Réforme

Réforme

Réforme avec pension

Centre de réforme de Nantes.

Le Médecin-Chef du Centre de Réforme de Nantes certifie que la Commission de Réforme de Nantes, dans sa séance du 16 avril 1920, a proposé
M Boizard Joseph capo. 277 Infie
pour une pension d'invalidité de 90 p. 100, justifiée par la maladie ou l'infirmité suivante :

Enucléation de l'oeil gauche avec perte osseuse du rebord orbitaire inférieur.
Vaste mutilation de la face avec effondrement de la pyramide nasale et perte des os propres du nez
consécutive à une plaie pénétrante par balle de la région orbito-nasale gauche.

Réformé définitif.

(pensuion permanente quatre vingt dix pour cent)

Fait à Nantes le 16 avril 1920

Tampon du Médecin-Chef du Centre Spécial de Réforme de Nantes, suivi de sa signature.

Ajout manuscrit en bas du document : à Fenouillet par St Gilles s/vie Vendée ---> adresse, avec une faute à Fenouiller (t au lieu de r).

 


Attestation de réforme

XIème Région.
Place de Nantes.
Centre spécial de réforme - Nantes.
Nom et prénoms : Boizard Joseph
Grade : Caporal
Unité d'origine : 277è Infanterie
Bureau de recrutement : La Roche-sur-Yon
Classe : 1909
N° Matricule au Recrutement : 4874
Dirigé sur le dépôt : démob. 65ème Infanterie
Situation (?) en résultant : R. 90%
Commission de Nantes du 16 avril 1920
Aligné en (...?) jusqu'au 16/04/1920
Nantes, le 16 avril 1920

Tampon du Médecin-Chef du Centre Spécial de Réforme de Nantes, suivi d'une signature pour le Médecin-Chef.

Remarques concernant cette attestation

Ce document, délivré le même jour que le précédent, et au même lieu, n'est que le document administratif entérinant la décision prise par le premier document, qui est la pièce essentielle. On y apprend toutefois qu'il est démobilisé au 65ème RI, ce qui est curieux. Mais il s'agit bien ici de la XIème Région Militaire à laquelle appartenait la Vendée. Pourtant, il avait été mobilisé à la XVIIIème Région Militaire à La Rochelle.

A noter qu'il est sorti de l'hôpital Vaugirard de Paris le vendredi 2 avril 1920. J'en déduis qu'il avait été transféré ici au 65ème RI en vue de la prise de décision de sa démobilisation, avec à la clé sa réforme et la détermination du pourcentage de sa pension. Le tout n'a pris que deux semaines, puisqu'il est ici libéré ce vendredi 16 avril 1920. Je suppose qu'il est rentré ce même jour dans ses foyers, à 90 kilomètres d'ici environ, au Fenouiller près de Saint Gilles-sur-Vie.

Au final, je peux désormais noter les grandes dates de son parcours militaire.

Dimanche 2 août 1914 : mobilisé à La Rochelle
Vendredi 16 avril 1920 : réformé à Nantes

Soit pour lui 2.085 jours de guerre, ou encore 5 ans, 8 mois et 15 jours

et 3 blessures

1 balle qui lui a travervé le bras gauche entre le 15 et le 20 septembre 1914
1 balle qui lui a traversé le genou gauche le 9 février 1915
1 balle qui lui a traversé le haut de la joue gauche, le bas de l'oeil gauche et le haut du nez le 5 avril 1918

...


Page précédente: Médaille
Page suivante: Médailles


Depuis le 06/06/2005 Visites:905140 Aujourd'hui :86 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)