Charente-Maritime

Du 6 au 10 février 2018 : virée en Chanrente-Maritime

P
6 février 2018, sur la D948, peu après La Roche-sur-Yon...
Pour diverses raisons, Claudine doit aller à Royan. Comme elle a passé de nombreuses années dans ce secteur, elle veut en profiter pour revoir quelques amis, et me propose de l'accompagner sur quelques jours, ce que j'accepte avec plaisir. C'est la première fois que nous partons sur plusieurs jours ensemble, et nous décidons d'y aller avec sa voiture et de réserver notre hébergement par airbnb, la célèbre plateforme de location. Une grande surprise nous attendait à notre réveil : la neige ! Pas question de prendre les petites routes comme je les aime : nous avons naturellement privilégié les grands axes. Heureusement, la situation s'arrange au fur et à mesure que nous roulons vers le sud et, moins de deux heures après notre départ, il n'y a plus une seule trace de neige.
P
Après avoir savouré un délicieux repas au restaurant, nous avons fait une belle promenade sur les quais et dans le centre-ville de Royan. Il fait beau, mais plutôt frais. L'étape suivante étant l'île d'Oléron, nous décidons d'y aller en longeant la côte. Le premier arrêt sera ici à Saint-Palais-sur-mer. Claudine connaît les lieux par coeur, et n'est pas avare de moultes explications. Vue sur la plage de la Conche de Saint-Palais-sur-mer. Mon amie, gourmande et fine bouche, semble avoir fréquenté bon nombre de restaurants dans le secteur...
P
Juste à la sortie de Saint-Palais se trouve le lieu-dit La Grande Côte, qui marque la fin d'une côte aux roches acérées au bout de laquelle trônent, à l'extrémité de jetées de pilotis, les belles cabanes servant de base aux célèbres carrelets. La lumière, ici vers le sud-ouest et Royan, est éclatante.
P
Derrière nous s'étale la magnifique plage de la Grande Côte, suivie plus loin par celle de La Palmyre. Claudine est heureuse de me présenter "son" littoral, et je partage sa joie : c'est grandiose !
P
Au loin les vestiges des blockhaus de la seconde guerre mondiale baignent désormais dans l'eau.
P
Détail sur la roche coupante. Nous sommes ici sur la rive droite de la partie finale de l'estuaire de la Gironde, commun aux deux fleuves que sont la Garonne et la Dordogne. Long de 75 km et large de 12 km à son embouchure face à Royan, c'est le plus vaste estuaire d'Europe Occidentale. Un ferry permet de le franchir entre Royan et la Pointe de Grave. Je l'avais emprunté pour la première fois le 16 septembre 2004, avec Jolly Jumper... Claudine, pour sa part, l'a utilisé des dizaines de fois du temps où elle habitait en face, à Saint-Georges de Didonne.
P
Non non, ils ne sont pas en liberté... Petit arrêt devant l'entrée du zoo de La Palmyre où quelques flamands roses semblent se régaler.
P
Rencontre à distance -tant mieux- dans la belle forêt de La Coubre, peu avant Ronce-les-Bains. Il vaut mieux les laisser passer, ceux-là. Il y en avait un sacré troupeau, et ils n'ont pas ralenti du tout ! Par contre, désolé pour la piètre qualité de la photo, la mise au point n'a pas fonctionné correctement.
Nous avons trouvé une petite maison quasiment neuve à Saint-Trojan-les-Bains au sud de l'île d'Oléron, où nous sommes invités à manger ce soir chez des amis de Claudine, pour un prix défiant toute concurrence. Nous y passerons deux nuits. Le froid tombe plus vite que la nuit mais, heureusement, la chaleur du poêle à bois est la bienvenue. La soirée est excellente, les amis de Claudine sont charmants et très accueillants.

