Etape 013a Jour 016

Etape 013a - Jour 016 - jeudi 29 avril 2010 - 107 photos - 199 km - 3.684 en tout

L'itinéraire de la journée. Pas vraiment sur la route, mais vous êtes grands, vous comprenez. Vanadis ne roule que sur les routes...

Réveillé par mes voisins belges qui parlent un peu fort. Pas grave, je reste à somnoler, et je me lève à 7h30.
Ben oui, aujourd'hui, c'est farniente ! Mon patron m'a donné une journée de congé. Sympa, le chef, bien luné ce matin.

Il faut vous dire aussi qu'hier soir, je suis resté discuter avec deux jeunes belges flamands, ne parlant pas français, jusque vers 23h30. C'est un oncle et son neveu qui font un petit voyage en voiture et ont une très grande tente. Ils sont super sympas, et nous avons refait le monde...

Je déjeûne dans la tente -rien de changé par rapport aux autres jours, d'ailleurs-, sauf que je suis avec Internet pour la première fois sous la tente dans ce voyage. N'allez pas vous imaginer des trucs non plus sous prétexte que je suis sous la tente avec lui ! Je préfèrerais une belle fille à qui le patron aurait aussi donné une journée de congé ! Je me contente donc d'Internet, et j'aime bien ça quand même... à défaut de la jolie fille. Mais il fait décidément trop chaud, obligé de me mettre torse nu en mangeant mon Nutella. Je discute un peu avec les belges qui partent en balade sur une île de la côte. Pour ma part, impossible de rester à ne rien faire du tout. J'ai fait toute ma lessive hier soir (mon jean était dans un état proche du clodo, je ne pouvais plus repousser...), et tout est déjà sec.

J'ai envie d'aller faire un tour dans les gorges de la rivière Krka (oui, je sais, ça paraît impossible à prononcer, mais c'est bien comme ça). C'est d'ailleurs le nom de mon camping, que je vous recommande au plus haut point. Puis aussi rouler sur les rives du lac Perucko. C'est d'ailleurs une partie de l'itinéraire prévisionnel E014. Ce qui me permettra de faire aussi la côte demain peut-être.

Finalement, il est déjà 10h20 lorsque je démarre.... Voilà ce qui arrive quand on est en vacances !

Toujours ces maisons détruites par la guerre ! Affligeant. Il y en a vraiment beaucoup. Certaines sont en partie réhabitées, mais la plupart sont restées en état d'abandon total. Et j'en aperçois plein plus loin dans les terres. Si je devais faire un reportage sur ce sujet, j'aurais beaucoup de matière !

Arrivée dans le vif du sujet. Superbe canyon creusé par la rivière Krka.

Absolument de toute beauté. Avec une végétation de type maquis corse, plus ou moins impénétrable.

En plus, tout pour plaire, car je vois ça avec la météo qui va bien : chaude, voire torride.

Les croates ont fait de ce coin un Parc National. Ici, à son endroit le plus large, il y a une île sur laquelle se trouve un monastère depuis 1402 !

Je pars ensuite en un lieu du parc rempli de petites cascades. Pour l'atteindre, traversée d'une partie du plateau karstique.

Décidément, je suis amoureux de cette immensité, bien que je ne voudrais en aucun cas habiter ici !

Avouez que le cadre est somptueux. Remerciez aussi Vanadis. Sans elle, jamais je n'aurais pu faire ces photos. Mais en moto, on peut pratiquement se mettre n'importe où. Il n'y a presque pas de circulation, j'en profite. Sûr qu'en pleine saison, ce serait déjà plus délicat. Ici, deux ou trois ont klaxonné. Mais à chaque fois, je réponds en faisant un grand bonjour, ce qui doit déstabiliser gravement les grincheux, qui râlaient sans doute dans leur caisse en me doublant... Je me marre ! Vous voyez, je m'amuse comme un petit fou.

Je vais jusqu'au point le plus élevé pour faire cette photo, et je retourne par le même chemin, cette fois sans m'arrêter. Je laisse Vanadis profiter de tous ces virages dans lesquels je l'avais stoppée lors de la descente. Que du bonheur.

