France 2011_Jour 035

Jour 035 - Lundi 2 mai 2011 - 48 km - 239 photos (2484 km et 7436 photos)
De Coupiac à Combret (Aveyron)

Encore une très belle journée bien ensoleillée. Un peu de vent sur les hauteurs, mais température en hausse.

Le château de Coupiac dans le soleil levant, avant mon départ. Une mention spéciale pour la commune de Coupiac. En effet, sur cette place, il y a des toilettes publiques dans un excellent état, avec papier et savon. Elles sont nettoyées régulièrement, une affiche l'indique. Je félicite donc hautement la commune de Coupiac pour ça. Et j'en profite pour dire que, sur ce point, j'estime que notre pays est capable de financer des toilettes publiques dans chaque commune, et de les entretenir. Ce devrait être obligatoire.

Je démarre finalement à 9h30, car je passe bien une demi-heure pour préparer mon itinéraire. Je vais d'ailleurs très prochainement m'octroyer une journée de repos pour organiser les prochaines semaines, car en ce moment, je roule un peu "à vue". Ici, vue sur Coupiac depuis la D90.

En direction de Martrin, que voici.

Martrin était une Commanderie en plein essor, alors que la population du village baissait (peste noire, attaques des Routiers). D'où la construction de cette tour-refuge des habitants en 1392 (à la demande des habitants, afin de se protéger pendant les guerres), remaniée au XVème siècle, et aujourd'hui clocher de l'église.

J'aime bien ces plaques en forme de coeur. C'était très courant dans cette région au 19ème siècle.

Tout le paysage ressemble à ça. Les terres sont énormément cultivées. Il y a très peu de bois.

Encore une croix.

La ferme de Fareyrolles.

Le vent fait onduler les cultures, je trouve ça du plus bel effet

Les traces laissées par les roues des tracteurs se voient de très loin.

De temps à autre, des maisons en ruine encerclées par les cultures.

Saint Juéry, village possédant deux églises, côte à côte. Celle-ci est, je pense, en restauration.

Je trouve intéressant de voir un tel bâtiment en l'absence de tout mobilier ou décor.

A l'intérieur, cette porte fort abîmée, avec cette note : "les coups de hache des soldats". Oups !

Vers le plafond.

Le petit château, privé, de Saint Juéry.

Je poursuis mon chemin sur une belle MD -c'est un pléonasme....

Dans ce paysage de petites montagnes cultivées à outrance. En contrebas, un grand troupeau de moutons.

Au centre, on distingue le château de Juéry près duquel je viens de passer.

Encore plus haut.

De très vieilles croix jalonnent régulièrement les routes.

Et des statues beaucoup plus anciennes que vous commencez à connaître maintenant. Ici, aux Anglas, minuscule hameau de quelques maisons.

Vous n'êtes pas sans avoir remarqué que je ne suis pas allé en camping depuis longtemps ! En effet, ici en Aveyron, ils sont tous fermés, du moins pour ceux que j'avais choisis. Et finalement, je m'en passe beaucoup mieux que je ne le pensais. En effet, je peux tout faire par moi-même, y compris douches et lessives. Mais, me direz-vous, dans un camping, c'est plus facile ou plus agréable. Et je réponds : finalement, je n'en suis plus si sûr. J'ai de plus en plus de plaisir à me choisir un coin à l'abri des regards, en pleine nature, que je choisis au soleil. Et là, j'ai tout ce qu'il faut pour procéder à une toilette complète, et, je l'avoue, j'y prends de plus en plus de plaisir. Se savonner tout nu en pleine nature, puis se rincer avec de l'eau bien froide, mais sous un chaud soleil, c'est un moment privilégié que j'apprécie chaque jour davantage. Du coup, si je ne trouve pas de camping, ça ne m'inquiète pas le moins du monde !

Encore une...

Eglise de Monteils, sur la D151, peu avant la descente vers Saint Sernin-sur-Rance.

Les champs en fleurs : le spectacle du printemps est un enchantement.

