Etape 003 Jour 003

Etape 003 - Jour 003 - vendredi 16 avril 2010 - 54 photos - 268 km

Réveillé vers 6h45, je me lève vers 7 heures. Beaucoup de choses à faire, notamment revoir le chargement des sacs afin de ne plus être en danger lorsque je pose Vanadis. Pascal, qui devait partir de bonne heure, se trouve finalement libéré grâce au volcan islandais en éruption. Il devait conduire un collègue à l'aéroport, ce qui n'est plus nécessaire, ce dernier ayant été fermé. Du coup, il décide de m'accompagner un peu, jusqu'au col de la Faucille. Et son fils Cédric ne résiste pas longtemps à l'envie de se joindre à nous ! Formidable, ça me fait très plaisir de partager un peu de mon chemin avec eux. Je devais initialement rejoindre un autre Pascal (Suisse pour sa part) pas très loin d'ici, mais ce dernier n'étant pas certain de ma venue ici aujourd'hui, n'a pas pu pauser sa journée de congé. Je lui donne rendez-vous à mon prochain camping, demain matin, sans grande conviction.

L'itinéraire de la journée.

Cédric et Pascal, peu après Gex, dans la montée vers le col. Le temps est beau, mais il fait frais sur les hauteurs.

Les mêmes s'amusent, heureux eux aussi d'être là, sur la route.

Pascal nous quitte au col. Ben oui, il travaillle lui aussi...

Cédric vient de tomber dans les bras de la Faucille.

J'en profite pour faire un coucou à tous les lecteurs et un gros bisou à toutes les lectrices.

Bon, j'avoue avoir un peu froid, mais quand on aime ! C'est magnifique, et je savoure chaque instant. Cédric mène la barque.

Petite pause peu avant Saint-Cergue, peu après le passage du col de la Givrine (1228 m). Nous sommes maintenant en Suisse. Cédric pose fièrement devant sa belle Africa Twin. Nous mangeons ensemble un sandwich accompagné d'un bon chocolat chaud qui nous fait le plus grand bien. C'est ici, à Saint-Cergue, que Cédric me quitte. Adieu l'ami, travaille et passe avec succès tes examens. Et sois prudent sur la route. Et merci pour ces bons moments passés en ta compagnie.

Petit arrêt à Rolle, sur les bords du lac Léman, où il règne un calme absolu. Les vues sur le lac, depuis les hauteurs, sont complètement brouillées.

Je retourne ensuite sur les hauteurs, vers la France, via le col de Marchairuz, 1447 m. Il fait toujours froid malgré le soleil.
Ici, dans la descente, peu après le passage du col.

Un peu plus loin, la superbe combe des Amburneix.

J'ai adoré le lac de Joux, que voici.

Au bout du lac de Joux, à l'Abbaye, la route de Vallorbe était coupée pour élagage. La déviation, assez longue, était très belle. Puis c'est à nouveau la frontière, vers la France cette fois. Puis à nouveau la Suisse, en redescendant vers le lac de Neuchâtel. Ici le col des Etroits (1153 m).

Eglise de Vuiteboeuf. Elles sont toutes splendides, et on les voit de loin, derrière une montagne ou surplombant une vallée.
J'aurais pu en photographier des dizaines, mais je me retiens... Il faut bien avancer, aussi !

Ensuite, c'est la galère. la traversée d'Yverdon, longue et pénible, au pas, dans une circulation énorme. Le pire de tout, c'est que je suis venu ici pour coir le lac de Neuchâtel, que je n'ai pas vu ! Pas la moindre goutte ! Ensuite, la route jusqu'à Moudon est très belle. Par contre, nouvelle galère à moudon pour trouver mon chemin. Heureusement, là encore, les gens charmants qui me guident pas à pas.... Et pour terminer, une route sinueuse et minuscule jusqu'au camping de Sorens, un vrai plaisir.

Au camping, personne à l'accueil. Hereusement, au restaurant à côté, la jeune fille, très charmante, appelle le propriétaire et encaisse la note. 20 francs suisses, pour une moto et une tente, c'est plutôt cher ! L'emplacement est sympa, les sanitaires sont très propres. MAIS.... il n'y a pas d'eau chaude, que des robinets avec le point bleu ! Et pour les douches, c'est juste à côté de l'auberge. 1,50 FS pour deux minutes d'eau très tiède, me dit la jeune fille. Bon, la douche, ce sera pour demain soir !

Ensuite, le bonheur. Monter la tente, déballer les affaires, et enfin entrer dans mon château. Comme c'est bon. Le soleil chauffe la toile, et je suis à l'abri du vent. Cette chaleur me fait un bien immense. Et puis, je me fais un grand bol de "jus de chaussette" comme je les aime. Je retrouve tout doucement mes petits, et je suis heureux. maintenant, je prends pleinement la mesure du voyage.

Vue sur le camping. Je ne vois pratiquement rien du lac de Gruyère (oui oui, je suis là où ce délicieux fromage est fabriqué), complètement enveloppé dans la brume. Mais ce n'est pas grave, ce n'est pas ce qui altérera ma bonne humeur. Dommage pour l'eau chaude. Et pas de réseau non plus !

Je sors le PC et commence pour la première fois à bosser un petit peu. Mais je suis tellement fatigué que je laisse vite tomber je n'ai même pas le courage de lire. De plus, le froid revient très vite, le soleil se couche ici de bonne heure. Du coup, je rentre dans le duvet, et je me colle la musique sur les deux oreilles. Surréalisme. Un son d'enfer pour un paysage de rêve, et une maison de toile. Je tombe très vite dans les bras de Morphée...

Le compteur de Vanadis à l'arrivée au camping. J'y suis arrivé à 18 heures. Ne tenez pas compte de la température affichée par ce thermomètre. Elle est fausse. Je voulais le changer, mais j'ai oublié... Et l'heure est toujours celle d'hiver !

Page précédente: Etape 002 Jour 002
Page suivante: Etape 004 Jour 004


Depuis le 06/06/2005 Visites:931819 Aujourd'hui :222 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)