ea2010 - Jour 123

Jour 123 - Samedi 14 août 2010 - 542 photos - quelques km à pied - 17.576 en tout

Et c'est reparti pour une journée dans le Prague historique. Tout vérifié avant de partir : appareil photo, batteries, cartes mémoires... Le gars est équipé pour des heures, plus qu'il n'en faut sans doute. Je descends du tram tout près d'ici, station Staromestska (ligne A, pour les pros...), et retourne vers cette place, située juste après le pont (most en tchèque) Manesuv. C'est la place (namesti en tchèque) Jana Palacha.

La pendule est à l'heure, et moi pas trop... J'ai trois heures devant moi avant de retrouver l'ami Greg. Pas trop le temps de flaner !

C'est parti, Jef, faut avancer maintenant ! Je me dirige donc vers Karluv Most (le pont Charles, vu hier sans appareil photo) via la Krisovnicka. En marchant (enfin, je marque un arrêt, quand même !), je reprends ma position photo citadine classique : le regard tourné vers l'autre côté de la rue dans laquelle je marche, légèrement orienté vers le ciel, oeil gauche fermé, oeil droit dans l'oculaire, et... clic, clic, clic....

Héhé, de belles façades, en effet, dans cette capitale à la réputation semblant justifiée, pour l'instant du moins !

Ce gamin fait la manche depuis pas mal d'années déjà ! Il prône devant l’École des arts appliqués de Prague (en tchèque : Vysoká škola uměleckoprůmyslová v Praze souvent abrégé en UmPrum (Umělecko (artistique) Průmyslová (industriel, technique, appliqué)), et qui est un établissement d'enseignement supérieur artistique tchèque.

Détail de la façade de l'école.

En marchant dans la Krizovnicka, au coin avec la rue Platnerska.

Que je prends, en tournant à droite vers le fleuve, la Vtlava.

Statue dans sa niche, au sommet d'un immeuble bien rénové situé face au fleuve.

La Vtlava. Au premier plan, un petit port pour les bateaux destinés aux touristes. Il est encore tôt pour ce genre de promenade, le ciel est bien gris et le plafond nuageux plutôt bas, il tombe quelques gouttes... C'est donc presque désert ! A gauche, le très fameux Karluv most. En face, château et cathédrale St Guy me font de l'oeil... Attendez-moi, j'arrive. Au fond, en face sur la colline de Pétrin, une imitation de la tour Eiffel a 60 mètres de haut.

Toujours dans la Platnerska, en retournant sur la Krizovnicka.

Et j'arrive très vite là où je voulais arriver : Krisovnicke namesti, la place des Chevaliers de la Croix. La foule est ici, il n'y a aucun doute, je suis dans la partie de Prague la plus visitée ! Voici l'église Saint Salvator (Kostel Nejsvětějšího Salvátora).

De l'autre côté, l'église St François d'Assise.

Édifiée sur les plans de l'architecte Jean Baptiste Mathey entre 1679 et 1688, à l'emplacement d'une église plus ancienne, l'église baroque de Saint François d'Assise, surmontée d'une vaste coupole, faisait partie du couvent des Croisés à l'étoile rouge de Prague, un ordre caritatif fondé par Sainte Agnès de Bohême. La disposition curieuse de cette église intègre les vestiges de l'ancienne église gothique, transformée en crypte et décorée d'étranges concrétions calcaires. Certaines personnalités de l'ordre y furent inhumées. Toute une pléiade de peintres et de sculpteurs baroques exceptionnels a pris part à la décoration de l'intérieur et de la façade. La fresque qui couvre le plafond, représentant le jugement dernier, est l'œuvre de Václav Vavřinec Reiner. Les statues de saints qui ornent les niches de la façade ont été réalisées par Matouš Václav Jäckel.

La place donne sur le fameux pont Charles. Chaque extrémité du pont est protégée par une tour. Du côté de Staré Město (le vieux Prague, en tchèque), la tour gothique date du XIVe siècle. On peut y monter (elle fait 47 mètres) et avoir une vue panoramique sur le pont. Je décide d'y aller.

