Etape 069b Jour 66

Etape 069b - Jour 066 - vendredi 18 juin 2010 - 20 photos - 0 km - 12.217 en tout

La journée a encore été chaude. Mais le plus difficile, finalement, lorsque je ne roule pas, ce n'est pas midi, lorsque le soleil lâche tous ses watts. Non, ce qui est pénible, c'est la longue, très longue soirée pendant laquelle la terre va recracher la chaleur reçue. Elle le fait si lentement qu'il faudra bien encore attendre une heure du matin avant de pouvoir ressentir, légèrement, un soupçon de fraicheur.

Mon campement, mon lieu de vie pendant quelques jours. J'y suis seul. Les caravanes autour de moi, encore couvertes de leur protection "hivernale", restent inhabitées. Une grande tente, à 30 mètres, est occupée. La femme arrose chaque matin les plantations autour de son emplacement. Ce qui me fait penser qu'elle doit y être propriétaire ? Elle était seule les deux premiers jours, j'ai aperçu son compagnon ce soir. Très discret, ce couple.

Tiens, je m'aperçois que Vanadis s'est fait voler l'écusson "BMW" de sa valise droite. Depuis quand ? Il faudrait que je fasse une recherche dans mes photos pour avoir une idée. En Turquie ? Je le pense, mais sans en avoir de preuve. De toute façon, peu importe. Cet élément manquant ne devrait avoir aucune influence sur les performances de ma jolie moto, et c'est bien là l'essentiel.

Donc, disais-je, voici venir la longue soirée. Je décide d'aller faire un tour dans le village.

Dur. J'ai vraiment chaud, et je passe par les bois.
Regardez ! Même sous l'ombre des pins, les turcs ont ajouté des toiles de protection pour leurs véhicules !

Quelques maisons. En général, elles sont très soignées, très bien entretenues.
L'eau ne semble pas coûter cher, elle coule de partout. Tout le monde arrose, matin et soir, longuement.
Les pelouses sont belles, les fleurs splendides, les arbres princiers.

Curieusement, je manque de lumière pour faire de belles photos. Trop sombre.

J'arrive sur le front de mer, et je ressens instantanément la chaleur des rayons de notre astre préféré. Il chauffe encore, le bougre !
Les jardins sont ici encore mieux entretenus. Normal, là habitent les plus riches, avec "vue sur la mer Egée".

Retour vers ma propriété en longeant la plage. Les ombres sont longues, le soleil est bien descendu.
Un vent fort souffle de la mer, et me fait du bien. Attention, je n'ai pas dit qu'il était froid.
Bien que je l'aie ressenti ainsi en sortant de mon bain, tout-à-l'heure. Cinq minutes plus tard, j'avais chaud à nouveau !

Un banc me tend ses planches, je m'y laisse choir. Les bras écartés, j'admire, je savoure, je respire ce moment et ce lieu.
Carpe Diem, écrivait Horace voici plus de deux mille ans... L'idée n'est pas neuve !
C'est délicieux.

Mais il y manque quelqu'une.

Je retourne sur mes terres, là ou le souffle parvient à peine.
Mais le souffle se tarit en fin de journée.

La nature semble vouloir se reposer.
Elle le mérite bien.

 

Page précédente: Etape 069a Jour 65
Page suivante: Etape 069cd Jour 67-68


Depuis le 06/06/2005 Visites:920715 Aujourd'hui :58 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)