F2011_073

Jour 073 - Vendredi 16 septembre 2011 - 244 km - 209 photos (5.456 km - 16.164 photos)
De Baume-les-Messieurs à Deycimont (Jura - Vosges)

Le but de la journée : manger ce soir avec mon frangin et sa petite famille, dans les Vosges. Un peu de route, donc, mais rien d'énorme non plus. Juste nettement plus que mon rythme habituel. Bon, j'ai très bien dormi au creux du cirque de Baume-les-Messieurs, bien que j'étais entouré de falaises par trois côtés sur quatre. Il fait un temps splendide, mais le soleil n'atteint pas encore le fond de mon nid. Pas grave, je sors. Départ vers 9 heures.

Baume-les-Messieurs est dans le soleil.

Je ne remonte pas sur le plateau, mais je sors par le nord, au lieu-dit la Peyrouse, où se trouve ce joli pont.

Je remonte la vallée de la Haute-Seille sur la D70. Là-haut, sur l'arête du plateau, c'est Château-Chalon.

Vignobles de Château-Chalon. Le travail des hommes sur ces pentes est tout simplement magnifique, et je lève mon chapeau.

J'y vais. Grimper sur le plateau n'est pour Mygoo qu'une simple formalité : quand on a fait les Alpes....

Les spécialistes en vin connaissent certainement cette AOC.

C'est un haut lieu touristique, gastronomique franc-comtois qui produit les meilleurs vins jaunes du Jura sous l'appellation Château-Chalon AOC. Château-Chalon est classé par l'association Les plus beaux villages de France et le site du village et de ses environs (communauté de communes) sont classés paysage viticole.

Le village domine les coteaux de Nevy-sur-Seille, Voiteur et Menétru-le-Vignoble qui ont fait la réputation du vin de Château-Chalon, le plus fameux vin du Jura.

Il y a du monde à travailler dans les vignes, mais c'est bien normal, c'est quand même la saison !

Le paysage autour.

Le vignoble de Château Chalon et des villages voisins et ses vins jaunes de haute qualité et de haute garde sont célèbres depuis l'ère gauloise. L'empereur romain Probus ordonna par un édit en l'an 280 que l'on plantât beaucoup de vignes sur les collines favorables de Séquanie, ancienne Franche-Comté gauloise, vu le succès du vin de ce vignoble. Le petit-fils de Charlemagne, Charles II le Chauve, y construit un château fort au IXe siècle, afin de protéger une abbaye de bénédictines édifiée sur les lieux dès le VIe siècle. Tous deux sont contigus à l'église Saint-Pierre du XIIe siècle. Ce sont les chanoinesses de cette abbaye qui auraient fait venir de Tokay les plants de vigne qui ont fait la réputation du vignoble.

Tout près d'ici se trouve une autre reculée célèbre, celle de Ladoye-sur-Seille.

Il y a un belvédère. Le soleil se joue un peu de moi.... mais on voit bien le cirque de la reculée.

Je fais tout mon possible pour rester sur de petites routes. Ici, la république de Poligny est bien jolie, n'est-il pas ?

La reculée de Poligny, vue depuis un vieux belvédère que j'ai eu la chance de voir "en passant", car bien caché, au lieu-dit Les Monts de Vaux.
Elle porte le nom de "Culée de Vaux".

Je traverse la belle forêt de Poligny pour obliquer vers le nord via Molain, village tranquille et belle église.

Puis c'est la traversée de la forêt domaniale des Moidons au bout de laquelle se trouve le fameux site du Cirque du Fer à Cheval (à ne pas confondre avec celui de même nom en haute-Savoie), ou Reculée des Planches, sur la commune Les Planches-près-Arbois qui se trouve en bas du cirque. Au sommet du plateau se trouve le village de La Châtelaine. Ci-dessus le belvédère du Fer à Cheval, le plus simple à atteindre car il y a un parking près d'un restaurant, et le point-de-vue se trouve à deux ou trois cent mètres de là seulement. Je suis un peu déçu, car il y a énormément de végétation empêchant de bien voir ce magnifique site naturel.

