ea2010 - Jour 130

Jour 130 - Samedi 21 août 2010 - 312 photos - 24 km - 18.026 en tout


Toujours avec Vanadis. Départ du camping vers 9 heures.

Itinéraire dans Berlin, en bleu-rouge.

Je passe près du Reichstag, car je voulais revoir ce lieu chargé de souvenirs.

Le mur était ici, je me souviens des miradors et des tombes de ceux qui ne sont pas passés !

Vue insolite sur le Reichstag depuis le bord de la rivière, en bas des marches.

Comme je suis avec la moto, je n'ai pas le droit de longer la rivière, et suis obligé de faire un beau crochet par la Friedrichstrasse pour revenir au bord de la Sprée. Je pose Vanadis sur le Reichtagsufer. Le S-Bahn passe sur le pont de la gare Banhof Friedrichstrasse. De l'autre côté, les beaux immeubles le long de la Schiffbauerdamm.

De très belles sculptures en fer forgé sur le pont Weidendammerbrücke. De style très prussien !

Ce grand immeuble se situe juste devant le pont. Impossible de le louper, à moins d'avancer le nez par terre.

Je marche un peu vers la gare, le long de la rivière (et donc du Reichtagsufer) qui porte bien son nom. En effet, on l'aperçoit d'ici, le Reichstag, avec sa grande coupole. On distingue même les drapeaux flottant sur les deux tours situées de part et d'autre du bâtiment. L'ambiance est très agréable, la circulation faible (c'est samedi), la météo parfaite. Bref, que du bonheur.

Puis je poursuis ma balade le long des quais, tant que faire se peut. Et c'est possible sur "Am Weidendamm". Je fais une incursion dans une rue perpendiculaire pour apprécier quelques belles façades, dont celle-ci.

Très chargée, entièrement rénovée, je la trouve très belle.

Vue sur le Weidendammbrücke, celui sur lequel se trouvaient les aigles prussiens. Ensuite, travaux, route fermée -même pour Vanadis !-, je suis obligé de faire un gros détour par la Dorotheenstrasse pour revenir sur les quais, Am Kupfergraben.

Gros contre-jour sur une des façades du musée de Pergame (Pergamonmuseum). Il se trouve sur l'île aux musées (je vous en ai parlé avant-hier), ses fondations baignat dans la Sprée que l'on aperçoit juste sur cette photo, au premier plan, sur la droite. Elle coule derrière les rambardes.

Un petit shéma pour vous aider à vous y retrouver.

Un peu plus loin a lieu un marché aux puces. Nombreux bouquins. Je ne reste pas, je me connais : si je commence à mettre mon nez dans les livres, on n'est pas sortis de l'auberge ! De l'autre côté de la Sprée, à la pointe de l'île, se trouve le Musée de Bode (Bodemuseum).

Le voici, au pied de la Sprée.

En 1999, l'UNESCO introduit la Museumsinsel (île aux musées) au patrimoine mondial de l'humanité. Cinq bâtiments furent alors concernés. Ainsi, c'est en compagnie de l'Altes Museum, du Neues Museum, de la Alte Nationalgalerie et du Pergamonmuseum que le Bode-Museum obtient le titre de « musée universel de la culture de l'humanité des origines à nos jours ». En conséquence, de 1999 à 2005, le musée subit une réféction complète, suivant des exigences très précises en matière de conservation du patrimoine. Après des dépenses de 162 millions d'euros, financées par la République fédérale d'Allemagne (Bundesrepublik Deutschland) pour lui redonner sa splendeur d'origine et le doter d'équipements modernes (installations pour les personnes handicapées, installations pour la conservation des œuvres...), ce n'est finalement qu'en octobre 2006, que le Bode-Museum a rouvert ses portes.

Aujourd'hui, conformement à sa destination initiale, le musée abrite de nouveau la Collection d'Art byzantin, la Collection des sculptures et le Cabinet des médailles.

Demi-tour, car je suis ici dans un noeud de rues en sens unique. Je traverse le pont et me retrouve dans la Bodestrasse, sur cette fameuse île aux musées. Je passe devant le Nouveau musée (Neues Museum), dont voici la façade sur la Bodestrasse.

Et je pose Vanadis en face de l'autre pont permettant de quitter l'île, mais réservé aux seuls piétons et cyclistes.

A ce moment arrive une japonaise (je crois ?) voulant absolument que son copain la prenne en photo avec Vanadis. J'en ai profité pour lui demander de m'en faire une avec mon appareil. Sa copine a voulu rester, et a tout simplement pris ma place sur la photo...

Depuis le pont de la Bodestrasse, en regardant vers le nord de l'île. Sur ma gauche, l'ancienne galerie nationale (Alte Nationalgalerie).

De l'autre côté, c'est tout simplement la cathédrale, que je vous ai déjà montrée.

Je fais un tour dans les jardins faisant face à l'ancienne galerie nationale. Les statues sont superbes.

Curieuse tenue pour faire du tir à l'arc !

