France 2011_Jour 022

Jour 022 - Mardi 19 avril 2011 - 67 km - 109 photos (1737 km et 4733 photos)
De La Salvetat-s/Agout à St Jean-de-Minervois (Hérault)

Départ du camping à 10h30... sans commentaires !

Je voulais retraverser le massif de l'Espinouse par une petite route que je n'avais pas encore vue, la D14.
Ici, au lieu-dit Cacavel, passage au-dessus d'un ruisseau.

Je passe maintenant par la D14E9... Ouahhhh. Le pied !

Inutilede vous dire que je suis... seul sur la route en question.

A-do-ra-ble, je ne peux pas la définir autrement.

Champêtre, boisée, verdoyante, ondulée...

Le genre de route que j'aimerais faire en... moto. mais avec Mygoo, ce n'est pas désagréable non plus !

Vous trouvez ça comment, de votre côté ?

Soudain.... en pleine "cambrousse", Lignières-Hautes. Une ou deux maisons, et cette église, et un cimetière.

Bien sûr fermée à clef. je ne suis pas tranquille en prenant mes photos, car l'autre côté de la rue est occupé par une ferme. Il y a un panneau "chiens de garde", et je m'attends à tout moment à voir sortir un molosse ! J'aperçois une femme, au loin, qui m'observe. Dès que je la vois, elle repart...

A la sortie du virage, il y a cette représentation de Lourdes, avec des fleurs fraichement plantées....

C'est la France... profonde !

Un peu plus haut dans la montagne, un troupeau de beaux chevaux dans un pré. Le vent est violent, il fait droid sur ces hauteurs (altitude : 1000 mètres).

Le Lac de Vézoles, ça vous dit quelque chose. J'en ai fait le tour la semaine dernière. Il fait un froid de canard ! Tout près de la dique, il y a une vingtaine de voitures : c'est un rassemblement de randonneurs, la plupart avec leurs bâtons de marche, prêts pour le départ. Mon idée est de descendre du plateau par les routes forestières au-delà de la digue. Un homme dans le groupe, que je questionne, m'en dissuade totalement. Oui, vous pouvez traverser la digue en cette saison, elle est seulement fermée l'été à la circulation. Mais les pistes forestières sont encore complètement trempées, beaucoup de boue. Un copain, avec un tracteur, m'a dit avoir eu beaucoup de mal la semaine dernière. Allez-y si vous voulez, mais vraiment...

Bon.... On ne refuse pas les conseils des autochtones. Le demi-tour s'impose.
Obligé de redescendre, une fois de plus, sur Saint Pons-de-Thomières par la D907...

En allant justement vers la D907.

Curieuse surprise, justement, sur la D907. Mais comment a-t-il pu se retourner ainsi, celui-là ?

Invraisemblable ! Je ne connais pas la nationalité de ce camion, mais ce n'est pas français, la plaque non plus.

J'y suis plusieurs fois passé, je ne m'y suis jamais arrêté. Ce sera donc chose faite. Eglise de Saint Pons-de-Thomières.

A l'intérieur.

Quelques photos au hasard.

Enfin, pas tout-à-fait au hasard, quand même !

Curieux, cette horloge, presque sur la voûte !

Vue d'ensemble.

A l'extérieur, un curieux hommage.

De Lattre de Tassigny. Un maréchal vendéen. Je ne savais pas qu'il était passé ici.
Je ne suis donc pas le premier... Je ne suis pas maréchal non plus.

Mais qu'est-ce que je raconte, moi ?

Je me prends un gros sandwich que je vais manger quelques km plus loin, où je trouve, près d'une auberge, une excellente connexion Internet, me permettant de transférer toutes les photos préparées et choisies, mais pas encore envoyées sur le site. Puis, ceci fait, je me trouve un joli parking sur la D612, un peu plus loin, au soleil avec une jolie vue. Et je travaille sur le site. Ben oui, car ce que vous lisez en ce moment, ça ne se fait pas tout seul ! Je m'installe désormais sur le siège passager, les jambes sur mon siège. C'est la meilleure position pour travailler confortablement. Je bosse ainsi pendant 3 heures ! Allez, j'ai besoin de bouger un peu maintenant, et aussi de trouver mon prochain bivouac.

