Droopie est arrivée...

12 et 13 août 2017 : Droopie s'invite dans ma vie...

P
"Tu sais quoi ? Je suis heureuse" ! C'est ce que semble me dire Droopie, avec son inimitable tronche de chien battu ! Droopie, c'est en effet la frangine de Droopy, ce chien génial créé par Tex Avery. Quand je regarde ma petite moto, avec ses oreilles pendantes, de face, comme ici, c'est à lui que je pense, et c'est pourquoi je l'ai baptisée ainsi. J'ai féminisé son prénom, car mes motos sont toutes du genre féminin, c'est bien pour ça que j'aime les chevaucher, et elles me le rendent bien...
Pour ceux qui ne connaissent pas Droopy...



Vous savez, (ou peut-être pas, après tout) que j'ai vendu ma moto, et que je suis à la recherche de sa remplaçante. Eh bien je dois dire que ça n'a pas traîné. Il faut dire que lorsqu'on a fait son choix, les choses sont plus simples, et quand on sait ce qu'on veut, on y arrive. Pourtant, elles se font bien rares, les petites Honda CRF 250 L. Comme il s'en est peu vendu en 2013-2014, et que le fabricant en a arrêté la vente, je n'en ai trouvé que trois en occasion. Même les neuves sont rares, puisque les concessionnaires n'osent pas la prendre en stock.
C'est pourquoi, lorsque j'ai vu cette annonce l'autre jour : juin 2017, 175 km, garantie deux ans constructeur, avec un prix très attractif, je me suis dit qu'il faudrait être bien sot de ne pas "sauter" sur l'occasion. Bien m'en a pris, car Christophe, son désormais ancien propriétaire, a reçu quatre demandes en très peu de temps. J'ai aussitôt dik "ok, je la prends". Il ne restait plus que les problèmes d'intendance à régler...
P

La route est longue...

Pourquoi faire simple ? Je pense que les dieux savent que j'aime la route, et ils ont voulu me donner une nouvelle occasion d'en faire ! Eh oui, Christophe habite en Haute-Saône, près de Luxeuil-les-Bains. Autant dire que ce n'est pas la porte à côté et, qui plus est, pour aller chez lui, il me faut pratiquement traverser la France de part en part. Comme vous le savez, les routes transversales, dans notre beau pays, ne sont pas si nombreuses.

P

Après avoir pensé utiliser les services de "bla-bla-car", je me suis finalement décidé pour le train. Pour aller à l'est, le train "monte" au nord, plus précisément à Paris. Forcément, vous savez bien qu'en France, il faut pratiquement privilégier le chemin le plus long pour aller plus... vite. Ben voyons... 118,10 € quand même, ce n'est pas donné. J'en aurai eu pour moins cher à faire l'aller-retour avec ma voiture, si si, je vous jure. Bon, ok, c'est sans compter l'usure, j'en conviens. Mais c'est cher quand même. Je pensais qu'il y aurait eu une réduction pour le petit vieux que je suis, mais que nenni... Avec bla-bla car, j'en aurais eu pour environ 60 €, mais ce n'était pas très simple. Bref, j'ai choisi le train.

P

Départ de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (ça, c'est super) à 8h17. Ma femme me conduit à la gare en voiture, c'est cool. C'est un vieux "tacot" bien rénové qui me conduit à Nantes, mais j'aime ça, parce que cette ligne me rappelle tellement de souvenirs, mes premiers voyages...

P

La plus belle image, c'est celle des 500 premiers mètres, car la voie ferrée longe le quai, et l'on passe devant l'embouchure de la Vie : tout simplement magnifique ! Puis c'est le lent défilé des villages que je connais bien là où le train s'arrête. J'ai un bouquin, mais je ne l'ouvre même pas, occupé que je suis à regarder par la fenêtre.

P

A Nantes (ci-dessus, franchissement de la Loire peu avant d'entrer en gare), 10 minutes seulement pour monter dans le suivant. Gros changement, c'est maintenant le TGV qui prend le relais. Là encore, j'ai beaucoup aimé : silencieux, confortable, et... quelle vitesse ! J'apprends qu'il roule à 320 km/h. En effet, un passager demandait le WiFi au contrôleur, lequel lui a répondu avec un regard empreint d'une grande fierté : "vous savez, à trois vingt, le WiFi"... J'ai souri intérieurement, doutant que l'explication soit la bonne, mais allez savoir. Trois vingt, pour 320, c'est amusant, cette façon de parler, non ? J'ai aimé regarder les champs défiler, je vous garantis que Droopie allait moins vite lors du retour ! Il pleut dans la campagne entre Angers et Le Mans, mais j'apprécie beaucoup le spectacle.

