La Turquie

Cliquez sur le numéro de l'étape pour en voir les détails. Utilisez "fenêtre précédente" de votre navigateur pour revenir ici !

L'étape de rentrée en Turquie. Paysages semblant moyens dans cette région, je remarque la présence d'une petite chaine montagneuse en bordure de la mer de Marmara. C'est décidé, je passerai ici. Par ailleurs, comme à mon habitude, je veux éviter au maximum les grandes villes. Et la grande ville du coin est une mégalopole... Istanbu (autrefois Byzance, puis Constantinople)l, que je n'ai pas envie de visiter. Ma route passera donc par le détroit des Dardanelles, et la péninsule de Gallipoli, où sont morts tant de soldats lors de la première guerre mondiale.

Visite de la péninsule de Gallipoli, et des sites de commémoration de cette bataille dite des Dardanelles (Français et Anglais attaquent l'empire ottoman). En à peine 11 mois, de février 1915 à janvier 1916, les Alliés perdent 250.000 hommes et les Ottomans, vainqueurs, 211.000. Soit au total près d'un demi-million d'hommes... Misère de misère, quand je pense à ces pauvres gars qui n'avaient rien demandé !

Petite étape. J'ai lu que les routes étaient mauvaises, on verra bien. La route passe tout près des vestiges de Troie, dont vous avez sûrement entendu parler (le cheval de Troie, l'Illiade d'Homère). Les voyageurs décrivent le site archéologique comme très décevant, et très cher...
Je passe donc mon chemin.

La création des itinéraires en Turquie m'a pris un temps fou. En effet, je tiens à aller dans l'intérieur des terres, je ne veux pas non plus éviter les côtes (bien que fort touristiques, à priori), mais il y a de très grands sites à ne pas louper. La Turquie est grande, et je ne peux pas non plus la sillonner en zig-zag comme je fais souvent, ou alors j'ai besoin de 6 mois supplémentaires ! Du coup, j'ai décidé de faire 3 allers-retours NO-SE de la partie sud-ouest de la Turquie. Il faut bien faire des choix, j'espère avoir fait le bon. Vous jugerez en même temps que moi, si je parviens à vous faire des compte-rendus réguliers. Pour cette étape, je remonte donc vers la Mer de Marmara pour revenir dans le golfe d'Edremit à l'étape 63.

Le tour de la presqu'île d'Erdek. En fait, dès que j'ai vu des photos du rivage de cette presqu'île, j'ai eu envie d'y aller tellement j'ai adoré les paysages. C'est vraiment pour cette étape que je reviens sur cette partie de la Turquie. J'espère ne pas être déçu de mon choix.

J'ai vu des montagnes, au loin. Vous me connaissez, je ne peux pas résister... C'est une station de ski très réputée, il y a aussi un camping... Le parc national Uludag l'entoure, avec troupeaux, sapins, mélèzes. 4 types de paysages, du maquis méditerranéen à la végétation subalpine, cervidés, mouflons d'Asie, sangliers et loups et superbes papillons. Le parc fait 11.000 ha

D'une chaine de montagnes à l'autre... Le long de la route, la petite ville de Cavdarhisar (ancienne Aizanoi). Dans un cadre bucolique, village aux vieilles maisons de bois où se promènent oies et canards comme en Europe centrale. Temple de Jupiter en assez bon état (le + bel édifice romain d'Anatolie), vestiges de quais et de ponts romains au bord de la rivière

Une région et une étape qui va être fort intéressante. Baysages bucoliques, montagneux et très divers. Regardez ce blog traitant de la ville de Kütahya. A Seyitgazi, un splendide monastère couronne la colline. Gigantesque tombeau sur la place de l'ancienne église. Bref, une étape très jolie et reposante.

Le royaume des Hittites. Un nom qui m'a souvent fait rêver (j'adore l'histoire, et plus c'est ancien, plus ça me plait). Il y a aussi de nombreuses églises rupestres. Les villages de cette région appartenaient au royaume de Midas, le célèbre roi de Phrygie. Alors, mixez ces vestiges avec des paysages montagneux et désertiques à la fois, voilà ce que je suis venu chercher ici. Tout sera nouveau pour moi, et je risque d'avoir les yeux ouverts grands comme des soucoupes, derrière les lunettes de protection des rayopns solaires, qui, si j'en crois mes lectures, sont ici très généreux ! Pour ce qui est de l'étape, ce sont de minuscules villages, je ne sais donc pas ce que je vais trouver. Mais il y a la grande ville d'Emirdag tout près.

