F2011_049

Jour 049 - Mardi 23 août 2011 - 52 km - 309 photos (3.401 km - 7.912 photos)
De La Condamine-Châtelard au col de Vars (Alpes Hte Pr. - Htes Alpes)

Et il fait toujours un grand beau temps. Il est 8h15 lorsque je quitte le camping, ce qui est fort honorable pour un vacancier !

Il y a plusieurs forts (forts de Tournoux) au-dessus du camping, au sommet de la montagne. Mais je n'ai pas le courage d'y aller. Alors, c'est parti avec Mygoo, ce qui est, reconnaissez-le, moins fatiguant et plus sérieux pour un p'tit vieux en ces périodes de fortes chaleurs. Je passe l'Ubaye peu après le camping et me dirige vers la haute-vallée de l'Ubaye et le massif de Chambeyron.

Juste après, je quitte la D900 qui part vers le sud-est et l'Italie via le col de l'Arche (route faite en moto fin septembre 2009). J'ai envie de suivre la vallée de l'Ubaye en remontant vers sa source. C'est donc la D902. Qui commence par retraverser l'Ubaye, que je vais désormais longer sur sa rive gauche.

J'ai nbien fait de ne pas me fatiguer à grimper vers les forts de Tournoux, car je passe devant la redoute de Berwick (1326m) qui en fait partie. C'est un bel exemple d'architecture militaire du 18ème siècle. La redoute est formée par un mur d'enceinte polygonal percé de quelques embrasures et flanqué d'une grosse tour arrondie qui sert de réduit. L'enceinte est percée par une grande porte cochère qui est flanquée par des créneaux de fusillade percés dans la façade sud de la tour-réduit. (Renseignements recopiés de ce site fort intéressant).

Saint-Paul-sur-Ubaye. La 902 file vers le nord-ouest via le Col de Vars. Je la prendrai plus tard, c'est bien ma route. Mais je voudrais d'abord aller visiter la haute-vallée de l'Ubaye le plus au nord possible. C'est la D25, qui est un cul-de-sac, mais j'aime bien m'enfoncer au fond de ces vallées.

Très curieuses formations géologiques sur cette montagne.

Joli quadran solaire bien caché aux Hugues, dans le hameau de Petite Serenne.

Au nord de Grande Serenne, l'Ubaye passe dans un défilé très étroit.

Un pont très impressionnant -le Pont du Châtelet- permet de franchir la gorge pour atteindre un hameau, Fouillouse, lieu de départ de nombreux sentiers de randonnée, dont le GR 5 et le fameux GR 56 dont je vous parlais hier. Je décide d'aller voir. Ici, vue vers la haute vallée de l'Ubaye, depuis le pont.

Et vers le sud, de l'autre côté. On aperçoit Grande Sérenne. Sous mes pieds, le ravin de l'Ubaye.

Les montagnes autour sont d'impressionnants blocs rocheux.

Zoom sur Grande Serenne. Au loin, Saint-Paul-sur-Ubaye. La route conduisant à Fouillouse est très étroite et attaque les contreforts de la Souvagea (3013m) au prix de lacets serrés et fort impressionnants. Par contre, je suis déçu par Fouillouse. Un immense parking obligatoire a été construit en amont du village, non goudronné et en très mauvais état. De plus, à ma grande surprise, il est presque complet -certainement les randonneurs-, m'obligeant à prendre des risques pour stationner correctement Mygoo. Ajoutez à ça la chaleur torride qui tombe du ciel en ce milieu de matinée, ne m'incitant aucunement à aller marcher dans les rues du village. Je fais demi-tour, sachant qu'il faudra venir ici hors-saison.

Je repasse le Pont du Châtelet pour reprendre ma route vers le nord.

Coup d'oeil arrière; je viens de passer sur la rive gauche au-dessus du Pont Vouté qu'on entrevoit plus bas. Altitude 1700m.
L'Ubaye est ici un torrent de montagne.