Ensuite, je retrouve la route principale 33. Je fais ma pause dans la petite ville de Drnis. Je vais à nouveau changer de l'argent dans une banque, puisque je reste plus longtemps que prévu en Croatie. Et ensuite, je vais faire quelques courses, m'acheter un sandwich, et m'asseoir sur une terrasse de café pour le manger. La vie est belle. Je partage ma place avec les travailleurs locaux qui viennent ici prendre qui une bière, qui un coca, qui un café. Un flic est venu avec son fourgon boire un café avec sa copine (ou sa femme, je ne sais pas). Il est resté environ une demi-heure avant de repartir. Très grosses lunettes noires, allure de cow-boy qui se la joue "grave"... Sa copine avait un anneau planté en haut de son oreille gauche. La serveuse suivait un feuilleton américain à la TV. Bref, la vie, quoi !

Je reprends la route vers 13h20, me disant qu'à ce régime, je vais faire une journée aussi grosse que d'habitude, alors que j'ai quartier libre. Les boules !

Je prends une petite route pour couper directement vers le lac, et rejoindre Vrlika. Ouahhh; la claque cette route qui ne paye pas de mine sur la carte est une véritable tuerie. Enfin, pour moi. Des lignes droites interminable, une nature immense, des paysages à perte de vue, tellement grands que tu te sens vraiment minable au milieu de tout ça. Je suis tout bonnement émerveillé.

Et je vous garantis qu'il faut une sacrée dose de courage pour arrêter Vanadis dans de tels endroits, qui aspirent à rouler, rouler, et rouler sans jamais marquer de pause ! Mais voilà, que ne ferais-je point pour vous ! Avouez que vous avez de la chance, bande de veinards.

On aperçoit en arrière-plan la fameuse ligne droite que je viens de suivre.

Et ici la suite. E-nor-me. Quels moments fabuleux. Rien que pour cette route, je suis heureux de ma journée.

Je passe certainement un col, après une série de beaux virages que je pouvais prendre à belle allure.
Mais le besoin de prendre des photos a gâché quelque peu ce plaisir..

Ensuite, la descente. Belle aussi, très belle. En plus, cette petite route, à ma grande surprise, est une route large et dans un état exceptionnel.

Un faux plat, les premières maisons de Vrlika. Mais plus loin, une descente bien plus sèche, avec une vieille route défoncée, et des épingles serrées.

Arrivée sur le lac Perucko. Joli lac. Grand lac. Mais je pensais que la route le longeait d'un bout à l'autre.Faux !

S'en est suivie une route chargée en trafic (beaucoup de camions), souvent en mauvais état. Une grosse déception. Et c'est ainsi jusqu'à Sinj. Avant-hier, c'était Senj, sur la côte, et maintenant c'est Sinj. Ensuite, pour ne pas avoir à retourner par la même route, je prends une petite route qui passe par Muc, et rejoins à nouveau Drnis.Difficile, beaucoup de maisons dans des villages très très longs. Je suivais un camion depuis 5 minutes qui roulait entre 20 et 30 km/h, une voiture restait sagement derrière lui. Mais d'un coup, Vanadis en a eu raz-le-bol. Je l'ai vue se cabrer, elle a manqué me désarçonner. C'est qu'elle a une sacrée pêche, la pouliche, quand elle le veut bien. Voiture et camion sont devenus des points que je n'ai plus jamais revus.

Vanaids était lancée.

On a bien roulé, un vrai plaisir, mais souvent au-dessus de la limite. J'espère qu'il n'y avait pas de radar. Bizarrement, il n'y a plus eu de circulation du tout, comme si ce camion et cette voiture avaient, en disparaissant, effacé tous les véhicules se trouvant plus loin. La moyenne a fortement augmenté, mais nous ne roulions malgré tout pas vite. Une pointer à 100... C'est vous dire. Mais enfin, on a beaucoup roulé entre 70 et 90, et ce fut comme une libération, tout d'un coup. Le paysage était sympa, la preuve.

Et arrivée à Drnis, où j'ai mangé ce midi. Je n'avais pas vu la ville sous cet angle, car je n'y suis pas arrivé par cette route.

Un peu plus loin, une zone aux très nombreuses maisons défoncées, certaines avec les impacts des balles encore sur les façades. Horreur !

Arrivée au camping à 16 heures. Cool, la tente est déjà en place. Tenue légère, douche, puis installation dans le restau pour vous écrire ce compte-rendu, une bonne bière sous les yeux, et dans le gosier de temps à autre...

Au final, j'ai quand même fait 200 bornes aujourd'hui, pour un jour de repos ! Que faire? Dois-je demander une autre journée à mon patron ?

Au fait, le kilométrage que vous voyez sur le compteur journalier est celui correspondant au dernier plein d'essence.

Page précédente: Etape 013 Jour 015
Page suivante: Etape 014 Jour 017


Depuis le 06/06/2005 Visites:873650 Aujourd'hui :37 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)