Ses falaises, hautes de 245 mètres, la positionne (la reculée) comme la plus haute du Jura. L'ensemble de la reculée est un site classé au titre des sites naturels protégés et fait aussi partie des sites Natura 2000. Elle recèle quelques trésors de faune et de flore.

Je reprends Mygoo en me fiant à ma carte IGN. A La Châtelaine, il y a un beau belvédère bien visible sur ma carte, mais absolument pas indiqué dans le village ! Heureusement que je l'ai trouvé, car il s'agit en fait du meilleur des trois ! Le sentier pour l'atteindre est facile, et représente grosso-modo 300 à 400 mètres.

A gauche, c'est la falaise de fond de cirque : j'étais là-bas précédemment.

Je me trouve donc sur le côté sud-est du fer à cheval. Vue vers le nord. On distingue les maisons des Planches-près-Arbois au premier-plan.

Vue plongeante. Les Planches-près-Arbois. Au fond, c'est Arbois et Mesnay.

Les falaises et le Mont Foirond (575 m), exactement la même altitude que mon belvédère.

Et les falaises de l'autre côté du fer à cheval.

Vue plongeant du sud vers le nord, le fond du cirque étant à ma gauche. la végétation est luxuriante, une vraie forêt vierge.

Dans le village de La Châtelaine, il y a quelques très vieilles et belles maisons.

Clocher de la Châtelaine. Ici se trouve un autre sentier conduisant à un autre belvédère; cette fois, c'est bien indiqué. La descente est rude, sur des pierres bien lisses et très glissantes, un peu comme des dalles. Il faut être très prudent.

En fait, je suis déçu, car le panorama est limité. Son intérêt est de se situer au-dessus des Planches-près-Arbois.

D'ici, il semble que l'on puisse joindre en fait tous les points-de-vue.

Sur le plateau, grandes clairières cultivées au milieu de la forêt.

Bois de Parençot.

Faudrait savoir.... ! En fait, il y en a bien deux, très près l'un de l'autre.

Il s'agit encore d'un autre belvédère concernant la reculée des Planches.

Il s'agit d'une reculée perpidenculaire à celle des Planches.

Vignobles dans les pentes ici aussi.

A droite, tunnel du chemin de fer.

Sous-bois pour aller au belvédère. Ici, il fait bon ! Là-bas, c'est un four.

Ce sera tout pour la reculée des Planches. On sent très nettement que ce site a été extrêmement touristique, mais qu'il n'est plus entretenu. C'est ce que j'ai ressenti en allant sur chaque belvédère, tous en plus ou moins bon état. Ce genre de site ne ferait-il plus recette de nos jours ?

Un peu plus loin peu avant d'arriver à Bracon et Salins-les-Bains, un paysage magnifique : la Combe Patouillet.

La D94 descendant sur Bracon et Salins-les-Bains.

Un arbre grandiose. Comme c'est beau. Ah, ça commence à sentir l'automne.

Au loin, le fort Saint-André, sur son rocher de 584 m dominant Salins-les-Bains.

Salins-les-Bains.

Fort Saint-André. Je me trouve enfin un coin d'ombre juste avant Besançon, histoire de me restaurer, car il est quand même 13h15...

Bon, il faut que je roule maintenant. Traversée de Besançon par le centre-ville, puis direction Vesoul.

Graphisme câblé sur l'église de Vallerois-Lorioz, au sud-est de Vesoul que je contourne par l'est.

Calmoutier, à l'est de Vesoul. Je reprends vers le nord pour rester sur de petites routes.

Arrivée en vue de Saulx. La N57/E23 est en vue à gauche, et... je vais la prendre à Saulx!

Eglise de Saulx.

La N57 contourne Luxeuil-les-Bains et pénètre dans le Parc Régional des Ballons des Vosges. Plombières-les-Bains, Remiremont.Je la quitte un peu avant Epinal. Cheniménil-Docelles, le village de ma belle-soeur. Je suis presque arrivé !

Ce sera la dernière photo de la journée.

Maintenant, soirée en famille, et c'est fort agréable, après tout ce temps passé tout seul.

 

Page précédente: F2011_072
Page suivante: F2011_075


Depuis le 06/06/2005 Visites:861998 Aujourd'hui :43 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)