Fiche Matricule

Fiche Matricule 1366


Je me suis décidé, aujourd'hui 27/01/2012, à aller chercher la fiche matricule de mon soldat et grand-père Jospeh Boizard aux Archives Départementales de la Vendée. J'en ai profité pour récupérer celle de mon autre grand-père, plus celle d'un grand-oncle tué pendant la Grande Guerre de 1914. Autant rentabiliser mon déplacement, n'est-ce-pas ?

J'ai été bien déçu ! J'ai assidûment "pratiqué" cet établissement il y a une vingtaine d'années, et croyez-moi, j'y suis allé très souvent ! J'ai été abasourdi de voir à quel point un organisme administratif était devenu, en 20 ans, à l'époque de l'ordinateur et d'Internet, à l'époque du regroupement et de la rentabilisation des tâches... aussi... terrifiant. Tellement moins... humain; tellement plus contraignant; tellement plus... humainement robotisé. J'avais l'impression d'être dans un film de Jacques Tati. Je me suis un peu cru dans Astérix et les 12 travaux d'Hercule. Bien sûr, ma fiche devait être remplie à nouveau. Pourquoi se refuser le plaisir de refaire (en remplissant une grosse fiche cartonnée du style années 50) ce qu'il suffirait d'actualiser? J'ai été photographié (pourquoi ne pas photocopier ma pièce d'identité, que j'ai présentée?). Il faut expliquer ce que l'on vient faire, de façon extrêmement précise -j'ai ressenti une très désagréable impression d'inquisition. Plus c'est précis, plus il faut remplir de sous-cases... Et pourquoi non plus un autre document pour l'appareil-photo ! Et le vêtement au vestiaire, dans le compartiment réservé. Et aussi une autre fiche cartonnée pour la salle de lecture. Et aussi signer et re-signer à chaque demande, plus aussi demander l'autorisation à chaque photo : "pardon, m'dame, je vais photographier ça... et ça...", etc, etc. Ah oui, interdit d'écrire avec mon stylo, il faut prendre un crayon de bois. J'en oublie sans doute. Je n'ai pas eu besoin d'aller aux toilettes, je n'ai donc pas eu à lever le doigt pour demander "Siou plait, m'dame...".

Je voudrais juste dire, heuhhhh.... Elles appartiennent à qui, les archives ? Comment ? Au peuple ? Oui, il me semble, non ?

Sincèrement, il y aurait une page de texte à remplir pour tout vous décrire. Je n'ai pas apprécié du tout. Mais je ne veux pas polémiquer, ni "critiquer" sans cesse, ce qui ne fait pas nécessairement avancer le schmilblic. Ils ont leurs raisons pour faire tout ça, je trouve juste qu'ils le font mal, et que ça me fait vraiment pitié de voir tout ce gâchis intellectuel et financier. Il y a juste deux mondes qui se côtoient, car on peut également télécharger des documents depuis son domicile sur le site des archives.... via Internet. Je l'ai d'ailleurs fait avant de venir, ce qui m'a fait gagner un peu de temps, car je suis arrivé avec les bonnes références, c'est déjà ça.

Passons aux choses sérieuse. Il m'a ensuite suffi d'attendre 10 minutes pour recevoir, successivement, chacun des trois gros livres. Quelle émotion, comme toujours, lorsque je tourne les pages d'un document ancien, et que j'approche de la page convoitée.... C'est classé par numéro de matricule. 1362, 1363.... Je marque un temps d'arrêt. Je sais que je vais découvrir des pans cachés de la vie de mon grand-père, et j'ai le coeur qui bat un peu plus fort.

1366. Ouahhh ! Une grande page complètement remplie d'une écriture fine. Tellement remplie qu'un papier supplémentaire a été collé sur la page, recouvrant en partie une portion. Je fais donc plusieurs photos, pour être certain de tout enregistrer et de ne pas avoir besoin de revenir. De retour à la maison, je n'ai plus qu'à recoller les morceaux. Facile, et j'aime ça. Et voilà le résultat. Un assemblage hétéroclite, mais tout y est, et c'est bien là l'essentiel.



