France 2011_Jour 051

Jour 051 - Mercredi 18 mai 2011 - 24 km - 298 photos (3502 km et 11434 photos)
Des Vignes à La Malène (Lozère) + 3 km à pied

En rouge, la petite balade à pied.

Au petit matin, le ciel est nettoyé. Il fait bon, mais je sais que ça ne va pas durer ! Traversée du Tarn, D16, à l'assaut du Causse Méjan.
Vue sur Les Vignes, où j'ai passé la nuit.

En face, les lacets de la descente depuis Saint Rome-de-Dolan sur Les Vignes, effectuée la semaine dernière en revenant du Massegros.

Les deux énormes blocs photoographiés hier soir dans le soleil couchant. S'ils pouvaient parler, ils pourraient nous en raconter, des orages terribles, des canicules, des froids incroyables, des températures inimaginables... Oui, ils en ont vu, ces deux là, et ils n'ont pas fini d'en voir. Les os de nos lointains descendants ne leur feront plus mal depuis longtemps que nos deux acolytes seront toujours ici, en train de discuter...

Si tant est qu'ils aient encore quoi que ce soit à se dire...

Là-haut, de l'autre côté du Tarn, sur le Causse de Sauveterre, on voit justement Saint Rome-de-Dolan.

Soudain, une superbe perspective se détache vers le sud. La vallée du Tarn en direction du Rozier.
Causse Méjan à gauche, Causse de Sauveterre à droite.

Vue arrière. Non, je ne roule pas, je profite d'une pause photos pour la faire !
Il faut toujours que quelques uns fassent des remarques, hein !

A ce moment-là, je ne le savais pas encore, mais quelqu'un m'observait. Planqué au sommet du petit téton, au centre.

Pauvres arbres, qui s'accrochent tant qu'ils peuvent à la vie, eux aussi !

Saint Rome-de-Dolan encore, au bord du plateau.

En regardant ces énormes masses rocheuses, la tête tournée vers le ciel, j'ai presque le vertige.
La photo, malheureusement, ne permet pas d'apprécier la taille de ces deux rochers, qui est véritablement gigantesque !

Au même endroit. Les deux rochers dont il était question sont à droite.

Un peu plus loin, une nouvelle belle enfilade sur le Tarn. A gauche, le lacet au pied duquel j'ai fait les précédentes photos.

Une fois de plus, je suis "scotché" par la beauté des paysages qui m'entourent. Pour le coup, je décide de sortir le gros téléobjectif que j'ai emporté, et dont je ne me sers jamais, à cause de son encombrement, de son poids, bref.... Zoom sur la boucle précédente, tout en gardant dans le champ les roches qui la surplombent. Tiens, on revoit ici le petit téton dont je vous parlais tout récemment.

C'est lui. Le vautour. Invisible à l'oeil nu. Par contre, lui, il n'a pas de jumelles, mais voit très bien ce qui se passe. Et son champ de vision est immense !

Je pointe alors l'objectif vers le Tarn.

Histoire de vous montrer la D907bis...

Coup d'oeil vers l'horizon lointain.... très très loin....

Détail sur les champignons de pierre. L'homme a-t-il jamais mis les pieds sur celui-ci ?

Je cherche d'autres champignons... Perdus dans la forêt.

Mais ils sont là.

Nombreux, très nombreux ! C'est "énooooorme".
Je photographie comme ça, à main levée, et je vous garantis que ça bouge terriblement.

A mes pieds, le hameau du Villaret.

Au-dessus de moi....

Vers le Tarn, à nouveau.

Les Vignes, en bas.

Arrivée sur le Causse Méjan. Ici, La Maxane.

J'espère que vous reconnaissez Saint Rome-de-Dolan, de l'autre côté de la tranchée du Tarn, sur le Sauveterre !

Il y a des petits abris de pierre au bord de la route.

L'altitude tourne autour de 900 mètres.

Traversée de zones plus ou moins boisées.

Des murets de pierres sont encore visibles, prouvant l'ancienneté de la présence humaine sur le Causse.

J'arrive en vue de Rieisse, petit village en retrait de la route. Au loin, on aperçoit la vallée en "V" creussée par le Tarn.

Panorama du Roc des Hourtous. Allons-y....

