France 2011_Jour 008

Jour 008 - Mardi 5 avril 2011 - 78 km - 165 photos (783 km et 2321 photos)
De Granéjouls à St Antonin-Noble-Val (Lot - Tarn-et-Garonne)

9h30... C'est l'heure à laquelle je m'éveille. Houlà, pas de temps à perdre, car aujourd'hui est un jour spécial : j'ai un rendez-vous avec un excellent copain de randonnée à Cahors, à midi. Ceci dit, je n'ai que quelques kilomètres à faire alors qu'il en a 250... Cependant, comme je voulais faire une petite lessive histoire de tester mon matériel... Le ciel est tout bleu, comme prévu, je vais en profiter.

La recherche de ma salle d'eau matinale n'est pas évidente : l'agriculture intensive sévit également ici, à la sortie de Granéjouls.

Mais avec l'aide de la carte, je trouve facilement. Ici, vue en gros plan de mon système d'extraction d'eau. J'ai un jerrican de 20 litres placé devant le siège passager. J'ai une jolie pompe manuelle. L'opération est extrêmement simple : selon la loi physique du transfert de l'eau, il suffit d'un tuyau dans le réservoir, de mettre la bassine plus bas que le réservoir, de pomper à la main -très facile- pour amorcer, et... miracle : l'eau coule toute seule dans le récipient situé par terre. Magique, et... enfantin. Et pas de souci électrique avec branchement.

Allez, cap au nord, car l'heure tourne. Ici sur la route de Cahors, D47, le long du ruisseau de Lacoste, en face du Pech de Martinet.
. Il est déjà 11h15, je vais finir par être en retard !

Houla-la, je ne suis plus avec Vanadis la moto. Autant en emporte le vent.... non, autant en emporte Mygoo, autant elle est facile à "mener", autant elle est "lourde" en ville, comme toutes les autres caisses. Pas question de se faufiler comme avec la bécane, et j'ai beaucoup de mal à trouver une place pour mettre mon joli véhicule. Ouf, je finis par trouver, et pas trop loin de la cathédrale, lieu du rendez-vous. Protection des vitres avec les stores du camping-car -idéal par cette chaleur, et parfait aussi pour cacher le PC et les GPS-, et je me dirige vers la cathédrale.

Didier, puisque c'est de lui qu'il s'agit -les copains de ScooterGT le connaissent bien- n'est pas arrivé. J'en profite pour bombarder un peu...

... la cathédrale de Cahors.

Très difficile à photographier, car il y a très peu de recul possible, les habitations la serrant d'assez près, et de toutes parts.

Le porche.

Je me retourne, le porche de la cathédrale est dans mon dos. Mais pas Didier.

Une petite rue longe la cathédrale. Peut-être se trouve-t-il de l'autre côté. En passant, je découvre un autre porche très ouvragé.

Et me voici à l'arrière de la cathédrale. Et en me retournant...

... je LA vois. Magnifique Béhème, extrêmement propre. C'est qu'en fait, il n'y a pas longtemps que Didier en est le propriétaire. Et notre rencontre était en même temps un alibi pour tester la bête sur une distance un peu plus conséquente. Bonne pioche, météo parfaite, routes de la France touristique.

La preuve ! On voit aisément le reflet du photographe sur la valise.

Au fait, il est midi PILE au moment où je fais cette photo. Je suis à l'heure, youpeeeee ! Je déteste petre en retard à un RDV.

Je ne peux résister à l'envie classique de LA photo que j'affectionne : ce que l'on voit au guidon de la belle !
En me retournant, je découvre le propriétaire... en train de me photographier ! L'arroseur arrosé.

Dans les rues de Cahors, à la recherche d'un petit restaurant sympa. Que Didier a trouvé un peu plus tard. Sensationnel.

Le repas est délicieux, la bière aussi, notre conversation soutenue. Nous bavardons comme des pies. On dit des filles.... Bref, le temps passe à vive allure, et Didier a encore 250 km à parcourir, et quelques photos à faire. Il doit donc repartir. Nous avons tellement parlé que je n'ai pas même eu l'idée de demander à la serveuse de nous prendre en photo ! Il m'accompagne jusqu'à Mygoo, histoire de la voir "en vrai", et redescend vers sa monture, certainement pressée de reprendre la route, car c'est une vraie routière. Merci, Didier, c'était une rencontre comme je les aime. J'espère pouvoir refaire des randos au guidon de ma future bécane. En attendant, bonne route à toi, et fais gaffe !

