F2011_035

Jour 035 - Mardi 9 août 2011 - 137 km - 75 photos (2.586 km - 4.984 photos)
De Guillaumes aux Arcs (Alpes Maritimes - Var)

Grasse, très grasse matinée.... Départ à 12h30 !

Un peu cachée, cette source à Guillaumes, avec une curieuse peinture de l'appel du général De Gaulle le 18 juin 1940.

La chaleur est écrasante, les couleurs des photos sont minables ! J'ai essayé de les récupérer, mais avec, en plus, les contre-jours, dur dur...
D2202, en direction du sud. La route longe les belles gorges de Daluis, style "Colorado", en raison de leur couleur.

Les gorges sont suffisamment profondes pour se faire bobo en cas de chute.

Au loin, le pont de la mariée, sur lequel on peut faire du saut en parachute. Pour 60 euros...

Voici donc le pont de la mariée: tout le monde en parle. L'histoire y est relatée en détail sous le lavoir de Guillaumes. Je vous recopie le texte de la pancarte, pour ceux qui ne parviendraient pas à le lire. Le 30 juillet 1927, un couple en voyage de noces alla visiter les gorges à la nuit tombante. L'homme revint affolé, déclarant que sa femme, trompée par l'obscurité, avait sauté le pont. L'enquête conclut à un accident. La légende fleurit d'elle-même, d'une jeune femme qui, le soir de son mariage, s'est jetée de ce pont par désespoir d'amour parce qu'elle n'avait pu épouser l'homme qu'elle aimait. Le mystère reste entier.

L'ocre de la pierre ne ressort pas comme il le devrait, j'aurais du venir à l'aube ! En bas à droite, le parapet: facile de tomber !

Il y a désormais beaucoup de monde qui se jette dans le vide, mais plus de mort. Il y en avait un qui se préparait, et que je voulais filmer. Mais ça s'éternisait, et j'en avais un peu marre d'attendre. La prochaine fois, peut-être !

Zoom sur le fond des gorges. Il y a des chemins de randonnée mais, décidément, il fait beaucoup trop chaud !

Je ne sais plus si je vous l'ai dit, mais cette rivière, c'est le Var.

Autre vue plongeante et zoomée de cette belle rivière.

Dame nature a généré de très belles tables de pique-nique, malheureusement difficiles à atteindre.

Je gage que seuls les animaux se baladent dans cette jungle.

A Saint-Julien-du-Verdon (que vous voyez ici), je quitte l'ancienne N202 pour la D955, qui plonge plein sud sur les rives du lac de Castillon.

A droite, la base nautique du Touron, au pied du hameau du Colombier, juste au-dessus de Saint-Julien-du-Verdon.
Des gens se baignent, et ils ont bien raison!

Vue vers le sud. La D955 va surplomber les rives que l'on voit ici à gauche.

Je viens de contourner cette échancrure; de l'autre côté, on aperçoit les deux routes : la N202 au-dessus, et la D955 en bas. L'eau est d'une belle couleur bleue -mieux que sur la photo. Au fond de la petite baie, plusieurs petits bateaux étaient à l'ancre. Leurs occupants étaient pour la plupart dans l'eau.

Autre vue sur Saint-Julien-du-Verdon et sur la base nautique du Touron.

En roulant.... Je sais, ce n'est pas très sérieux, mais je ne roule pas vite non plus.

Les couleurs sont complètement irréelles. J'ai l'impression d'avoir été téléporté en Indonésie, ou en Asie du sud-est !

Vue sur le lac de Castillon, peu avant le barrage de Castillon-Demandolx.

Zoom sur le relief de la rive opposée. Le lac est à la cote maximale théorique de 880 mètres.

Et derrière moi, la Crête de Crémon, à 1760 mètres.

Ensuite, je roule beaucoup, dans une chaleur étouffante ! Traversée de Castellane -foule, bouchons.... Je prends ensuite la D4085 vers le sud-est (c'est la route Napoléon, très jolie dans cette partie). Je la quitte pour la D21 en direction de Draguignan, puis la D25 à gauche, qui traverse plein sud le camp de Canjuers.

C'est pour moi un souvenir assez bizarre. Je suis venu quelques jours dans ce camp, en été 1973. A ceci rien de bien exceptionnel, c'était lors de mon service militaire, et nombreux sont les jeunes hommes à y être passés. Mais il y avait cependant quelque chose d'exceptionnel. En effet, j'étais alors basé à Berlin, au 11ème RC: "régiment de chasseurs", c'est la cavalerie. Et la cavalerie, maintenant, ce sont les... chars! Vous me direz : "bon, OK, et alors?". Et je dirais ceci : je suis venu de Berlin en avion (sans les chars, hein!) à hélices du type bombardier de la seconde guerre mondiale, avec une tourelle transparente au-dessous, en fond de carlingue. C'était très impressionnant: bruits, vibrations, parachutes sur les épaules, vue irréelle du sol défilant très loin sous mes pieds... Atterissage à Strasbourg, problèmes au moteur droit! Quelques heures d'attente avant de repartir avec le même avion. Atterrissage à Hyères quelques heures plus tard, après le survol des Alpes que je voyais aussi défiler sous mes pieds. Puis, à Canjuers, ici-même, tir réel au canon avec les AMX-30. Souvenirs, souvenirs....

La vue vers le sud, depuis le Col du Bel-Homme (915m), est très particulière. A l'horizon, à environ 35 km à vol d'oiseau, on voit distinctement la Mer Méditerranée, Saint-Raphaël à droite et Cannes à gauche, et le massif de l'Esterel sous mes pieds.

Au même endroit, joli papillon sur la carrosserie d'une voiture... Il y a un point de vue à quelques vingt minutes de marche; je n'en ai pas le courage dans cette fournaise! La descente vers Bergemon est magnifique, mais la forêt empêche la photo, les arbres cachant le paysage. La traversée de Callas est terrible: rues très étroites, circulation intense, bus, touristes.... Je ne voudrais pas être ici avec un camping-car! Je poursuis jusqu'au Muy. Horrible. La foule, les voitures, le bruit, la chaleur. Je trouve une minable aire pour camping-caristes aux Arcs.

Mais que suis-je venu faire ici sur la côte méditerranéenne en cette saison ?

C'est décidé: demain, je retourne dans les montagnes !

Page précédente: F2011_033
Page suivante: F2011_036


Depuis le 06/06/2005 Visites:920672 Aujourd'hui :15 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)