Etape 009 Jour 011

Etape 009 - Jour 011 - samedi 24 avril 2010 - 115 photos - 207 km - 2.568 en tout

L'itinéraire de la journée. La Slovénie du nord, les montagnes.

Réveillé et levé à 7h. Franchement, c'est un peu dur de quitter le fond du sac de couchage, mais d'un autre côté, je suis loin de le trouver si difficile. En fait, je trouve que j'ai fait des progrès par rapport à mes voyages précédents. Mais il y a une contrepartie. Le soir, je ne tiens plus le coup, et j'ai envie de me coucher dès 20 heures. Pas forcément de dormir, mais de m'allonger, de lire, d'écouter de la musique, de laisser mes pensées vagabonder, comme hier soir. Je me suis mis à écrire une page complète, genre philosophie à bloc... Je vous en fais grâce, car je pense que ça ne va pas vous intéresser, mais pour ma part, j'ai vraiment adoré ça, et ça m'a fait beaucoup de bien !

Le ciel est clair, contre toute attente, et il y une rosée relativement importante. Je prends tout mon temps, car je crois que la patronne ne sera pas levée, et je dois récupérer ma carte d'identité en échange de la clef des toilettes.

En traînant un maximum, je démarre à 8h30. Je suis certain de pouvoir partir en moins d'une heure, et même en une demi-heure si je le veux.

Mais je ne le veux pas, car le café, le matin, c'est sacré. Ainsi que le séjour aux toilettes, mais ça, ça ne va pas vous intéresser.

Pradielis, après Tarcento, sur la route du col de Tapamea. C'est joli, c'est reposant, il n'y a pratiquement personne.

Par contre, le col en lui-même n'offre aucun intérêt, et on ne le remarquerait même pas s'il n'y avait une pancarte pour le signaler. Ensuite, la descente est longue et pénible. Une descente comme je les déteste. D'abord, le revêtement est en très mauvais état, et il faut être très attentif. Ensuite, et ça tient très certainement à moi, les virages sont très serrés, très courts, avec un petit muret côté droit, des serpentins de toute sorte. Parfois, tu as envie d'accélérer, et aussitôt, tu dois au contraire freiner dur. Bref, je ne sais pas trop expliquer ce genre de configuration. Mais je sais que je n'ai pas aimé.

Puis une pancarte. Bienvenue en Slovénie. Et c'est tout. Je m'attendais à trouver un poste de douane. Rien.

Une deuxième descente commence. Nettement plus intéressante. Mais avec une route toujours en mauvais état. Pour finir à Zaga. Et là, changement de décor. Une petite route de rêve, des petits villages tous plus sympas les uns que les autres. Les gens vaquent à leurs occupations comme chez nous. Ici, un gars tond sa pelouse, son voisin repeint les barreaux de son portail. Des gens sont dans les champs, qui coupant du bois, qui jardinant un carré de terre bien noire. D'autres mettent des combinaisons de plongée pour aller faire du kayak. Bref, le bonheur d'un samedi matin.

Ici à Kobarid, je traverse cette rivière que je vais longer sur une petite route qui restera longtemps gravée dans ma mémoire.

La voici.

Nostalgie du passé, des années 1960 en Vendée (la montagne en moins). Car la traversée des hameaux est une traversée de hameaux millénaires qui semblent n'avoir pas bougé. La route perd parfois son goudron, et devient d'une étroitesse incroyable, serpentant entre les maisons. C'est absolument fantastique, j'adhère et j'adore totalement. Là encore, les gens vaquent à leurs travaux. Jardin. Promenade des petits avec la poussette en plein milieu de la route. Un agriculteur transporte deux vaches dans une remorque derrière son tracteur. Un gars fait du feu dans son petit jardin. Même en moto, la traversée de ces hameaux est délicate, c'est vous dire l'étroitesse de la route. Qui serpente à flanc de coteau. Au loin, plus bas, coule la rivière aux eaux bleues-vertes. Un chat me regarde passer tranquillement. Je ne le dérange pas, il bouge à peine. Juste un regard, interrogateur. Que viens-tu faire ici avec ta bécane, semble-t-il me dire ! Je vois un couple dans un jardin, un bras appuyé sur la balustrade, et l'autre tenant une tasse de breuvage à la main. Un peu plus loin, une femme est assise dans un fauteuil, en train de lire. C'est... plus que ça encore. Ah ben dis donc, la Slovénie me plait beaucoup !

De belles petites églises un peu partout. Ainsi que des statues religieuses placées à l'entrée et à la sortie de chaque village, comme pour conjurer le mauvais sort. Elles sont dans des boîtes, à l'abri des intempéries. Certaines semblent entretenues, beaucoup ne le sont plus.

Je dois demander plusieurs fois de suite mon chemin. Pas facile. Peu de gens parlent l'anglais. Certains baragouinent quelques mot d'allemand. Mais c'est bien quand même, on y arrive, et je roule là où je voulais rouler. Grâce à ma méthode, vraiment géniale. Très important de noter les noms des petits villages, il y en a toujours un qui fait s'éclairer le visage de mon interlocuteur. Ou interlocutrice. J'ai fait rire un groupe de jeunes filles dans un bistrot, toutes contentes, pour leur part, de pouvoir parler anglais. J'en ai fait rire une autre, à cause de ma prononciation. Ce n'était pas une jeune fille. Allez prononcer Podbrdo, vous ! Mais son rire m'a aussi fait rire. Elle n'avait en tout et pour tout qu'une seule dent dans sa bouche, en bas à gauche, je la vois très bien encore. Bien carrée, bien nette. Enfin, un peu jaune-marron, mais elle se détachait parfaitement bien sur le vide qui l'entourait. Forcément, toute seule, je ne pouvais pas la rater. En tout cas, ça ne gênait pas la petite dame. Bonne journée, mamie. Et merci pour ta bonne humeur.

