F2011_050

Jour 050 - Mercredi 24 août 2011 - 76 km - 384 photos (3.477 km - 8.296 photos)
Du col de Vans à Ceillac (Hautes-Alpes)

Départ à 7h30. Décidément, je suis en forme.

Quelques photos des monts autour du col de Vars, avec la lumière du soleil levant.

Vous noterez que le beau temps ne me quitte pas...

Le col de Vars marque la frontière en les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes, qui est sera mon département pendant quelques jours, je pense. La D902 passe devant ce "refuge napoléon" (le troisième, hein, pas Bonaparte), à mi-chemin entre le col de Vars et Les Claux.

Les Claux : station de ski, sans intérêt pour ma pomme, forcément. Je poursuis vers le nord en direction de Guillestre, toujours sur la D902. Je longe la Crête de Vars puis la Crête de la Scie, au bout desquelles je quitte la D902 pour une toute petite route parallèle à la 902, mais de l'autrte côté des crêtes.

Un gars attendait dans une voiture à l'embranchement, et démarre juste derrière moi, en me collant. Comme je n'aime pas ça, surtout que je m'arrête sans arrêt pour prendre des phtos, et compte tenu de l'étroitesse de cette petite route, je m'arrêt pour le laisser passer. Arrivé à ma hauteur, il ouvre sa fenêtre et me dit que tout le monde n'est pas arrivé.... C'est un employé des Eaux et Forêts, et il m'avait pris pour quelqu'un d'autre !

Ici, je m'arrête pour faire une photo arrière sur Guillestre que l'on aperçoit sur un promontoire au loin dans la large vallée de la Durance. A l'horizon à droite, la tache blanche est, très certainement, celle du glacier blanc de la Barre des Ecrins (4102 m), une de mes montagnes favorites.

Je ne regrette pas d'avoir démarré de bonne heure, je n'aimerais pas croiser ici. Les parties en surplomb sont très impressionnantes.
La route domine les gorges profondes du torrent au joli nom de Rif Bel. Ci-dessus, encore une vue arrière.

Une croix dans la muraille, avec une photo, "à la mémoire de Pierre Bagnis, décédé accidentellement, 1935-1959)".

Cette profonde vallée porte le nom de Val d'Escreins ou Vallée de Vars. Elle fait partie du Parc Régional du Queyras.

Après le Pont de Vars (au-dessus du vide), la route s'élargit. Ici, départ d'un sentier qui, entre autres, conduit au sommet de Cugulet (ou Mont Guillestre). Il commence par la traversée à gué du Rif Bel, pas très "vigoureux" en cette saison. Je reprends la route.

Qui se termine sur un parking. La suite, c'est à pied !

J'ai la dalle, car je n'ai pas déjeûné ce matin. Il n'y a que deux ou trois véhicules sur le grand parking, très bien fait et goudronné, ce qui change de ceux d'hier. Je m'installe ici au soleil (il faisait froid à l'ombre), et je passe un moment absolument délicieux (gastronomiquement aussi....).

Les aiguilles acérées de la Crête de Vars au-dessus de ma tête. ce doit être difficile de marcher là-haut ! A moins que des sentiers contournent les pointes, mais je n'en ai pas la moinbdre idée. Ce que je sais, c'est que j'aimerais beaucoup y aller pour voir. Un autre jour...

Après ce bon petit déjeuner réparateur, je retourne vers la D902.

Ruines et chapelle d'Escreins vues en surplomb.
A gauche, on peut voir un des tipis de la tribu des Escreinmounitos....

Mais non, je plaisante !

Crocus ?

Je pense qu'il s'agit là de la Crête d'Agnès, mais je n'en suis pas certain.

Au pied d'un des nombreux torrents qui dévalent les pentes de la Crête de Vars, dans le Bois d'Escreins.

Terrible sommet de Combe Chauve, juste sous le Mont Guillestre, de l'autre côté du ravin du Rif Bel.

Le soleil a bien du mal à percer dans le bois d'Escreins.

Au loin, les sommets de l'autre côté de la vallée de la Durance, ce sont ceux du massif des Ecrins.