Vue sur Saint Sernin-sur-Rance.

Voir explication sur la vue précédente....

Victor, enfant sauvage de l'Aveyron, capturé à Saint Sernin-sur-Rance le 8 janvier 1800.

Aujourd'hui, je m'offre un gros sandwich que je mange au volant -à l'arrêt...-, car j'ai trouvé une bonne connexion WiFi, ce qui me permet de prendre des nouvelles de mes enfants, et de leur en envoyer, entre autres. Pas de FTP, donc impossible de transmettre la dernière journée.

Cadran solaire sur les murs de l'église.

Le porche de l'église.

Tableau à l'intérieur.

Je lève les yeux vers le plafond.

Elle possède deux très beaux balcons ouvragés.

Vu dans un coin.

La "collégiale", vue dans son ensemble.

Belle maison en face de la Collégiale.

Les rues dans le centre de Saint Sernin-sur-Rance sont très étroites et difficiles à négocier. A un moment, je me retrouve face à un sens interdit, avec un peu de difficultés pour manoeuvrer... Ici, sur les bords DU Rance (ben oui, on dit LE Rance, alors que je pensais cette rivière plutôt féminine !).

Un très bel endroit, et une magnifique maison, ici, à droite.

Vue sur le village de Pousthomy.

Une maison-noble à Pousthomy.

La même, vue sous un autre angle. Une très belle maison également !

Quelques kilomètres plus loin, je découvre un magnifique cadran solaire sur un des murs du Monastère de Notre-Dame d'Orient.
Ce serait bien de le restaurer, je trouve.

Au même endroit.

Une des entrées du Monastère de Notre-Dame d'Orient.

Juste après, le bourg de Saint Maurice, sur la D91, aux maisons de grès rouge.

Cette petite départementale serpente au rythme du Rance qu'elle longe depuis les hauteurs.

Là-haut, la montagne dénudée. On déboise. Les champs sont immenses ! Je soupçonne que les quantités d'engrais le sont aussi....

Combret se voit de loin, et les panoramas sont nombreux.

Maisons bourgeoises de Combret.

Vue générale du village Combret-sur-Rance, bourg médiéval chargé d'histoire.

Le Rance, bordé de superbes saules-pleureurs.

A gauche, la rue centrale, que je n'oserai pas emprunter avec Mygoo. Je préfère faire le tour.

Je fais les derniers pas vers l'église à pied.

Les vieilles maisons sont en cours de restauration pour plusieurs d'entre elles.

J'adore cette inscription, que je suppose être en langue d'oc. Mais je pense ne pas me tromper en osant cette traduction.
"Les pauvres morts de Combrets qui sont endormis ici et qui espèrent le réveil".

Le porche de l'église romane. Fermée à clef. Je peux aller la chercher à côté, mais je n'en ai pas envie.

Inscription gravée sur le mur.

Depuis le porche, vue vers le pont depuis lequel je photographiais tout-à-l'heure.

L'église de Combret.

Depuis le cimetière, vue sur les restes du château.

J'y vais. Il ne reste qu'un mur, et l'entrée est barrée avec raison, ar je pense qu'il y a risque d'éboulements.
Le village est entièrement caché par l'église et la butte sommitale.

Vous reconnaissez sans doute, au loin, le sommet cultivé et photographié précédemment.

En redescendant, je vois cet énorme papillon -bombix ?- par terre. Je n'en avais jamais vu un si gros.

Une belle maison sur la place du village.

Que voici. Je décide de bivouaquer ici. Comme à Coupiac, les toilettes sont en parfait état, avec papier. Il manque le savon et le papier pour essuyer les mains, ce qu'il y avait à Coupiac. Mais franchement, propres et en très bon état, c'est le principal ! Bravo à la commune de Combret !

Je termine mon récit et il est 19h15.

Pour une fois, je débauche ce soir à une heure convenable.

Page précédente: France 2011_Jour 034
Page suivante: France 2011_Jour 036


Depuis le 06/06/2005 Visites:920455 Aujourd'hui :151 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)