P

A Paris (ci-dessus, gare de Montparnasse) à 11h38, trop fort !

P

Ensuite, le métro. Là encore, que de souvenirs, et ça m'a finalement fait très plaisir de me tromper de ligne... Heureusement, je m'en suis aperçu aussitôt.

P
P

Finalement, je suis arrivé tranquilou en Gare de l'Est. J'avais le temps, je me suis donc acheté un sandwich que j'ai dégusté en regardant passer les voyageurs (c'est un spectacle formidable, ce ballet de gens qui vont et viennent de partout). Puis je suis sorti de la gare faire quelques photos. Le ciel est gris, mais il ne fait pas froid. De plus, je suis avec ma veste de moto, donc à pied, ça va !

P
P
P
P
P

Mais c'est mon train, ça (ci-dessus) ! Voyage très agréable. Cette fois, j'ai pris mon bouquin, puis j'ai piqué un petit roupillon. C'est finalement sous un beau soleil que je suis descendu en gare de Lure à 16h52, à l'heure prévue. Christophe est là, sur le quai, avec Fifty, son gentil labrador. Je suis quand même drôlement verni : mon vendeur est chauffeur de taxi, et vient me chercher à la gare, qui se trouve quand même à une trentaine de km de chez lui. Tout de suite, le courant passe bien entre nous. Il faut dire que j'ai à faire à quelqu'un d'une gentillesse incroyable. Ce qui fait que je ne vois pas le temps passer !

P

Sitôt arrivés, Christophe me présente la bête, qui se trouve être aussi la belle. Il ne m'a pas menti, elle est bien neuve, le compteur total affiche orgueuilleusement le nombre "175". Pas le compteur journalier, hein, non non, le compteur TOTAL ! Il me propose d'aller l'essayer, ce que j'accepte d'autant plus que je veux de suite faire le plein. Quel bonheur !

P

"You know what ? I'm happy !". Sacrée Droopie, va. Elle me dit ça avec son air triste, sans me regarder, mais c'est son caractère, et je sais que je vais bien m'entendre avec elle. Peut-être est-elle vraiment triste parce qu'elle sait qu'elle va quitter Christophe, mais ce dernier lui a certainement dit qu'elle allait beaucoup se balader, et vous le savez, vous, comme elles aiment ça, aller se balader !

P
P
P

Une photo-souvenir de l'entrée de son joli petit village, bien calme, comme je les aime.

Ensuite, la paperasse. Ce ne fut pas long, car Christophe avait minutieusement tout préparé et imprimé, il n'y avait plus qu'à signer et, accessoirement, à payer ! Lorsque je lui avais demandé s'il connaissait un hôtel dans le coin sur ma route, Christophe m'avait aimablement proposé un clic-clac chez lui, que j'ai d'abord refusé. Puis, réflexion faite, ne sachant pas à quelle heure j'allais pouvoir prendre la route et ne voulant absolument pas rouler de nuit avec une moto que je ne connais pas, j'ai changé d'avis. Et je dois dire que j'ai bien fait, car j'ai été reçu comme un roi. Je comptais bien lui offrir un petit restau en remerciement, mais que nenni : il avait prévu un repas, pas question de refuser. Il a eu un appel pour dépannage et m'a laissé garder la maison après le repas. Son amie est venue manger avec nous, et nous avons discuté avec beaucoup d'entrain, y compris au retour de la course, autour d'un délicieux café. Quelle bonne soirée ! La nuit fut courte, car je voulais impérativement partir au lever du soleil. Et vous savez quoi ? Christophe est allé me chercher une brioche bien chaude à la boulangerie à 4h30 du matin ! Et a tenu à ce que j'en mange une grande partie, accompagnée de délicieuses confitures ! "Mange, tu as beaucoup de route à faire aujourd'hui", me disait-il. Christophe, tu as été formidable, je n'oublierai ni ton accueil, ni ta gentillesse, ni ton humour que j'ai beaucoup apprécié.