Mercredi 7 février 2018

P
Après une grasse matinée bien méritée, nous partons pour une après-midi de type "pèlerinage" pour Claudine, et en partie de découverte pour moi. Premier arrêt sur le petit port de Saint-Trojan-les-Bains, centré sur la pêche et l'ostréiculture. Il y règne une très belle atmosphère, avec ses petites cabanes colorées. Je vous laisse flâner.
P
P
P
On aperçoit au fond le viaduc d'Oléron, qui rattache l'île au continent.
P
Au premier plan à droite, une plate d'ostréiculteur. Son faible tirant d'eau et son fond plat permettent l'échouage près des bancs. Le pont dégagé et très bas sur l'eau facilite le chargement et le déchargement des huîtres.
P
P
P
Nous partons ensuite sur la côte est de l'île d'Oléron, en direction du village de La Cotinière. Petite balade sur la plage de l'Ecuissière, près de laquelle se trouvent de très anciennes écluses à poisson. Malheureusement, je n'ai pas fait de photos des écluses à cause de la marée. Je vous laisse déambuler sur la plage avec nous.
P
P
P
Des anatifes. On en voit de temps à autre, échoués sur des objets séjournant régulièrement dans l'eau. Je trouve ces colonies d'animaux très photogéniques.
P
Quelques rangées de pieux plantés perpendiculairement à l'assaut des vagues : je pense que ce sont d'anciens bouchots, qui servaient de support d'élevage des moules et autres coquillages. A moins qu'ils ne soient là pour piéger du sable et engraisser la plage ?
P
P
Claudine, tout comme moi, adore photographier les objets de toute sorte apportés par chaque marée et gisant sur le sable dans la zone de l'estran. Un jour, je vous écrirai une page spéciale sur ce sujet.
P
Port de La Cotinière, un peu plus au nord-ouest.
P
Comme sur les plages, les ports se prêtent à la recherche de photographies insolites, particulièrement avec les outils utilisés par les marins.
P
Au centre de l'île se trouve la cité de Saint-Pierre-d'Oléron. Par-dessus les toits de la ville émerge, telle une île, le clocher de l'église... Saint Pierre, comme il se doit, du haut de ses 40 mètres. De couleur blanche, il sert aussi d'amer aux navires.
P
L'air froid s'engouffre dans les rues. Nous allons nous réchauffer, et nous restaurer, dans un bar moderne, où nous dégustons de délicieuces terrines de rillettes.
P
Les villes ne sont pas avares d'insolite non plus. La preuve, cette fontaine moderne.
P
J'aime bien l'architecture des vieilles maisons Saint-Pierraises.
P
P
P
Nos déambulations nous conduisent devant la façade de l'église Saint-Pierre à l'architecture atypique, passant du baroque au classique et au néo-gothique.
P
P
Comme souvent dans les églises fréquentées par les marins, des maquettes de bateaux sont suspendues dans la nef.
P
Magnifique plaque incrustée parmi les pierres de la façade d'une maison ayant sans doute appartenu à un armateur.
P
La très belle lanterne des morts, édifiée au 12ème siècle, haute de 23 mètres (la plus haute de France).
P
P
Nous partons ensuite au nord de Saint-Pierre d'Oléron, à travers la forêt des Saumonards, jusque sur la plage des... Saumonards. Le vent est puissant et glacial, et il est très difficile de faire des photos. Pourtant, les couleurs sont extraordinaires, comme le spectacle de la rade de l'île d'Aix.
P
Les bouchots sont là. On distingue loin vers le nord le pont de l'île de Ré. En regardant sur la carte, je suis ébahi de constater qu'il se trouve à 20 km d'ici !
P
Plus près de nous, le très fameux Fort Boyard. Le zoom de l'appareil-photo est cependant trompeur, car il se trouve quand même à 3 km de la plage !
Il fait tellement froid que nous décidons d'aller acheter un plat cuisiné et de rentrer manger au chaud dans notre petit nid douillet.
De toute façon, la lumière commence à manquer pour faire des photos. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Jeudi 8 février 2018

