Mobilisation

Fascicule de mobilisation


Né le 25 janvier 1889, Joseph Boizard faisait partie de la classe 1909. Il a donc 25 ans et demi au moment de la mobilisation générale.

L'ordre de mobilisation générale est décrété le samedi 1er août 1914. L'Allemagne déclare la guertre à la France le lundi 3 août 1914.

Les détails ci-après proviennent de ce site exceptionnel que je vous conseille de consulter et, même, auquel vous pouvez participer au travers de leur excellent forum de discussion. Je cite : "Au plus tard 15 jours avant la fin de son service actif, la recrue reçoit son fascicule de mobilisation. Il lui est expliqué chaque information. Ainsi, il sait comment et quand rejoindre le lieu indiqué en cas de mobilisation. En fonction de l'affectation et de la manière de se rendre au lieu de mobilisation, il existe cinq types de fascicules différents au moment de la mobilisation de 1914 (d'autres modèles ont existé avant les réformes de la fin du XIXe siècle)."

Le présent fascicule correspond au modèle A, rose, et concernant les hommes faisant usage du chemin de fer.

Joseph Boizard avait le matricule 1366 (correspondant très certainement à son service militaire déjà effectué). Il fait partie de la 11ème région, subdivision de La Roche-sur-Yon. Son grade : tambour. Son régiment d'infanterie est stationné à La Rochelle. Son numéro au répertoire du corps sera son matricule pendant la guerre : 04874. Curieusement, le "0" du début sera toujours reproduit dans les divers documents le concernant, au lieu de n'écrire que "4874".

Bizarrement, on connait les numéros de bataillon et de compagnie, mais pas le numéro du régiment ! Donc, 2ème bataillon, 8ème compagnie. Heureusement, je sais qu'il était dans le 123ème Régiment d'Infanterie (livret militaire et autres documents en ma possession), du moins au départ. Il a fait ses classes au 57ème Régiment d'Infanterie.



Page deux du fascicule de mobilisation.

En cas d'absence de son domicile au moment de la mobilisation, le titulaire du présent ordre de route se présentera le deuxième jour de la mobilisation, avant neuf heures du matin, à la gare la plus voisine de sa résidence momentanée et rejoindra directement son corps à La Rochelle, caserne Renaudin.


Ordre de route pour le cas de mobilisation.

En cas de mobilisation portée à la connaissance des populations par voies d'affiches ou de publication sur la voie publique, le porteur du présent ordre se mettra en route sans attendre aucune notification individuelle et en se conformant aux prestations suivantes. Ce militaire voyagera gratuitement par chemin de fer. Il emportera de chez lui des vivres pour un jour. Il se présentera, porteur du présent titre, à la gare de Commequiers le deuxième jour de la mobilisation avant huit heures du matin et sera tenu de prendre le train qui lui sera indiqué par le chef de gare. Il descendra du train à la gare de La Rochelle et se mettra aussitôt à la disposition du poste de police qui le fera diriger sur son corps caserne Renaudin.

C'est donc le dimanche 2 août que Joseph Boizard s'est présenté, avant 8 heures du matin, à la gare de Commequiers, distante d'environ 8 kilomètres de chez lui. Comment y est-il allé ? Je suppose qu'il n'était pas seul, ils devaient être plusieurs dizaines à devoir s'y rendre. Je n'ai pas de témoignage de cette journée dans la famille, et je n'ai jamais pensé à le questionner, ce que j'aurais pu faire tant de fois !



Itinéraire suivi le 2 août 1914 (à pied depuis Le Fenouiller, puis par train depuis Commequiers via Aizenay, La Roche-sur-Yon puis Luçon.


 

Photos de la caserne Renaudin à La Rochelle, extraites de ce site.

Une très intéressante discussion sur ce sujet des casernes à La Rochelle, avec des photos, à voir sur le site pages14-18, ici.

Archives émouvantes (caserne Renaudin 1912), ici.

Une synthèse des sites concernant la guerre 14-18, ici.

 

La Rochelle. Entrée des casernes (lien)

En blanc, les classes en cours d'instruction -et accessoirement de corvées- ?


123ème Régiment de ligne. La Chambrée. (lien)

On aperçoit les fusils, entre les deux fenêtres.


 

L'infanterie quitte la caserne Renaudin pour se diriger vers la frontière.... (lien)

Il était donc forcément là, parmi ces soldats que l'on aperçoit -devine...- à l'arrière-plan, derrière le cheval.


Page précédente: Joseph Boizard
Page suivante: Livret militaire


Depuis le 06/06/2005 Visites:919962 Aujourd'hui :162 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)