ea2010 - Jour 113

Jour 113 - Mercredi 4 août 2010 - 441 photos - 351 km - 16.957 en tout

Entrée en Hongrie par la grande porte : sa capitale, Budapest.

Il est à peine 8 heures lorsque je mets le moteur en marche. C'est que j'ai la pêche, comme à chaque fois que je quitte un pays. Vous le savez, il y a un moment où j'ai envie de partir, et ce moment est arrivé. Le ciel est couvert, mais il ne fait pas froid : 19 degrés, sur un thermomètre dans le village voisin. Mais j'ai cru sentir une goutte, et je me dis que ce serait tout-de-même bête de ne pas mettre la tenue de pluie... Alors, à peine parti, je m'arrête sur le bord de la route, je défais le grand sac pour l'extraire... A peine reparti, les premières gouttes tombent, et je me félicite de ma décision. Quand les gouttes se changent en trombes d'eau, je prends ça avec bonne humeur, et je me mets à chanter "il pleut, il pleut, bergère...", chose que je n'avais pas faite depuis très longtemps ! Ensuite.... C'était tellement dense que j'ai failli arrêter, car je ne voyais plus rien du tout. Et tout ça dans la partie la plus montagneuse de ce parcours, avec force virages et autres épingles... Environ trente minutes sous pluie vraiment battante, inutile de vous dire que j'étais devenu une vraie serpillère, et à chaque fois que je changeais de rapport, je sentais mon pied déplacer l'eau dans la chaussure... Il a plu jusqu'à Oradea, à la frontière... Vraiment curieux, comme si la Roumanie voulait me punir de partir si tôt !

A Oradea, je me suis un peu "pommé", mais un gentil roumain m'a remis sur les bons rails. J'ai eu la chance de pouvoir faire le plein et le change pratiquement au même endroit. J'ai ainsi pu utiliser le reste de mes petites coupures en "Lei", et comme il me restait un billet de 100 Lei, je l'ai échangé contre des Forint hongrois, ou HUF. 50 euros + 100 Lei m'ont donné 20.000 HUF.... Là, ça n'a plus rien à voir avec les autres monnaies !

Entrée en Hongrie.

Les changements sont immédiats, et nombreux. D'abord, la langue ! Les noms des villes sont longs et presque imprononçables. C'est une langue finno-ougrienne. Ensuite, la route. Elle est belle, propre, nette. Comme je les aime, forcément. Ensuite, la signalétique routière : tout simplement parfaite !

Ensuite... Ben voilà, en passant la frontière hongroise, j'ai vraiment l'impression de passer une frontière virtuelle, et de pénétrer en Europe de l'Ouest. En fait, j'ai l'impression d'être revenu au pays ! Cette fois, je sens très nettement que mon voyage vient de passer une nouvelle étape. Et que je viens de mettre le pied au pays, ou en tout cas tout près... Peut-être pensez-vous que j'exagère, mais je l'ai vécu ainsi.

Ensuite... Ma foi, environ 250 km, sur une très belle route. Sauf que... j'ai eu droit à un accident. Des poids-lourds se sont renversés sur la chaussée. Je n'avais jamais vu une aussi longue queue de camions. J'estime qu'il y en avait sur environ 5 km ! Et là, voyez-vous, on bénit le fait d'être en moto. Bien sûr, ce n'était pas évident, mais au moins, je suis passé. La déviation était folklorique, mais courte. Ensuite, devant, il n'y avait plus personne !
A l'approche de Bucarest, je voulais prendre l'autoroute, car je ne me sentais vraiment pas de taille à traverser toute l'agglomération. Du coup, j'ai du acheter une vignette, obligatoire aussi pour les motos !

Et c'est ainsi que je suis arrivé à mon camping, Bikercamp, Banyovszky Moric Utca, au n° 40...
Ici.

Vous avez vu ? Porte fermée, blindée. Terrain de camping ?

De l'autre côté du mur.... Fantastique camping, pelouse, propriétaires, tarif !
Je suis le plus heureux des hommes.

Du coup, je mange, et je pars en ville, le coeur léger.

Le métro est à dix minutes du camping. Six stations sans aucun changement, et on se trouve au centre !

Je sors à la cinquième, car je me suis préparé un petit itinéraire, sur les judicieux conseils de la patronne du camping.
Je descends à Kalvin Ter, pour marcher vers le pont Szabadsag, et longer le Danube sur la rive droite, aller au palais, et revenir au métro.

Un beau programme, que je vais faire avec énormément de joie, que je vais savourer pleinement.

Une BMW HP2 sur un trottoir de Budapest. Pour mon neveu Antoine !

Ici, le long du boulevard Vamhaz.

La grande halle, la plus belle de la ville, construite en 1890.

Un petit coup d'oeil à l'intérieur.

Puis le joli pont de la Liberté, Szabadsag hid.

C'est un enchantement. Je regarde avec avidité. Le Danube est magnifique, c'est un fleuve grandiose.

Au fait, mais vous le voyez bien, le beau temps est revenu. J'ai vu 31 degrés sur un thermomètre près du camping...

Coup d'oeil arrière en arrivant sur la rive droite. Sur la rive droite, c'est Buda, plus vallonnée. Pest est de l'autre côté, rive gauche. Je viens de Pest. Mon camping est sur Pest. La réunion de ces deux villes a donné son nom à la capitale : Budapest.

Me voici donc sur la rive droite. Vue sur Pest, vers le nord. Et le Danube, sur cette photo, vient du nord, et son flot se dirige vers le sud, derrière moi.