P

6h30, le jour s'est levé... Tiens, ça me rappelle une chanson que j'aime beaucoup, ça. Je quitte mon bienfaiteur à regret, mais en même temps avec beaucoup de joie. Ma nuit a été peuplée de routes, il n'y a pas de raison pour que ça s'arrête. J'ai emporté trois GPS avec moi : deux Zumo et un GPS de randonnée. Tout simplement parce que je ne peux pas brancher le GPS sur la batterie, je suis bien trop nul à ce jeu-là. J'ai tout de même réussi à fixer le support du Zumo sur le cadre, ce qui est déjà une sacrée réussite ! Du coup, les deux Zumo tiendront le temps de durée de vie de leur batterie interne. Je terminerai avec le petit GPS de rando, qui fonctionne avec des piles, mais j'espère ne pas en avoir besoin, car son écran est bien petit, et je devrai le consulter d'une main en roulant... Oui, je sais, ce n'est pas bien, mais je compte sur Droopie pour m'aider.

P
P

Il fait froid. En tout cas, j'ai froid. Il faut dire que je n'ai pas emporté de gilet pour ne pas me surcharger. C'est de ma faute, j'aurais dû y penser : Droopie est bien moins protectrice que ne l'était Anoukis, et je suis absolument certain que je n'aurais pas souffert du froid avec elle. En effet, la bulle est totalement inexistante, et je pense que je devrai en installer une. Voilà donc un petit défaut de Droopie. Mais pour le reste, oh là là, quel pied ! Elle est en rodage, je ne dois donc pas accélérer fort, et ne pas dépasser 70% de la puissance maxi. Ce qui fait 90 km/h, facile. S'il n'y avait ce problème du froid, ce serait parfait.

P
P
P
P

C'est dimanche, et je suis seul sur ces magnifiques petites routes de Bourgogne. Je traverse plein de petits villages encore endormis, mais Droopie est discrète et passe sans réveiller personne. Quel bonheur de faire des photos avec elle. Contrairement à Anoukis, elle se laisse diriger dans l'herbe et les cailloux à l'envie, elle aime ça. De plus, elle accepte sans sourciller que je l'enjambe sans mettre la béquille. Du coup, je peux la poser où je veux, rien ne l'arrête et, très vite, rien... ne m'arrête non plus. Ouah, comme c'est bon, ça, plus aucun stress pour se poser, Droopie est plus docile que dans mes rêves les plus fous. Quel bonheur !

P

Et en plus, elle est extrêmement belle, non ?

P
P
P

Droopie pose devant le port de Tanlay, sur le canal de Bourgogne, peu avant la petite ville de Tonnerre.

P
P

Belle ligne droite à la sortie de Tanlay. Le monsieur qui arrive était d'humeur taquine. Il m'a dit : "elle est bien droite, hein ? C'est qu'il n'y avait pas de vent quand ils l'ont faite, vous savez" ! C'est peu après que la pluie s'est invitée à la table, je m'en serais bien passé, moi qui avais déjà froid. Oh, pas une grosse pluie, plutôt de la bruine, comme en Bretagne, vous savez, celle qui mouille bien...

P
P

Traversée du joli vignoble de Chablis, bien arrosé aujourd'hui, mais malheureusement pas au Chablis ! En tout cas, Droopie me fait signe qu'elle est heureuse, toujours sans rire, comme il se doit. Il faut dire que si elle voulait voir du pays, c'est bien parti.

P
P
P

Il est 11h40. Il ne pleut plus, et la température remonte, mais je suis gelé et j'ai bien du mal à me réchauffer. Nous voici arrivés sur la Loire, à Bonny-sur-Loire exactement, entre Auxerre et Orléans, mais plus au sud. Sous le pont, j'aperçois un chemin qui va sur la rive du fleuve. Mais Droopie l'avait vu avant moi, et a tourné bride toute seule. C'est là que je vois à quel point elle aime les chemins, j'ai du mal à la retenir, elle irait carrément sur le sable, mais je mets le holà ! On se calme. Ce à quoi elle répond "I'm happy". Je sais, ma belle, moi aussi, je suis content, mais ce n'est pas une raison pour faire la folle. On le fera plus tard, mais laisse-moi un peu de temps pour effacer mes peurs. Jamais je ne me serais aventuré ici avec la miss Anoukis.

P
P
P
P
P

En faisant demi-tour, j'aperçois un talus qu'on pourrait franchir. Il y a bien le chemin sur la gauche, sur la droite un autre, mais ce talus me fait de l'oeil, et j'ai bien vu qu'il en fait à Droopie aussi. Allez, vas-y, ma belle, je te fais confiance. Pffff, facile comme tout, quelle joie de pouvoir faire ça. Il y avait un monsieur qui me regardait faire, mais sans aucun reproche dans les yeux. Pensez donc, Droopie sait se tenir, elle a fait ça avec son petit "pom pom pom" de plaisir.

