F2011_045

Jour 045 - Vendredi 19 août 2011 - 76 km - 211 photos (3.203 km - 6.863 photos)
Autour de Guillaumes (Alpes Maritimes)

Le 44ème jour est un jour de repos... Siestes à répétition, baignades dans le Var, lecture... L'eau du fleuve est merveilleusement et curieusement délicieuse. La chaleur est épouvantable. Mais j'ai connu des journées plus difficiles dans ma vie !

Cette journée de repos n'a pas empêché un départ à dix heures pour l'étape 45. C'est génial, les vacances, mais partir si tard a toujours des conséquences : je perds l'accès aux belles couleurs !

Aujourd'hui, ce sera une petite virée vers le nord du Parc National du Mercantour. Traversée de Villeneuve-d'Entraunes, puis de Saint-Martin-d'Entraunes, puis Entraunes, petits bourgs de montagne dans lesquels je cherche du pain sans succès. Si, même en France, on ne trouve plus de pain.... Oh France, tes traditions disparaissent lentement... La petite départementale suit les méandres du Var, puis s'élève assez fortement après Entraunes pour passer en face de la belle cascade d'Aiglière dont vous apercevez ici que la chevelure terminale. Ce torrent impétueux qui coule en bas, c'est bien le Var.

Une vue d'ensemble du site, absolument grandiose. Le premier sommet doit être, je pense, la Crête des Melins (2085m). Au fond, sans doute, la Tête du Lac (2676m), derrière laquelle se trouve le Lac d'Allos, visité voici quelques jours.

On ressent la chaleur ambiante en regardant cette photo couverte de brume !
Il s'agit d'un coup d'oeil arrière, la cascade se trouvant alors à ma droite, de l'autre côté du ravin creusé par le Var.

Après le Pont Saint-Roch et le hameau de Saint-Sauveur, on arrive à Estenc, et au lac du même nom, que voici, situé juste au bord de la route.
Une pancarte indique "Source du Var". Arrêt obligatoire... histoire de se cultiver un peu, et de se dégourdir les gambettes.

Autour du lac, des centaines de petits papillons s'agglutinent les uns sur les autres : la saison des amours, sans doute.
Ce serait rigolo, si c'était aussi comme ça avec nous, non ? Hummmm, tout compte-fait, à la réflexion, peut-être pas !

Là-haut, de belles murailles au pied desquelles j'aimerais aller marcher. Mais... le temps, toujours le temps ! Il faut choisir, toujours, entre voir beaucoup de choses, ou se contenter d'une seule. Eternel dilemne. Et je penche souvent vers le maximum ou le "toujours plus"... Ce qui signifie, en d'autres termes, que je ne prends toujours pas le temps de vivre vraiment, bien que je m'y essaye de plus en plus souvent !

L'endroit est charmant au possible, une grande quiétude règne ici, invitant à l'inaction. C'est là, au bout de ce chemin de planches posé sur ce marécage miniature, que git le filet d'eau qui engendre le Var... Cette source est donc située à une altitude de 1 790 mètres, au sud du col de la Cayolle (2 326 m) dans les Alpes-Maritimes. Son parcours de 114 kilomètres s'achève dans la mer Méditerranée entre Nice et Saint-Laurent-du-Var.

Le voici d'ailleurs, un peu plus loin, et déjà bien fier.

C'est reparti.
La route s'élève maintenant fortement, et offre de belles échappées sur le petit lac d'Estenc, comme ici peu après le refuge de la Cantonnière.

Dernier coup d'oeil vers le sud, dans les derniers lacets avant d'atteindre le col de la Cayolle.

Col de la Cayolle, 2326m. Vue vers le refuge de la Cayolle, où ils servent de bons petits plats à prix réduits. Hummmm.

Plusieurs sentiers, faciles, partent du col.

Le Trou de l'Aigle (2961m). Le chemin vire au sud-ouest et conduit au col de la Petite Cayolle.

Le Sommet des Garrets (2822m). Le col est à sa droite.

Il est là-haut, le col de la Petite Cayolle. Les moutons occupent les flancs des montagnes.

Retour vers le parking; c'était juste un petit tour, pour voir.

Le Trou de l'Aigle à nouveau, à droite.

Le lent mais efficace travail de l'érosion.

Certains s'oublient en plein milieu du sentier. Ne pas marcher le nez en l'air !

En bas, la vallée du Bachelard, au-delà du col de la Cayolle, dans laquelle serpente la D902, nouveau nom de la D2202. Eh oui, l'administration.... car le col marque un changement de département et le passage dans les Alpes de Haute-Provence.

Le refuge de la Cayolle, où je vais aller manger, au pied de la Tête de la Gipière (2626m).

Et la D902, qui file vers Barcelonnette.

En vue du parking.

Et de Mygoo, patiente, en plein soleil.

Une belle maison individuelle de marmotte, bien située au bord de l'autoroute...

Après ce bon repas, poursuite de la balade vers le nord.

Quelques kilomètres plus loin, arrêt près du Pont de la Cascade. Le site, seul petit coin de verdure du secteur, est grandiose, au pied de la Tête sud de la Crête de la Pierre Eclatée (2713m), du Trou de l'Aigle, de la Cime de l'Eschillon (2709m), de la Tête de la Boucharde (2639m), de la Tête du Grand Clot (2658m) et de la Tête de Peynier (2607m).

Plus loin vers le nord, les Roches du Peynier.

Le petit paradis, au pied du ravin de la Grande Cayolle.

On s'accroche, on s'accroche.... Bon courage, les gars, tenez bon !

Les énormes forteresses s'effritent au fil des siècles.

Au gré des gels et des dégels, lentement mais sûrement, millénaire après millénaire, ça chute. Gageons que si je reviens faire cette photo en l'an de grâce 92.011, le changement ne sera pas si énorme, et vous reconnaîtrez encore les lieux. C'est que Dame Nature prend son temps, elle !

Quelques arbres s'aggripent dans les pierriers de la Tête du Grand Clot. Quel courage.

Car il en faut pour tenter ici sa chance, la preuve.

Je n'irai pas plus loin. Il fait chaud, et faire le tour par le col d'Allos et le Col des Champs... Pas le courage.

Demi-tour pour un nouveau bivouac à Guillaumes. Ici, dans les lacets après le col de la Cayolle.

La large vallée du Var, entre Villeneuve d'Entraunes et Guillaumes. Il a vite creusé sa voie !

Page précédente: F2011_043
Page suivante: F2011_047


Depuis le 06/06/2005 Visites:882449 Aujourd'hui :42 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)