Une galerie "à la grecque" longe la Sprée. Une autre sculpture. Admirez le travail de l'artiste, c'est tout simplement saisissant !

Sous la galerie. On aperçoit à gauche la Fernsehturm.

Façade de l'ancienne galerie nationale, côté Sprée.

Alte Nationalgalerie.

On peut entrer, je ne me fais pas prier !

Mais c'est en fait payant à partir d'ici ! Magnifique.

Je monte les marches du splendide perron extérieur jusqu'à la statue.

"A l'art allemand, 1871".

La statue située en haut des marches.

Coup d'oeil en bas des marches, avec vue sur la cathédrale. C'est la Bodestrasse qui passe devant, au-delà de la galerie "grecque".

Sur la gauche se trouve donc le Nouveau musée (Neues Museum).

Le Nouveau Musée, en face, depuis les jardins. l'Ancien Musée se trouve de l'autre côté, je vous l'ai montré l'autre jour.

Encore de très belles statues devant le nouveau musée.

Vu d'un peu plus loin et sous un autre angle, l'ancienne galerie nationale et son magnfique perron.

Cette statue bizarre se trouve de l'autre côté de la Bodestrasse, tout près de la cathédrale.

Retour près du pont de la Bodestrasse. Les touristes sont partout, y compris sur les bateaux. La cathédrale est sur ma droite.

Je reprends la moto pour changer de quartier. Ici, Unter den Linden, à l'angle avec la Unterwasserstrasse (rue sous l'eau...).
Derrière Vanadis, c'est le musée de l'histoire allemande (Deutsches Historisches Museum).

Le superbe pont Schlossbrücke (pont du château) que je viens de traverser. Je vous ai déjà photographié les statues.

L'ancienne Commanderie ou Altes Kommandantur.

Un peu plus loin dans la Unterwasserstrasse.

Arrivée sur la Schinkelplatz, ou place/square Schinkel, extraordinaire peintre-architecte prussien.
En arrière-plan, l'église Friedrichswerdersche qui recèle un musée dédié à cet architecte qui fit tant de monuments à Berlin.

La palce Shinkel, vue sous un autre angle. Une fois de plus, les statues sont exatraordinaires.

Un petit coup d'oeil en arrière vous montre l'ancienne Commanderie, le musée d'histoire, le pont du château... J'adore ce quartier.

Autre vue sur la Altes Commandantur.

Et sur la Friedrichswerdersche Kirche.

La même, mais de beaucoup plus près...

Les deux portes massives. Cette entrée est magistrale !

Et quand on a poussé la porte.... c'est la claque !

C'est gratuit, il est important de le souligner.

Je vous laisse aller au gré de mon appareil-photo.

Grandiose, c'est l'adjectif qui me vient à l'esprit lorsque je me remémore la beauté de ce monument gothique.

La tenue vestimentaire de cet arquebusier est éclatante de couleurs.

Envolée vers le plafond.

Je me décide à monter à l'étage, histoire de faire le tour du balcon.

Je ne le regrette pas. J'ai assisté à cette partie de cartes totalement insolite !

Quelle classe !

Retour au rez-de-chaussée. Au premier plan, copie d'une oeuvre de Johann Gottfried Schadow : Prinzessinnen Luise und Friederike von Preußen (princesses Louise et Frédérique de Prusse). La statue originale se trouve au musée de l'ancienne galerie nationale, dans la partie gratuite. J'ai donc pu la voir tout-à-l'heure sur l'île aux musées.

Karl Friedrich Schinkel, héros du musée.

Extrait d'une longue frise réalisée par Schinkel.

A peu près en face de l'église se trouve le Ministère des Affaires Etrangères (Auswärtiges Amt).

Le temps passe vite, et j'ai rendez-vous avec Greg dans le quartier Nicolas.
Sur Schlossplatz, je passe devant l'ESMT (European School of Management and Technology).

Et me voici de nouveau sur le pont du Mühlendamm que je vous ai déjà montré. D'ici, on voit le quartier Nicolas, et la cathédrale. On aperçoit à droite les deux flèches de la Nikolaikirche. Nous allons manger avec Greg dans un restaurant situé là-bas, au bord de la Sprée. Un énorme et délicieux jarret de porc, accompagné de choucroute, pommes de terre et, bien sûr, d'une bonne bière, ainsi que d'un schnaps compris dans le repas. Hummmm... Comme c'était bon !

Une des grandes figures artistiques populaires de Berlin est Heinrich Zille, dessinateur né à Dresde et qui a passé le plus clair de son existence à Berlin. Il existe dans le Nikolai Viertel un musée qui lui est dédié : c'est ici ! (voir ce site).

La Nikolaikirche que vous connaissez tous, puisque je vous l'ai déjà présentée.

Je quitte l'île npar le pont de la Fischerinsel.

Puis je prends la Alte Jakobstrasse. Ici, une belle façade à l'angle avec la Oranienstrasse.

Exactement ce que je disais !

