ea2010 - Jour 086

Jour 086 - Jeudi 8 juillet 2010 - 19 photos - environ 22 km (en voiture)

Ce matin, mes amis ont du pain sur la planche. En effet, ils doivent ramasser toutes leurs affaires, et refaire leur paquetage. Tout doit être prêt pour ce soir, lorsqu'ils partiront à Ürgüp rendre la voiture et prendre leur bus. Nous avons également fait connaissance avec une jeune allemande et sa fille, qui parle aussi espagnol, et laquelle laquelle tout le monde peut donc communiquer. Elle était en vacances avec une amie et ses quatre enfants, mais il y a eu friction, et son amie est partie hier matin, la laissant seule avec sa gamine... Manu lui demande si elle veut venir se promener à Avanos avec nous, ce qu'elle accepte. Nous voici donc partis à six dans la petite Renault.

Une grande rivière traverse Avanos, avec de l'eau dedans.... ce qui, est rare en Turquie (barrages). Il y a plusieurs dizaines d'oies qui traversent avec leurs petits, et nous assistons àà l'accident d'un bébé, qui ne parvient pas à remonter le courant, et passe dans petite chute d'eau. Il réapparait de l'autre côté, une maman va le chercher et le ramène dans le groupe. Bien organisées, les oies !

C'est toujours agréable de se promener le long d'un fleuve, mais la chaleur est quand même terrible !

Nous déambulons dans les rues tout doucement.

Une mosquée, au loin.

C'est un village d'artisans, et il y a beaucoup de boutiques.

Une vieille Java 350, de fabrication tchèque, et qui a eu son heure de gloire dans les années 50-60. Mon père en a eu une.

Grande discussion avec un commerçant de tapis, qui ne parviendra pas à vendre.

Katharina, c'est le nom de l'allemande qui nous accompagne avec sa fille Solena, me demande de transmettre à Manu qu'elle aimerait bien profiter de notre voiture pour partir dans le même bus qu'eux, car Pammukale est également dans sa direction. Ils acceptent évidemment, et nous partons à Göreme pour qu'elle puisse prendre son billet. Et finalement, nous retournons manger dans ce restaurant de Göreme que nous avions déjà apprécié la semaine dernière. Le choix était bon, c'était délicieux, et le service très agréable. J'ai mangé une soupe de tomates et une goulash, les deux étaient parfaites !

Au retour, Franz me confirme la fuite d'air. Il accepte de chercher le trou. Je prends la grande bassine de lessive, et une fois la moto montée sur des cales -Franz a tout ce qu'il faut danss son Unimog- nous finirons par repérer les boules s'échappant du petit trou.

J'ai ce qu'il faut pour boucher le trou dans les outils BMW. Je demande à Franz s'il peut me le faire, lui expliquant -avec raison- que j'en suis absolument incapable, tout travail manuel se transformant en catastrophe dans mes mains ! Franz vérifie mon matériel, mais préfère utiliser le sien. Il accepte de le faire, et j'avoue qu'il m'enlève, à moi aussi, une forte épine du pied. La colle BMW est perdue depuis longtemps, heureusement qu'il en a. Bref, même si vous avez les outils du constructeur, il y a toujours un truc qui ne fonctionne pas !

Mille mercis à Franz pour son aide généreuse et efficace. Sa réparation est bonne, le pneu ne fuit plus. Quel bonheur !

Pendant ce temps, Manu, Denis et Isabelle aident Katharina à ranger toutes ses affaires, à les mettre dans un de leurs sacs -elle n'avait rien de prévu, puisqu'elle est venue dans la voiture de sa copine... Ils sont sensationnels eux aussi. Occupé avec Franz, je ne vais finalement les voir que cinq minutes, pour leur dire au revoir. En fait, j'avais à moitié envie de les rejoindre moi aussi à Pammukale, mais en regardant avec Franz, nous constatons qu'il y a 600 km, et que je ne pourrai pas les parcourir dans une journée. Ce sera donc trop juste, et je ne veux pas partir en catastrophe à six heures demain matin, j'ai besoin de me préparer un peu psychologiquement. Dommage, une autre fois peut-être, car j'ai a-do-ré partager avec eux mes vacances, et si le coeur leur disait de se lancer dans un périple en voiture avec moi, je suis partant sans hésiter, car kje sais que nous nous entendrons bien !

Gros bisous à vous trois, et mille mercis pour tout ce que nous avons pu faire ensemble. J'espère bien passer vous voir au retour, si possible.

Ce soir, je suis triste. Heureusement, Franz et Petra m'avancent une chaise à leur table, et nous passerons une excellente soirée à refaire le monde jusque tard dans la nuit. Un très grand moment d'échanges humains. Passionnant d'un bout à l'autre.

 

Page précédente: ea2010 - Jour 085
Page suivante: ea2010 - Jour 087-88-89


Depuis le 06/06/2005 Visites:891946 Aujourd'hui :5 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)