C'est splendide. Ici, au lieu dit Les Eaux Douces, au pied des éboulis desdendant des Chalanchasses et juste avant la Blachière, l'ensemble dominé au nord par le Grand Bec de la Blachère (2718m)... Ouf !

Au loin, des sommets colorés aux arêtes très vives.

1860 m, entre La Barge et Maljasset, le lieu-dit "Le Radier". La vallée s'élargit.

Arrivée à Maljasset. Malheureusement, la route est fermée, un gros panneau "sens interdit" en barre la continuité. Un parking se trouve ici, il faut continuer à pied. La chaleur est intenable, il n'y a pas d'ombre, c'est donc rapidement que je prends ma décision : demi-tour.

Je traverse à nouveau le Radier.

Les endroits pour s'arrêter sont rares compte tenu de l'étroitesse de la route. De plus, pas question de manger en plein soleil !

Tout au long de l'Ubaye, les grands sommets se terminent par d'immenses pierriers.

Coup d'oeil arrière sur Saint-Antoine, le hameau que je viens de dépasser.

De l'autre côté, je suis en vue du Pont du Châtelet, dont je vous parlais plus haut, qui permet de monter à Fouillouse.

C'est finalement au Pont de l'Estrech, peu avant Saint-Paul-sur-Ubaye, que je vais trouver ombre et fraicheur pour reprendre des forces.
Il est 13 heures. Je vais rester ici plus de deux heures à bouquiner et reprendre des forces...

Saint-Paul-sur-Ubaye. Le village de Saint-Paul-sur-Ubaye se situe à 1 470 mètres d'altitude, dans la haute vallée de l'Ubaye, sur la route de Vars. Installé au pied du massif de Chambeyron, il est le plus haut village des Alpes-de-Haute-Provence, et la seule commune de France à avoir plus de 30 sommets supérieurs à 3 000 mètres sur son territoire. Elle est la 7e plus vaste commune de France métropolitaine et la plus vaste si l'on tient compte de la surface réelle due au relief (les surfaces officielles sont calculées sur la base d'une surface plane).

Je reprends la D902 laissée ce matin et pars à l'assaut du Col de Vars. J'essuie quelques gouttes, la forte chaleur ayant engendré quelques orages, mais rien de bien méchant. Vue sur le vallon de l'Infernet en grimpant vers le col.

Encore ce même genre de roches. On dirait de la pâte mille-feuilles.... Bon appétit !

Et voilà. Il est 16 heures.

Je vois quelques camping-cars installés ici. Je décide de bivouaquer au col, ce sera génial.

Toujours beaucoup de cyclistes sur les routes des cols.

Plusieurs sentiers, faciles, partent du col.

La route au-delà du col, qui descend vers Les Claux.

Petite chapelle sous le col.

Je décide d'aller faire une balade sur ce sentier qui grimpe vers le nord-ouest, au pied de la Crête de l'Eyssina.

En contrebas, la D902 qui descend vers Saint-Paul-sur-Ubaye, et que je viens d'emprunter.
En arrière-plan, les pentes ravinées et fort jolies de la Crête du Vallon des Prises et de la Tête de Paneyron.

Il fait bon maintenant, la pluie a rafraichi l'atmosphère. La pierre est noire. Quelques malheureuses touffes d'herbe jaunie s'accrochent dans la pente.
Traces d'un vieil incendie ?

Pointe et Crête de Châtelret, et Combe Rollande.

Je marche une demi-heure, jusque vers le lieu-dit l'Ecuelle (2194 m), puis je fais demi-tour.

Enfin, je peux photographier ces grandes fleurs de chardons que je vois plantées sur les portes des étables.
Il y en a un peu dans les pentes exposées au soleil, et c'est très joli.

Petit coup d'oeil en arrière. Il est 18 heures, c'est l'heure de la débauche.

Page précédente: F2011_048
Page suivante: F2011_050


Depuis le 06/06/2005 Visites:919758 Aujourd'hui :433 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)