ea2010 - Jour 117

Jour 117 - Dimanche 8 août 2010 - 379 photos - 260 km - 17.257 en tout


Lever de bonne heure ce matin. Le temps est très gris, mais le principal est qu'il ne pleuve pas. Car ce matin, je plie la tente. Le camping est très calme, tout le monde dort, et j'aime beaucoup cette ambiance de départ matinal. La patronne apparaît alors que j'allais partir, et m'ouvre la porte. Vanadis démarre silencieusement et, à 7h15, je suis dans les rues de Budapest. Grâce aux indications de Laurent, la traversée de la capitale hongroise s'avère être d'une immense simplicité. Une station d'essence me sert à liquider la monnaie locale encore en ma possession. Croyant en aavoir nettement de trop, je remplis le réservoir au maximum possible et, horreur.... Au moment de payer, il me manque quelques centimes. La honte ! Je propose aussitôt de régler avec la carte, mais la jeune fille, aimable, se contentera de mes espèces !

Je prends évidemment l'autoroute, que j'ai payée lorsque je suis rentré dans le pays. Mais je sais intérieurement que je suis en faute : en effet, j'ai payé pour 3 jours d'autoroute, et je suis resté plus longtemps au camping. D'un autre côté, je n'ai roulé sur autoroute que le premier jour, en arrivant dans la capitale... Bref, je suis un peu inquiet. Le temps reste très maussade, à la limite de la pluie. Il ne fait pas très chaud, mais ça va. Je roule à 100 km/h, comme me l'avait recommandé Franz, et, à ce rythme, les kilomètres défilent relativement vite. 175 km plus tard, je parviens à la frontière autrichienne. Personne ne me demande quoi que ce soit, je quitte l'autoroute dès que possible, c'est-à-dire presqu'aussitôt, et m'enfonce, heureux, en territoire autrichien !

Nickelsdorf, en Autriche. C'est la première photo de la journée ! Il est 9h30, le ciel s'est éclairci, le soleil resplendit.
Quoi demander de plus ?

J'approche de Vienne. Enzersdorf an der Fische, à une trentaine de km. Le plat pays...

Photo prise quelques km plus loin. J'ai un peu de mal à trouver le camping, mais grâce aux indications d'un promeneur - un autrichien qui est allé à pied à Nice, en partant d'ici, du sud de Vienne - je parviens à mon but. C'est un camping privé, au sud-ouest de Vienne, dans le village de Rodaun, à 11 km du centre-ville à vol d'oiseau. Il est tenu par un couple d'anciens très alertes, et surveillant le moindre mètre carré de leur terrain ! Les emplacements sont propres, je prends. Il est midi, c'est vraiment impeccable.

Repos pour Vanadis, bien mérité.

On est bien, là, tous les deux. Elle sur son bout de goudron, et moi sur mon bout de pelouse.

Le patron du camping me fournit les tickets de métro pour 4 jours. Chaque ticket coûte un peu plus de 4 euros, et me permet d'utiliser tous les transports publics de la ville pendant toute la journée. C'est vraiment l'idéal ! Par contre, mon camping n'est pas très proche du centre de Vienne ! Une marche de 10 minutes pour atteindre le tranway, 45 minutes de tram, puis 15 minutes de métro... En gros, une heure pour débarquer au coeur de la capitale autrichienne. Pas très grave, pendant ce temps, je regarde le plan, prépare mon circuit, me repose....

Me voici à Hietzing. Ici, je quitte mon tramway. C'était génial. Une voix extrêmement compréhensible annonce les stations à venir, les embranchements possibles à cette station, le côté par lequel on pourra descendre, etc. Les sièges sont parfaits, c'est silencieux, souple, sans secousses. Bref, c'est autrichien !

Et je descends dans le métro, le U-Bahn. Même constat. Propre, silencieux, même voix monocorde pré-enregistrée, mais parfaitement audible, même confort. Je suis très admiratif, et dois bien reconnaître que nous devrions aller voir comment ils font, quand je vois notre métro parisien !