De fantastiques et totalement nouveaux types de paysages pour moi. Etape du soir à Beysehir (lac rives marécageuses).
Au bord du grand lac de Beysehir, dans un site sauvage et magnifique.

Une étape sans montage de tente ! En effet, je reste dans ce camping, et je consacre cette journée à la visite des montagnes environnantes qui, au vu des photos glanées ça et là sur Internet, sont d'une grande beauté sauvage. C'était suffisant pour attirer mon attention et mon désir d'aller voir !

Après un petit tour sur les rives du lac de Beysehir, cette étape me conduira sur les rives de l'immense lac d'Egirdir.

Très grosse étape d'exploration des montagnes, rivières, canyons et lacs du sud d'Egirdir, adoucie par le plaisir de revenir au soir au point de départ. Ce qui signifie, vous l'aurez compris : pas de corvée de montage-démontage... La beauté des routes et paysages est garantie à 100%.

Troisième étape avec le même bivouac ! J'espère qu'il sera bien. Cette fois, exploration des rives du lac d'Egirdir, et de la montagne du Barla Dagi.

Une fois de plus, des paysages de tuerie. Le lac de cratère volcanique de Gölcük. L'essai de rouler jusqu'au sommet d'une montagne permettant une vue aérienne sur le site antique de Necropolis (Sagalassos). Les lacs de Burdur, Acigöl, pour finir sur les rives du lac de Salda. J'en rêve !

Etape de transition par de très larges vallées avec des montagnes à l'horizon, pour terminer par une traversée montagneuse me permettant à la fois d'éviter Denizli et de bénéficier de superbes points de vue et de routes à moitié goudronnées... Pour terminer à Pamukkale !

Visite du site de Pammukale/Hierapolis avant de reprendre la route pour mon plus grand plaisir.
Le lac Gölcük, en fin d'étape, est un véritable joyau dans un paysage de montagne de type alpin.

Une grande boucle autour des champs volcaniques et du volcan Kula, après un passage au pied du site archéologique de Sardes.

Etape tranquille pour terminer par un petit tour sur le site antique de Bergama/Pergame.

Et je reviens sur le golfe d'Edremit, que j'avais quitté lors de l'étape 47. Repos sur l'île de Cunda, devenue presqu'île depuis la construction du pont.

La côte egéenne, si réputée et si incroyablement submergée de touristes.

Plongée vers le sud et la chaleur, toujours le long du rivage de la Mer Egée. Le tour de la péninsule de Karaburun risque d'être fort intéressant. La plus haute température enregistrée ici a été de 58 degrés Celsius, quand même ! Je n'aime pas les fortes chaleurs...

Poursuite de la descente des côtes égéennes vers le sud. Arrivée à Selçuk, près du site antique d'Ephèse.

La route de cette étape traverse de superbes paysages. Elle serpente entre les oliveraies, champs de coton, collines et hameaux entourés de lauriers roses. La traversée du parc Milli Park (800 espèces végétales, reptiles, oiseaux mammifères prospèrent sur les pentes du mont Samsun (1200 m). Très belles plages et criques isolées, phoques et tortues marines, canyon de Sankaya, vues splendides). Les ruines du site de Priène. Le site de Milet.

Un petit coup d'oeil sur le monastère Héraklée du Latmos -aussi pour le paysage près du lac-, puis route toujours vers le sud, et la belle péninsule de Bodrum et ses petits villages encore préservés (..??), pour finir dans le béton des hôtels de la côte...

La côte de Carie. Riche en histoire, à la lisière de la mer Egée et de la mer Méditerranée, elle offre un paysage splendide et diversifié, souligné par des plages de sable, des anses rocheuses et des criques semblables à de petits fjords. On verra bien. J'avoue avoir un peu peur du béton...

Je ne change pas de bivouac. Sacré programme, une fois de plus. La superbe péninsule de Datça jusqu'au site de Cnide sur le Cap Tropium, puis visite de la péninsule de Bozburum. J'aurai du mal à tout voir dans la journée, avec toutes les pauses photo que j'imagine !