Le panorama est payant. Un euro. Il y a un petit restaurant. Le propriétaire m'explique que, du fait que le belvédère se situe sur un terrain privé, il est tenu de souscrire une assurance pour couvrir les éventuels accidents avec le public, d'où le prix. je lui dis que je me refuse à payer pour voir un site naturel, mais je lui commande un sandwich. Du coup, il me permet d'aller regarder sans payer.... Merci pour le geste commercial.

Le Tarn vers le nord-ouest.

C'est encore un panorama exceptionnel, à 180 degrés. Je tourne la tête : vers le nord-est.

Je vous laisse admirer.

La D907 bis longe le Tarn, ici, entre Les Vignes et La Malène.

Alors qu'en ce qui me concerne, je fais le même chemin, mais par le Causse, sur le plateau.

D'ailleurs, je constate de la D907 bis passe également en corniche, les falaises tombant à pic sur la rivière.

Vue sur le Causse de Sauveterre qui me fait face.

La végétation s'accroche vraiment partout.
Je n'avance pas davantage, peu désireux de tester mes capacités à voler, que je pense être très proches de zéro !

Sans commentaire pour celle-ci.

Pour vous montrer la D907 bis.

A mes pieds, je ne vois même pas le Tarn. C'est la zone appelée "Les Détroits".

Finalement, je reste manger mon sandwich au snack, accompagné d'une bonne bière. Je discute avec le patron, un motard. Ils me raconte les virées dans la région, et me recommande par-dessus tout de faire le nord et le nord-ouest de l'Ardèche. Ce qui tombe bien, car j'en avais l'intention. Un couple de camping-caristes de Nantes arrive, nous discutons un moment de balades. La dame est une passionnée de fleurs, et fait des kilomètres de marche pour les photographier. Elle me fait cadeau de la carte d'un superbe parcours qu'elle a fait avec son époux, et qu'elle me recommande. Merci.

Retour dans le village de Rieisse.

En effet, il y a un autre panorama à voir, au Roc du Serre.

Une pancarte indique 10 minutes de marche.

En fait, c'est plutôt 20 minutes.... Sans doute écrivent-ils ça pour ne pas décourager les pauvres marcheurs...

Vue plongeante sur La Malène.

Je ne regrette pas la petite marche qui, en plus, ne me fera pas de mal !
En bas, La Malène.

La Malène au 80 mm.

Les lacets de la D43 descendant sur La Malène.

Là aussi, les petites fleurs de toutes couleurs couvrent le sol.

Autre vue sur le site, avant de retourner vers Mygoo...

Le sentier est fort agréable.

Joli champ entouré de murets au coeur du village de Rieisse.

Juste avant le col de Rieisse. En fait, ces abris en pierre sèche sont des cazelles, à l'origine édifiées par les bergers pour se protéger du soleil, de la pluie et du vent tout en gardant les troupeaux de brebis. Au 18è, les cantonniers, contraints de rester longtemps sur la portion de route qui leur était affectée, en construisirent à l'identique pour se protéger des intempéries et stocker leur matériel.

Le hameau du Rouveret, visible en contrebas de la route.

Tiens, une lavogne. Pas très jolie, car recouverte de béton.

C'est ainsi que j'arrive dans les premiers lacets de cette très belle descente.

La Malène. On aperçoit l'aire de camping-cars : c'est là que je vais bivouaquer, c'est sûr.

Ouahhh, la classe.

Cette belle descente est déconseillée aux camping-cars, mais pas interdite.

Heureusement, je n'en croiserai pas.

J'adore voir de telles routes, je trouve ça beau.

Elle n'est pas impressionnante comme celle d'hier, tout simplement parce qu'elle est plus large.

Néanmoins, deux-trois passages s'avèrent être assez "flippants".

Entre-temps, le ciel s'est lourdement couvert, et quelques gouttes commencent même à tomber.

Bientôt arrivé.

Les derniers lacets.

Vue générale au grand angle.

Le village, de la même couleur que la montagne, se voit difficilement. Du vrai camouflage !

En roulant....

Une p'tite dernière.

Petit château-restaurant, juste au-dessus de mon grand parking.

Le ciel se vide ce soir : éclairs, tonnerre, trombes d'eau. Génial, ça va faire du bien, c'était décidément trop chaud.
19h30, et j'ai terminé. Coool. Une bonne soirée de lecture s'annonce.

Je vous laisse méditer là-dessus.

Page précédente: France 2011_Jour 050
Page suivante: France 2011_Jour 052


Depuis le 06/06/2005 Visites:861550 Aujourd'hui :244 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)