Station Karlsplatz. Je n'en reviens pas ! Me voici au coeur de Vienne. On aperçoit l'opéra sur la gauche.

Immeuble situé en face d'un des côtés de l'opéra.

La façade de l'opéra de Vienne, ou Staatsoper.

Près de l'opéra.

Au même endroit. Des employés en tenue de la grande époque tournent autour de l'opéra, chargés de vendre des programmes, je pense.

Je m'achète un sandwich -premier depuiss bien longtemps- et m'installe ici, contre l'opéra, pour le manger. Je regarde les touristes passer...

L'opéra, toujours, vu depuis la Operngasse.

Encore l'opéra.

Je longe l'Operngasse et arrive ainsi sur la Albertina Platz, ici au coin avec la Philharmoniker Strasse.

Albertina Platz toujours. En face, le musée Leopold.

Café Mozart, au rez-de-chaussée du même immeuble.

De jolies statues ornent les murs de soutien de la place située au-dessus.

Tout est très propre. Je n'en attendais pas moins de Vienne !

Je grimpe sur cette petite place située un étage au-dessus, afin de mieux voir le quartier. Grandiose !

Du même endroit, une vue innovante sur l'opéra, au coin enntre la Philharmoniker Str. et la Operngasse.

Opéra maintenant à gauche, toutjours depuis la petite place située en hauteur.

En haut se trouve le Filmmuseum, payant. Je redescends maintenant dans l'Augustinerstrasse.

Un joli bâtiment à l'angle avec la Fürichgasse.

Les carosses... Inmanquables à Vienne, tous plus beaux les uns que les autres. C'est agréable à regarder, en tout cas beaucoup plus que les bus !

Coup d'oeil arrière. On aperçoit encore l'opéra. Au sommet des marches, cette petite place du haut de laquelle j'ai fait les photos précédentes.

Arrivée sur la Josefsplatz.

Cette place rectangulaire est remarquable par sa régularité, par les bâtiments qui l'entourent, par l"énorme statue siégeant en son centre.

Autour du socle, de petites colonnes surmontées d'un dôme.
Autour des colonnes, des scènes sculptées représentent des scènes de la vie romaine antique.
Un magnifique quadrige surmonte le bâtiment en face, ainsi que de nombreuses statues.

Un globe doré est porté par une des statues.

En me retournant, j'aperçois l'entrée de l'église Saint Augustin. D'ici, on n'aperçoit pas sa longue flèche très pointue.

D'une grande beauté, sans doute due à l'éclatante blancheur et propreté des murs.
L'architecture gothique est vraiment celle que je préfère, sans doute dans la pureté et en même temps dans la simplicité de ses lignes.

A la mémoire des hommes du régiment de la Tour-Dragons ! Quelle surprise de voir des soldats, qui plus est français, à l'intérieur d'une église viennoise!

Coup d'oeil arrière vers l'orgue. En fait, cette couleur blanche me plait beaucoup. J'aurais cependant préféré que les décideurs mettent un peu de couleurs dans le mobilier, mais c'est manifestement ce qu'ils n'ont pas voulu. Le blanc domine dans toutes les parties.

Très bel ensemble sculpté. Ici encore, je regrette que les statues soient blanches comme les murs déjà blancs.

Pour vous permettre d'avoir une idée du coeur, seule partie de l'église en couleurs.

Je ressors. Un peu plus loin, une sorte de galerie reconstruite et ouverte en 1948 dans une partie entièrement détruite par les bombardements de 1945. C'est là que se trouve cette inscription, près de l'école de cavalerie espagnole.

Le dernier immeuble dont une façade est sur la place suivante est en cours de rénovation. Mais les tissus recouvrant les échaffaudages sont peints des motifs de la façade, permettant à l'oeil de ne rien voir, ou presque. C'est très réussi.

Arrivée sur la magnifique Michaeler Platz.
Au centre, ce ne sont pas des travaux, mais une ouverture sur le sous-sol et les fouilles archéologiques, les murs romains... Très intéressant.