Il est déjà plus de 15 heures. Avant de reprendre le guidon, je fais quelques pas autour de Mygoo, désireux d'immortaliser le coin. Je suis en fait stationné à deux pas de cette belle tour, qui se trouve être la tour du pape Jean XXII, du XIVème siècle ! Excusez du peu.

Et difficile à photographier, car très haute. Ceci dit, pour une tour, la hauteur est plutôt... logique !

Je poursuis dans la ruelle, et "tombe" sur une très belle église.
La porte est ouverte, mais les "croque-morts" sont devant, en attente.... Ce sera donc pour une autre fois, je cède ma place au mort....

Je contourne donc l'église, et me retrouve sur une petite place, avec une jolie vue sur le Lot. Vers le nord.
Hier, j'arrivais de là-bas et suis bien passé sur le boulevard quee l'on devine en contre-bas, le long de la rivière.

Et vers le sud.

Et je reprends la route. En fait, je file vers le sud, et je retourne donc pratiquement à Granéjouls où je me trouvais ce matin, et ce par la même route. Je fais juste un petit crochet dans le village du Montat. Ici, un très vieux bâtiment ayant appartenu à l'ordre des Templiers, juste à côté de l'église.

Et voici l'église, fermée à clef, malheureusement !

Tout près de l'église, ce vieux camion de marque "Citroën", que je connais bien. Mon père en avait un, lorsqu'il vendait de la marchandise à Angers. Je m'en souviens très bien, car je l'accompagnais dans ses tournées le mercredi, jour où nous n'avions pas classe, dans les années 60.... Que de souvenirs !

Un peu plus loin, au sud de Ventaillac, à la sortie du lieu-dit Rendier. Coup d'oeil arrière vers les vieilles et belles maisons de pierre.

Et du même endroit, vue vers l'avant et ma jolie petite route, dont on peut apercevoir divers "méandres" sur la gauche ! C'est superbe.

L'étape suivante, c'est ici. Et ça s'appelle Fontanes. Pas Fontaines, mais bien Fontanes. Je dis ça pour ceux qui vont m'en faire la remarque.

La façade est très particulière.

Détail de la partie droite.

Hommage aux soldats de la terrible guerre de 14-18 (1914-1918, pour ceux qui ne sauraient pas.
Ne riez pas, car il y en a. Ce n'est pas forcément de leur faute, quand on sait ce qu'ils apprennent maintenant à l'école, "ça fout les boules").

Etranglement par lanière serrée avec un bout de bois autour du cou... Imparable.

Clouage sur croix. Imparable.

Porter une lourde croix, se faire fouetter...
Beaucoup de tendresse au sein de l'église...

L'enchevêtrement des arcades des murs de soutènement : c'est magnifique.

J'aime beaucoup ces très vieux carrelages, patinés et usés par des millions de passages de pas humains.

Un très joli bénitier.
A droite, je pense qu'il s'agit d'une représensation de Bernadette Soubirous, vous savez, la jeune fille de Lourdes qui a entendu des voix.

Vieille maison à l'architecture curieuse dans les rues de Fontanes.

La mairie de Montdoumerc, le village suivant en descendant toujours plus bas dans le sud-est.
Juste avant de pénétrer dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy.

Une magnifique maison en cours de restauration, toujours à Montdoumerc. J'ai discuté un peu avec le maçon en train de bosser. Il m'a dit que ce bâtiment date du Moyen-Âge, et que la tour a été arasée. Elle était nettement plus haute autrefois !

La très belle église de Montcouderc, et sa tour-clocher.

Dans le cimetière de Montcouderc, cette tombe sur laquelle, entre autres, se trouve cette épitaphe :

"A la mémoire de Méric de Bellefon Charles Marie Joseph, lieutenant au 65ème d'Infanterie, cité à l'Ordre de l'Armée, Chevalier de la Légion d'Honneur, tué au combat de la Marfée (près Sedan) le 26 août 1914. Priez pour lui." Au moins, il n'aura pas à souffrir les misères de ses compagnons d'infortune enfoncées pendant des années au fond des tranchées, mangés par les rats et les obus. Il a été tué dans les premiers jours de combat.