Dans la salle située aux deux-tiers de la tour, que je visite avant de poursuivre vers le sommet.

Quelques armures. J'aimerais bien en essayer une, car sous la pluie, ce doit être efficace ! Mais ça risque de rouiller. De plus, je suis déjà un peu lourdaud en tenue normale, j'ai bien peur de tomber encore davantage avec ça. Tout compte fait, à la réflexion, je laisse tomber cette idée saugrenue.

Depuis le sommet, la vue est très belle. Comme il pleut, je n'ai pas de soucis avec le soleil et les contre-jours. Coooool !

Vue vers le sud. Je me penche. Sous mes yeux émerveillés, une partie des flots de la Vtlava passe sous les maisons. On aperçoit la flèche du musée Smetana (Muzeum Bedřicha Smetany). On aperçoit la rue Smetanovo nabr. (que je longeais hier lorsque la batterie de mon appareil-photo a cessé de fonctionner...), ainsi que les ponts Legii most et Jiraskuv most... En revoyant cette photo, j'ai tout simplement envie d'y retourner.

Vers l'est, et le vieux Prague. Les clochers de Prague, au-dessus de la fameuse place des Chevaliers de la Croix, dont je vous ai parlé plus haut.
A gauche, c'est l'église St François d'Assise, et en face, l'église Saint Salvator.
J'ai attendu le passage d'un tramway exprès pour vous.

Vers le nord. Sous mes pieds, les parapluies ouverts des touristes prévoyants, près de la statue de l'empereur Charles IV.

Vers le nord-ouest. Le pont Manesuv, le château, la cathédrale. En bas coule le fleuve Vtlava. Mais ça, vous le savez déjà, non ?

Vers l'ouest, et sous mes pieds, le très fameux Karluv most, le pont Charles.
J'arrive.... le temps de descendre !

En exclusivité, et rien que pour vous, un panorama formé à partir de deux photos.

Le même, avec trois photos. Quand on aime ses lecteurs, on bosse !

Pendant la descente, dans l'escalier, je trouve de très anciens graffiti gravés dans la pierre, et bien plus jolis que les signatures récentes.

Me revoici au niveau du plancher des vaches, sur le pont, au pied de la tour.

Je vais traverser le pont qui relie le vieux Prague (Staré Město en tchèque) au quartier de Malá Strana, en face.
Construit au XIVe siècle, il sera le seul pont sur la Vltava jusqu'en 1741.

Beaucoup de statues à caractère religieux, des marchands, des dessinateurs... Le pont est plein de vie et... de touristes. Symbole de la ville, incontournable pour les touristes, il est envahi de musiciens, d'artistes divers, de bonimenteurs et de camelots. Son nom fait référence au roi Charles IV qui n'a eu de cesse d'embellir Prague. Sa construction a servi à remplacer l'ancien pont Judith emporté par la Vltava en crue.

En me retrournant, j'aperçois la tour (au sommet de laquelle je viens de monter).

J'ai toujours aimé les sculptures dans le métal. La partie dorée correspond à une zone que les touristes touchent avec leurs mains en passant. En effet, les guides les décrivent comme "portant bonheur". Ce seraient plutôt des nids à microbes, à mon avis... Avec un microscope, on en verrait, des bêbêtes !

Un exemple... pris en flagrant délit. Il est très difficile de faire des photos, il y a presque la queue pour pouvoir toucher l'endroit précis désigné.

Vers le nord. Le pont Manesuv.

Je me rapproche de l'autre rive. On aperçoit bien l'autre tour, que l'on peut également visiter, depuis laquelle on a un autre panorama.
Je n'y vais pas. En effet, il faut payer à chaque fois. J'ai déjà donné, c'est bon.
Les touristes sont de plus en plus nombreux, c'est presque la foule !

Kampa - cette île romantique accueillant des maisons pittoresques et une place centrale au plan ovale est séparée du quartier de Petit Côté par le bras mort de la Vltava appelé Čertovka. Les pâtés de maisons dont les pieds sont baignés par la Čertovka sont appelés la « petite Venise de Prague ». Les anciens Moulins Sova accueillent le Musée Kampa avec ses collections d’art pictural et sculptural du 20e siècle.

