ea2010 - Jour 105

Jour 105 - Mardi 27 juillet 2010 - 365 photos - environ 12 km (à pied) - 15.545 en tout

Itinéraire en bleu. En gros. J'ai marché une bonne douzaine de kilomètres dans Bucarest, la capitale des Roumains.

Et j'ai beaucoup aimé !

Je pars à 9h30, une heure plus tard que je que je désirais. En effet, j'ai du appeler la concession BMW qui devait me laisser hier un email, que je n'ai jamais reçu. J'étais naturellement inquiet, et j'avais raison. En fait, j'apprends avec déplaisir qu'ils ne sont pas plus capables d'équilibrer ma roue que les gars de Corintos en Grèce... Alors qu'hier, le gars me disait, d'un air navré, qu'on ne mettait pas une roue sur une moto sans en effectuer l'équilibrage !

Grosse déception, donc, puisque mon problème mécanique ne sera pas réglé ! Mais ce n'est pas ce qui va m'empêcher de suivre ma décision : partir à la découverte de cett capitale, puisque j'y suis, et que j'ai un hôtel, somme toute, de grande qualité pour un prix "acceptable" exceptionnellement.

Vous reconnaissez l'immeuble de façade, déjà photographié hier, et situé au départ de mon chemin.
C'est au croisement de la Calea Grivitei avec la strada Buzesti.

Je continue sur la Calea Grivitei. L'hotesse de l'hôtel m'a donnné hier soir un plan que je qualifierai de "parfait". Elle m'a déconseillé d'aller à pied dans le centre-ville, et m'a recommandé de prendre le métro. Mais suite à ma petite sortie d'hier soir, je veux au contraire y aller à pied.

Et j'ai bien fait. J'ai pu assouvir mon passe-temps favori, celui de faire des photos.
Et Bucarest est une ville fabuleuse pour remplir les carte-mémoires de nos appareils !

La calea Gravitei est longue, mais quand je regarde mon plan, je constate que, tout compte fait, j'avance plutôt vite !

Le même bâtiment que sur la photo précédente. Je l'avais pris en passant devant. Ici, c'est un coup d'oeil arrière !

L'institut de mathématiques. J'ai fait 360 photos, je ne vous montrerai donc pas tout !

Je suis maintenant dans la calea Victoriei, très longue elle aussi, et qui me conduira à mon but.

Je vais essayer d'entrer dans cette église, j'en ai très peu visitées pendant ce voyage, et cette journée s'y prête bien.

Il y a un porche, sous lequel je peux voir quelques peintures manifestement restaurées.

Je rentre. Un type se tient à l'intérieur près d'un étalage de toutes sortes d'objets de nculte manifestement en vente. Je demande si je peux photographier. Sans problème. Ce qui me frappe d'abord, c'est l'exigüité du lieu. C'est tout petit. Et le manque de lumière. Il fait très sombre, et je suis obligé de pousser les ISO au maximum.

Et le deuxième élément qui me surprend, c'est le côté extrêmement baroque des sculptures. Ainsi que la grande naïveté des icônes. Je pensais que c'était beaucoup plus travaillé. je m'attendais à de véritables oeuvres d'art, mais je trouve l'ensemble assez banal. Désolé, c'est mon ressenti.

Autre vue extérieure de cette petite église.

Un peu plus se trouve l'opéra Athénée, au fond d'un petit jardin. L'entrée est payante. Je ne suis pas entré.

Pas à cause du prix à payer. Mais parce que j'aimerais plutôt voir un maximum d'immeubles de la cité, que d'en visiter que deux ou trois.

Pour Lolo. Insolite, la présence d'un avion de chasse sur la belle place piata Enescu.

Juste avant la piata de Revolutiei.

C'est aussi les banques. Plusieurs grandes banques françaises possèdent de superbes immeubles ici. Je trouve que c'est indécent.

Povestea Palatului Regal....

Insolite, cette sur-élévation hyper moderne en verre sur cet immeuble ancien. Pas très réussi, je trouve !

A la mémoire des personnes ayant perdu la vie au cours de la révolution de décembre 1989.
Je trouve inadmissible que tant de lettres manquent déjà, pour un événement si récent ! Les Roumains doivent avoir d'autres chats à fouetter !

Au même endroit. Les noms gravés le sont autour de cet ensemble, qui déjà se détériore...

Juste à côté. J'aime bien cette statue, mais je ne sais ce qu'elle représente !

En face, cette très vieille église, seule au milieu d'immeubles modernes.

Sous le porche, une belle surprise.
Les peintures sont réalisées comme... une BD.

L'ancêtre de la bande dessinée ?

Galerie d'art ? Décidément, j'adore cette langue.
En plus, je vous assure que c'est un plaisir de l'entendre, car ça chante comme l'italien, c'est absolument incroyable !

Le Novotel.

J'aime assez ce mélange du verre et de l'ancien. Pas vous ?

Le "circul militar national". Facile à traduire pour nous, les français !