Landwehrkanal à Hallesches Tor. Le Landwehrkanal est un canal artificiel navigable à Berlin qui fait office de bras secondaire de la Spree.

De l'autre côté du pont.

Vanadis à Hallesches Tor.

Je longe maintenant le canal sur le Hallesches Ufer.

Landwehrkanal toujours, un peu plus loin en direction de l'ouest.

J'aime bien rouler le long des voies d'eau dans les villes qui en possèdent.

Un peu plus loin encore. Non, ce n'est pas un avion qui va s'écraser... Je pense qu'il s'agit de l'entreprise "Bombardier" qui se situe ici.

A l'angle avec la Linkstrasse (rue gauche) à droite (hi hi hi...), laquelle conduit sur Potsdamer Platz.

Beaux immeubles à l'angle de la Linkstrasse.

Je poursuis sur le Reichpietschhufer, et je stoppe à l'angle de la Potsdamer Strasse. Au loin, les immeubles de la Potsdamer Platz.

Je fais cette halte pour jeter un coup d'oeil sur la Neue Nationalgalerie (Nouvelle Galerie Nationale).

Ce musée abrite les collections d'art moderne du XXème siècle. On aperçoit en face la St Matthäus Kirche, située en face de la Philharmonie.

Coup d'oeil à l'intérieur du musée au travers de la baie vitrée.

Très jolies statues d'art moderne autour du musée.

La partie payante du musée se trouve en sous-sol. On peut entrer gratuitement dans cet immense hall recouvert de tapis.

Un énorme chandelier au-dessus.

J'aime bien ce style aussi. Mais comme d'habitude, je préfère les statues anciennes, sur lesquelles j'admire tout particulièrement le travail effectué par les artistes. Ici, il y a de l'idée, du travail aussi, mais c'est quand même bien plus simple à réaliser.

Vue sur la Potsdamer Strasse et le quartier de la Potsdamer Platz avec ses grands buildings.

Tous ces personnages entourent le musée de la Neue Nationalgalerie.

Je reprends ma course le long du canal, ici toujours sur le Reichpietschhufer.

Au même endroit, le WZB, le Centre de Recherches de Berlin en Sciences Sociales (Wissenschaftzentrum Berlin für Sozialforschung).

Peu après, je quitte le canal pour traverser le Tiergarten, passer Grosser Stern (vous savez, la place avec la Colonne de la Victoire), et...
passer devant la Maison des Cultures du Monde ci-dessus (Haus der Kulturen der Welt), et...

finalement arriver devant le palais du Reichstag.

Avec ce temps, c'est splendide. De toute façon, j'adore ces grands espaces dans les villes.

Je ne peux pas résister : un peu de repos me fera le plus grand bien, surtout pour mes petits petons...
Et je ne peux m'empêcher de penser qu'ici même, des centaines de milliers d'hommes et de femmes se pressaient, bras tendu vers le ciel...

Nous connaissons la suite. C'est tellement mieux comme ça !

Tout a une fin. Il est temps de rentrer à la maison.

Je fais un petit tour dans le camping, histoire d'immortaliser ce lieu chargé de si bons souvenirs.

Eh oui, le camping s'est installé sur le terrain d'une ancienne piscine municipale abandonnée.

Le plongeoir.

Certains voyageurs ont laissé des écrits.

La piscine depuis le plongeoir. A droite, sous le toit, c'est le bar.

Autre vue sur le bar. Au premier plan, les graffitis dans la piscine. Ma tente se trouve sous les arbres, à droite du bar.

Toujours le bar. C'est ici que nous nous retrouvons, ce soir, Greg et moi. Il y a un orchestre d'instruments divers. L'ambiance "bon enfant" est excellente, et c'est bien ce qui compte. Nous refaisons le monde une dernière fois avant de nous quitter, car nos chemins se sépareront demain matin. C'est moi qui part, Greg n'ayant pas terminé sa visite de la grande capitale allemande. Au comptoir, nous lions conversation avec un couple charmant. Elle, française, parlant six langues, et arrivant d'Ibiza en Espagne. Lui, berlinois, professeur, fou amoureux de sa belle, qui vient juste de le rejoindre. Plusieurs mois qu'il l'attendait. Ils sont amoureux. Ils sont heureux. Ils sont adorables. Quand elle apprend que Greg est venu ici en vélo, elle n'en revient pas. Elle rit à gorge déployée. Pour elle, il n'est pas possible de se déplacer autrement qu'en avion ! Son rire est extrêmement communicatif, sa joie de vivre et sa bonne humeur sont immenses, nous rions avec elle. J'entends encore son rire. Cette soirée restera longtemps gravée dans ma mémoire. C'était tout simplement profondément humain. Ce fut une très belle fin de journée.

Je suis heureux de quitter Berlin de cette façon.

Page précédente: ea2010 - Jour 129
Page suivante: ea2010 - Jour 131-2


Depuis le 06/06/2005 Visites:863091 Aujourd'hui :239 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)