En bas, le bout de papier intitulé "campagnes" et rajouté au-dessus des cases "affectations".

Retraçons donc son parcours militaire. Tiens, au passage, il a perdu un centimètre entre sa taille sur le livret militaire et ici...

Détail des services et mutations diverses.

Inscrit sous le n° 10 de la liste cantonnale de Saint Gilles s/Vie.
Incorporé au 57è régiment d'infanterie à compter du 4 octobre 1910
Arrivé au corps le 5 du dit et
immatriculé sous le n° 2442
soldat de 2è classe
Tambour le 25 septembre 1911
Envoyé en congé le 25 septembre 1912

 

Certificat de bonne conduite accordé
Passé dans la réserve de l'armée active le 4 octobre 1912

 

Affecté au régiment d'Infanterie de La Rochelle.
Rappelé à l'activité par décret de mobilisation générale du 1er Août 1914.

Arrivé au corps le 3 août 1914
Aux armées le 5/8/14.
Passé au 6ème Régiment d'Infanterie le 9 mars 1916
Passé au 277è Régiment d'Infanterie le 14 août 1916
Nommé caporal le 28 Mars 1918
Réformé définitivement et proposé pour pension définitive de 90% le 16 avril 1920 par la Commission de Réforme de Nantes pour :
énucléation oeil gauche suite mutilation de la face par balle avec effondrement de la voûte nasale, perte des os propres du nez.

 

Séjours dans les hôpitaux

Aux armées le 5 août 1914.
Blessé évacué le 15 septembre 1914.
Rejoint la 8ème Compagnie aux Armées le 3 Janvier 1915.
Blessé évacué le 10 février 1915.
Rejoint les armées le 28.10.1915.
Blessé évacué le 5 avril 1918.
Entré à l'ambulance 7/11 à Beauvais.
Entré à l'hôpital Mre (militaire) du Val de Grace à Paris le 7 avril 1918.
Sorti le 30 octobre 1919 et convalescence d'un mois.
Rejoint le Val de Grace à Paris le 30 Novembre 1919.
Entre à l'hôpital Militaire 291 rue de Vaugirard le 2.12.19
Sorti le 8 avril 1920 et entré au centre spécial de réforme de la Seine.
Sorti et entré au C D Réforme de Nantes le 9 avril 1920.
Réformé.

 

En disponibilité et réserve de l'armée active.
Corps d'affectation
Numéro au contrôle spécial.
Matricule ou au répertoire
Regt d'infanterie à La Rochelle
77
04874
6è Régt d'Infanterie
75
09842
277è Regt d'Infanterie
51
05772

 

Campagnes Campagnes
 
sous les ordres du....
Du....
Au....
Intérieur
Général Commandant la région C.S.
3/8/1914
4/8/1914
Aux Armées
Général Commandant la région C.D.
5/8/1914
14/9/1914
Intérieur
Général Commandant la région C.D.
15/9/1914
2/1/1915
Aux Armées
Général Commandant la région C.D.
3/1/1915
9/2/1915
Intérieur
Général Commandant la région C.D.
10/2/1915
27/10/1915
Aux Armées
Général Commandant la région C.D.
28/10/1915
4/4/1918
Intérieur
Général Commandant la région C.D.
5/4/1918
4/4/1919

 

Blessures
Blessé le...
devant...
Comment ?
15 septembre 1914
Pontavert (Aisne)
par balle au bras gauche
10 février 1915
Troyon (Aisne)
Plaie par balle au genou gauche
5 avril 1918
Mailly (Somme)
Plaie profonde de la face par balle avec perte de l'oeil gauche et destruction du nerf.

 

 

Citations

Cité à l'ordre du Régiment n° 268 (277è Infanterie) du 16 Mai 1918 :
"N'a cessé pendant les combats du 4 au 8 avril d'être pour ses hommes un modèle de bravoure et de sang-froid;"


Décorations

Croix de guerre : Etoile de bronze.
Médaille Militaire : décret du 22 octobre 1918 Rang du 10 Août 1918

 

Page précédente: Gueule cassée
Page suivante: Pierre Morit


Depuis le 06/06/2005 Visites:892474 Aujourd'hui :124 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)