Au même endroit, en me retournant.

Une mare aux pigeons.

Immeuble de la police de Bucarest. Qui est très présente dans la ville. A ce propos, je n'ai vraiment pas senti d'insécurité pendant ces heures passées dans la capitale. Mais ceci explique peut-être celà..?

Une magnifique galerie. Il y en a plusieurs dans ce quartier, où il est fort tentant de poser ses fesses dans le fauteuil d'un des cafés qui les jalonnent.

Je vous laisse suivre l'objectif de mon appareil-photo.

Vous noterez que les photos ne sont pas de très belle qualité, c'est juste que j'ai essayé de traiter très vite, compte tenu de la quantité que je vous mets à disposition. J'ai peut-être fait une erreur, mais je voumais vous faire partager ma visite au plus près.

J'ai été témoin dans cette église de scènes que je pensais révolue. Les femmes -ce sont presque toujours des femmes, pour ce genre de choses (désolé, mesdames, mais je l'ai souvent remarqué)- écrivent des textes sur des papiers, sans doute des demandes à exaucer. Le prêtre leur tient les mains, et lit leur texte. Ensuite, elles lui baisent les mains, et donnent de l'argent ou achètent des objets. Il doit y avoir des tarifs. L'action semble très lucrative, puisque les femmes font la queue. Il y a un homme, à gauche, qui prépare lui aussi son petit papier.

La rue semblant la plus ancienne de Bucarest, ou moins, qui conserve le plus d'immeubles anciens. Tout ce quartier est intéressant.

Je vais donc y déambuler un bon moment.

Suivez mon regard.

Il y a beaucoup de travaux, sur la rue, sur les bâtiments en cours de réhabilitation, d'aménagement, etc.

Dans cette rue, énormément de magasins de coûture, surtout des robes de mariée.

Ici, l'immeuble a été détruit par le feu. Dans le magasin d'à côté, j'ai vu plein de gens occupés à coudre et travailler du tissu, à l'intérieur.

Témoin privilégié du manque de considération des Roumains pour leur passé, de leur indifférence pour le patrimoine et de leurs problèmes identitaires, la statue de la Louve Romaine, offerte en 1906 par la ville de Rome à celle de Bucarest, en référence aux origines latines des Roumains, a été le monument le plus souvent volé et le plus déménagé de tout le statuaire bucarestois; elle a connu pas moins de 6 emplacements différents, a été heurtée par des véhicules à plusieurs reprises, et plusieurs vols ont pour origine des paris entre étudiants. La ville vient de l'enlever de la Piaţa Romană (suite à une série d'accidents) et envisage à présent de l'installer place Sfântu-Gheorghe à l'abri des voitures (montrant ainsi à quel point l'automobile, plutôt que la latinité, est l'essentiel de l'identité roumaine actuelle) (extrait de wikipedia). Le déménagement semble avoir été fait !

L'ancien et le nouveau se côtoient un peu partout dans ce quartier. Là-bas, un immense panneau vivant diffuse de la vidéo près de l'église.

Je trouve ça joli.

The vintage corner, le vieux coin. Oui, c'est exactement ça !

En fait, j'aime beaucoup toute cette diversité, il y a toujours des trucs à découvrir, à photographier.

Toutes ces photos sont prises presque au même endroit.

Je n'aurais personnellement que peu confiance en ces balcons, mais je suis du genre trouillard !

Oui, il y a du boulot à faire !

Que se passe-t-il ici ? Il y a beaucoup de monde. Une église est en rénovation.

Ah ! La voici, la cause de cet attroupement.

Photo prise à la vollée, avec ISO au maximum, appareil au-dessus de ma tête. C'est bondé. Il y a des prêtres qui font encore ce que j'ai vu un peu avant dans une autre. Toutes les personnes passant devant ces églises se signent, dans la ru. Ici, il y a encore beaucoup de femmes, j'en vois en train de préparer leur texte. Je suis vraiment surpris par cette dévotion. je vois de jolies jeunes femmes sortir les larmes aux yeux, c'est assez incroyable.

Et devant les vestiges archéologiques exposés à l'extérieur, il n'y a personne.

Belle devanture un peu plus loin.

Encore eux... La police locale.

Le monde capitaliste. Comme chez nous. Juste que les prix sont nettement moins élevés.

La rivière Dâmboviţa, sous-affluent du Danube.

Le palais de justice.

Je traverse le pont près de la place de l'unité nationale.

Vue depuis le pont. A droite, le palais de justice. Je viens de marcher du côté gauche.

Une autre église, très bien restaurée.

Belle restauration, peintures toujours aussi naïves.

Je vous laisse admirer tout seul

Là-bas, derrière de petites portes, des bougies brûlent. La jeune fille croisée en entrant venait d'en mettre une.

Les cables. Impossible de ne pas les voir à Bucarest, il y en a partout !

Les immeubles de la grande époque.

Et le fameux palais présidentiel....