Encore des paysages grandioses, pour finir sur un site tout simplement sublime, Dalyan, entre des marais, une plage de rêve de type Polynésie, un site antique extraordinaire (Kaunos, et les tombeaux Lyciens)... Bref, un des "must" du voyage, je pense.

Vue aérienne sur le site de Dalyan.

Nombreux détours vers des criques d'émeraude. Je ne sais pas si j'aurai le temps... Le camping est sur une plage, dans une baie... j'vous raconte pas !

Encore une étape chargée, avec des sites archéologiques et un canyon... Trop sans doute pour un seul homme !

Encore des paysages...

Criques, plages, montagnes, canyons, déserts, une mosaïque de paysages différents et semblables dans le domaine de la beauté naturelle !

Entre les feux des Chimères à Cirali, les sites antiques d 'Olympos et de Phasélis, le parc national Olympos -parc montagneux dominé par le Bey Dagi, chaine de montagnes aux sommets escarpés (alpinisme, trekking, chasse)-, je ne vais pas encore avoir le temps de rêver...

De la mer, des lacs, de la montagne, des sites archéologiques... Mais quand pourrais-je enfin me reposer ?

Encore des sites antiques admirables - Pergé, Sillyon, Aspendos, Selgé - et des paysages de montagnes !

Superbe canyon au nord (tout près de mon étape 56), puis retour sur la côte. Etape à Sidé, dodo au pied des colonnes antiques...

Une grosse étape, avec beaucoup de montagne, puis retour sur la côte et sa circulation...

La côte cilicienne. Elle offre certains des plus beaux panoramas qui se puissent imaginer. La route grimpe à travers des bananeraies et orangeraies en terrasses au-dessus de la mer bleu azur, entre criques désertes et montagnes couvertes de pinèdes, le tout parsemé de ruines... J'ai recopié cette phrase dans un guide touristique, je ne sais plus lequel. Mais ça donne de sacrées envies au motard que je suis... Etape à Anamurium, site antique, et point le plus méridional de la Turquie. Et le plus proche de Chypre. Que je ne vais pas visiter (ferry, horaires, contraintes, bateau... ça me gave un peu trop!).

Journée éprouvante s'il en est, mais journée d'aventure. En fait, montée sur un plateau désertique, changement de monde et d'époque, par des pistes difficiles, je ne suis pas certain d'y parvenir. La montée se fait par l'ouest, retour par l'est. Un gros défi.

Je me gave de bord de mer, car bientôt, je vais repartir vers l'intérieur des terres...

Petite balade dans les environs, château de Silifke, site antique et site naturel. Retour au même bercail en fin de journée.

Et c'est reparti vers l'intérieur des terres, la chaleur et les steppes... Une étape avec un site antique (Olba), et des paysages extraordinaires !

Des paysages... au-delà des mots ! Allez voir sur Google Earth, et rêvez comme moi ! Etape au pied de l'immense volcan Karadag.

Sans doute une des journées les plus extraordinaires de ce voyage. Descente au fond du cratère du Karadag avec Vanadis !
Avec, en plus, les vestiges d'églises d'un foyer monastique important entre les 6è et 11è siècles.

Vue aérienne sur le cratère du Kara Dag... La piste descend au fond...

Petite étape. Traversée d'une plaine anatolienne. Arrivée à Sultanhani, visite de mon premier caravansérail. Asie, route de la Soie...

Grosse étape, car j'ai envie de faire le tour de cet immense lac salé, et j'espère pouvoir marcher un peu dessus... Rouler ?...

En route vers la Cappadoce. Passage au pied du volcan Hasan Dag. Puis la vallée de l'Ihlara remplie de vieilles églises et monastères. Grandiose !
Arrivée à Guzelyurt, ville troglodyte de trois niveaux... Enorme !

Arrivée à Göreme, en Cappadoce.

Le kilométrage est très approximatif. Visiste de la Cappadoce, maximum possible en moto, mais il faudra bien marcher un peu...

Le kilométrage est très approximatif. Visiste de la Cappadoce, maximum possible en moto, mais il faudra bien marcher un peu...

Grosse étape consistant à faire le tour complet du grand volcan Erciyes Dagi (3916 m). Retour au même bivouac à Göreme.

Départ définitif de Göreme. Dernière journée en Cappadoce, avec la visite de l'extraordinaire vallée Soganli.

