Etape 014 Jour 017

Etape 014 - Jour 017 - vendredi 30 avril 2010 - 121 photos - 280 km - 3.964 en tout

L'itinéraire de la journée. Ma carte est toujours aussi mal calibrée, mais vous comprenez quand même, non ?

Quoi ? 7h15 ! Mais ce n'est pas possible, je ne me suis pas réveillé avec le soleil, aujourd'hui. Pas bon, ça.

Le camp dort encore, je suis le premier à me lever !

Mes deux voisins belges se lèvent plus tard aujourd'hui. Nous passons un bon moment à bavarder et faire quelques photos. Ce qui fait que je ne mets en route qu'à 9h30. Mais c'est les vacances, non, et si on ne prend même plus le temps de discuter avec les voisins de palier, où va-t-on?

Je commence par une longue descente de la côte croate, qui est si jolie. Je qualifierais le temps d'aujourd'hui de l'adjectif "parfait". Bonne chaleur, petit vent un peu frais, c'est exactement ce que demande le motard. Plus, évidemment, un ciel d'un beau bleu, et une mer d'un bleu qui est beau... Pfffff....

Les criques et les petits ports et les mini-plages et les zones rocheuses se suivent. Et en plus, on suit aussi les îles qui longent la totalité du littoral.

Les eaux sont d'une transparence dont je ne me lasse pas.

Malheureusement, les choses se gâtent peu avant Trogir. Trafic, trafic, trafic. Infernal. Bien sûr, à cause de Split, la grande ville chargée de barres d'immeubles du plus bel effet.... Ironie de ma part. Vous comprendrez que je reste très au large, mais malgré ça, je subis quand même la circulation. Et Julien (un de mes fils) qui a appelé son chat "Split". Je me demande bien pourquoi. En tout cas, le Split du fiston est beaucoup plus beau que le Split de Croatie !

Du coup, il est plus de midi quand je m'en sors enfin. Je fais quelques courses, et m'offre généreusement une pizza. J'ai déjà englouti l'argent changé hier, je ne comprends pas où il est passé, et je pense avoir perdu un billet de 100 Kunas. Je suis donc obligé de refaire du change aujourd'hui, car je serai encore en Croatie ce soir. Du moins, j'en prends la décision en sirotant ma bière au soleil.

Ici à 13 heures, peu après avoir repris le guidon, peu avant Omis. Une petite ville au pied d'une magnifique montagne.

Peu après Pisak, je quitte la côte et prends la route 39 vers Sestanovac. On la voit bien, d'ailleurs, qui attaque la montagne.

Excellente route, très jolis paysages, puis je prends la 62 parallèlle à la côte, mais de l'autre côté de la montagne. Un vrai bonheur.

Des maisons détruites, encore et toujours. Mais j'ai quand même la nette impression que les maisons détruites ne l'ont pas été par hasard...??? Je veux dire par là qu'il semble qu'elles aient été choisies. Il faudra que je me documente sérieusement sur cette guerre croate, j'aimerais en savoir davantage !

A Zagvozd, je vois "Imotski, 16 km". Mais ça me revient, c'était l'étape finale de mon itinéraire prévisionnel, pour aller voir ces deux lacs très impressionnants. Voyons, j'ai le temps, je vais faire l'aller-retour, ce serait dommage de rater ça. Et voici donc le lac bleu d'Imotski.

Et tout près, celui qu'ils appellent le lac rouge d'Imotski. Celui-ci est le plus impressionnant. Et il vous manque le son, extrêmement lugubre. Ce sont des dizaines ou des centaines d'oiseaux, que je ne suis pas parvenu à voir, qui "crient". Ce son vient du plus profond du cratère. Angoissant.

Retour sur ma route de montagne. Ici, un revêtement typiquement croate, que l'on a de façon très irrégulière, mais toujours dans des virages, et sans jamais en être averti. Et ça, en moto, c'est tout simplement horrible, t'as l'impression de rouler avec deux pneus à plat. Terriblement dangereux !

Ici, peu avant Zupa, une superbe vue sur une magnifique vallée. La mer se trouve derrière la montagne de droite. Tout au loin, cette grande traînée blanche sous la montagne en forme de pyramide, c'est tout simplement l'autoroute. La main de l'homme fait des traces visibles de très loin.

Beaucoup plus près maintenant. Je vous confirme donc que ce grand trait blanc est l'autoroute.

Ensuite, je mets la caméra en route. Car je vais attaquer la montagne de droite, puis la redescendre en spirales jusqu'à la mer. Superbe !

Retour sur le plancher des vaches, si j'ose dire. Je poursuis maintenant ma descente de la côte, vers le sud. Toute cette zone s'appelle la Dalmatie.

17h15. Je trouve un camping pas cher et sympa. Je vais quand même vérifier l'état des toilettes avant de m'inscrire, car le camping que j'ai visité trente minutes plus tôt était tout simplement horrible ! Le gars me dit qu'ils ont ouvert aujourd'hui !

Cette photo a été prise 20 mètres devant ma tente, ça vous donne une idée du cadre. Très joli.

A tel point que je suis allé chercher un paquet de chips et ma bouteille de jus d'orange, et je suis resté là, au moins une demi-heure, à admirer.

Voilà où je suis. Pour 55 Kunas. Soit 7,45 euros. Très correct. Non, la photo ne penche pas. Ce sont les arbres. Désolé.

Et mine de rien, elle a quand même fait 280 bornes, la miss, sans rien dire. Même pas fatiguée. Moi non plus d'ailleurs !

Page précédente: Etape 013a Jour 016
Page suivante: Etape 015-016 Jour 018


Depuis le 06/06/2005 Visites:852032 Aujourd'hui :362 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)