Le 25 juin 1984 le chantier de la pièce maitresse "la maison du peuple et le boulevard de la victoire du socialiste" fut inauguré en grande pompe par N Ceaucescu .Départ d'un projet pharaonique + de 20 000 ouvriers se sont relayés jours et nuits, 1/5 de la ville rasée environ 520 ha l'équivalent de 3 arrondissements de Paris. le "joyau" de ce chantier la maison du peuple.Il n'existait pas de plan d'urbanisme, le conducator agissait au coup par coup changeant très souvent de décision.Il pouvait donner l'ordre de détruire dans les 24 heures,obligeant les gens à partir immédiatement faisant agresser les gens qui oser résister.40 000 personnes expulsées de 1984 à 1989 relogées dans des immeubles sans eau ni élétricité ou même en cours de construction. 30 églises furent démolies, 10 se trouvérent déplacées certaines plusieurs fois. Le chantier n'était toujours pas terminé lors de la révolution, l'état hésita même à achever la construction tellement le montant de la facture du palais était exorbitante. Le palais s'appelle dèsormais le palais du parlement est sert maintenant de chambre des députés et des sénateurs, il est également possible d'en visiter une partie avec un guide.

En face du palais, ces bâtiment en arc de cercle, avec au centre, la grande avenue.

La maison du peuple ou le palais du parlement en chiffres La maison du peuple devenu le palais du parlement après la rèvolution, le 2eme plus grand batiment du monde après le pentagone 45 000 m2 de surface au sol 400 000m2 habitable, 100 de haut des salles hautes de 20 métres la plus grande a la taille d'un terrain de football près de 40% du PIB investit chaque année de sa construction. Marbre rose, marbre blanc rien n'était trop beau pour ce qui devait etre le symbole du savoir faire Roumain. Les somptueux lustres sont fait avec du cristal de Médias.  Le plus lourd pèse 4 tonnes!!

Les "champs-élysées" de Bucarest.

Coup d'oeil arrière vers le palais.

Détail sur les immeubles longeant la grande avenue, le "bulevardu unirii".

Au bout, la "piata Unirii". Les bassins sont beaux, mais les pierres sont noires, il faudrait nettoyer !

Je retourne vers le quartier historique, car je commence à avoir faim, et je veux manger là-bas.

J'y ai vu plein de restaurants.

Les prix entre 4 et 6 euros, le plus souvent, pour des menus complets.

Ah voilà, j'y arrive enfin.

Superbe sculpture, étonnante.

Toutes sortes de styles se côtoient ici.

Finalement, je vais manger pour 6 euros. Une belle soupe de poulet, une salade, un beau plat de porc avec frites, et 1/2 litre de bière. Délicieux.

Un vieux monastère du 18ème siècle.

1724

A l'intérieur, il fait toujours aussi sombre. Les peintures de celui-ci sont plus intéressantes.

Eglises et monastères sont étroitement imbriqués parmi les autres immeubles dela ville. C'est ce qui me plait tant à Bucarest.

Suivez-moi.

Moderne dasn le sens récent, mais pompeux. A moins que ce ne soit une restauration à l'identique, ce dont je doute.

La bibliothèque nationale, du début du 20ème.

Jolies couleurs.

Insolite.

Je vous l'ai dit, j'adore cette langue, sans la connaître.

Sans doute une des rues les plus étroites de Bucarest.

Les misogynes ne tolèrent pas les femmes...? Du moins, je traduirais comme ça, au pif ! Pas vous ?

Je ne rentre pas par la même route, forcément. Ici, c'est le "boulevardu Regina Elisabeta"

Et le jardin Cismigiu

Ici, pleins de gens sont en train de jouer, dés, échecs, autres jeus avec des genres de dominos ou autres objets.
Un seul problème : il n'y a pas une seule femme ! Quel dommage.

Encore une église, en haut du "bulevardul Schitu Magureanu".

Une jolie petite Trabant bleue devant l'église.

J'approche de mon quartier.

Et ça se voit, c'est un peu moins joli.... Mais plus authentique !

No parking....

Tout près de l'hôtel maintenant.

Vous le reconnaissez ?

Et le plan utilisé pour ma balade.

C'était génial. En plus, il a fait beau, pas trop chaud. Contente de retrouver ma belle chambre. Ah oui, il y a aussi la clim...

Mon concessionnaire ne m'a même pas envoyé de mail de confirmation comme il était convenu. Commence à m'agacer... Demain matin, je devrais normalement reprendre la route. Comme je vais vers Berlin, mainttenant que je suis ici, je me suis renseigné auprès de concessionnaires BMW allemands se trouvant le long de ma route. Deux m'ont dit avoir ce qu'il faut sans problème : le plus proche à Dresden, l'autre à Berlin.

On verra bien !

Page précédente: ea2010 - Jour 104
Page suivante: ea2010 - Jour 106


Depuis le 06/06/2005 Visites:931200 Aujourd'hui :342 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)