P
P
P

Par contre, son plus gros défaut, c'est la taille de son estomac : il est vraiment minuscule ! 7,8 litres, c'est carrément minable, et je dois la nourrir trois fois plus souvent qu'Anoukis. Je crois bien que je vais me résoudre à la faire opérer, et lui greffer un estomac plus volumineux. parce que là, après 175 km, madame commence à râler, c'est pénible. Et en plus, comme c'est dimanche... Je viens de faire un détour pour rejoindre cette pompe et... fermée !

P

Une autre station dix km plus loin, fermée elle aussi. Heureusement, un jeune homme habitant en face voit de suite le problème : il a un quad qui marche au SP95, ce qui fait mon bonheur. Il vide une grande partie de son jerrican dans le ventre de ma belle, qui hennit de plaisir. Merci à toi, ami, pour ton aide si précieuse. En plus de m'avoir si bien dépanné, il voulait m'offrir à boire, mais j'ai décliné pour ne pas le déranger davantage.

P

Je me suis arrêté dans le bourg : c'était Neuvy-sur-Barangeon (situé une vingtaine de km au nord-est de Vierzon), il était un peu plus de 13h. J'ai mangé mon sandwich dans ce petit restaurant, et cette petite pause d'une vingtaine de minutes m'a fait le plus grand bien. Je n'avais plus froid lorsque je suis reparti.

P

Le village le moins accueillant de la journée, qui t'accueille en te disant de t'en aller, et qui te redit "va-t'en" en sortant... Ok, ok, on s'en va !

P
P
P
P
P

De très belles petites routes bien tranquilles entre Vatan et Loches, je prends mon pied avec ma petite moto. Ce que je peux vous dire, maintenant que je la connais vraiment bien : elle est fainéante dans les longues côtes, elle manque clairement de souffle. Il faut dire que je suis en rodage, et que je ne la force pas, au contraire, je pense que je la bride un peu. Cependant, il est clair qu'il faudra descendre un rapport dans les longues côtes, même peu pentues, ce que je ne devais jamais faire avec la miss Anoukis. Mais bon, Droopie fait 25 CV, Anoukis en faisait 85... Je dis ça pour le dire, mais comme je ne recherche pas du tout la performance, mais plutôt le "pom pom pom" régulier et peinard, je suis comblé.

P
P
P
P
P

C'est par là que le deuxième Zumo a rendu l'âme ! Obligé de faire le reste avec le GPS de rando pour lequel je n'ai pas de support, et qui s'avère beaucoup moins pratqiue, au niveau du logiciel. Du coup, la recherche d'une nouvelle station d'essence n'a pas été simple.

P
P
P

Richelieu, en Indre-et-Loire, fondée par le cardinal de... Richelieu, évidemment. Je suis déjà venu ici, mais je n'avais jamais posé mon véhicule sur cette place, et Droopie, forcément, voulait s'y poser. Quoi de plus facile ! Par ailleurs, dans la cité, je roulais de la main droite tout en tenant le GPS dans ma main gauche : jamais je n'aurais pu faire ça avec Anoukis la Béhème, et une fois de plus, je ne peux que me féliciter de mon choix.

P
P

Finalement, tout arrive, et Droopie voulait absolument poser devant la pancarte de son nouveau département pour montrer la photo à ses copines...

P

C'est la Sèvre Nantaise qui sépare la Vendée des Deux-Sèvres qu'on vient de quitter.

P

C'est finalement à 19h45 que j'arrive chez moi, après 764 km de route. La dernière péripétie a eu lieu à Bournezeau, en Vendée. La station d'essence où je voulais faire mon dernier plein était fermée elle aussi. Mais il y avait du monde, et le patron a accepté de m'ouvrir une pompe pour me dépanner, merci beaucoup à lui pour sa gentillesse. Quoi qu'il en soit, je n'ai mis que 5,5 litres, il m'en restait donc un peu plus de 2, et je pouvais largement aller à La Roche-sur-Yon. Je vous confirme donc la seule frustration que j'ai avec cette moto : les ingénieurs de Honda ont fait là une grosse erreur de marketing, et ce petit réservoir leur enlève très certainement un paquet de clients, malgré le modèle "Rally" de la CRF qui contient deux litres de plus, mais avec une hauteur de selle de 2 cm de plus. Ils ne sont pas très malins...

