ea2010 - Jour 119

Jour 119 - Mardi 10 août 2010 - 582 photos - quelques km à pied - 17.257 en tout


Aujourd'hui, j'ai la pêche. Grand beau temps, bien dormi, envie d'en découdre avec Vienne.

9 heures. Je descends de mon tramway ici, afin de prendre un train S-Bahn pour aller gare du Sud, tout ça pour visiter le Belvédère !

Bon, un peu compliqué. toujours est-il que je descends ici, et qu'il s'agit d'une erreur. Alors je vous fais la photo de la station, en attendant la suivante.... Une dame arrive, je lui demande à quelle station je dois descendre pour y aller, elle commence à m'expliquer, puis me dit qu'elle va faire le détour pour me montrer, qu'elle a tout son temps, et elle se met à me parler en français ! Et moi qui voulait parler allemand.... C'est son français appris à l'école, et croyez-moi, elle se débrouille encore très bien. mais elle m'avoue adorer notre langue... Compme quoi, quand on aime... Mais ça, tout le monde le sait !

Gare du Sud... Il n'y a plus de gare. je prends un bus qui me conduit, enfin, au fameux Belvédère.

Immeubles au croisement de la Innerer Gürtel et de la Prinz-Eugen Strasse.

Et entrée dans les jardins du fameux Belvédère, que voici.

Une bien belle façade, typiquement viennoise.

Détail des fenêtres, et sur les toits, pour vous montrer les statues.

Je contourne le petit château.

Et voici l'autre côté du bel immeuble.

Et la vue sur les jardins. Des sphinx à poitrine féminine se retrouvent un peu partout.

Ici, un plein car de touristes espagnols vient de se vider dans les jardins.

Les jardins, justement les voici, en regardant vers le centre-ville. Gardés par les sphynx féminins.

Et un petit coup d'oeil arrière sur le Belvédère.

Vu depuis une des jolies fontaines agrémentant les jardins, et qui se trouve juste derrière moi.

Et maintenant devant. Ce qui veut dire que j'ai marché entre les deux photos, et que je me suis éloigné du château.

Encore beaucoup plus loin, car il y avait une autre très belle fontaine. Je marche, mine de rien!

Et voici le petit belvédère, qui se trouve à l'autre bout.

Bien plus petit que le Belvédère, d'où son nom de "petit" Belvédère. Officiel, je ne l'ai pas inventé.

Un passage est ouvert sous le petit Belvédère pour atteindre le Rennweg. Regard en arrière, j'aperçois encore le Belvédère, tout là-haut, sur la colline.

Donc, retour en ville, après ce petit intermède princier.
Je vais vous faire voir à nouveau des façades d'immeubles, du moins celles qui m'ont plu.

Je tourne à droite, car j'ai aperçu de loin le beau dôme d'une église. C'est la Salesianerinnenkirche.
Ah ben oui, c'est pas facile, l'allemand, hein ? Le dernier mot, kirche, signifie "église".

Vue vers la rue, depuis le porche de l'église.

Elle est fermée, mais il y a une vitre, et voici ce que je vois à travers la vitre....

Effets de miroir dans la vitre, justement. C'est rigolo.

Retour dans la rue. cette fois, je reprends à gauche, en direction du "ring" central.

Je passe devant une autre église.

C'est la Garde Kirche, comme vous pouvez le voir au-dessus de la main de l'évêque.

Je crois qu'il s'agit d'une église serbe, mais... à vérifier.

Je continue sur le Rennweg.

Toujours sur le Rennweg.

Les façades sont toutes plus belles les unes que les autres. Globalement, c'est beaucoup plus en état "neuf" qu'à Budapest.

Et j'arrive sur la grande Schwarzenbergplatz ("platz" signifie "place"), donc la place de la montagne noire en traduction mot à mot.

Là se trouve un grand monument érigé en l'honneur des troupes russes ayant délivré Vienne des nazis en 1945.

La vue lorsque je me place devant le monument.

Sur ma droite.

De l'autre côté, sur ma gauche, se trouve un splendide bâtiment.
Eh oui, c'est bien ça, vous l'avez reconnu grâce aux drapeaux : ambassade de France à Vienne. Très très riche, je trouve !

L'ambassade de France à gauche, et un très bel immeuble au fond.

Je remonte ensuite vers la Karlplatz en marchant dans les rues avoisinantes.
Il y a plusieurs ambassades dans le secteur, mais la plus belle de toutes celles que j'ai pu voir est incontestablement la nôtre...

Je mes laisse aller au gré des immeubles que je rencontre. Gusshausstrasse, Argentinierstrasse...