La tour gothique et l’entrée du pont Charles dans Malá Strana, un des quartiers historiques de Prague, sur la rive gauche de la Vltava.

Je lève les yeux au-dessus de la porte.

Un "soldat" en tenue moyennageuse se prête aux photos des touristes. Il y en a un aussi de l'autre côté.

Mostecka, c'est le nopm de cette jolie rue pavée.

Les façades des immeubles jouxtant Mostecka sont superbes.

J'arrive rapidement sur la Malostranské namesti. En arrière-plan, l'église Saint-Nicolas (Kostel svatého Mikuláše), gloire du baroque tchèque.

Les immeubles autour de la place Malostranské.

Passage des tramway. Il faut être vigilant en traversant avec un appareil-photo.

Et bien regarder avant de traverser !

La place de Malá Strana sert d'arrêt de tram principal de la ville basse. De là, vous pouvez aller dans une direction vers la place Venceslas, et dans l'autre vers le quartier du Château (Hradcany), à l'arrière du Château de Prague. Parmi les nombreux bâtiments impressionnants autour de la place se trouve l'ancien hôtel de ville, autrefois lieu de grande importance. Ici en 1575, les nobles non-catholiques ont publié le "Ceske Konfese" (Confession tchèque), une demande de pionnier pour la tolérance religieuse adressé à l'empereur Habsbourg et finalement adoptée en droit tchèque par Rodolphe II en 1609. Un autre bâtiment à noter est Smiricky Palace au n ° 18. C'est ici que les nobles tchèques se rassemblèrent le 22 mai 1618. Le lendemain, ils ont lancé deux conseillers des Habsbourg par une fenêtre au Château de Prague, déclenchant la guerre de Trente Ans.

Je vous laisse admirer ! Ici le numéro 36.

Au même rythme que moi. Voici le numéro 7.

Et dans le même ordre. Bien sûr, je ne vous présente qu'une partie de mes photos.... Plusieurs ambassades sont ici.

Toujours autour de la place !

Je continue cette fois dans la Nerudova. Cette rue Neruda est incontournable.
Ici, la résidence Santini, au 14. Quant aux trois violons, à côté, ils évoquent les trois familles de luthiers qui y vécurent entre 1667 et 1748.

L'ambassade de Roumanie.

Alors, qu'en pensez-vous ?

Ambassade d'Italie.

L'Eglise Saint Kajetan, au numéro 22. Il y a un concert d'orgue demain soir, avec, au programme, la fameuse Toccata et fugue en D mineur de J.S. Bach. Un moment musical que j'aimerais m'offrir. Le concert dure une heure. La jeune fille blonde, à gauche, jolie et fort sympathique, m'en explique les modalités. Elle s'appelle Natalia, et m'inscrit une réservation sur un document, pour 300 couronnes (12 euros), sans engagement. Il me suffit de venir un peu avant l'heure, vers 18 heures. Je suis enchanté.

L'heure tourne, il faut que je fasse demi-tour si je veux être à l'heure au rendez-vous avec Greg, près de la tour du pont Charles.

Retour sur la place Mala Strana, vue de l'autre côté de l'église Saint Nicolas.

Église Saint-Nicolas de Malá Strana. Elle est considérée comme un des meilleurs monuments baroques en Europe et comme le plus joli bâtiment baroque de toute la Bohême. Elle a été construite au moment de la reconstruction de la ville, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, au moment où le style Renaissance était remplacé par le style baroque apparu en même temps que les changements politiques suivant la bataille de la Montagne Blanche en 1620, c'est-à-dire la recatholisation du pays et l'instauration du pouvoir monarchique absolu.

Depuis le fronton de l'église.

Autres façades d'immeubles autour de l'église Saint Nicolas.

Encore....

Et encore...

Je redescends vers le pont Charles, et donc vers la Mostecka (en face, empruntée tout-à-l'heure; on aperçoit la porte et la tour du pont plus loin).
Ici, au coin avec la Karmelitska (à droite).