Plongée vers le sud. Je retrouve les montagnes. Un détour sur une route-piste extrordinaire vers les cascades de Selale.
La traversée de cette montagne promet d'être sublime, tant au niveau des paysages qu'au niveau de la route elle-même.

Toujours plus au sud, on retrouve la mer Mediterranée pour longer le golfe d'Issos.

La fin de la Turquie méditerranéenne, au sud, c'est ici, avec la frontière syrienne. Etape à Antakya, l'ancienne Antioche des Croisés...

Maintenant, c'est route vers l'est de la Turquie, là où il fait le plus chaud, vers les grande steppes d'Anatolie.

Arrivée dans la région des immenses barrages. Nombreux villages et sites antiques submergés.

Les steppes, à demi-recouvertes de sable. Plusieurs sites archéologiques hors du commun, de par leur ancienneté, ou spécificité.
Pistes désertiques sableuses, je ne suis pas certain de pouvoir les faire... On verra bien ce que dira Vanadis, et son pilote !

Contournement par le nord de l'immense réseau fluvial du barrage Atatürk, et des grands fleuves le Tigre et l'Euphrate !

Sites antiques le long de cette route vers le nord, dont l'extraordinaire Nemrud Dagi. Etape sur le site d'Arslantepe.

Sites antiques le long de cette route vers le nord, dont l'extraordinaire Nemrud Dagi. Etape sur le site d'Arslantepe.

Montagnes, montagnes, montagnes. Très grosse étape sur des routes pas toujours bien belles, ni goudronnées...

Encore une belle étape de montagnes, puis un passage de ferry à Pertek près d'un superbe château, et arrivée sur le site d'Harput.

Une grosse étape en kilomètres, mais peu de montagnes. Je vais longer le lac Hazar (Lac de cratère salé, à 1200m, juste milieu entre sources bouillantes et grottes glaciaires de la région !). Traversée de Diyarbakir, grande ville aux 22 mosquées qui se flatte d'être le Paris de l'Orient. Arrivée d'étape sur un site extraordinaire. A Hasankeyf, l'eau engloutira cette petite ville et son histoire multi-millénaire en 2010... Vaste canyon désséché, mausolée, pont, mosquées, vieille ville, plage au bord du Tibre au pied du château. Tout sera submergé par le barrage d'Ilisu. Enfin, peut-être, car il semblerait que certaines se retirent, dont une banque française bien connue...

Quelques sites antiques dans la première partie, puis une superbe traversée de montagnes, pour arriver et camper au fond du cratère du volcan Nemrud, près de deux lacs de cratère ! Encore un sacré bijou !

Un petit tour sur les rives du lac de Van - le plus grand de Turquie- et autour des volcans environnants. Dépaysement total garanti ! Et pour vous donner une idée des immensités de ce pays, regardez le compteur de la journée... 282 bornes, juste ce petit tour !

Changement de bivouac, un peu plus à l'est, et sur les rives du lac de Van.

Incursion dans les montagnes au sud du lac de Van. Nous sommes ici dans la région du Kurdistan, là où, politiquement, c'est un peu nerveux. J'espère ne pas avoir de souci. Quoi qu'il en soit, les photos montrant les vallées perdues au fond de ces montagnes, et les pistes qui permettent de s'enfoncer profondément entre les murailles minérales, sont d'une immense beauté sauvage, et je souhaite accomplir intégralement cette nouvelle mission... Plus au sud, c'est la frontière avec l'Irak, que je préfère ne pas approcher, pour des raiusons évidentes de sécurité. Il y a quelques mois, tout près d'ici, et dans un village que j'avais l'intention de visiter (au vu des images des vallées à traverser pour l'atteindre), la police turque a découvert la culture de plusieurs hectares de drogue, qu'elle a fait détruire... Bref, pas trop envie de me frotter avec ce monde ! Faudrait pas que je me trompe de piste...

Toujours dans les montagnes kurdes, cette fois plus à l'est, vers l'Iran, qui se trouve, lui aussi, tout près d'ici.

Ici, je frôle l'Iran, je roule près des champs de lave du Tendurek (qui, à lui seul, mériterait bien 2-3 jours de trek tout autour), et l'étape se fera au pied du mont Ararat et du palais Isak Pacha... Une fois de plus, des paysagesgigantesques...