Au col de Rodomouls, je prends à droite la D176 qui file au sud. Formidable !

A Pardailhan, les ânes sont sur la route.... Celui-ci vient de se rouler et retourner complètement dans les cailloux !

L'église de Pardailhan semble s'être transformée en habitation ?

La porte d'entrée. Fermée à clef.
Derrière moi, plusieurs coups de klaxon me font sursauter ! C'est le boucher-charcutier qui passe dans le village. Deux voitures arrivent, ainsi que quelques femmes à pied. Le rendez-vous pour manger, c'est très important. Un bon business, ça, de livrer les petits villages. Un tgruc qui me plairait.

Une maison de Pardailhan. Fermée, celle-ci aussi !

Finalement, une nouvelle fois, je redescends doucement vers le Minervois.

Et voilà. Je retrouve ce paysage que j'aime bien. Ces terres calcaires que les rivières ont creusées en canyons. La végétation est dense, très dense, cachant complètement la roche. J'imagine que là-dessous, la faune locale doit s'en donner à coeur joie, car pas souvent dérangée par l'homme !

Et au loin, la plaine vers Béziers ou Narbonne.

Là, sous mes pieds, sous cette couverture végétale totale, le monde animal grouille.

S'arrêter pour faire des photos est difficile. Je roule ici sur la D178, entre Coulouma et Assignan.

C'est superbe, sauvage. Dommage qu'il soit si tard.

Eglise d'Assignan.

Au-dessus de la porte, fermée à clef.

La Tour du Pigeonnier, toujours à Assignan.
J'ai beau chercher, je ne trouve aucune place me convenant pour y passer la nuit...

Je reprends donc la route, en direction de Saint Jean-de-Minervois.

Bien sûr, je retrouve aussi le vignoble Minervois. Une mauvaise surprise m'attend en arrivant au village. Le pont est fermé pour plusieurs mois. Des Anglais se promenant ici -eh oui, ils sont partout....- me renseignent en assez bon français. Vous savez, ça me fait plaisir d'être renseigné, en France, par des Anglais, comme ça, j'ai toujours une grosse impression de voyager... Bref, ils me disent que le petit village situé juste à côté, Gimios, est un cul-de-sac, et que le détour pour Saint-Jean-de-Minervois est de 15 km. Bien bien, ça ne me plait pas, je poursuis sur Gimios, espérant y trouver une place pour Mygoo et la nuit. Mais non, impossible, pas une seule place; et j'arrive effectivement sur un cul-de-sac. Un homme sort de sa cour, je lui pose la même question qu'à l'Anglais. Il y a la piste ici, me dit-il. Vous pouvez passer avec la Kangoo, roulez doucement, et ça ira. Deux kilomètres, et vous serez à saint Jean...

OK, j'y vais.

Ouahh. Etroite, sinueuse, elle passe au fond du ruisseau. En période de pluie, je ne serais pas passé, c'est évident. Je croise même une autre voiture ! Bref, inutile de vous dire que je suis heureux lorsque je retrouve le goudron. Saint Jean de Minervois n'offre pas de place intéressante non plus. sauf près de la mairie. Mais il y a plein de voitures, il doit y avoir un conseil, c'est bien ma veine. Allez, tant pis, je me "pose" sur le bord de la route, ce n'est pas grave. Pendant le conseil, les gosses jouent autour de la mairie, attendant leurs parents.

Deux-trois personnes me regardent avec insistance en quittant la mairie. Les gens n'aiment pas l'inconnu, c'est connu !

Ce sera quand même mon bivouac pour cette nuit. Et je dormirai merveilleusement bien !

Page précédente: France 2011_Jour 021
Page suivante: France 2011_Jour 023


Depuis le 06/06/2005 Visites:874704 Aujourd'hui :92 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)