aperçoit à droite, sur lequel, malheureusement, un arrêt est impossible!
Je n'ai pas le courage, par cette chaleur, d'y aller à pied. Ceci d'autant plus que Mygoo est très mal stationnée.

Je longe désormais la rive sud, vers l'ouest cette fois, en empruntant la jolie D954, un peu plus calme.
Cette fois, en face, c'est le Mont Guillaume qui domine (2542m); on aperçoit le village de Puy-Sanières à droite.

La D954 s'élève nettement, offrant de très belles vues arrière sur le lac de Serre-Ponçon. On distingue encore le pont de Savines.

Un petit coup de zoom pour mieux vous le montrer.

Un peu plus loin, mais en regardant devant moi, je me retrouve en face de la baie Saint-Michel et de son île.

Splendide vue sur une grande partie du lac de Serre-Ponçon, vers le sud-ouest. La D954 surplombe toute cette rive.
Cette vue me fait penser -un peu- à certains paysages d'Irlande, d'Ecosse et aussi de Norvège. Tout simplement magnifique.

Dommage, le contre-jour m'enlève toutes les couleurs...

Dans la montagne, vue sur un gigantesque effondrement; j'aurais aimé prendre cette petite route, mais j'ai privilégié la rive.
Il faut bien que j'en laisse un peu pour une autre fois !

Peu avant Le Sauze-du-Lac, la route passe au pied de très jolies "Demoiselles Coiffées", ou "cheminées de fée".

Vue sur l'autre rive, très escarpée et érodée, peu avant d'arriver au village Le Sauze-du-Lac.

Vue sur le barrage de Serre-Ponçon. Le lac fait ici un angle à 90 degrés et la route doit contourner totalement cette fourche pour accéder au barrage; ce détour obligatoire correspond à la bagatelle de plus de trente kilomètres!

Zoom sur la Baie des Lionnets, sur la rive opposée.

C'est à mon avis en bateau que les paysages doivent être les plus jolis.

Une idée de la roche au-dessus de ma tête.

La D955 serpente fort joliment le long des pentes dominant le lac.

Je suis descendu au bord du lac par une petite route très raide conduisant en cul-de-sac au Port Saint-Pierre, où je comptais bivouaquer. Malheureusement, je n'ai trouvé aucune place de parking à plat; de plus, tout était payant, y compris l'accès à la petite plage: je me suis donc sauvé...
Retour sur la D954, qui poursuit sa belle descente vers le bout du lac, cette fois direction plein est.

C'est fini; je poursuis plein est sur la D900, dans l'étroite vallée de l'Ubaye. Les sommets qui m'entourent sont majestueux.

Whaaaa! Quelle splendeur! Je reste un moment sous le charme de ces sommets sauvages apparaissant dans le lointain.

Et plus près, au-dessus de ma tête.

Arrivée à Barcelonnette, ici près du terrain... d'aviation, bien sûr!

Finalement, ne trouvant pas de "logement" à mon goût à Barcelonnette, je décide de tenter ma chance à Pra-Loup, station de ski dominant la ville, à une altitude d'environ 1550m. Il y a un parking pour camping-cars; pas terrible, mais la vue y est splendide. Mon bivouac se fera donc ici!

Page précédente: F2011_027
Page suivante: F2011_029


Depuis le 06/06/2005 Visites:905834 Aujourd'hui :356 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)