ea2010 - Jour 111

Jour 111 - Lundi 2 août 2010 - 245 photos - 159 km - 16.389 en tout

Petit parcours de santé, histoire de me remettre sur la route. Vers la Hongrie... lentement.

Parti à 9 heures, après avoir remercié la maman. En effet, cette famille a été vraiment gentille, et je suis heureux d'avoir passé trois jours ici. Le temps est gris-lourd. A partir de Brasov, il y a une brume de chaleur que le soleil ne parvient pas à percer. Du coup, au niveau température, c'est agréable, mais au niveau paysage, je vois bien que les collines sont recouvertes. Bref, pas de photo. Enfin, si, cette jolie église fortifiée, dans un petit village au nord de Brasov.

Bunesti. je vous l'ai déjà dit, les villages roumains sont tout en longueur. Les rues transversales ne vont pas loin. Totalement différent des configurations françaises en étoile, toutes les maisons se groupant autour de l'église, mais en cercle (enfin, dans ma région, car dans le nord, j'ai remarqué aussi ces villages en longueur).

Alors, jusqu'ici, j'étais dans la brume, voire presque sous la pluie, mais j'ai eu de la chance, elle est tombée avant. Je n'ai rien perdu en terme de photos, car la route passait à travers des forêts. Par contre, ce fut un régal au niveau de la conduite, et j'ai retrouvé un plaisir que j'avais perdu depuis un moment. Une route superbe, des virages faciles, mais continuels. Du coup, les automatismes reviennent, le contre-braquage, le regard... Et en plus, Vanadis a été royale, puisqu'elle s'est fait beaucoup moins entendre aujourd'hui. Ensuite, la route redevient plus droite, mais le paysage valloné est fort agréable, et la qualité du revêtement est un bonheur que j'avais presqu'oublié.

Arrivée à Saschiz. Beaucoup de voitures de police, presque une dans chaque village. Radars. Je roule pèpère, je n'ai donc aucun souci.
A ce propos, les appels de phare sont aussi d'actualité en Bulgarie et en Roumanie, les gens s'avertissent des ncontrôles. Sympa.

Donc Saschiz, c'est un joli village. Comme j'ai tout mon temps, et que je suis en manque de photos.... je vous en fais profiter.

Ancien village allemand/saxon, comme ils le sont pour beaucoup dans cette région.

Les charettes sont partout en Roumanie, on n'y fait même plus attention. Ils vont assez vite sur la route, et il faut bien reconnaître qu'ils pilotent leeurs chevaux de façon absolument extraordinaire !

Là-haut, sur la colline... il y a aussi un vieux château.

La tour est très belle. Il y a une sorte d'office de tourisme en bas.

Sur le mur de ce bâtiment est inscrit "Deutsche evangelische Volkschule 1908". "Ecole évangélique allemande, 1908".
Donc, au début du 20ème siècle, ils parlaient ici en allemand.

Le pilote de ce joli véhicule accepte de me prendre en photo. C'est pour lui la première fois, le cadrage est donc très moyen... Ainsi que la mise au point. Mais on lui pardonne, n'est-ce-pas ?

Le voici à son tour. Finalement, la mise au point n'est pas meilleure... Il était fort sympathique.

Peu de temps après, j'atteins le but de la journée : Sighisoara. Au camping, je discute le prix d'un bungalow, que j'arrive à baisser à 50 Lei. Cool. Il est situé au sommet d'une colline, la route pour y parvenir est une véritable horreur, et j'ai failli laisser tomber... Il y a un restaurant sur le site du camping, avec Internet. Formidable pour ce soir... J'installe mes affaires, et je file en ville pour manger et... visiter.

Sighişoara (en allemand: Schäßburg, en saxon de Transylvanie Schäsbrich, en hongrois: Segesvár, en latin: Castrum Saxorum) est une ville et une municipalité sur la rivière Târnava Mare en Transylvanie, Roumanie. Elle se trouve dans le judeţ de Mureş et a une population de 32 570 habitants en 2007. Le centre historique de la ville est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Une nouvelle fois, de très belles façades comme je les aime, très colorées. Je ne peux m'empêcher de penser à Bucarest.

Ah, ces couleurs, je suis amoureux.

Et ça continue. Bon, j'ai encore bombardé, mon disque dur est en train de se prendre une grosse claque, et il se pourrait bien que je sois obligé d'en acheter un autre à ce nouveau rythme ! Je vous fais grâce de nombre de façades...

Je m'installe pour manger ma traditionnelle platée de spaghettis bolognèse. J'aime ça, ce n'est pas cher, et ça nourrit bien. Du coup, le soir, je peux manger des saloperies... Deux jeunes français viennent s'installer près de moi, je les reconnais d'abord à leur "routard"... On discute, et finalement, je m'asseois à leur table et nous partageons un grand moment de discussion. Ils arrivent de Budapest, qu'ils me recommandent chaudement. J'y suis déjà allé avec le x9, je n'avais pas été emballé, mais je vais suivre leur conseil et, cette, fois prendre davantage mon temps. Ils vont à Istanbul...

Puis je pars à la découverte de la vieille ville. C'est une ville moyennageuse, et donc différente des précédentes.
Comme d'habitude, je vous laisse découvrir la vieille cité comme je l'ai fait moi-même.
De toute façon, je ne vois pas comment vous pourriez faire autrement que me suivre !

