ea2010 - Jour 114

Jour 114 - Jeudi 5 août 2010 - 250 photos - quelques km à pied - 16.957 en tout

Je ne pars pas trop de bonne heure -9h30-, car je discute avec deux motards anglais super sympathiques pendant un bon moment avant de partir.
Ce joli bâtiment se trouve pas très loin du camping, sur le chemin vers le métro. Moderne, je le trouve néanmoins très joli.

Le centre ville, avec pour but principal la grande avenue de Budapest : Andrassy Ut. Mais je commence par me tromper, sans m'en rendre compte, et je prends en fait une autre grande avenue, la Bajcsy Zsillinszky ut. Ici, une rue tranversale que j'ai trouvée jolie à cause des immeubles épousant le virage.

Ce sera donc une visite de Pest, rive gauche, à l'est. Les immeubles modernes au niveau du croisement entre ces deux grandes avenues, justement.
On aperçoit en arrière-plan la basilique Saint-Etienne.

Je passe maintenant devant la basilique, imposant et très bel édifice.

Les immeubles juste après la basilique.

Une très jolie publicité, moderne, s'intégrant parfaitement dans l'architecture de cet ensemble. Beaucoup de goût.

Une jolie grille en passant.

Encore une très jolie façade. Depuis un moment, je me rends compte de mon erreur

Et je me dirige à nouveau vers Andrassy Ut, par Hajos Utca. petit coup d'oeil en arrière vers la basilique.

C'est une rue piétonne, dont une partie, près d'Andrassy, entièrement rénovée. J'aime bien ça;

Plafond du porche d'entrée du musée de l'opéra, sur Hajos Utca.

Un sphinx se trouve au coin Andrassy-Hajos, devant l'opéra.

Je rentre dans l'opéra. Quel luxe.

Le gardien me laisse photographier le hall. La visite est payante, et chère. Je ressors !

Vue extérieure de l'opéra. On aaperçoit le sphinx, dans la partie droite.

Partout à Budapest, j'ai été surpris par les très nombreuses têtes de personnages sur les murs des immeubles.

Le musée de la terreur, Terror Haza. "S'il y a un musée qu'il faut visiter et qu'il faut voir à Budapest, c'est bien celui de la Terreur. Tant par le bâtiment sombre et triste que par le contenu, riche en souvenirs et en émotions, qui plonge de manière parfaitement réaliste et sincère dans le Budapest occupé par les nazis, puis sous le communisme. Installé dans les anciens locaux qui servaient de quartier général au nazis hongrois durant la seconde guerre mondiale, puis à la police politique communiste, le bâtiment suffit à lui seul pour transmettre la terreur de l'époque. Dans la rue Andrassy, rue de la culture, la couleur grise du musée témoin des atrocités commises pendant la guerre tranche avec les couleurs festives des appartements qui bordent l'avenue. "

Malheureusement, le prix, et l'interdiction de prendre des photos, m'en ont dissuadé. Et pourtant, oui, ce musée, j'aurais aimé le visiter ! Je trouve inadmissible qu'il faille payer pour ça, alors que ça devrait faire partie de l'éducation obligatoire. par ailleurs, l'interdiction de faire des photos est débile. Tout visiteur faisant des photos va forcément divulguer l'information ! La jeune cycliste allemande se trouvant au camping y est allée -tarifs étudiants- et en est revenue bouleversée. Ceci ne m'a pas étonné, car les jeunes connaissent moins l'histoire.

L'avenue Andrassy fait 2,5 km. Des rangées d'arbres, de chaque côté, empêchent la vue des façades.

Je traverse de temps à autre pour faire des photos, lorsque j'aperçois un élément intéressant.

Comme cette statue, par exemple.

Ou bien cet immeuble.

Ou encore celui-ci.

Mais disons que j'ai été un peu déçu, tout simplement à cause des récits un peu trop grandiloquents vantant ce boulevard !

J'ai préféré, et de loin, flaner le long du Danube !

Que marcher ici...

De plus, et alors que cela ne représente quand même un très longue distance, je suis fatigué.
Sans doute en ai-je un peu trop fait hier. Ou bien, l'enthousiasme étant moindre, le reste suit...

Bref, j'arrive enfin au bout de mon avenue.

En face d'une immence place, Hozok tere, la Place des Héros. J'aime vraiment ces grands espaces, dans les villes.

