ea2010 - Jour 099

Jour 099 - Mercredi 21 juillet 2010 - 14 photos - 0 km - 15.269 en tout

Une forte brume de chaleur monte déjà de la rivière Yantra, affluent du danube, qui forme ici à Veliko Tarnovo une profonde et splendide gorge de 7 km de long. Ma chambre se situe au-dessus de cette gorge, dans la partie la plus ancienne de la ville. Vue sur ma gauche.

Et sur ma droite... En face, l'énorme monument érigé en 1985, dans le style soviétique grandiloquent.
Derrière, l'immense hôtel du même style de la grande époque ! Affreux....

Je me poste dans la rue au pied de ma maison, en attente de mes nouveaux compagnons de voyage. Je les attendrai une bonne heure ! J'ai oublié leurs prénoms, c'est triste ! je crois que c'est Thibault et Aurore. Donc, Aurore a très mal au dos, et ils sont venus tout doucement, d'où le retard. Nous commençons par le restaurant, et ça tombe bien, car j'ai faim ! Thibault ne quitte pas son "Lonely Planet", et nous emmène ddans un restaurant recommandé par ce guide, qui se trouve être juste au-dessus de mon logement. Cooool... C'est le fainéant qui parle !

La nourriture était correcte, mais sans plus. On s'en tire pour 7 euros chacun, boisson et entrées comprises.

La conversation a été passionnante, de bout en bout, et à tout point de vue. Nos avis divergeaient, et c'était un plaisir d'argumenter entre nous. Bref, nous avons tous les trois partagé un grand moment de communication, et j'en garderai toujours un bon souvenir, et eux aussi je pense.

Direction la forteresse, maintenant. Juste au-dessus du restaurant. Plusieurs maisons à Veliko Tarnovo sont décorées de peintures/sculptures/gravures de ce type. Je ne sais malheureusement pas ce qu'elles représentent, et j'ai oublié de questionner mon guide sur ce sujet !

Le "Grand Hôtel Yantra"

Encore ce genre de peinture. J'aime beaucoup.

Et voici l'entrée de la forteresse. 6 Lev à payer. Plusieurs monuments supplémentaires à l'intérieur, où il faut payer à nouveau. Je n'aime pas çaa, j'aimerais que, lorsque l'on pénètre dans un lieu payant, que le prix soit complet dès l'entrée ! Isabelle, si tu me lis, tu me comprends.

On aperçoit mes deux compagnons, tout à droite, de dos.

La forteresse de Tsarevets est vraiment énorme. Elle a été érigée sur la colline de même nom. Elle fut la demeune des rois de l'empire bulgare de 1185 à 1393. Les archéologues ont découvert 400 résidences érigées par quartiers, plus de 22 églises et 4 monastères !

Ce qui me plaît surtout, ce sont les vues remarquables sur le défilé de la rivière.

Le site a été reconstruit, et est toujours en travaux, sans tenir vraiment compte de la réalité historique...

Mais les paysages sont, quant à eux, bien réels.

Nous sommes entourés de moustiques, en quantité vraiment importante. Difficile même de prendre une photo sans en avoir dessus !

Je souris en voyant ces imitations romaines. mais Thibault me reprend, en me disant qu'il s'agit de réels vestiges romains, récupérés dans une cité romaine située à une vingtaine de km d'ici. Ils auraient été apportés du temps des rois bulgares, et non pas récemment !

Les restes des demeures patriciennes.

Au bout, un rocher surplombant la rivière. D'ici, les traitres au pays étaient précipités dans les eaux de la Yantra.

La vue est sublime.

J'aime tout particulièrement les forteresses naturelles qui nous entourent de toutes parts.

En bas, les restes d'une usine désaffectée, comme on en voit souvent en Bulgarie.

Habitation des princes. En cours de restauration.

Utilisation du matériel archéologique... Eh oui, ça sert encore !

Toujours des restes de villas.

On est peu habitués à le voir ainsi...

Vue arrière sur les restaurations en cours, en allant vers la partie la plus élevée de la forteresse.

Sur laquelle se trouve unee autre cathédrale, entièrement entourée d'une enceinte fortifiée.

Pour entrer, il faut délier à nouveau les cordons de la bourse.

Sans moi ! Sans mes compagnons non plus.

Vue depuis l'esplanade de l'église sommitale.

Vers le château proprement dit, la demeure des rois.

En contre-jour, les couleurs ont presque disparu.

Vue sur l'église payante.

La même, d'un peu plus bas.

Velico Tarnovo. Mon logement se situe sur la boucle qu'on ne voit pas, tout à gauche.

Un petit coucou.

Et un petit aparté.