On ressent quand même ici une certaine richesse.

C'est le moins qu'on puisse dire, et les propriétaires et locataires de ces immeubles ont de l'argent, c'est évident !

J'aperçois au loin une église, et me dirige dans cette direction.

Pas question d'arrêter les photos pour ça...

C'est la Karlskirche, équipée d'un ascenseur pour une vue "aérienne"... Renseignements pris, c'est bien trop cher, inacceptable.
Je décide de rester au sol, désolé. Vous aller devoir lever la tête au ciel....

Cette église, qu'on ne visite pas non plus -seuls ceux qui payent....- possède deux colonnes sculptées.

Qui me font penser à la colonne de Trajan, à Rome, qui m'avait tant impressionné lorsque je l'avais vue !

La Karlsplatz, devant la Karlskirche...

J'ai trouvé ça très sympa à Vienne, et fort utile pour les promeneurs comme moi. Désormais, plus besoin de "trimbaler" une bouteille d'eau avec soi lorsqu'on visite la ville, il suffit de se pencher au-dessus d'un jet d'eau potable en appuyant sur le bouton adéquat. C'est tout simplement génial.

Justement, vue sur la Karlskirche depuis le distributeur d'eau potable.

Je poursuis mon chemin le long du Resselpark, et je passe devant la Technische Universität, ou Université technique.

Puis je traverse le Resselpark pour finalement me retrouver de l'autre côté de...

la Karlsplatz, encore ! Près de la station de métro U-Bahn, cette fois.

Autour de moi....

En face de moi, le Musikverein (conservatoire) et Musikfreundemuseum (Musée des amis de la musique).

Détail de la façade du Conservatoire.

Juste à côté, la Kunstlerhaus et Die Theater im Kunstlerhaus (Maison des artistes et le théâtre à l'intérieur de la maison des arts).

Entre les deux, la Dumbastrasse, que j'emprunte.

Par terre, des plaques comme celle-ci (mais avec d'autres noms, forcément...) !

Au bout de la Dumbastrasse, j'arrive dans la...

Bösendorferstrasse, dans laquelle je m'engage.

Je marche toujours la tête en l'air...

Comme c'est beau, partout !

Mais... j'ai vraiment "grand" faim. Et soudain, devant moi, un restaurant "Au couscous...". Je n'en crois pas mes yeux. je rentre. Un homme assez âgé, de type marocain, m'invite à m'asseoir. Il parle français, et me propose le grand couscous avec une pinte de bière. Mon dieu, comme c'est bon !

 

Ensuite....

C'était merveilleux ! J'ai beaucoup marché, j'ai beaucoup photographié. Je tenais à voir tous les beaux bâtiments de Vienne que je n'avais pas encore vus, ou seulement entraperçus de loin ces deux derniers jours. Le Museumquartier, le musée d'histoire naturelle, le musée d'histoire de l'art, puis la bibliothèque nationale sur la Heldenplatz, puis j'ai marché devant le Bundeskanzleramt vu avant-hier jusqu'à la fabuleuse église Minoritenkirche.

Puis, encore plein de courage, je décide d'aller voir le Zentralfriedhof, ou cimetière central. Un immense cimetière, genre "Père Lachaize" de Paris. C'est loin, très loin au sud-est de Vienne. Métro, puis S-Bahn, puis de la marche... Mais comme j'en ai envie, je marche !

 

......

Oui, c'était vraiment superbe. Toutes ces images, toutes ces merveilles architecturales, artistiques, historiques. Et je suppose que ça vous intéresse d'en voir un peu, car ça représentait 250 photos. REPRESENTAIT. Car maintenant, je n'ai plus que mes souvenirs, mais je ne peux rien vous montrer. Ce fameux soir, dans ma tente, j'ai eu une erreur pendant la copie, à cause d'un disque dur plein ! Bien sûr, j'ai des solutions, ce n'est pas la première fois. Je fais mes petites affaires, et je reprends la copie interrompue. Sélectionner/Copier/Coller. Comme je sais le faire depuis des années.... Puis j'efface les photos de la carte mémoire de l'appareil-photo en prévision du lendemain, sans vérifier la bonne réussite de la copie. Ce n'est que DEUX jours plius tard, lors de la copie des photos sur un disque dur de sauvegarde, que je constate avec horreur qu'il me manque 400 photos ! Quoi ? mais ce n'est pas possible. Malheureusement SI. Force est de constater que j'ai un trou de 400 photos dans mon stock de ce jour.