Il y a de nombreuses erreurs sur Internet, y compris sur des sites très sérieux, concernant ce problème pourtant simple. Si on regarde une carte de Budapest, le anube la traverse de part en part, du nord au sud. Et il coule, dans Budapest, du nord vers le sud. Pourtant, il vient de l'ouest et s'en va à l'est.... De quoi y perdre son latin. Quoi qu'il en soit, la rive gauche se trouve donc bien côté est de la ville, Pest, et la rive droite côté ouest, Buda !

Le pont de la Liberté que je viens de traverser.

J'aperçois le pont Elisabeth, Erzsebet hid.

Sous lequel je vais passer. Cette promenade m'enchante. Il y a plein de touristes, ça parle toutes les langues, mais beaucoup de français. Je n'en avais jamais vu autant depuis mon départ, en fait. Des cyclistes passent à toute vitesse sur les trottoirs, c'est un peu dangereux.

Encore une photo vers le pont de la Liberté.

Le pont Elisabeth.

Quelques façades d'immeubles.

Les bateaux, comme dans toutes les villes touristiques bâties le long d'un grand fleuve.

Les graffitis..

Le tranway.

Széchenyi lanchid, le pont suivant.

En face du pont, de mon côté, il y aa un funiculaire qui conduit au sommet de la colline, et par la même occasion au château.
Prsè du funiculaire, je ne pouvais pas louper cette belle armoirie !

Je prends un ticket "single", je redescendrai à pied. Il n'y a QUE des français... Rigolo !
En montant... C'est absolument magnifique !

Mais ça va beaucoup trop vite !

Au sommet, c'est la claque. Le panorama est tout simplement époustouflant !
Je vous ai collé deux photos pour obtenir celle-ci.

Les touristes, dont je fais partie, admirant le paysage.

Des terrasses surplombent le Danube. C'est féérique. Habiter ce château devait être tout simplement... royal !

Au premier plan, le charmant chemin pour redescendre.

Un tout petit morceau du château. Il est immense, et très beau.

Une charmante française m'a pris en photo, et je lui ai rendu la pareille. Je fais à moitié "empoté" avec ma sacoche d'appareil-photo !

Je vous laisse longer les terrasses en ma compagnie.

Et admirer la vue comme je l'ai fait moi-même.

Le grand bâtiment à gauche, c'est le parlement.

Le pont Elisabeth, que vous avez certainement reconnu.

Vers le nord. Le parlement. Le pont Széchenyi, par lequel je vais retourner sur l'autre rive tout-à-l'heure.

Charmante statue;

Scènes de batailles sous le socle d'une grande statue équestre.

Un ensemble sculptural extraordinaire, d'une très grande finesse.

J'ai adoré.

Ce château est grandiose.

Encore une statue.

Et encore... J'aime bien ça, les statues, j'ai toujours aimé !

Une autre aile du palais royal. Des musées sont installés un peu partout.

Les anciennes fortifications, vers l'autre côté. Il y a des fouilles archéologiques sur toute cette longueur.

Pour vous situer, le Danube se trouve à gauche de cette photo, sur l'autre façade.

Une splendide porte en fer forgé.

Les fouilles archéologiques, et les hauteurs de Buda, vers le sud.

Ludwig est venu jouer ici.

Ce bâtiment est devenu la demeure et le burea du président de la république hongroise.

Il est, lui aussi, très joli, et je trouve que c'est extrêmement bien restauré.

J'aime énormément cette décoration.

En face, je reviesn vers le château. Le Danube est à gauche. Le photographe est sur le mur...

Retour vers le funiculaire, à gauche.

Et la maison du président de la république.

Retour au point d'arrivée. je ne m'en lasse pas. Le spectacle est... royal !

En redescendant par le petit chemin.

Quelques "tags".

En bas. Le funiculaire, le château royal.

Et je me dirige vers le pont Széchenyi.

Au loin, le pont Elisabeth. Les lumières de la fin du jour sont tellement belles.
Une fois de plus, ce que vous voyez là n'est qu'une pâle copie de la photo originale, je vous le garantis. Mais ça vous permet d'avoir une idée.

Rive droite, donc, que je viens de longer, avec le château des rois au sommet de la colline.

Je ne vous présente plus, vous connaissez maintenant !

Arrivée sur Pest, rive gauche.

Je ressens maintenant la fatigue, et je marche vers la station de métro la plus proche.
Je prends deux-trois photos machinalement, surtout à cause de cette fantastique lumière vespérale.

Voilà, j'arrive au métro, juste à côté de l'église évangélique.

En face, cet immeuble, pour ses couleurs.

C'est la dernière. Je retrouve mon hâvre de paix. Heureux de cette très riche journée. J'espère que cette petite balade à pied vous a plu. Au camping, longues discussions avec un motard polonais, guide au Caire en Egypte une partie de l'année, avec deux cyclistes allemands -berlinois- en provenance de Syrie (ils y sont allés en avion, et reviennent en pédalant...), avec une jolie cycliste allemande solitaire qui se dirige tranquillement vers Istanbul, avec un cycliste suisse qui arrive vers 22 heures après une journée de 210 km de vélo (gloups !), qui termine ici son périple de 2400 km, plein de bonheur !

J'adore vraiment cette ambiance de routards. Toutes ces vies, tous ces voyages, toutes ces histoires !
Le bonheur, vous dis-je, le bonheur !

Page précédente: ea2010 - Jour 112
Page suivante: ea2010 - Jour 114


Depuis le 06/06/2005 Visites:852033 Aujourd'hui :363 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)