Mes compagnons sont dans l'enseignement, tous deux profs de physique-chimie. L'un à son compte, et la demoiselle en tant que remplaçante, employée de l'administration. Ce qu'ils m'ont raconté sur les élèves, les parents, et le système éducatif est... renversant d'idiotie et de miserabilité !

On voit bien, en bas, le chemin que nous avons ssuivi à l'entrée dans l'enceinte fortifiée.

Où l'on aperçoit, vues du dessus, les restes des demeures des notables.

Nous nous quittons au niveau de la cathédrale, là où nous nous étions rencontrés hier soir, nous donnant rendez-vous pour le soir même vers 20h45 devant mes appartements. En effet, je tiens à photographier cette cathédrale, et ils ont quelques courses à faire. Malheureusement, je ne les ai pas revus. Je pense qu'Aurore devait être très fatiguée, et n'a sans doute pas eu le courage d'aller voir le spectacle son et lumière donné devant la forteresse. J'ai attendu pas mal de temps dans la rue, la nuit était tombée, je suis finalement retourné dans ma chambre. Dommage. J'espère que vous êtes bien rentrés à Paris. Heureux d'avoir vécu ces quelques heures en votre compagnie, merci pour le partage.

Je poursuis donc ma visite, interrompue hier, de la cathédrale.
Non, pas ça, évidemment. Ceci est un bâtiment situé juste en face, que j'ai trouvé intéressant.

Le temple cathédrale de Veliko Tarnovo porte le nom de « La Naissance de la Sainte Mère », et se trouve dans le quartier de Bolyaska, sur une colline opposée à la colline du château de l’ancien empire bulgare. Avant, dans ce qui est maintenant la ruine du château, se trouvait l’église principale du patriarcat de Bulgarie. Mais avec la chute de l’empire, les ottomans contrôlent le pays, et l’église tombe en décrépitude. Celle-ci est construite en 1842 par Kolio Ficheto. Elle a été faite en pierre de taille de la région, et en brique rouge.

Il y a quatre petites colonnades a l’entrée et des fenêtres ovales tout autour, un style bien a part dans les constructions religieuses. La partie la plus haute du temple est décorée avec des images du Christ. L’église comprend trois nefs, décorées de peintures murales réalisée par des artistes de la région.

Je suis entré. Une gardienne m'a prévenu : interdiction de faire des photos. OK, pas de problème, puisque l'entrée est gratuite.

Ses coupoles sont de couleur verte, et les jours de beau temps, elles brillent dans le ciel de Veliko Tarnovo

Le clocher monte à 30 metres de haut, et c’est le point le plus haut de la ville. Ce sont les gens de Veliko qui ont donné les fonds nécessaires a sa construction, quand le temple précédent a été détruit par un tremblement de terre.

Vue un peu déjantée. Pour un bâtiment compliqué.

Et voilà, on vous le disait bien. Belle vue sur la citadelle que nous venons de visiter, et sur l'église des rois, qui domine la forteresse.
Et pour laquelle il fallait re-payer, afin d'accéder à la terrasse sommitale.

Dommage.

Partout, en Bulgarie, fleurissent les avis de décès. Sur les murs des maisons habitées par les personnes décédées, sur les murs des environs immédiats. Les affiches restent très longtemps. Une sorte de mémoire de ceux qui sont partis.

Je trouve ça pas mal. C'est vrai, car je trouve que nous oublions bien vite ceux qui sont partis, dans notre société moderne.

Ici, certaines affiches commencent à disparaître. Combien de temps doivent-elles rester collées sur la demeure du défunt ? Y a-t-il des règles ?

Je redescends vers ma maison par une autre rue, et j'ai bien fait.

Il y a là les restes d'une vieille église, en l'état, et en situation, si j'ose dire. Ce qui permet à tout un chacun de constater comment les constructions humaines évoluent. Elles peuvent être phagocitées par dame Nature reprenant ses droits, mais aussi par d'autres hommes, par le temps qui passe, et disparaître également, en totalité, si personne n'y prend garde, si personne n'a envie de conserver. Car conserver demande de l'énergie, de l'argent.

Un peu plus loin, levant les yeux au-dessus de ma tête...

Une autre église. En réhabilitation ? ce sont en tout ces des dalles funéraires qui sont sur les murs, si je ne m'abuse. Leur place devrait être sur le sol...

Ce sera la dernière photo de la journée, car je suis arrivé chez moi...

Bonne nuit, les petits.

Page précédente: ea2010 - Jour 098
Page suivante: ea2010 - Jour 100


Depuis le 06/06/2005 Visites:892476 Aujourd'hui :126 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)