Coup d'oeil arrière. Je profite de ma place pour aller faire des photos un peu plus loin sur la route, aux endroits stratégiques et/ou impressionnants.
Que ne ferais-je point pour vous !

Echappée sur Guillestre. En même temps, vous voyez la route sur laquelle je circule...

Un superbe sentier longe le Rif Bel sur l'autre rive. Encore une belle marche à faire !

On voit mieux Guillestre sur son plateau rocheux (à gauche), et la Barre des Ecrins et son glacier en haut à droite.

Vue globale du Val d'Escreins, la vallée du Rif Bel, visible en de très rare échappées.

Le fameux Pont de Vars, surplombant le vide. Brrrr.....

Retour sur la D902, je respire. C'est toujours stressant dans de telles gorges, avec une voiture. Guillestre en bas des jolis lacets, effectués en Transalp en septembre 2009 dans l'autre sens. Un plaisir en bécane. En Kangoo aussi... De toute façon, je vais vous révéler un secret : la route, pour moi, c'est toujours un plaisir, quel que soit le moyen de locomotion. Sauf peut-être le vélo, en côte....

Curieuses formations dues à l'érosion, que je découvre au loin alors que je me trouve entre Peyre Haute et Peyre Basse.

Je n'ai aucune envie d'aller visiter la forteresse de Guillestre, et je poursuis sur la D902 en évitant la ville. La route du Queyras est en travaux, et il est impossible de stationner; dommage, car elle surplombe ici les gorges du Guil (qui a sans doute donné son nom à la ville Guillestre, non ?). J'arrive assez vite sur un barrage, au lieu-dit le Pont de Pierre ou Maison du Roy. A quelque kilomètres de Guillestre en direction du Queyras, juste avant l'embranchement de la route de Ceillac se trouve une auberge : la maison du roy. Selon la légende, lors d'un de ses voyages en Italie en 1628, Louis XIII aurait fait une halte dans ce lieu, appelé alors l'Auberge de Pont-la-Pierre. L'aubergiste (un ancêtre de l'hôtelier actuel), après avoir servi une omelette au roi, lui aurait présenté une note un peu salée. Le roi se serait exclamé : "les œufs doivent être rare dans ce pays" et l'aubergiste de répondre : "ce ne sont pas les œufs qui sont rares, mais votre majesté." Quoi qu'il en soit, ce lieu aurait reçu une exemption de taille du roi, à condition de porter secours au passant et d'y tenir auberge. Les eaux du barrage sont d'une curieuse couleur bleu-vert, et sont également fort sales !

Les gorges étroites du Guil que je viens de parcourir, vues depuis le barrage.
Je quitte ici la D902 pour la D60, vers l'est et l'Italie, bien décidé à visiter chaque vallée du Queyras.

La D60 s'élève très fortement dans les pentes basses du Mont Guillestre, que je contourne depuis ma sortie du Val d'Estreins. Arrivée ici à Ceillac, situé au confluent de deux torrents en provenance du sud-est, le Mélezet et le Cristillan. Ici, l'église Sainte Cécile, toute seule dans la grande prairie, bien à l'écart du village. Bien entendu, chaque torrent est à l'origine d'une vallée. Je fais une halte dans un bistrot tenu par une femme intelligente et fort sympathique, qui offre Internet gratuitement -enfin, il faut quand même consommer, mais c'est bien normal, surtout que j'avais une terrible envie de descendre une petite bière...

Mes deux soifs ( bière et Internet) étant assouvies, je commence par la vallée du Cristillan, qui contourne le Marcous et le Queyrellet par le nord. Et ça grimpe bien (vue arrière). A gauche sur l'autre rive, le Bois des Eysselières.

Altitude 1770m. La petite route traverse le Cristillan.

La vallée s'élargit, les sommets apparaissent. C'est magnifique, comme toujours en montagne.

Le ravin de Rabinoux. Le GR 58 passe un peu plus haut (tour du Queyras).

Les maisons du hameau Le Rioufenc.

Un peu plus loin (2008 m), je me retourne : très belle vue sur Le Rioufenc que je viens de dépasser.

Sans doute le Sommet Jacquette et la Pointe des Marcelettes (2909m).

