Etape 015-016 Jour 018

Etape 015-016 - Jour 018 - samedi 1er mai 2010 - 166 photos - 224 km - 4.188 en tout

L'itinéraire en jaune, pour changer. Au moins, cette carte est bien calibrée. Frontières en blanc. Croatie-Bosnie-Herzégovine-Monténégro

Quoi ? Réveil à 6 heures, voilà qui est bien! Lever 6h30, départ à 8h10. Voilà qui est parfait.

Forte rosée cette nuit. Du coup, je range une tente trempée, mais j'essuie sans effort une bulle couverte d'insectes collés de ces derniers jours !

Je roule vers le sud-est, je poursuis ma descente de la Croatie par la côte maintenant. Soleil donc pas mal de face, d'où quelques photos en arrière.
Ici, Drvenik, la première ville après mon camping.

Bacinska jereza. Un car d'autrichiens est arrivé sur le parking pendant que je faisais des photos. La GS a eu un gros succès, à tel point que j'ai dit à trois autrichiens que la moto n'était pas le spectacle prévu de cet arrêt, mais de l'autre côté. Il n'ont même pas ri. Pas très comiques, les autrichiens !.

Un peu plus loin, Ploce et son lac, tout près de la mer. C'est magnifique, et je ne vous montre pas tout !

Je traverse ensuite une zone de marais, puis je longe la rivière ayant créé ces marais, ici à Komin. Dans le village passe la fanfare. C'est le 1er mai...

La route fait un énorme détour pour contourner toute cette zone. Ici une photo d'ensemble. Un très bon passage, que j'ai adoré.

Duboka. Quel panorama ! La route longe en corniche une longue presqu'île parallèle à la côté. C'est un peu comme si je longeais un fjord.

Froontière et douane peu avant Neum, que l'on aperçoit au loin (photo prise en arrière). Ben oui, la Bosnie-Herzégovine possède quelques kilomètres de côtes, ici même. Je n'ai pas été ennuyé par la frontière, ils ne m'ont pas même demandé mes papiers.

Beaucoup de magasins de souvenirs et une très grosse station d'essence (le SP95 à 1 euro). Quelques kilomètres plus loin, je rentre à nouveau en Croatie. Nouveau contrôle de douanes, sans histoires en ce qui me concerne. Le paysage m'enchante totalement.

Slano et sa baie enchanteresse. Je suis envoûté !

Puis c'est finalement l'arrivée à Dubrovnik. Les immenses navires de croisière sont à quai. J'en ai compté trois. Un petit paradis !

Le troisième est obligé de rester ancré plus au large, il y a embouteillage !

De l'autre côté, deux autres navires attendent aussi leur tour. C'est très impressionnant. Ici, je fais connaissance avec deux autres cyclo-touristes français. C'est leur premier jour, ils sont arrivés en avion hier soir à Dubrovnik. Arnaud et Sabrine roulent en tandem. Voici leur blog.

Je fais le plein un peu plus loin, et vide mon porte-monnaie des piècettes croates qu'il contient encore en achetant un mars et quelques bonbons.

Je fais ma pause déjeûner ici, devant cette jolie baie, à Plat.

Il est 13h30 lorsque je passe la frontière du Monténégro. A part le fait de donner ma carte d'identité, ainsi que la carte verte, je n'ai pas été ennuyé. De plus, je m'attendais à devoir payer dix euros pour entrer dans le pays, mais ils ne m'ont rien demandé. Alors que les camping-caristes de au rencontrés à Senj devaient payer 30 euros, et n'y sont pas allés à cause de celà ! Allez comprendre... Sans doute ont-ils eu pitié du pauvre motard que je suis.

Par contre, la traversée des premières villes est infernale. Circulation dense, route totalement défoncée, et vitesse limitée la plupart du temps à 40 km/h. Une très belle descente, je me maintiens à 40, et j'ai eu raison. Il y avait des flics et un radar, une pompe à fric pour touristes, car les motards du Montenegro roulent comme des barges, souvent même sans casque ! Pour ma part, j'ai vu deux radars, et les deux placés dans des zones où, normalement, la vitesse aurait dû être de 70 et non de 40. Alors, je vous aurai prévenu(e)s, soyez prudents, méfiez-vous !

Ci-dessus, arrivée, enfin, dans la baie de Kotor.

Petite île et château dans la baie de Kotor. Je vais vous dire un truc : c'est ma-gni-fi-que. Mais très franchement, une merveille naturelle. je suis subjugué par tant de beauté. Quel cadre majestueux. A peine croyable. Et c'est long, environ une trentaine de kilomètres dans ce cadre !

J'ai fait des tas de photos, pas pu résister....

Kotor. La ville. Encore un navire de croisière ici. A quai. C'est immense !

Je repars de l'autre côté de la baie, là où je sais que se trouve un petit camping. Un gars me dit que la saison n'est pas commencée, et que c'est très certainement fermé. Du coup, je vois "rooms" sur une pancarte, j'arrête pour demander le prix. Dix euros. Je demande à voir. Bingo !

C'est magnifique. Une superbe chambre à l'étage. Je suis le seul pensionnaire. Accueil très chaleureux, café dans le patio.

La maison est une ancçienne villa entièrement refaite avec les fonds de l'Unesco il y a quatre ans. Ils ont bien fait !

La vue depuis la fenêtre. Vanadis en bas, que le monsieur était prêt à me faire rentrer dans le séjour en bas. Mais comme il m'a assuré qu'elle ne risquait rien du tout dehors, j'ai décidé de ne pas exagérer ! Je m'installe dans le patio, entre deux magnifiques cocotiers. Je vais vous dire une chose : il règne ici une atmosphère de calme et de sérénité absolument impensable, et je me sens... Trop bien. Je vais rester deux nuits ici. En effet, vous avez remarqué que j'ai fait aujourd'hui deux étapes en une, car j'ai décidé de ne pas aller à Mostar en Bosnie-Herzégovine. Tout le monde y va, j'ai vu des photos, pas envie. C'est pourquoi je suis venu directement à Kotor. Et dans cette maison, je me sens tellement bien que je m'octroie une journée de repos.

Et le compteur de la miss pour finir !

Page précédente: Etape 014 Jour 017
Page suivante: Etape 016a Jour 019


Depuis le 06/06/2005 Visites:863091 Aujourd'hui :239 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)