F2011_091

Jour 091 - Mardi 4 octobre 2011 - 42 km - 230 photos (6.987 km - 19.287 photos)
Des Grandes Dalles à Yport (Seine-Maritime)

La nuit a été excellente. mais ce matin, ce n'est pas le soleil qui me réveille... Ce qui me permet de faire une grasse mat'....

Les Grandes Dalles à 12h45. Même sans soleil, c'est toujours magnifique.

Saint-Pierre-en-Port.

Eletot.

Route de la valleuse d'Eletot. De plus en plus petites, les routes des valleuses...

Eh bien, mauvaise nouvelle. L'accès à la plage est défendu, et je ne braverai pas l'interdiction !

On peut jeter un coup d'oeil par-dessus, semblet-t-il. Allons voir !

Je fais gaffe, quand même, je ne voudrais pas tomber dans une fissure !

Mais ça valait bien le petit déplacement, d'autant plus que ça ne fait pas de mal.

Oh, très jolie, l'arche naturelle en bas ! Vraiment dommage de ne pouvoir descendre.

Retour sur la D79, en retrait de la côte.

Tiens tiens, ils font de la betterave en Normandie aussi.

La valleuse suivante se nomme "le Val de la Mer". Le danger est partout sur cette côte normande.

Incroyable ! Je me demande si c'est vraiment naturel ?

La descente est toujours aussi pentue.

Ouahhh, le spectacle est à la hauteur. C'est féérique.

Il règne en plus une ambiance que je ne peux pas vous transmettre. Vent hurlant, belles rafales, froid; ajoutez à celà le bruit du ressac.

Ce rivage est d'une grande beauté sauvage. Et il n'y a pas un chat !

Suivez-moi.

S'approcher de la falaise est toujours quelque peu... "flippant". Je ne m'approche pas trop, et je ne m'attarde pas du tout.

Les corbeaux sont bien les seuls habitants de ces magnifiques falaises.

Les parties les plus dures résistent plus longtemps, mais elles finiront dans l'eau elles aussi !

Je peux vous dire que ça décoiffe. En plus, il fait carrément froid, et j'ai les doigts glacés.

Mais bon, la vue de telles beautés vaut bien quelques sacrifices, non ?
Ceci dit, pour vous, une tasse de café à la main, c'est plutôt... cool, non ? Enfin, chaud aussi.

Vous avez bien raison, je ferais pareil à votre place.

Certains se sont essayés à de jolies petites gravures.

La c ôte, vers les Grandes Dalles, à l'est.

Je ne serais pas surpris de voir ici des phoques ou des morses, tant le coin est sauvage.

Vers l'ouest. Là-bas, c'est le Cap Fagnet, et Fécamp juste derrière.

Dernier coup d'oeil vers l'est. Je fais demi-tour, je suis carrément gelé !

Tiens, je ne suis plus seul. Deux femmes viennent d'arriver sur la grève.

Je me suis arrêté pour le prendre en photo, il était sur le bord de la route, avec quelques poules.
Quel crâneur, il ne m'a pas regardé une seule fois ! Bon, d'un autre côté...

Senneville-sur-Fécamp.

Peu avant d'arriver au Cap Fagnet.

La côte après Fécamp, qu'on ne voit pas ici, installé au long de sa valleuse.
La petite ville est blottie en bas. Là-bas, dans la valleuse suivante, c'est Yport.

Malgré le mauvais temps, le froid et la pluie qui fait son apparition, je vais jusqu'au panorama que je devine, derrière une vieille chapelle.

Bingo ! A l'horizon, les falaises que je viens de vous montrer.

Comme partout dans le coin, la prudence s'impose. Sinon, c'en est fini des photos sur allersretours.com....

Je préfère m'éloigner sagement.

La chapelle Notre-Dame du Salut, bâtie sur le promontoire.

Ah, ça y est, je vois Fécamp maintenant.

Au centre, Yport. Au bout, à l'horizon, Etretat. Ce sera pour demain, maintenant !

Je traverse Fécamp sans m'y arrêter, je n'ai pas du tout l'âme citadine en ce moment !
Au lieu de rejoindre Yport par la grande route, je prends les chemins détournés... Pas larges, les petites routes !

Criquebeuf-en-Caux.

Yport.
La pluie revient. Je décide donc de bivouaquer ici, sur le parking du casino. Avec Mygoo, je passe aisément sous le portique !
Vue de la côte vers Fécamp, que l'on devine à l'horizon.

Voilà Fécamp. On voit même la chapelle ND du Salut sur la falaise, et les éoliennes.

Les éboulements sont énormes, rendant une fois de plus la promenade interdite.

Ce qui est normal, il faut bien l'admettre.

Les pêcheurs laissent leurs barques au plus haut de l'estran.
Le petit port est charmant, mais la petite pluie fine me restreint dans la photographie.

La belle falaise à l'ouest.

Le mauvais temps n'interrompt en rien ce chercheur d'or...

Pour ma part, il interrompt bien la séance photo, qui se termine ici.

Je rentre dans ma coquille. Au menu, lecture, musique... La vie est belle, profitons-en.

 

Page précédente: F2011_090
Page suivante: F2011_092


Depuis le 06/06/2005 Visites:920734 Aujourd'hui :77 Maintenant:13 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)