P
Après avoir rendu l'appartement, nous repassons devant le port de Saint-Trojan-les-Bains pour quitter l'île. Il est déjà près de midi !
P
Détail d'un des murs de soutènement du vieux port.
P
Juste à la sortie nord de Marennes, sur la petite D3 conduisant à Hiers.
P
Village et église de Hiers, dans le marais de Brouage. Difficile de croire que ce fut un port de guerre au bord de l'Atlantique il y a encore trois siècles !
P
Belle rencontre avec des cigognes, mais le temps de stationner correctement...
P
Arrivée à Brouage. Je suis déjà passé là (ici en 2008 avec Jim et la Transalp), mais sans jamais prendre le temps de visiter la place forte. Claudine, qui la connaît bien, s'est proposée de me servir de guide : je ne pouvais espérer mieux ! De plus, l'entrée en est totalement libre, ce qui ne gâte rien ! Je vous laisse admirer sans commenter, vous trouverez beaucoup de documentation sur Internet !
P
P
P
P
P
P
Rien à voir avec la citadelle elle-même, juste une inscription au-dessus du linteau de la porte d'une maison de Brouage. La citadelle entoure complètement la petite ville.
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
Vue sur une partie de Brouage au coeur de la citadelle.
P
Et voilà. Superbe, non ? Franchement, ce site vaut le détour !
P
Retour à Marennes, au bout du chenal donnant dans la Seudre, près de son embouchure. Claudine m'invite dans un restaurant qu'elle a souvent fréquenté : le Cayenne, qui est aussi le nom de ce quartier. Miam miam...
P
P
Comme le long d'un port, les petites cabanes multicolores des pêcheurs et ostréiculteurs bordent le canal. En arrière-plan, on aperçoit le pont franchissant la Seudre.
P
P
P
Quoi ? Un igloo, ici !? Recouvert de 30.000 coquilles d'huîtres mortes avant leur commercialisation (virus OsHV1 ravageur pour les naissains). L'artiste Magali Chourlin a travaillé autour du thème du réchauffement climatique. Faudra-t-il un jour délocaliser la production vers des régions plus froides ? On aperçoit au loin le clocher de Marennes.
P
Belle maison près de la capitainerie du port de plaisance de Marennes.
P
L'église Saint-Pierre de Marennes, de style gothique flamboyant, domine toute la ville et le bassin de Marennes-Oléron du haut de ses 85 mètres.
P
Comme vous pouvez le voir, le pont enjambant la Seudre est imposant.
P
P
Il est déjà 17h lorsque nous arrivons à Royan. Petite halte devant sa belle plage et ses villas cossues du front de mer.
P
P
Et voici la villa "A Dieu vat" située à Saint-Georges-de-Didonne. Claudine a habité ici pendant de nombreuses années, et j'avais envie de voir ce lieu dont elle me parle souvent.
P
Nous partons faire une balade le long de la côte. Claudine me dévoile alors une statue que je ne voyais pas de prime abord, et que je n'aurais sans doute pas remarquée. Elle est pourtant impressionnante, cette tête de femme sculptée dans la roche près de la Pointe de Vallières !
P
P
Stèle commémorant l'opération Frankton menée en décembre 1942. Très triste : 8 hommes sur 10 sont morts, pour la plupart torturés avant d'avoir été fusillés ! Deux ont été dénoncés, deux autres capturés par la police française qui les livra aux allemands... A noter que l'opération, qui a très sévèrement endommagé 4 navires, est considérée comme un succès... A chacun son évaluation !
P
Port de Saint-Georges-de-Didonne.
P
La grande plage de Saint-Georges de Didonne, et quelques villas ci-après.
P
P
P
Au-delà de la jetée et du phare de Vallières, on aperçoit le ferry bac reliant Royan à la pointe de Grave, que l'on distingue nettement sur la photo, à l'horizon gauche.
P
Ce n'est pas tout ça, mais il se fait tard. Nous avons réservé un logement sur les bords de la Charente à Saintes, où nous nous dirigeons via les petites routes que Claudine connaît par coeur. Ci-dessus l'église de Thézac vue au crépuscule. Il est plus de 19h lorsque nous prenons possession de notre appartement bien sympathique.
Malheureusement, et pour la première fois depuis bien des années, j'ai perdu toutes les photos faites au cours de la dernière journée de cette petite escapade. Nous avons essuyé de belles averses sur Saintes le lendemain, mais les visites effectuées étaient très intéressantes, et j'avais fait pas mal de photos d'architecture, notamment de l'Abbaye aux Dames, entre autres. Dommage ! Si jamais je les retrouvais sur un de mes nombreux disques durs, je ne manquerais pas de les rajouter à ce compte-rendu !J'espère que vous avez apprécié ce récit et ces images, n'hésitez pas à écrire un petit mot sur le livre d'or, ça fait toujours plaisir ! Les photos sont libres de droit, vous pouvez donc les prendre, même pour agrémenter un site commercial.

Page précédente: Année 2018
Page suivante: Châteaux Cathares


Depuis le 06/06/2005 Visites:1056807 Aujourd'hui :534 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)