Nouveau coup d'oeil sur la place, et les lignes de trams. On reconnait à droite la façade (jaune) de l'immeuble déjà photographié.

J'arrive sur le pont. Une des statues.

Je marche cette fois vers la vieille ville.

Je ne peux pas m'empêcher de photographier... Vers le sud, le pont most Legii.

J'arrive enfin au pied de la tour escaladée ce matin. Je trouve Greg dans la foule. Après concertation, nous décidons d'aller voir le château.

Ce qui signifie, pour moi, un retour vers la Nerudova, d'où je viens. Nous faisons halte sur la place Mala Strada, sur laquelle j'avais repéré une petite boutique de saucisses de Frankfurt et autres bonnes choses, histoire de nous remplir l'estomac, le tout accompagné d'une bonne bière. Cette collation nous a fait le plus grand bien, et nous grimpons maintenant la Nerudova d'un pas alerte. Ici, un coup d'oeil en arrière.

La maison du lion rouge, transformée en hôtel de charme, date du XVème siècle.

Les façades sont toutes plus belles les unes que les autres, et je bombarde comme un malade, et plutôt mal que bien !

La maison aux deux soleils, où naquit Jan Neruda, écrivain et poète tchèque (1834-1891).

La rue s'élargit. Nous tournons à droite dans le Ke Hradu, qui monte durement vers le château. Je me retourne.
On reconnait la maison de Jan Neruda.

Au-dessus de nous, le Palais Schwarzenberg abrite une collection de sculptures et peintures baroques d’une richesse insoupçonnée. Entièrement rénové, le palais Renaissance situé sur la place Hradčanské (devant le château de Prague), décoré de sgraffites en « pointes de diamant », vaut à lui seul la visite.

Arrivée sur la place Hradčanské (devant le château de Prague).

Le Ke Hradu que nous venons de monter. Le palais Schwarzenberg se trouve à droite, un peu en arrière.

Façade du château située au-dessus du Zamecke schody.

Le Zamecke schody, romantique chemin d'accès vers le château depuis le fleuve Vltava

Le palais de l'archevêché. Ce palais fait face au palais Schwarzenberg sur la place du château. La façade de ce palais tranche un peu avec le style des autres palais, cela pouvant venir du fait qu'elle a été réalisée au 18ème siècle lors des grands travaux aux alentours du château.

Entrée du château de Prague, avec les gardes.
Cette Première Cour est conçue au XVIIIe siècle. Une entrée monumentale surmontée de statues de titans en lutte la sépare de la place de Hradčany.

Le château de Prague (en tchèque : Pražský hrad) est le château fort où les rois tchèques, les empereurs du Saint-Empire romain germanique, les présidents de la Tchécoslovaquie, puis de la République tchèque, siègent ou ont siégé. Les joyaux de la couronne de Bohême y sont conservés. C’est peut-être le plus grand château fort par sa superficie ; il s’étend en effet sur 570 mètres de long et 130 de large.

La porte de Matthias permet de pénétrer dans la deuxième cour.

Situé sur la colline de Hradčany et dominant la Vieille Ville de Prague et Malá Strana, cet ensemble monumental émerge d’une couronne de jardins et de toits et déploie sa longue façade horizontale d’où jaillissent les tours de la cathédrale et de Saint-Georges.

Dans la deuxième cour intérieure se trouve la chapelle de la Sainte-Croix qui abritait autrefois les joyaux de la couronne des États de Bohême et sert aujourd’hui de centre d’information et d’accueil pour les touristes[

Et voici la troisième cour.

La cathédrale Saint-Guy (en Tchèque : Katedrála svatého Víta) est une cathédrale à Prague, République tchèque, et le siège de l'archevéché de Prague. Le nom complet de la cathédrale est Cathédrale Saint-Guy, Saint Venceslas et Saint-Adalbert (en Tchèque : Katedrála sv. Víta, Václava a Vojtěcha). Située à l'intérieur du Château de Prague, elle est un excellent exemple d'architecture gothique et est la plus grande et plus importante église du pays.