P

En conclusion, cette moto est conforme à ce que j'en espérais, et largement. Car je viens de faire les 764 bornes d'affilée sans aucun problème physique (je parle de moi, hein, pas de la moto), sans souci, sans douleur. Et qu'habituellement, en configuration de grand voyage, mes étapes les plus longues sont plutôt dans les 400 km. La selle est correcte, la position de conduite excellente, la consommation acceptable (entre 3,10 et 3,50 litres, mais je trouve que ça devrait consommer moins de 3 litres aux 100), la souplesse parfaite (les bosses, les dos d'âne, les ralentisseurs, rien ne la gêne !). Les défauts ? Le défaut, car il n'y en a qu'un qui soit vraiment pénible : la taille du réservoir, ça fait pitié. Mon dieu, comment peut-on fabriquer une moto avec si peu de capacité en carburant. Ce serait une moto dédiée au sport, je comprendrais, mais bon sang, c'est une bécane conforme aux normes routières, avec phares, clignotants, et tout le toutim, elle n'est donc clairement pas fabriquée pour le sport. Il faudra dire à Honda qu'une moto roule à l'essence, que ce n'est pas comme une bicyclette, il n'y a pas de pédales. Ou alors, il faut aller au bout de la logique : ok pour un réservoir de 7,8 litres, mais dans ce cas, la moto ne doit pas consommer plus de 2 litres aux 100. Là, ça irait ! Messieurs les ingénieurs, au boulot ! Autre défaut gênant : le manque de protection, que je vais devoir étudier aussi. Enfin, un défaut mineur pour moi : il manque 10 chevaux lorsque l'on a une longue chevauchée à effectuer, comme celle d'hier. Mais pour une configuration de voyage au long cours, sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, ça ne me dérange plus du tout ! De plus, elle sait rouler au-delà de toutes les limites de vitesse routières, sauf celles de l'autoroute (qui ne m'intéresse pas du tout). Par conséquent, puisqu'elle sait atteindre les maximums autorisés...

P

Dans tous les autres domaines, cette moto va faire mon bonheur absolu. Enfin, voici une moto avec laquelle je peux aller où bon me semble sans devoir serrer les fesses. C'est ce que je voulais avant tout, et je suis comblé. Merci à Christophe mon vendeur, qui m'a choisi comme client, et merci encore pour son accueil princier, j'ai là aussi été comblé.

Si vous avez aimé ce compte-rendu, n'hésitez pas à me mettre un mot sur le livre d'or, ça fait toujours plaisir, ça flatte mon égo, et ça me donne envie de poursuivre mes efforts.

P

Droopie accuse un total de 964 km sur son compteur TOTAL. Je dois donc la conduire chez un concessionnaire Honda pour la révision des mille premiers km. Je suis frustré, car avec les vacances, je ne sais pas quand ils pourront la prendre ! Du coup, aujourd'hui, je suis allé faire ma balade de 30 bornes en VTT au bord de la mer, et j'ai laissé Droopie se remettre de ses émotions. Ceci pour vous dire à quel point la balade d'hier ne m'a pas dérangé le moins du monde, contrairement à ce que bien des motards m'ont dit (ne prends pas ça, Jef, ce n'est pas fait pour la route....). Eh bien si, c'est AUSSI fait pour la route, et pas que pour les chemins, comme ces mesdames les grosses BMW ! Je l'ai quand même sortie pour la photographier dans un coin du jardin où jamais je n'avais emmené les autres, qui avaient toutes peur de s'y risquer. Elle, elle n'a peur de rien, elle est heureuse, comme elle dit toujours !

Du coup, je peux désormais vous le dire en avant-première. Mon voyage de l'année 2018 sera basé sur les pistes de la Trans Euro Trail, que vous pouvez voir au travers des récits quotidiens des premiers testeurs ici. Mon but est de m'essayer à ces chemins avec Droopie, en France d'abord, mais aussi et pourquoi pas, dans les pays limitrophes. Si ça se passe comme je l'espère, et je le pense, la suite pourrait donner lieu à un très gros voyage l'année suivante... Nous n'en sommes pas là, ne mettons pas la charrue avant les boeufs, mais, vous savez quoi ? I'm happy !



16 août : Droopie voit la mer pour la première fois, aux Sables d'Olonne.

P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P

Page précédente: Matériel
Page suivante: Balade


Depuis le 06/06/2005 Visites:905383 Aujourd'hui :329 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)