De ce côté, l'entrée vers le palais de l'empereur, les appartements de Sissi, etc...

La même, un peu plus à droite. J'ai beaucoup aimé cette place de Vienne.

Au fond, la rue d'où je viens, histoire de faire le tour du propriétaire...
C'est ça qui est génial. Partout où je voyage, je suis le proprio, le temps de mon passage. Le pied, non ?

Encore !

Et encore... Ce qui est moins bien réussi, je trouve, c'est le fait de mettre des barrières comme celles-ci pour délimiter les lieux des fouilles.

Les carrosses de Vienne....

Je pénètresous la coupole. Sur ma droite -pas au plafond !-, les appartements de l'impératrice Sissi, fort onéreux...

Arrivée dans la grande cour des appartements de l'empereur archi-duc d'Autriche.

Sympa, comme cour. Pour ranger Vanadis, ce serait vraiment cool. On aperçoit au fond la coupole -vous l'avez vue du dessous, bande de cochons.
Alors, les amis, la place est rectangulaire, les bâtiments bien droits, etc. C'est mon essai de panorama, avec trois photos, qui donne ce résultat.
Le premier qui râle..... Car je le fais pour vous donner une idée. En ce qui me concerne, veni, vidi, vici....

Maintenant, quelques photos pour vous donner un peu de détails.

C'est propre, c'est net, c'est bien.

C'est...

autrichien.

Je ne voudrais pas avoir à nettoyer les carreaux des fenêtres.

La porte par laquelle j'ai pénétré dans cette superbe cour.

La statue siégeant au centre de la place, la alte Hofburg.

Les statues au bord des toits, et le blason, doré à l'or fin -enfin, je ne sais pas si l'or est fin !

Je quitte la alte Hofburg, et débouche donc sur la Ballhausplatz, comme vous vous en doutiez !

En face de moi, le Bundeskanzleramt, les bureaux du chancelier autrichien.

Si je me retourne, j'aperçois la belle place que je viens de quitter, là-bas, après l'arcade. A droite, vers la Heldenplatz.

La Ballhaus Platz et, ensuite, la Schauflergasse.

Détail sur les murs du Bundeskanzleramt.

Une fois de plus, mais vues de plus loin, la Ballhaus Platz et, ensuite, la Schauflergasse.
C'est dimanche, il n'y a pratiquement aucune voiture dans les rues, j'aurais du venir avec Vanadis !

Collage de plusieurs photos. Même endroit !
Entre les deux bâtiments, à droite, vous allez dans la alte Hofburg, les appartements de l'empereur, où nous étions juste avant.
Pardon de répéter pour ceux qui suivent, mais vous savez bien que les cancres, au fond de la classe, sont toujours là !

Quelques mètres plus loin, j'arrive donc sur la Heldenplatz. Ici, une aile des bâtiments qui est, en fait, l'autre façade de ceux de la cour.

Regard arrière vers, une nouvelle fois, le Bundeskanzleramt.

Magnifique Heldenplatz ! Au fond, la bibliothèque nationale.

L'allée centrale, les grandes pelouses de chaque côté. Les autrichiens profitent du soleil et se font un peu bronzer.

Derrière moi, et donc de l'autre côté de la Heldenplatz, le Volksgarten (jardin du peuple).

Je le traverse. A l'autre bout, de nombreuses variétés de roses.

Pour déboucher sur le Burgtheater.

Et le Dr Karl Renner Ring, partie du "ring" du coeur de Vienne.

Le Burgtheater vu de face.

Plus loin sur le Dr Karl Renner Ring.

Je me retourne. Le Burgtheater est derrière moi. En face, des jardins, une fête. En arrière-plan, un magnifique bâtiment.
Non, ce n'est pas une église. Alors, c'est quoi ?

L'hôtel de ville de Vienne. Une pure merveille !

Derrière moi, le Burgtheater, qui n'a pas bougé.
Je suis revenu les jours suivants, il était encore là. je pense que vous pouvez y aller, il ne devrait pas bouger de si tôt...

