France 2011_Jour 028

Jour 028 - Lundi 25 avril 2011 - 14 km - 121 photos (2045 km et 5588 photos)
De Laurens à Faugères (Hérault)

14 bornes... Oui, je sais, ça ne s'arrange pas !

En fait, il y a une explication, qu'elle est bonne ! Je vous rappelle que je suis dans un bon petit camping, dont la patronne m'a dit hier soir : "Vous pourrez rester demain toute la journée si vous voulez et ne repartir que le soir. A cette saison, ce n'est pas un problème". Pourquoi voulais-je rester ? Parce que j'avais une grande lessive à faire, et je voulais que tout soit sec avant de repartir.

Après avoir lavé et étendu le linge entre deux arbres situés sur mon emplacement -oublié de faire la photo !- je me suis donc installé sur mes sièges préférés pour en finir avec mon retard -sur mon site préféré- pendant que le linge séchait.

Vers midi, j'avais terminé et suis parti faire un tour dans le village à côté, Laurens, histoire de trouver une connexion Internet. Sur la petite route, j'ai eu la surprise d'avoir à passer un gué ! Connexion Wi-Fi trouvée, mais sans le FTP. Pas grave. Je tombe sur un vide-grenier, et je n'ai pas pu résister. Mes enfants vont encore me faire des remarques, mais lorsque je suis revenu dans Mygoo, j'étais chargé de deux nouveaux livres.... J'adore les bouquins, j'ai toujours beaucoup de mal avec ça. Avec Vanadis, je n'aurais rien acheté. Avec Mygoo.... Elle est sympa, Mygoo, elle accepte sans rechigner, elle porte comme une mule, tout en étant bien plus docile. Bref, avantage ou inconvénient, je ne sais pas, sur ce coup-là !!!

Un boulanger m'a en plus fait un sandwich délicieux, avec un pain que j'ai dégusté comme s'il s'était agi d'un gâteau, tant il était bon ! La chaleur est énorme, et lorsque je retrouve la voiture, je suis déjà "en nage"... Je retourne au camping. Le linge est presque sec, je le range, et retourne deux-trois pièces encore très légèrement humides. La patronne m'aperçoit et me demande si ça sèche bien, avec un très joli sourire. Vraiment, très sympa, la patronne. Soudain, alors que je suis en train de préparer le trajet en buvant un bon café, le ciel se déchire : éclairs, tonnerre, et grosses gouttes de pluie.... Je me précipite pour ranger le reste !

Du coup, je reprends la route. Il est 15 heures. Je reprends la départementale vers Bédarieux, mais je la quitte très vite pour une route vicinale minuscule, comme d'habitude, en direction de Faugères. C'est magnifique.

Surtout avec ce ciel d'encre, très menaçant.

J'aperçois des cabanes de pierre, pas loin de la route, dans la guarrigue. Il faut que j'aille voir ça de plus près.

Très impressionnante architecture.

C'est superbe, je suis admiratif. J'en avais déjà vu, mais il y a très longtemps.

Il y en a une autre pas très loin, mais la menace d'une violente pluie imminente se fait de plus en plus précise. Je suis en T-Shirt...

Pas grave, la pluie ne va pas me tyuer, j'y vais. En pressant le pas, mais marcher sur ces cailloux mérite de rester attentif !

C'est vraiment un travail admirable, que j'apprécie respectueusement, en hommage à ceux qui l'ont fait.

Eh bien, à mon tour de vous remercier, les amis, pour nous offrir ça si généreusement !

Les gouttes se mettent à tomber peu avant que je n'atteigne la protection que m'offre Mygoo, merci à elle. Mouillé je suis, mais juste un petit peu. Cependant, la pluie s'installe au-dessus de ma tête, je suis sous le gros nuage. Je roule un peu plus loin, près du site appellé "Les Trois Tours", mais suis obligé d'attendre dans la voiture que l'orage passe.

Pas grave, je suis bien à l'abri, et j'ai la radio. Il faut vous dire que c'est un plaisir énorme que je redécouvre, et dont j'étais privé en moto. Pour un voyageur solitaire, je trouve que c'est sympa d'être quand même relié avec le monde. J'écoute les débats -j'adore- et mes radios préférées sont France-Inter et France-Culture, fort intéressantes. J'apprends beaucoup de choses, les reportages sont passionnants et fort bien faits. Et quand je n'ai pas envie de réfléchir, il y a de la musique partout, un vrai bonheur. Ce qui fait que, pour la première fois depuis que je voyage, j'ai découvert un autre mode mémoriel. Jusqu'à présent, lorsque je regardais une photo faite au cours de mes pérégrinations, des tas de souvenirs revenaient à ma mémoire, à cause d'odeurs -la moto- ou autres connexions sensorielles... Désormais, en regardant une photo, j'ai des souvenirs d'émissions entendues à ce moment-là ! Incroyable, non ? Association d'une musique, d'un débat, avec un paysage ou une maison.... !

Je commençais à songer à repartir, mais finalement, le nuage s'éloigne, je peux sortir. Imperméable, chaussures de marche, et c'est parti. En effet, les moulins sont à environ 500 mètres de la route, interdite aux véhicules.

