Arrivée de Bocloo

Et le vélo aussi...


Octobre 2010

Ce n'est pas parce que j'ai pris la décision de ne plus faire de grands voyages en moto que j'ai perdu mon goût pour les deux-roues. Il me faut un deux-roues, que je puisse mettre dans Mygoo et prendre à tout moment lors de mon prochain voyage. Or, pour pouvoir rouler léger sur des chemins avec un deux-roues, il suffit d'enlever le moteur. Et nous avons un vélo. Je croyais que ce serait fait en 5 minutes. Que nenni ! J'ai découvert un monde que je ne connaissais pas. Bien sûr, j'ai parlé avec de nombreux cyclo-voyageurs, de leurs joies et de leurs peines, mais jamais de leur matériel. Or, le choix est immense, et en même temps très organisé, très spécialisé. Il y a des vélos pour ceci, et d'autres pour cela. Notre société moderne est ainsi, et ce n'est pas désagréable. La contrepartie est évidente : lorsque l'on s'intéresse à un domaine inconnu, il faut s'y investir un peu, voire beaucoup, selon ce que l'on recherche.

"Que voulez-vous faire avec ?". C'est le leitmotiv de tous les vendeurs, mais aussi des utilisateurs questionnés eux-mêmes. Internet est évidemment une source de connaissance considérable, et je ne m'en suis pas privé. Je remercie ici deux sites qui m'ont aidé dans ma quête : vélotaf et vélovert.

 

J'ai donc du analyser très sérieusement ce que je voulais faire avec un vélo. Rouler sur les chemins inaccessibles à Mygoo, mais suffisamment faciles pour ne pas être obligé de marcher. Ce qui ne veut pas dire que je ne veuille pas marcher, bien au contraire, c'est aussi au programme. Mais j'ai tout simplement trois types de voies à ma disposition pour visiter l'Europe. Les routes pour Mygoo, les sentiers étroits et autres chemins montagneux (ou pas) mais inaccessibles ou interdits aux vélos (par conséquent réservés à mes petits pieds), et le reste pour la bicyclette.

Et ce reliquat peut, et doit, à son tour, être décortiqué. De quoi s'agit-t-il ? Des belles pistes cyclables aménagées, des chemins de campagne pour piétons et cyclistes (cailloux, terre, herbe, racines possibles) pas forcément aménagés pour les cycles, et des réseaux routiers urbains (ben oui, forcément, si je suis à Berlin ou à Madrid, je me déplacerai avec mon vélo). J'estime les pourcentages d'utilisation chemins/villes à 70/30. J'estime le pourcentage sentiers/pistes cyclables à 70/30. J'ai d'abord pensé "VTC", mais ces derniers seraient trop fragiles pour mon besoin. Ce qui sous-entend un équipement solide, un cadre fiable, de bons pneux tout-terrain, mais en même temps un vélo léger pour ne pas trop me fatiguer. Bref, il me faut choisir un VTT (vélo tout terrain), car "qui peut le plus, peut le moins", et de qualité pour ne pas m'en lasser mais, au contraire...

 

Arrivée de Bocloo...

Je l'ai trouvé. Magnifique. Solide. Léger. Première sortie ce samedi 23 octobre. Toute petite, car... il pleut !

Quelle classe !

Je lui ai mis un petit compteur, surtout histoire de savoir... combien de km nous allons parcourir ensemble.

Premier point : j'ai très peu de recul pour avoir en même temps sur la photo Bocloo et la route.
Je crois bien que je vais m'équiper d'une toute petite béquille, très légère, juste pour pouvoir le poser sans être obligé de l'allonger par terre.

Mais quel bonheur. J'avance, sans aucune fatigue, deux à trois fois plus vite qu'à pied. Du coup, ça va m'ouvrir d'autres horizons.

Plus larges, plus près de la nature, plus profondément dans les terres.
Ou plus haut vers le ciel, si mes jambes suivent (enfin, pas en Vendée, car ici, c'est plutôt plat).

Bref, tout ça pour vous dire que... j'ai hâte d'être en situation réelle... Mais la préparation avance gentiment.
Je prends le temps de vivre et de savourer ces moments avant le départ.

Page précédente: Yamaha YBR 250
Page suivante: Arrivée de Mygoo


Depuis le 06/06/2005 Visites:852593 Aujourd'hui :81 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)