Grosse balade autour du Mont Ararat (5165 m), plus haut sommet de Turquie, là où s'échoua l'arche de Noé... Changement de bivouac, en espérant trouver un gîte dans le village de Yenidogan. Parmi de nombreuses curiosités autour de Yenidogan, des monticules desquels s'échappent des fumerolles, des cônes de tuf colorés, un petit fort, Koran Kalesi, près des ruines d'une église arménienne. Tout un programme, dont je ne ferai sans doute pas la moitié, puisque, vous le savez bien, ma priorité va à la route... ou la piste, c'est selon !

Direction le nord, en longeant plus ou moins la frontière arménienne. Etape à Digor, mais visite du site d'Ani en fin de journée, pratiquement sur la frontière. Ce sont les ruines d'une ancienne capitale d'Arménie, et je me demande si je vais en avoir le temps, vu l'étape !

Etape de transition en matière de paysages : plaines, lacs, collines puis montagnes à nouveau, pour terminer dans un paysage de type préalpes.
Je frôle une nouvelle frontière : la Géorgie, et tout en continuant vers le nord, j'amorce désormais le retour vers l'ouest.

Une débauche de paysages montagneux et de routes sinueuses, vallées encaissées, hauts sommets, canyons et autres cascades...

Toujours dans les montagnes (la châine Pontique). La Mer Noire est au nord, de l'autre côté, mais très difficile à atteindre, car peu de routes traversent cette chaîne. Il me faut faire des choix, c'est pourquoi je longe ici le versant sud, pour remonter plus tard sur le rivage.

Une nouvelle énorme étape montagneuse. D'abord une incursion plein sud, histoire de me "faire" le col du Kop, aux paysages apparemment somptueux. Demi-tour obligatoire une fois en bas, puisque je file vers le nord-ouest... Je repasse donc à Bayburt, pour attaquer la chaîne pontique. Ce que j'en ai vu sur les images postées sur Panoramio me fait saliver d'avance. Pas toujours goudronnée, la route/piste semble être une tuerie, tout en traversant des petits villages semblant complètement dispersés au fin fond du monde !

Après une belle traversée de la chaîne pontique, j'aperçois et longe les rivages de la Mer Noire. Etape inquiétante dans une grande ville bétonnée...

Décidément, le béton du bord de mer ne me plait pas... Oui, je sais, je n'y suis jamais allé, mais j'ai passé du temps à regarder les photos !
Du coup, je m'offre une grosse étape montagnarde, pour changer. Oui, je ne m'en lasse pas. Mais ça va être chaud, 300 bornes et des routes difficiles !

Etape en partie maritime, mais à laquelle je n'ai pu résister à l'envie d'y ajouter un détour montagneux... On ne se refait pas !

Une bien belle étape que celle-ci, avec un incursion très prononcée dans un paysage de rêve autour d'un lac de barrage grandiose.
Etape dans une superbe petite ville chargée d'histoire, Sinop. J'espère qu'elle a gardé son cachet médiéval...

Une grosse étape, avec beaucoup de montagne, puis retour sur la côte et sa circulation...

Un parcours exclusivement maritime, pour changer ! Et toujours plus à l'ouest, je me rapproche d'Istanbul !

Cette fois, je quitte le rivage de la Mer Noire pour découvrir les paysages de l'arrière-pays. Bivouac près d'un lac entouré de montagnes douces.

Ben oui, ça devait bien arriver... Istanbul, traversée par autoroute, et retour en Europe, adieu l'Asie ! Le temps passe bien vite, quand même !

Je remonte le long des rivages de la Mer Noire, si tant est que ce soit possible.
Finies les montagnes, je suis revenu dans le plat. Nombreux et immenses marais et marécages, immenses plages de sable à perte de vue me faisant penser aux plages atlantiques, forêts... J'espère qu'il n'y a pas trop de sable sur les pistes !

Et c'est en retrouvant un peu de montagnes que je quitte la Turquie pour pénétrer en Bulgarie, également un nouveau pays pour moi.
Je me dirige aussitôt et à nouveau sur les rivages de la Mer Noire, dont je m'étais écarté par obligation : rejoindre le poste-frontière !

Page précédente: La Grèce
Page suivante: La Bulgarie


Depuis le 06/06/2005 Visites:862167 Aujourd'hui :212 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)