La construction complète a duré près de six siècles de 1344 à 1929.... Quelle majesté !

J'ai toujours été admiratif de ces murs de pierre, et du travail manuel effectué par les artisans d'autrefois !

J'ai toujours été admiratif de ces murs de pierre, et du travail manuel effectué par les artisans d'autrefois !

Sur la grande place intérieure du château, une poste...

A l'intérieur du château, cette immense cour entoure tout un côté de la cathédrale.

Alors que Greg écrit quelques cartes postales, je me laisse aller à la flanerie dans cette magnifique cour.

Et vous fais profiter de mes déclenchements...

Sans commentaire.

La Tour sud a une base gothique et un toit baroque, sa fenêtre médiane est ornée d'une grille Renaissance d'une extraordinaire finesse. Haute de 96 m, on y admire le panorama sur le Château et la ville. Elle surmonte la Porte d'Or.

La fameuse Porte d'Or, portail de Peter Parler aux nervures dédoublées qui forment des triangles curvilignes et abrite une mosaïque vénitienne représentant Le Jugement dernier. La Tour sud comprend également la cloche Sigismond - la plus grande cloche tchèque, qui sonne du haut de la cathédrale depuis 1548. Avec ses 18 tonnes, il faut 4 sonneurs expérimentés pour la mettre en branle. Elle n'est utilisée qu'à des occasions solennelles.

Au-dessus de la Porte d'Or.

Vue un peu déjantée. Si je prends ce genre de liberté, c'est pour vous en montrer encore davantage sur la même photo.
De plus, le photographe a tous les droits....

La statue de Michel-Ange terrassant le dragon, difficile à photographier avec la lumière du ciel.

J'ai vraiment adoré cette place, par sa grandeur, et la beauté des bâtiments qui l'entourent.

J'espère que ça vous plait aussi !

De plus, j'ai apprécié le fait que l'entrée en soit gratuite.

Effets d'architecture, ou lorsque l'ancien côtoie le moderne.

C'est propre, sans faute. Voilà de la bel ouvrage !

L'ensemble du château est orienté, grosso-modo, est-ouest. La cathédrale est construite à l'intérieur de l'enceinte dans le même alignement géographique. Nous sommes entrés par l'ouest (porte principale) et poursuivons donc notre visite vers l'est. Depuis la troisième cour et en longeant le Palais royal, on rejoint la place Saint-Georges (St Georg Platz, Nádvoří sv. Jiří en tchèque), située sur le chevet de la cathédrale Saint-Guy (ci-dessus).

Place Saint Georges : panorama de deux photos.

C'est à l’emplacement d’une ancienne construction Renaissance que sont édifiés à la fin du XIXe siècle les deux bâtiments de la nouvelle maison du prévôt et des résidences des chanoines, d’après les projets de l’architecte Josef Mocker, célèbre pour sa contribution aux aménagements de la cathédrale Saint-Guy. L’ensemble de maisons, qui appartenait aux ecclésiastiques de la cathédrale, porte le nom de leur architecte. Mocker est un représentant important de la vague néogothique puriste. Les façades des deux bâtiments, dont le principe est le contraste entre des éléments architecturaux de pierres et des décorations de briques représentent fort bien ce style, à l’époque influent.

Une des photos ayant servi à réaliser le panorama plus haut. La basilique Saint-Georges compte parmi les plus vieux édifices de Prague, son aspect et son style ont plusieurs fois changé au cours des siècles. En effet, la basilique est fondée en 915-920 par le prince Vratislav, dans le style roman. La basilique s'aggrandit en 973 lorsque le couvent Saint- Georges attenant est construit. La basilique est détruite par un incendie au XIIème siècle et elle reconstruite en 1142. La basilique a retrouvé aujourd'hui son aspect roman d'origine, en dépit de sa façade couleur rouge.

Juste à côté de la basilique Saint Georges.

Jirska, c'est le nom de cette rue qui descend la colline. Nous sommes toujours à l'intérieur de l'enceinte du château !

Cloître Saint Georges.

Vue arrière sur la basilique Saint Georges.

Passage de la garde dans Jirska.