Je me rapproche de l'hôtel de ville, ou Rathaus, en allemand -en autrichien, si vous voulez, mais ils parlent allemand, ici !

Détail de la façade de la mairie de Vienne.

Il y a en ce moment un festival -pour lutter contre le sida, comme vous pouvez le voir.
Panorama de plusieurs photos, d'où l'arrondi : le bâtiment est rigoureusement droit, évidemment !

Très impressionnant.

Autres vues de la mairie de Vienne.

Autre bel immeuble le long de la Rathausplatz.

Je prends ensuite la Lichtenfelsgasse, en direction du métro (U-Bahn)

Coup d'oeil arrière vers la Rathausplatz. A droite, la Bartensteingasse. A ce propos, en Allemagne, les rues sont des "Strasse(n)", et ici, à Vienne, des "Gasse(n)". Les Viennois utilisent les deux noms. En allemand, "gasse" signifie plutôt "impasse", mais dans Vienne, ce ne sont pas que des impasses qui portent ce nom !

Autre regard sur la mairie depuis, cette fois, la Bartensteingasse.

Retour dans la Lichtenfelsgasse. Et encore une superbe façade !

Pour arriver à la Friedrich-Schmidt Platz, depuis laquelle je vois l'autre façade de la Rathaus (mairie).

Et un panorama -qui arrondit le bâtiment- de trois images... qui vous permet de voir l'ensemble complet.

Immeuble près de la station de métro.

Toujours autour de l'arrière de la mairie.

Egalement. La première rue, à droite, est la Rathausstrasse.

Sur le quai de la station de métro U-Bahn "Rathaus".

Je descends deux stations plus loin, à Schottenring, sur les bords du canal du Danube, le Donaukanal.

Je m'empresse de descendre sur la promenade qui longe le canal.

Il y a des... plages ! En fait, ils ont saupoudré le sol de sable, des cafés se sont ouverts, par thèmes. C'est super sympa.

Il règne ici une ambiance de vacances, de farniente, de baba-cool, de BCBG, bref, toutes sortes de mondes se cotoient le long du canal.

Ici, un groupe joue de la musique un peu bizarre, électro et autres mélanges.

Pendant que les spectateurs sirotent leurs bières, assis dans des chaises-longues, les pieds dans le sable....
Vienne ? Vienne comme vous ne l'imaginiez sans doute pas.

Je monte ssur le pont, histoire de vous offrir une vue plus globale.
Chouette, non ?

Quel constraste entre le bas et le haut de la route....!

Vers l'autre côté du pont.

Cettte "main minérale" est un cadeau du Vénézuela à la ville de Vienne.

Je redescends sur les quais, au plus près du canal.

Lers murs sont recouverts de Tags, peintures et autres vues artistiques aux effets variables.

Il y en a pour tous les goûts.

Je vous le disais bien... Personne ne me croit jamais, et pourtant !

Je remonte au niveau supérieur sur le pont Aspernbrücke ("brücke" signifie "pont), à l'embranchement entre le canal du Danube et le Wienfluss.
Le premier immeuble est Urania. Au loin, une magnifique bâtisse moderne, que je vous montrerai plus tard.

J'ai faim, et je m'offre une platée de spaghettis Bolognese dans un restau italien sur le début du Stubenring. Ensuite, je prends le tramway qui suit le "ring" (ou périphérique du centre de Vienne), et je reprends le métro à Karlsplatz. Il est temps de rentrer !

Une petite photo prise pendant le trajet dans le métro.

Et la déco d'un immeuble à Rodaun, Vienne-Sud, tout près du camping.

Je suis content d'arriver, car j'ai quand même pas trop mal crapahuté aujourd'hui, certainement une dizaine de bornes à pied dans Vienne.
J'espère que le résultat vous convient. Pour en avoir plus, il vous faudra attendre la publication de la journée suivante....

Page précédente: ea2010 - Jour 116
Page suivante: ea2010 - Jour 118


Depuis le 06/06/2005 Visites:920673 Aujourd'hui :16 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)