France 2011_Jour 002

Jour 002 - Mercredi 30 mars 2011 - 125 km - 326 photos (243 km et 807 photos)
De Marcilly à Pérignac (Charente-Maritime, Poitou-Charentes)

Temps maussage, bruine. Mais il ne fait pas froid du tout. Je commence à prendre mon rythme : il est vraiment lent... Je ne rattrape pas mon retard !

Mais où est le problème, puisque je suis le seul à établir le programme ? Je me donne donc le droit de le modifier.

C'est donc là que j'ai bivouaqué. Impeccable, calme. Juste le son des cloches, et seulement aux heures "normales".

Lever à 8 heures, départ à 8h30. Ce qui est bien avec Mygoo, c'est que je peux partir en 5 minutes si j'en ai envie, histoire d'aller me poser dans un coin tranquille pour prendre le petit déjeuner et faire ma toilette. Pour le coup, je fais vite. La Rochelle. Pas question de prendre le centre, je connais la ville, et il ne me faudrait pas longtemps pour venir la visiter de fond en comble.

Je vais faire quelques courses dans une grande surface, et surtout profiter des toilettes, car Mygoo n'a pas le confort d'un camping-car. D'un autre côté, je n'ai pas la corvée des "chiottes". On ne peut pas tout avoir. Enfin, si, mais ce n'est pas dans mes moyens. Et puis, ce besoin à satisfaire quotidiennement a le mérite de m'apprendre à le gérer, car c'est un sujet un peu "tabou" dans notre société, et nous en avons justement presque perdu la gestion.

Il en va de même avec la toilette. C'est un sujet dont j'ai souvent débattu avec mes proches. La jeunesse actuelle estime que les personnes ne se douchant pas sont sales ! Pas de salut sans douche. C'est un sujet passionnant. Je m'explique. Prendre une douche, chaude de préférence, est fort appréciable. Et surtout fort commode. Je préfère, et de loin, me laver sous une douche, qu'avec une bassine. Mais franchement, il est très facile de se laver dans une bassine. Un gant, du savon, et on frotte.... J'ai un jerrican de 20 litres d'eau, une pompe à main, une bassine. Que demande le peuple ? Ce sera ma méthode pendant ce voyage, sauf lorsque j'irai dans les campings, histoire de m'offrrir un peu de confort, de temps à autre !

Puis direction sud-ouest, vers Rochefort. Après Châtelaillon, la route passe tout près de la réserve naturelle d'Yves (c'est son nom, donné par le village faisant face à la grande baie du même nom. Il y a un grand parking, que je connais pour m'y être aarrêté plusieurs fois en camping-car. Je m'étais promis d'aller voir de plus près un jour. C'est le jour. Mais au lieu de marcher dans la réserve (marais), je préfère aller jusqu'à la mer, et marcher vers la pointe du Rocher que vous apercevez là-bas. Il y a des carrelets sur la plage.

Au bout des carrelets -et de la plage-, la côte fait un coude à 90 degrés, à cause d'une belle falaise que la mer entame lentement, comme vous pouvez le constater en regarder le sol; constitué des débris de falaise qui se sont détachés.

La marche y est difficile, j'ai manqué me tordre une cheville et m'affaler par terre. Par chance, ma souplesse et ma sportivité bien connues m'ont éviter le pire... Je n'ai pas marché au pied de la muraille, peu désireux de me prendre un pan du mur sur la tronche.

J'ai marché jusqu'au bout, et un peu au-delà. En face, l'île d'Aix, derrière laquelle se trouve le fameux Fort Boyard.
Continuer ne m'apportait rien, alors, demi-tour.

J'ai passé le coude. En face, la baie d'Yves. Les carrelets sont à droite. La présence d'algues vertes ici indique, une fois de plus, une pollution. Sans doute d'origine agricole. J'avais pris un imperméable à cause du vent et d'une petite pluie intermittente, mais j'ai chaud. Néanmoins, cette petite marche me fait le plus grand bien, moi qui ne bouge pas mon cul de ma chaise habituellement, ou si peu... Je compte bien en faire beaucoup d'autres !