Des tableaux sont exposés dans un patio le long de Jirska. Il y aurait des heures à passer ici, mais je constate que je suis nettement plus lent que Greg. Il photographie aussi pas mal, et a un oeil très sélectif : Greg est un graphiste, et il voit des détails qui me sont invisibles. Mais il est très rapide !

Pour vous, mesdames, bien que je trouve le garçon un peu maigre. Mais je ne peux pas juger dans ce domaine, étant totalement porté sur les femmes ! Par contre, si je vous mets cette photo, c'est bien pour vous montrer où ces dames posent leur main (porte-bonheur ?), là où ça brille...

Greg aurait aimé voir cette rue, mais elle est en restauration. Dommage !

Et voilà, les amis. Nous sortons maintenant de l'enceinte du château. Et nous redescendons vers la ville basse par ce chemin, le Stare zamecke schody.

Depuis lequel nous avons une jolie vue sur Prague. On aperçoit les ponts Manesuv most (à gauche) et le fameux Karluv most et ses tours (au centre).
Je trouve que les vues sur la ville et son fleuve ne sont pas aussi belles que celles de Budapest et du Danube.

En descendant le Stare zamecke schody.

L'ami Greg, admirant la capitale tchèque.

L'Institut pour Aveugles à Klarov. Le plan pour le bâtiment de deux étages (plus tard, de style Empire) a été élaboré par Arch. Vincec Kulhánek. La construction a été réalisée au cours de 1836-1844. La première pierre de la chapelle constitutionnelle a été posée le 18 Septembre 1836 et sa conception a été préparé par Josef Ondřej Kranner. Le clocher de l'édifice est situé au-dessus du contrefort central à l'avant-garde. Il est de construction tétraédrique. La galerie de fenêtres géminées à travers lequel on peut voir la cloche est située au-dessus de la tour de l'horloge. Le toit clocher est surmonté d'une flèche polygonale et fleuron sur le dessus. Un impressionnant relief par le sculpteur Josef Max peut être vu sous la tour dans le tympan de la façade. Il représente une scène biblique de Tobie passant une crème miraculeuse, constituée de foie de poisson et préparée par l'Archange Raphaël, sur les yeux de son père aveugle, qui lui ramène la vue.

Klarov toujours. Ici se trouve une célèbre station de métro, Malostranska.

Malostranska est aussi un des arrêts incontournables de tramway à Prague, puisque c'est un point de départ vers une visite pédestre du château.

Nous avançons un peu dans Letenska. C'est très beau, et il faudrait vraiment musarder dans toutes ces rues pour en découvrir la substantifique moëlle. Pour cela, il faudrait rester huit jours, voire davantage...

Nous retournons sur nos pas pour traverser la Vltava sur le Manesuv most. On aperçoit à gauche le Rudolfinum, et à droite l'école des Arts Appliqués photographiée ce matin (rappel pour ceux qui ne suivent pas !) et, en face, l'Univerzita Karlova v Praze.

Vue vers le sud. Le pont Charles et la tour au sommet de laquelle je suis monté ce matin.

Un cameraman filme un orchestre de jeunes à la musique fort agréable.

Bis....

Au bout du pont, nous arrivons sur la namesti (place) Jana Palacha, avec le Rudolfinum, et à droite l'Univerzita Karlova. En arrière-plan, le musée des arts décoratifs (Uměleckoprůmyslové muzeum) établi dans un bâtiment néo-renaissance de J. Schulz datant des années 1897-1899.

Greg est déjà venu rouler sa bosse (en vélo) dans Prague, et me propose d'aller sur la plus belle place touristique de Prague.
En y allant, comme d'habitude, je bombarde comme un japonais toutes ces façades d'immeubles. J'adoooore....

Nous prenons la Valentinska jusqu'à la Veleslavinova. Des peintures murales sont visibles sur cette façade. Merveilleux.

Puis nous retournons dans la Kaprova, direction la vieille ville, vers l'est.

Kaprova, numéro 7. Magnifique.

Un peu plus loin, au croisement avec la Zatecka.

Kaprova, numéro 11...