Tous les renseignements que je vous donne sont issus du lien que je vous ai donné plus haut, celui-ci pour les fainéants !

La Tour de l'Horloge (Turnul cu Ceas), tour défensive du XIIie siècle et du XIVe siècle et porte d'entrée principale de la ville. Le Conseil Municipal de la cité se tenait à cet endroit jusqu'en 1456, elle a été transformée en Musée d'Histoire en 1899. Constrcution de 64 m de hauteur, la tour comporte une galeire surmontée d'un toit de tuiles vernissées et d'un flèche, c'est l'emblème de Sighişoara.

Ils ont raison de faire la pause. Sinon, à quoi ils serviraient, les bancs ?

Joli bâtiment, servant entre autres de philarmonie. Ici, en ce moment même, c'est le festival de musique classique, et il y a des concerts tous les soirs, y compris dans les rues de la ville. Ma route du camping est tellement minable que je ne risque pas de sortir de nuit ! Oui, je sais, Vanadis a des yeux !

Mais en fait, je n'ai pas envie de sortir le soir !

Vue sur une partie de la ville du haut des remparts.

Toujours devant ce bel immeuble. Coup d'oeil en arrière.

Oh, la sale tronche ! Il s'agit de Vlad Tepes. Le voïvode Vlad III Basarab, surnommé Ţepeş (« l'Empaleur »), né fin novembre début décembre 1431 à Târgovişte ou, selon certains auteurs, à Schässburg/Sighişoara - mort en décembre 1476 à Bucarest), a été prince de Valachie en 1448, puis de 1456 à 1462 et en 1476.

J'entreprends alors de faire le tour de la vieille ville en suivant les remparts.

Et je parviens sur la belle place centrale. Malheureusement, les voitures peuvent venir ici, et ça me surprend beaucoup de la part des roumains, qui savent particulièrement bien gérer ces choses-là. La présence de nombreuses "pensiunea" me dit que... le commerce d'abord !

Difficle donc de faire des photos sans les automobiles ! Au premier plan, une petite gamine qui mendie déjà, dans la rue, comme partout en Roumanie.

Je vous laisse admirer quelques façades.

On aperçoit la tour de l'Horloge par laquelle je suis entré.

Au sommet de la colline se trouve un collège, et ces marches sous abri ont été fabriquées pour faciliter l'accès des élèves à leur école.

Photo dédiée à Angie, prénom que l'on trouve rarement. Et que j'ai la surprise de lire en montant les escaliers.

Au-dessu du collège, il y a une église, et une esplanade.

Depuis laquelle on peut apercevoir l'autre partie de la ville. Le paysage est joli, valloné et couvert de forêts et bois.

De l'autre côté, un cimetière descend la colline. J'y vais, car j'aime ces lieux de paix, par définition. En effet, ceux-ci ne font jamais de bruit.

99% des noms de famille sont des noms allemands !

Il y a des Wagner, des Deutsch...

Pour Kathrin (pas la grande de Russie, mais la petite d'Allemagne...).

Quand je dis "calme", je ne voudrais pas venir ici de nuit... Rappelez-vous, nous sommes ici sur les terres de Dracula.
Pourquoi y a-t-il de l'eau dans celui-ci, qui est retourné ?

Il y a ici de très vieilles pierres tombales.

Qui sont encore belles, et qui conservent une grande part de mystère.

Vanité humaine... Tout disparaîtra, de toute façon, quoi qu'on fasse ! La nature reste maîtresse du terrain, elle a le temps avec elle.
Nous ne sommes que des météores à son niveau.

Je redescends ensuite vers la tour de l'Horloge.

Retour sur la place centrale.

Vlad II Dracul (Vlad II le Dragon), prince de Valachie s'établit dans la ville en 1421. Il y reste jusqu'en 1436 et c'est là que naît son fils qui règnera sous le nom de Vlad III l'Empaleur, dont la légende revue par l'écrivain Bram Stoker sera la base du personnage de Dracula. Voici sa maison.

La Tour de l'Horloge, à nouveau.

Et la porte.

Vus du bas, les trois bâtiments que je viens de vous montrer de plus près !

Encore ! Une louve romaine... Romulus et Remus... Nouveau cadeau de la ville de Rome pour la ville de Sighisoara ! Comme à Bucarest.

Je poursuis jusqu'ici, puis je fais demi-tour vers la moto, à l'autre bout.

J'ai très chaud, je suis en nage. Il fait très lourd, il n'y a pas d'air. J'ai envie de prendre ma douche.
De toute façon, j'ai fait le tour que je voulais. Je suis fatigué. Je rentre.

Depuis la terrasse du restaurant. Je suis venu manger ici ce soir, et je vous garantis que cette vue était féérique au coucher du soleil, puis ensuite, de nuit, avec toutes les lumières de la ville. Un grand spectacle. D'autant plus qu'il faisait très bon à l'extérieur. Un plaisir, avec le PC, et Internet.

Et une bonne grosse bière...

Voilà les ami(e)s... A un d'ces quatre, comme on dit !

Page précédente: ea2010 - Jour 110
Page suivante: ea2010 - Jour 112


Depuis le 06/06/2005 Visites:919618 Aujourd'hui :293 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)