Des pans entiers doivent s'affaisser d'année en année, sans doute à cause des eaux de ruissellement.

Retour sur la grande "plage". Vue d'ensemble sur les quatre carrelets.

Une vue arrière sur la pointe, le chemin parcouru, le corps de ferme.

Détail de la grande plage couverte de coquilles d'huitres.

Autre vue arrière, de plus loin. On prend conscience de l'existence de la petite digue de protection.

Je reprends la grande route jusqu'à Rochefort, et je la quitte pour traverser Tonnay-Charente, dont voici le pont suspendu.

Mygoo sur le quai de Tonnay-Charente.

La Charente (on voit ici aussi l'influence de la marée) sous le pont suspendu.

Ah ah, ça change des photos avec Vanadis... Cette fois, c'est le capot de Mygoo qui se fait voir ! Mais c'est toujours la route que j'aime, toujours plus loin, toujours cette envie d'aller voir ce qui se cache au-delà du virage, après la côte... Ici, sur la petite D124. C'est le lieu-dit de Candé qui se cache après le virage, et la Charente que je vais retrouver.

Et juste après, sur le Pont de Carillon, au-dessus de la rivière Boutonne, qui se jette ici dans la Charente.

Avec Vanadis, j'aurais pris mes photos depuis le pont. Avec Mygoo, j'ai du stationner en bas, et remonter à pied. Bon, OK, ça me fera les pieds !

Et voilà, j'y arrive ! Aux petites, minuscules routes que je voulais prendre. Ce n'est même plus une départementale, c'est juste un chemin vicinal goudronné. C'est fantastique, j'adore et j'adhère totalement avec moi-même. Là, c'est le bonheur total. Et comme vous pouvez le cconstater, Mygoo me le permet, elle est géniale. Le camping-car pouvait passer aussi, mais pas croiser. Mygoo peut croiser, et me permet de faire de nombreux arrêts pour vous offrir des photos, bande de veinards.

Je suis entre le village de Bords et la Charente, dans le marais.

Les oiseaux sont nombreux, et rester ici sous un affut avec un gros zoom devrait permettre de splendides photos.

Des chasseurs ont criblé cette pancarte d'une grêle de gros plombs, à tel point qu'elle est devenue méconnaissable !

Les Prises aux Boeufs, c'esr ce qui est indiqué sur la carte IGN au 1/25.000ème... Au loin, un grand perchoir et... Yes, je m'en doutais, ce sont bien des cigognes. Un couple vole autour du nid, c'est beau, mais bien trop loin pour mon zoom ! J'ai fait un petit film nvidéo sur lequel on les distingue...

Juste après, je retrouve la D118 et je passe le pont de l'Houmée au-dessus de la Charente, à l'Houmée (c'est le nom du village).
Un chemin descend au bord de la rivière. Je le prends.

La Charente. C'est ici que je mange. Au pied du pont.
Au menu, Carottes, puis un hachis parmentier qu'il me suffit de re-créer en remplissant le bocal d'eau bouillante. Pas mauvais.

Beurlay. Pas les tartines. C'est le nom du villagre suivant celui de l'Houmeau.

Et sa très belle église romane.

C'est ici que je fais tomber mon petit appareil-photo compact sur le goudron. Décidément, quel maladroit. Il semble encore fonctionner correctement.

La porte n'est pas fermée à clef.

Le bénitier est un vrai bénitier.

Saint-Porchaire, comme vous pouvez le voir !

La rue principale, prise depuis l'église.

Une très belle église, avec un très vieux balcon sur lequel il est possible de monter par un escalier en ferraille.

Les peintures du chemin de croix sont très réussies.

J'aimerais bien savoir qui a peint ces tableaux, et qaund ?

Vue sur le balcon. Une inscription indique 1860. Pas si ancien que je le croyais.