Arrivée sur la Maiselova. En face se dévoile l'église Saint Nicolas (encore une !), place de la vieille ville.

Mais avant, faisons place à... la place (namesti) Franze Kafky.

Au centre de laquelle se trouve cette étrange statue entièrement constituée de clés formant le mot "revolution".

Nous passons devant l'église Saint Nicolas... Bien que plus petite et pas aussi riche que la cathédrale de Saint-Nicolas de Malá Strana (vue ce matin, souvenez-vous), l'église de Saint-Nicolas sur la place de la vieille ville mérite sa place parmi de nombreux endroits les plus appréciés et visités de Prague. Les sources historiques mentionnent ce lieu de culte dès 1273, à l'origine comme une église paroissiale. Plus tard, au 17ème siècle l'église est tombée en possession bénédictine et après avoir brûlé dans un incendie, l'architecte Kilian Ignac Dienzenhofer lui donna cet aspect baroque dans les années 1730.

et débouchons, sous mes yeux émerveillés, sur cette fantastique place de la vieille ville (Staromestske namesti).

Donc, à l'ouest, l'église Saint Nicolas.

Au nord, c'était les corons. Ah, non, pardon, où avais-je la tête ? Rien à voir avec les corons, en plus !

A l'est, la Galerie nationale à Prague (en tchèque : Národní galerie v Praze) est le musée tchèque situé à Prague, qui abrite les collections nationales d'art de l'antiquité au XXIe siècle.

Au sud-ouest, la Tour de l'Hôtel de ville est aujourd'hui intégrée dans un ensemble d'édifices gothiques et Renaissance.

Toujours à l'est, et à côté/en arrière de la gallerie Narodni, l'église de Notre-Dame de Týn (en tchèque : Chrám Panny Marie před Týnem) est une église de Prague, qui domine la place de la Vieille-Ville avec ses clochers de 80 mètres de hauteur. Entre la gallerie Narodni et l'église, la Maison à la cloche en pierre. Ce palais médiéval (vers 1330) porte en son angle son insigne (une cloche en pierre) que l'on voit distinctement.

Regard vers le nord. L'église de Tynn est dans mon dos.

Toujours sur la place, mais dans une partie plus étroite, car fermée partiellement par la tour de l'hôtel de ville (non visible, à droite).
On aperçoit la Maison Renaissance.

Détail de l'Horloge astronomique, reconstruite en 1490 par le maître horloger Hanuš et perfectionnée entre 1552 et 1572 par Jan Táborský, sur la tour de l'hôtel de ville.

Côté sud à nouveau. La Maison Štorch. Une peinture de saint Venceslas à cheval (fin XIXe siècle) par Mikoláš Aleš décore ce bâtiment néo-Renaissance connu aussi sous le nom de À la vierge de pierre.

Je voudrais rester ici des heures, mais je sens que Greg me presse un peu. On quitte la place et on se dirige vers la place de la République.

Via Celetna. Une rue incroyable ! Pour ma part, la tête toujours en l'air... Comment pourrait-il en être autrement ?

Greg (ici en plein centre) se retourne, l'air sérieux. Mais Jef, qu'est-ce que tu fais ? Bein.... Je bombarde, Greg, je bombarde !
A gauche, Stupartska. A droite, c'est toujours Celetna.

"J'arrive...", dis-je à Greg. Tout en poursuivant mes tirs vers les façades.

Je fais du mauvais boulot, car je tire bien trop vite.

Mais ça vous donne quand même une idée de la richesse des lieux.

En plus, je reviendrai, vous ne perdez rien pour attendre, les amis.

Arrivée place de la République (namesti Republiky). Vous reconnaissez certainement la Maison Municipale vue hier matin, hein ?

Greg va faire des courses. Je rentre à la maison. Nous nous retrouvons le soir dans son camping qui fait la restauration pour manger ensemble.

Alors, comment trouvez-vous Prague ?

Page précédente: ea2010 - Jour 122
Page suivante: ea2010 - Jour 124


Depuis le 06/06/2005 Visites:852933 Aujourd'hui :47 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)