Les Claux. La partie goudronnée se termine ici. Une piste continue, qui commence par le passage à gué d'un ruisseau. je préfère m'abstenir, ne connaissant pas l'état de cette piste qui, de toute façon, sur ma carte, ne va pas très loin. De l'autre côté de ces montagnes, à droite c'est la haute vallée de l'Ubaye et Maljasset, où je suis allé hier.

Les chalets du Bois Noir, au pied de la Pointe des Marcelettes.

Un curieux arbre mort.

J'ai fait demi-tour et je me trouve un beau petit coin au-dessus du torrent de Cristillan, à l'ombre, pour casser la croûte.

Et je repars vers Ceillac, rassasié. Il est déjà 14h20....

Un peu plus bas, le bois des Eysselières est très attaqué par l'érosion.

Peu avant Ceillac, la vallée se resserre très fortement.

Au coeur de Ceillac.

L'église Saint Sébastien.

De belles peintures murales. cependant, j'ai laissé Mygoo à l'extérieur, vitre ouverte et mal stationnée. Je discutais avec un jeune homme semblant sympathique, mais je n'ai pas confiance et décide de ressortir immédiatement. J'ai bien fait, car le gars s'était rapproché de la portière, et a semblé très surpris de me revoir si tôt. Je reviendrai faire une visite dans la soirée, car j'ai envie de bivouaquer dans ce joli village.

Je vais maintenant visiter la deuxième vallée, celle du Mélezet.

Crocus ?

A gauche, la superbe Crête des Eysselières, derrière laquelle se trouve la vallée du Cristillan que je viens de visiter.

Vue plus rapprochée sur la Crête des Eysselières. Quelle dalle fantastique !

Et ça grimpe dur. Coup d'oeil arrière sur Ceillac. On aperçoit l'église Sainte Cécile, toute seule à gauche de la prairie.
Au loin, de gauche à droite, le Sommet d'Assan, la crête d'Assan et la Tête de Bouchet. (zoom ci-dessous).

On continue. A gauche, les agriculteurs ramassent le foin.

Près de Chaurionde, au pied de la Montagne de la Riche.

Superbes pentes de pierriers.

La route se termine sur un très mauvais parking au Fond de Chaurionde. Les bois empêchent toute vue d'ensemble.
Je fais demi-tour, n'ayant aucune envie de grimper dans les bois. Il me faut de l'espace, du paysage, pour faire des photos.

Les Creslettes et la Pointe de la Gaume.

Le hameau Cime du Mélezet, que je viens de dépasser.

La belle cascade de la Pisse (280 mètres) qui descend les parois rocheuses de la Pointe de la Gaume (3043 m). C'est la plus haute cascade du Queyras.
Entièrement gelée en hiver, elle fait la joie des grimpeurs sur glace.

Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer encore cette fameuse dalle naturelle de la Crête des Eyssières (2444 m).

Je retourne à Ceillac. Dans la prairie, il y a un club de parapente.

Au pied de la Crête des Eyssières, encore elle !

Là se trouve la moto que j'achèterais si je devais en acheter une maintenant, la BMW 650 X-Country. J'ai rencontré son propriétaire, fort sympathique et totalement amoureux de cette moto, à tel point qu'il hésite à s'en acheter une deuxième, au cas où ! Il me dit qu'il lui donne la note de 20 sur 20, et ne tarit pas d'éloge. Il est intarissable sur le sujet, et me proposait de partir l'essayer, ce que je n'ai pas voulu faire (on ne sait jamais, une chute....).

Je pose Mygoo un peu plus loin; c'est là que je vais bivouaquer.

Et je retourne dans le village terminer ma visite de l'église.

La fameuse peinture que j'avaie aperçue un peu vite.

Quelques tableaux.

Détail de la porte extérieure de l'église.

Les cloches, mais je ne sais pas pourquoi je vous l'écris, ça se voit bien !

Une jolie porte qui a attiré mon attention.

Je retourne à la voiture bouquiner près des jouers de pétanque.

Un dernier regard à la tombée du jour sur la Pointe de la Gaume, où il reste un peu de neige, avant de refermer les portes pour la nuit...

Page précédente: F2011_049
Page suivante: F2011_051


Depuis le 06/06/2005 Visites:872374 Aujourd'hui :305 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)