La Place des Héros et l'avenue Andrassy ont été inscrits au Patrimoine Mondial par l'Unesco.

A gauche, la façade du Musée des Beaux-Arts.

Au centre de la place des Héros se trouve le Monument du Millénaire, construit pour célébrer le millénaire de la Hongrie.

Le monument fut construit de 1896 à 1922 et est composé d'une galerie de colonnades en demi-cercle.

Au centre se trouvent les statues de sept rois magyars.

En demi-cercle se trouvent des statues représentant une série de célèbres Hongrois ayant influencé l'histoire du pays.

Remarquez que je ne suis pas le seul à prendre des photos...

Plusieurs bus sont stationnés sur le pourtour, déversant à chaque fois une nouvelle cargaison de touristes.

L'ensemble est couronné d'une imposante colonne de 45 m de hauteur avec l'archange Gabriel au sommet.

Sur la place figure également le monument aux morts de la guerre de la libération de 1848-1849...

et une statue équestre du Roi Árpád entouré de compagnons d'armes.

Une bien belle place.
Je poursuis dans le parc -le Bois de la ville, un des plus grands de Budapest- et j'arrive devant le château de Vajdahunyad (Vajdahunyad vára).

C'est un château de conte de fées, imitant en partie un château de Transylvanie, et auquel de nombreux genres ont été rajoutés, lesquels représentent en fait l'histoire de l'architecture hongroise pendant mille ans. Ce n'est donc pas un château historique.

Ce château avait d'abord été construit en carton et en bois dans le cadre de la commémoration des mille ans de la Hongrie.
Devant son succès, il a été reconstruit en pierre.

Détail.

Autre partie du château, dans lequel se trouve le Musée de l'Agriculture.

Et une statue que je trouve sublime.

Il s'agit de la statue de l'auteur Anonymus. C'est en fait un auteur qui se décrit lui-même comme "Anonymi Bele Regis Notarii" -le notaire anomyme du roi bela- qui a écrit l'histoire ancienne des Hongrois. Anonymus était scolarisé à Paris. La chronique a vraisemblablement été écrite entre 1196 et 1203. La superstition dit que toucher la plume porte bonheur. J'ai vu plein de touristes le faire. je ne connais pas l'histoire, mais je me suis douté qu'ils avaient tous du lire ça quelque part, et les guides doivent se charger de le répéter... Ah, les hommes, et ce besoin de croire à quelque chose !

Vue globale des bâtiments du lieu.

Détail.

Autre statue, que j'ai découverte, cachée par un podium. Très belle elle aussi. Très réaliste.

Un peu plus loin dans le parc, mais de l'autre côté, se trouvent les bains Széchényi. C'est le plus grand centre thermal d'Europe. Budapest est une ville thermale, elle possède une grande quantité de sources chaudes, les turcs ont occupé la ville et en ont rajouté... Les bains font vraiment partie de la vie quotidienne des habitants de Budapest. Je ne suis personnellement pas intéressé par ça, mais je suis rentré dans le bâtiment, par curiosité.

La claque !

Absolument splendide. Alors, si vous aimez les bains, venez à Budapest.

Ensuite.... Je suis fatigué. a tel point que je prends le métro juste à côté pour retrourner au centre ville, ici. Il y a trois lignes de métro à Budapest, chacune avec une couleur, et une direction. Il faut payer pour chaque changement de couleur... Sous cette fameuse Avenue Andrassy, c'est la ligen orange, qui est la plus ancienne ligne de métro construite au monde !

J'aime beaucoup cet immeuble hyper moderne, avec ses statues également très stylisées, mais très belles.

Souvenir de la fameuse révolution de 1956.

Et je reprends ma ligne habituelle.

Descente dans les bas-fonds, voyage au centre de ... Budapest.

Retour au camping. Il fait chaud, lourd. Mais je n'ai rien à faire, je suis en vacances. Douche, repas, PC, Internet, tout ce que j'aime....

Ce soir, longues discussions avec plusieurs personnes. Toujours un régal, des partages de vies, de voyages.
Dans la bonne humeur. Dans toutes les langues.

J'adore !

Page précédente: ea2010 - Jour 113
Page suivante: ea2010 - Jour 115


Depuis le 06/06/2005 Visites:919495 Aujourd'hui :170 Maintenant:16 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)