Une jolie petite table d'orientation. Je rencontre ici un groupe de marcheurs qui se précipitent : "la table d'orientation est là, ça y est....". Ils passent en courant, et descendent un peu plus bas, au pied d'un arbre, et se mettent à fouiller. "Yeees, génial, on l'a.". Ce sont des "cisteurs", du mot "ciste", extrait d'un mot égyptien signifiant "trésor". C'est ce qu'ils m'expliquent. Ce sont des passionnés. Ils font ça depuis deux ans, et en ont découvert 400. C'est le quatre-centième... Ils me disent que ce n'est pas beaucoup, certains, dans le même temps, en ont plus de deux mille à leur actif ! La dame m'avoue garder tous les objets. Bien évidemment, elle en met un autre à la place. C'est une occupation que je connaissais, et qui m'intéressait : en effet, c'est ludique, ça permet de sortir, ça fait travailler un peu les méninges, et c'est en même temps culturel. Et ça permet de visiter une région, car les cachettes sont très souvent sur des lieux méritant le déplacement. Bref, je suis heureux d'avoir assisté à la découverte d'une des cachettes.

Le paysage est sauvage, avec une touche particulière apportée par le ciel orageux.

Au premier plan, les "cisteurs" rient. Au loin, le ciel pleure.

Le moulin fort bien restauré, et but de cette petite grimpette.

La pierre -et le bois- sont mes matériaux préférés.

C'est magnifique.

Une autre table d'orientation, plus grande, à 360 degrés. A l'horizon, à gauche : la mer Méditerranée.
Je la voyais très bien, mais avec le grand angle, il est difficicle de la voir sur la photo.

Cette grande table d'orientation se trouve au sommet de cette petite tour, un escalier permet de l'atteindre.

En redescendant vers la voiture, un magnifique banc de pierre.

Carabelle, c'est don le nom de ces cabanes de pierre. Il y en a plein.

Je décide d'aller en voir d'autres pendant qu'il ne pleut pas.

On les aperçoit de loin, pour les plus grandes, mais beaucoup sont écroulées, et il ne reste qu'un gros tas de pierres.

Celle-ci est très belle.

Vue sous un autre angle.

Détail sur la porte d'entrée.

C'est quand même très surprenant, et extrêmement bien fait.

La pluie semblant revenir, je retourne vers ma maison roulante.

Je suis la route, très étroite, qui plonge sévèrement.

Je vous le disais : la végétation, pas très haute, est cependant très dense.

Arrivée à Faugères.

Je trouve ce parking qui me convient parfaitement. OK, je débauche, c'est ici que je vais bivouaquer.

Comme il n'est pas trop tard, je vais faire le tour du village ancien.

Les rues sont très étroites, et je vous déconseille d'y aller en voiture !

Je ne voudrais pas être résident ici... comme dans tous ces petits villages. Ils me surprennent tous terriblement, car les altitudes sont relativeme,nt faibles, mais ils ont eu l'art de conserver le terrain tel qu'il était, sans l'arranger. Ils ont construit les uns à côté des autres, touche-à-touche, très serrés. Je soupçonne ces hameaux d'être extrêmement anciens.

La Maison du Louvetier, 16ème siècle.

En vélo, ça passe...

Quelques façades.

Comme c'est joli quand la pierre est apparente. Comme c'est laid, quand elle est recouverte de ciment !

De toutes petites ouvertures sur cet immense pan de mur.

Fermé à double tour....

J'aime beaucoup photographier les murs et fenêtres, vous l'avez certainement remarqué.

En fait, j'adore la diversité. C'est pour ça que je déteste profondément ces lois obligeant tout le monde à construire plus ou moins la même chose, à utiliser les mêmes couleurs, etc... C'est d'ailleurs, je trouve, une atteinte à la liberté individuelle, ce qui, toujours, chez moi, me donne envie de prendre les armes... Moins maintenant, mais je vous assure que, souvent, ça me démange ! Je ne suis pourtant pas un rebelle, mais je revendique la liberté.

Le porche de l'église de Faugères.

La belle maison attenante à l'église.

L'ensemble....

Et ce que je vois, presque, depuis le poste de pilotage de Mygoo, alors que je suis en train de terminer le récit de cette nouvelle belle journée.

Une petite pensée à mes copains et copines de rando moto, qui se sont retrouvés ce week-end dans la belle Bretagne. J'aurais aimé être avec eux, mais on ne peut pas être partout, et il faut bien assumer ses choix. Je regardais ce midi un motard dans une rue délicate à Laurens, et je pensais que j'étais, justement, enchanté de ce choix. La peur de chuter, les situations de galère, c'en est fini avec Mygoo, et j'apprécie énormément. Mais les randos avec les ami(e)s, oui, ça me manque ! J'y reviendrai sûrement, un jour ou l'autre.

Pour la première fois depuis le début de ce voyage, je suis à jour dans mes compte-rendus, et ça, c'est génial. Je vais essayer de conserver ce rythme. Départ de bonne heure, arrêt de bonne heure, récit en fin de journée avant le repas du soir. C'est l'idéal. Il est 20 heures, je passe à l'arrière, je vais me mettre en pyjama, rentrer dans mon duvet, manger, et bouquiner. Hummmm, le bonheur.

Bonne nuit, les petits.

Page précédente: France 2011_Jour 027
Page suivante: France 2011_Jour 029


Depuis le 06/06/2005 Visites:891383 Aujourd'hui :91 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)