Paysage juste à la sortie de Montcouderc.

Un peu plus loin, petit arrêt entre Montcouderc et Belfort-du-Quercy.

Et voici l'église de Belfort-du-Quercy.

Entrons. Il y règne une fraicheur saisissante. Un coup à attraper froid. Mais c'est comme ça dans toutes les églises, l'écart de température avec l'extérieur étant toujours, au minimum, d'une quinzaine de degrés. Curieusement, sous la statue, se trouve un écriteau spécial, sur lequel on peut voir une photo et deux médailles, et le texte suivant : "A la mémoire de mon fils regretté Pierre Paul calvet, mort pour la France, à Mo,ntpellier le 23-2-1915 à 19 ans. P. P. LUI". Alors que deux "Calvet" sont inscrits sur la liste à droite (Germain et Paul). Est-ce l'un d'entre eux, ou encore un autre ? Je pense que s'il est décédé à Montpellier, ce devait être à l'hopital, des suites de blessures ailleurs au front, car il n'y a pas eu de combats dans cette ville pendant cette guerre !

Une curieuse reconstitution de la grotte de Lourdes !

Vue vers le choeur. Il fait noir comme dans un four, je laisse la porte ouverte pour avoir un peu de lumière.

Saint Michel terrassant le dragon. Sujet très courant dans les églises de l'ouest de la France, et très rare par ici.

Deux arbres solitaires, et par conséquent majestueux.

Lapenche. Non, je ne dis pas qu'elle penche, mais c'est l'église du village de Lapenche.
C'est le premier village du Tarn-et-Garonne après le département du Lot. Mais toujours dans la région Midi-Pyrénées.

Toujours la même église de Laplanche, sous un autre angle. La porte est fermée.

Cayriech. Très joli village participant à un concours des villages les plus fleuris d'Europe.

L'église de Cayriech.

Adossée à la mairie. Ou... c'est plutôt l'inverse.

C'est la mairie qui est adossée à l'église !

En regardant vers le ciel.

Vue de l'arrière. La porte est fermée à clef.

Une petite tour ronde a été rajoutée contre le clocher.

Cette photo n'est pas pour vous montrer l'église, mais les splendides bouleaux plantés devant.

La petite église de St Martin-de-Caussanille, située bien en dehors du village.

Un peu plus loin. Les ombres s'allongent, le soir commence à tomber.

Depuis la route sur laquelle je circule, j'aperçois sur ma gauche un bâtiment avec deux tours. Pensant qu'il s'agissait d'un château, je fais un détour pour aller voir. En fait, c'est une église à l'architecture bien curieuse. Dans le village de Lavaurette.

Dommage, la porte en est fermée à clef.

Vieilles bâtisses à l'approche de Servanac.

L'église de Servanac semble bien être habitée, et ne plus remplir son office d'église.

Toujours à Servanac, cette niche renfermant ces trois statues ma foi fort curieuses.

Je rejoins ensuite la D5. Soudain, au bout d'une longue ligne droite -sur un plateau à l'altitude aux alentours de 300 mètres-, la route se casse le nez sur le belvédère du Cirque de Bône, où se trouve une table d'orientation. Le soleil couchant est dans mon dos.

A mes pieds, le Cirque de Bône, d'une très grande beauté sauvage.

La rivière qui coule en bas, c'est l'Aveyron.

Je reprends la route descendant vers Saint Antonin-Noble-Val que l'on aperçoit au loin, sise au pied de l'Aveyron.

En entrant dans la petite ville, je vois un panneau "aire pour camping-cars". Fatigué, et peu désireux de chercher un bon emplacement ce soir, je prends aussitôt la décision d'installer ici le bivouac. Mygoo n'est pas peu fière au milieu de ses grands frères !

Je me couche de bonne heure, sombrant très rapidement dans les bras de Morphée, à défaut d'une autre...

Page précédente: France 2011_Jour 007
Page suivante: France 2011_Jour 009


Depuis le 06/06/2005 Visites:852106 Aujourd'hui :15 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)