Je retrouve par bonheur un programme de récupération de données sur mon disque dur, et qui fonctionne merveilleusement bien, comme je vais le tester! Les photos manquantes sont sur la carte mémoire. Malheureusement, les seules pouvant être récupérées sont celles situées sur la partie de la carte n'ayant pas été touchée depuis. Si seulement je n'avais pris que très peu de photos les deux jours suivants, j'aurais pu tout retrouver. Mais je ne me plains pas trop, car j'ai quand même réussi, après une heure trente de travail, à récupérer les 150 dernières. ma perte sera donc de 250 photos, correspondant à la partie que je viens de vois décrire ! Il n'y a pas mort d'homme, ni de femme non plus d'ailleurs, et c'est bien là le principal.

Me voici donc en fin d'après-midi, dans le Zentralfriedhof de Vienne... comme je vous l'ai expliqué plus haut.

C'est immense. On peut rentrer en voiture. Il y a plusieurs entrées, atteignables par différentes stations de métro !

Je flane. C'est classé par grandes catégories. Je choisis d'abord les "personnages historiques".

Et je trouve les tombes des grands musiciens. Au fond, de gauche à droite, Beethoven, Mozart, Schubert.

Franz Schubert.

Beethoven.

Mozart.

Johann Strauss. Brahms.

Hugo Wolf.

Je marche, je regarde, j'admire. certaines tombes sont grandioses, d'autres minables, toutes sont émouvantes.

Puis j'arrive à une église, un grand dôme.

Je rentre. Le choc.
C'est la plus belle église moderne qu'il m'ait été donné de visiter dans ma vie.

C'est vraiment de la bel ouvrage !

Tout est harmonieux. Absolument tout. je n'ai trouvé aucune fausse note.
Quelles belles lignes, quelles belles envolées dans l'espace, dans les couleurs, les droites, les courbes, les cercles...
Je ne parle que d'architecture et d'art, je ne parle absolument pas de religion.

Je prends la photo depuis l'église, en montant. De chaque côté, une aile comme celle-ci.

Un ascenseur permet de monter sous le dôme.

Je redescends. Vue du bas, depuis l'une des ailes.

Sous les ailes se rtouvent des tombes. Tous les styles sont représentés.

Vue d'ensemble, sachant qu'une aile identique se trouve de l'autre côté.

Je n'ai pas le temps de tout visiter. Je poursuis ma promenade dans les allées.

C'est immense, il est facile de se perdre, et ils vendent des plans à l'entrée.

Suivez-moi, admirez quelques unes de ce qu'il convient de nommer "oeuvres d'art" !

C'est bien de se rappeler des personnes que l'on a connues. De les honorer. Mais chacun sa méthode. Certains se contentent des souvenirs, pourquoi pas ? Peu importe, en fait. Je suis venu voir ce que les Viennois ont fait avec les tombes de leurs ancêtres. Je vous laisse regarder avec moi.

Je voulais passer dans le secteur des vieilles tombes israélites. C'est très émouvant. La nature les recouvre.

Un nettoyage a été effectué, des gens ont coupé l'herbe. C'est tellement triste !

Qui étaient ces hommes et ces femmes ? Qu'ont-ils fait de leurs vies ? J'aimerais le savoir.

J'ai des noms, des dates, et encore, pas toujours lisibles, quelques épytaphes également. Mais j'aimerais avoir la biographie de chacun d'entre eux. J'aimerais pouvoir lire la biographie de chaque être humain, j'aimerais qu'elle puisse être conservée pour les générations futures. Photos, textes, vidéos, sons, j'aimerais les écouter, les voir. Sinon, on passe, et c'est tout ! J'aurais aimé lire leurs vies, assis sur un banc, dans le silence. Je ne pouvais qu'inventer, imaginer, deviner... Mais je ne pouvais pas les retrouver !

Il ne reste que ça... Quand il reste quelque chose !

Que restera-t-il dans cent ans ?

Je marche beaucoup, certainement plusieurs kilomètres.

Je me perds à moitié, et je commencer à fatiguer sérieusement !

Enfin, voici une sortie.

Je reprends le S-Bahn, puis le U-Bahn, puis à nouveau le S-Bahn.

Ce sera ma dernière photo de Vienne pour aujourd'hui !

Quelle journée. Je suis épuisé ce soir, mais totalement heureux. Je reviens avec une pleine escarcelle de photos....
Si j'avais su ce que j'allais faire avec... J'aimerais bien retourner en arrière, et recommencer cette copie !

Allez, ne vous plaignez pas trop, vous avez pu vous balader quand même.

Page précédente: ea2010 - Jour 118
Page suivante: ea2010 - Jour 120


Depuis le 06/06/2005 Visites:882846 Aujourd'hui :90 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)