F2011_075

Jour 075 - Dimanche 18 septembre 2011 - 126 km - 36 photos (5.582 km - 16.200 photos)
De Deycimont à Illkirsch (Vosges - Alsace)

Samedi et dimanche matin en famille. Je reprends ma route solitaire vers 13 heures.
La météo n'a pas été très clémente, il faut croire qu'il me faut rouler pour bénéficier du beau temps.

Le petit village vosgien de Deycimont.

Direction : nord-est. Laval-sur-Vologne, juste sous Bruyères. La pluie m'accueille. Du coup, je roule.... D420, Saint-Dié-des-Vosges. Puis direction plein est, D459/N59 vers Sélestat via Sainte-Marie-aux-Mines.

Soudain, j'aperçois, en roulant, cette borne-frontière. Très surpris, j'arrête Mygoo pour aller voir. Où suis-je exactement ?

Col de Sainte-Marie, 772 m sur la carte IGN, 776 m sur la borne historique "allemande". Ah, OK, je vois. Ici passait la frontière franco-allemande à l'époque où l'Alsace était allemande ! Il s'agit donc, actuellement, d'une frontière régionale entre la Lorraine et l'Alsace, le département des Vosges faisant partie de la Lorraine.

Il ne pleut plus. Je décide d'aller un peu me dégourdir les jambes. Il y a de nombreux sentiers de randonnée s'enfonçant dans la forêt à parttie du col. Je décide d'aller voir un cimetière militaire. Près du col, une plaque commémorative. Ce qui retient mon attention est "tombés pour sauver l'honneur".... Notez les dates : "18-22 juin 1940". Sauver l'honneur ? Les pauvres, alors que le président du Conseil, Pétain, dit à tous les français, depuis le 17 juin, 12h30, « C'est le cœur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat ».... Sauver quel honneur ? L'honneur de qui ?

Les noms des soldats sont évidemment oubliés...

26 ans plus tôt.... Seuls les deux lieutenants sont "glorieux". A moins qu'ils ne soient les seuls tués ? Vous y croyez, vous ?

Ce pays a vu passer tellement d'armées qu'il s'y est peut-être habitué ? Je ne le crois pas.

Les guerres oubliées.... Pendant lesquelles beaucoup sont morts aussi. Aucune inscription nulle part, forcément, prescription !

J'arrive rapidement au cimetière militaire.

Mon impression : tristesse, bien sûr, mais aussi surprise de trouver ce cimetière si perdu, loin de tout accès facile, comme caché.

Quelques tombes photographiées au hasard.

Je retourne finalement vers la voiture.

En arrivant au col, je vois cette pancarte et décide de m'enfoncer dans le bois pour retrouver et voir un abri.

Il s'agit à peine d'un sentier, mais le chemin est quand même fléché. Finalement, j'en trouve un.

Sinistre.

La végétation est bien là, mais c'est tout de même entretenu, sinon l'abri ne serait plus visible depuis longtemps ! Je pénètre à l'intérieur....

Brrrrrr.... Je n'aurais pas voulu être soldat ici en temps de guerre. Ni ailleurs non plus !

Vue sur la forêt depuis le poste. Je pense qu'en 1914, les arbres étaient absents. Il s'agissait quand même de surveiller la frontière !

Retour au col.

Sur la N59, entre Sainte-Croix-aux-Mines et Lièpvre.

Pas très loin du célèbre château du Haut-Königsbourg, j'arrive à Sélestat. Peu avant cette ville, entre Châtenois et Scherwiller, j'aperçois des vestiges médiévaux sur les monts au nord. L'Ortenbourg (ou Ortenberg) est, avec le Ramstein, l'un des deux châteaux qui dominent la commune de Scherwiller, située à 7 km de Sélestat, dans le département du Bas-Rhin. Les ruines du château s'élèvent sur un piton rocheux, à 437 m d'altitude. L'ensemble des deux châteaux fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis juillet 19242.Ce château tient son nom de la famille Ortenberg, présente à Scherwiller depuis le Xe siècle. Le château de l'Ortenbourg construit en granit lisse et blanc au XIIIe siècle est un bel exemple d'architecture militaire de l'Alsace médiévale. Il possède encore un donjon pentagonal de 32 m, un rempart de 17m muni de trois rangées d'archères et un logis seigneurial à fenêtres gothiques. Un grand fossé le sépare du reste de la montagne.

A Selestat, direction nord sur la D1083/E25, Strasbourg. Ici, au coeur d'Illkirch-Graffenstaden, dans la banlieue sud de Strasbourg, je rejoin l'ami scooteriste Claude, déjà rencontré une fois dans le Vercors pendant ce voyage. Ce soir, il m'emmène à Strasbourg où je mets les pieds pour la première fois. Et j'ai oublié mon appareil photo dans Mygoo.... Ce n'est pas bien grave. Il me fait faire une visite du coeur de la vieille ville qu'il connaît par coeur. Nous allons ensuite manger une spécialité. J'ai adoré ces quelques heures passées ici, et ce qui est certain, c'est que je reviendrai y passer une journée ou deux dans le futur, car j'ai beaucoup apprécié la vieille cité, ville-frontière depuis l'époque romaine !

Ce soir, mon bivouac a lieu sur les terres de Claude, dans un bel environnement boisé et très calme.

Merci à toi pour ton accueil si chaleureux, Claude.

 

Page précédente: F2011_073
Page suivante: F2011_076


Depuis le 06/06/2005 Visites:862641 Aujourd'hui :81 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)