A quelques kilomètres de Saint Porchaire se trouve ce joli château.

Dont l'entrée est, évidemment, payante. Je me sauve !

C'est ensuite la traversée de Saintes, par le centre-ville. Difficile, beaucoup de travaux. Je voulais faire quelques photos, mais je n'ai pas trouivé de parking. La moto m'a manqué ici, je l'avoue. Bref, je quitte Saintes sans photo ! Je reviendrai, car c'est une très vieille cité qui mérite le détour. J'ai publié des photos des arènes de Saintes sur le site (utilisez la fonction "recherche" qui donne d'excellents résultats).

Je retrouve la Charente à la sortie de Saintes. On aperçoit Mygoo qui, comme mes motos, est très exigeante, et veut absolument être sur les photos !

Je cède, comme toujours...

Eglise de Chaniers, sur la D24 en direction de Cognac, juste avant que je ne la quitte.

Une sainte dont j'ai oublié le nom, mais qui est très belle, et toute menue. rarement vu une si belle statue dans une église.

De très vieilles fresques sont visibles sur les murs.

En levant la tête !

Encore une belle statue. Dommage que le thème soit toujours le même. C'est ce qui est agaçant, avec les églises : peintures et statues représentent toujours la même chose, et c'est bien triste.

A l'extérieur, par contre, c'est toujours différent. Celle-ci est très belle.

Je vous laisse juges.

Depuis le cimetière.

Tombes en forme de sarcophages. J'ai déjà vu ça en Charente-Maritime plusieurs fois.

Comme ça, vous saurez tout !

Traversée de la Charente peu après Chaniers.

Au même endroit. Cet autre pont est pour le train ! La pluie revient ici en force.

Saint-Sever de Saintonge. Un village minuscule. Dommage, il pleut assez fort.

Le porche. La porte est fermée à clef, dommage !

Le tour de l'église. L'autre côté de la chapelle est privé, une maison y est adossée, superbe.

Il pleut trop, Je cours me réfugier dans la voiture. Pour ça, c'est quand même mieux qu'en moto !

Les Martineaux : petite église entre Rouffiac et Peuplat. Je fais la photo en deux secondes, sous forte pluie.

Paysage de vignes entre Peuplat et Brives-sur-Charente. Il faut dire que je suis tout près de Cognac.

Toujours la Charente, au nord de Brives-s-Charente, au lieu-dit La Fosse.

Le pont, au même endroit.

Arrivée à Pérignac, parmi les vignes.

Magnifique église de Pérignac.

Avec un fronton de toute beauté.

Malheureusement, il pleut maintenant presque sans discontinuer.

De plus, il fait réellement sombre, et je songe à en rester ici pour ce soir.

Le parking de l'église ne me convient pas, trop de voitures y sont stationnées. Je fais un tour dans la petite ville pour voir tous les parkings, et j'en trouve un près de l'église aussi, mais bien en retrait. C'est inscrit "camping-cars". Une grande place rectangulaire entourée de murs, les toilettes sur le bord. C'est parfait, c'est ici que je m'installe.

Curieusement, je suis fatigué, ce soir. Je mange, je sélectionne les photos, et... je me couche. Un peu de lecture. La pluie tombe tout en dpouceur, je ne l'entends même pas. C'est une petite pluie fine et silencieuse, qui mouille bien !

A dix heures, mes yeux se ferment.... Adieu, les amis, je ne tiens plus ! Bonne nuit.

Au fait, avant de boucler cette page. N'hésitez pas à me mettre un mot dans le livre d'or pour m'encourager à poursuivre. C'est important, surtout en début de périple, alors que j'ai bien du mal à trouver le rythme... De plus, j'aimerais savoir si le fait que ce soit en voiture fait diminuer le nombre de lecteurs !

Page précédente: France 2011_Jour 001
Page suivante: France 2011_Jour 003


Depuis le 06/06/2005 Visites:852933 Aujourd'hui :47 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)