Ici sur la 403, en approchant de Koritnika.

Je vous le disais, l'asphalte est bien abîmé, parfois carrément crevassé ! Dangereux en deux roues, si le pneu avant part dans une rigole plus profonde.

Cette grimpette était géniale, avec quelques épingles serrées et non signalées, ce qui ajoutait fortement à leur charme. Plus ça va, et plus j'aime ces épingles. Je crois bien que le petit stage avec Kiki dans les Alpes m'avait fait le plus grand bien. Et je trouve, bizarrement, la GS plus sympa dans les épingles que la Transalp. J'aime sa puissance tranquille. Tiens, ça ne vous rappelle rien, ces deux mots ?

Au croisement suivant, un bar-auberge. J'ai faim. je demande un sandwich à la jolie blonde qui sert, et qui n'arrête pas de courrir. Eh bien mes amis, je n'ai pas été déçu. Je n'ai pas donné de détail sur ce que je voulais, et elle ne m'a pas demandé non plus. Mais il était absolument fabuleux. Rien que d'ry penser, j'en ai l'eau à la bouche ! Un pain onctueux à souhait, un jambon terrible, une tuerie de fromage. Prix : 2,20 euros... Le paradis !

Les superbes paysages slovènes après Petrovo Brdo. Comme c'est beau !

Et ça grimpe pas mal, mais c'est un plaisir de piloter la moto au milieu de ces forêts de sapins. Je trouve mêmme la neige, et passe un col.

La descente est longue et fantastique. Dommage, très dommage que le rfevêtement soit si mauvais, et m'oblige à la plus grande prudence. Un consil, si vous pouvez, prenez-là dans l'autre sens. C'est une montée fantastique que j'aurais aimé faire, car techniquement facile, mais justement apte à procurer beaucoup de plaisir en pilotage. Bref, j'ai quand même beaucoup aimé. En bas, c'est la belle petite ville de Bohinjiska Bistrica. je ne garantis pas l'écriture, mais ils abrègent eux-ymêmes en Bohinj.

Je mets la caméra pour un petit film. Et j'arrive au superbe lac de Bohinj, le Bohinjsko Jezero. Il est absolument superbe, et une route se terminant en cul-de-sac longe une de ses rives. Je ne peux pas résister. A un moment, une voiture sur ma droite débouche d'un parking. Je vois le gars qui me voit. Donc je relâche mon attention, normal. Et il démarre. Et il a une remorque au cul, pleine de feuilles mortes. Il s'aperçoit de son erreur, et accélère un maximum. Mais comme il sortait d'une forte pente, la remorque fait des bonds sur la route, les feuilles s'épmarpillent, la pelle tombe sur la route... Heureusement, un sixième sens me préparait à ça. Car depuis l'Italie, c'est courant. Ils sont à un stop, ils vous voient, et ils démarrent ! C'est incroyable. Maintenantg, je le sais, j'en rigole même, et c'est vrai, car c'est vraiment maladif comme attitude ! Mais dans leurs moeurs ! En tout cas, cette action a été filmée, et devrait être très marrante !

Je m'arrête plusieurs fois pour faire des photos. le démon me reprend !

Mais c'est tellement beau !

En architecture aussi !

Je n'ai rien à ajouter !

Et les villages se succèdent, chacun avec sa petite église.

Et c'est ainsi que j'arrive à Bled. Ce bled -oui, je sais, elle est facile, mais avouez que je ne pouvais pas la laisser passer- me rappelle quelques notions grammaticales, un certain bouquin de cours élémentaire d'orthographe, à l'époque où nous apprenions encore à écrire notre belle langue...

Bled et son lac, avec une petite île au milieu (avec sa belle église), et un château sur ses rives. Et un magnifique camping.

Il est 14h15, j'ai fait 200 bornes, c'était superbe, il fait chaud. Pourquoi rouler davantage ? J'ai soudain une envie folle de monter la tente, et de profiter de la vie. Je vais donc voir ce camping. Et là, je suis bien obligé de le prendre. 6,80 euros, avec Wifi et réception ouverte avec branchement électrique jusqu'à 23 heures... OK, je prends. Je monte aussitôt la tente. Puis je vais faire le tour du lac, voir le château, faire quelques courses. Je m'achète enfin des allumettes (merci Pascal), ainsi qu'un énorme yaourt au chocolat et un demi-litre de bière, que je m'empresse d'aller déguster, les pieds en éventail sous les rayons du soleil, dans l'abside de ma tente. Un paradis. Plus une douche encore bien chaude. Il y a même des sèche-cheveux à disposition. Et du papier dans les toilettes, ce qui n'était pas le cas ces derniers jours en Italie (Italie, France et Allemagne sont les radins d'Europe : les pays les plus riches n'offrent pas le PQ dans les campings, et ça a le don de m'énerver au plus haut point). Bref, ici en Slovénie, c'est ROYAL.

Merci à vous de réhausser un peu le niveau de l'Europe !

C'est pas beau, ça ?

Et le château...

Et le compteur de Vanadis.

Bonne nuit, les amis. Je m'en vais dans ma tente !

Page précédente: Etape 008a - Jour 010
Page suivante: Etape 010 Jour 012


Depuis le 06/06/2005 Visites:892824 Aujourd'hui :105 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)