ea2010 - Jour 142

Jour 142 - Jeudi 2 septembre 2010 - 282 photos - 91 km- 20.084 en tout

Lille, Roubaix, Tourcoing.... Non non non, je reste en Belgique !

Première halte à Kortrijk (Courtrai en français), dont voici le beffroi. Le beffroi faisait jadis partie d'une halle aux draps démolie en 1897-99. La partie inférieure date du XIVe siècle, les cinq tourelles de 1520. La tourelle centrale est surmontée d'une statue du dieu Mercure. Les deux jacquemarts sont appelés Manten et Kalle. Le beffroi a été placé sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1999.

D'après vous, où se trouve le beffroi ? Sur... la Grote Markt, bien sûr !

De la Grand'Place, on atteint l'église Saint Martin (Sint-Maartenskerk), de style gothique primitif.

Le portail de l'église St Martin. Il ne reste qu'une seule statue, et tous les châpiteaux, mais les autres statues ont disparu. Rénovation ?

L’église d’origine date du XIIe siècle. Au fil des ans, elle fut reconstruite et transformée à de maintes reprises. L’intérieur est décoré d’œuvres d’art remarquables telles que la tour des sacrements du XVIe siècle, des peintures de l’école de Rubens, une chaire datant du XVIIe siècle. La tour de l’église abrite le premier carillon de Courtrai.

On y trouve une série de peintures modernes fort bien faites.

C'est une très belle église. Admirez le carrelage.

Une superbe dalle funéraire fixée sur un coin de mur.

Une autre, sous une arcade.

Des tableaux anciens sont également exposés sur les murs.

Tableau de Karel van Mander (peintre écraivain, 1548-1606) représentant la décollation de Sainte Catherine d'Alexandrie (1582).

En avançant vers le choeur.

D'autres tableaux.

La voûte est d'une pureté remarquable.

Travail sur bois : ce sont des chef-d'oeuvre !

Je vous laisse visiter avec moi.

Dans la chapelle Sainte-Anne, un tableau de Bernard De Rijckere, 1587, le triptyque du Saint-Esprit représentant la Pentecôte, à droite le Baptème de Jésus et à gauche la création d'Adam.

Dommage que le contre-jour soit venu voler mes couleurs.

A droite, la fameuse chaire datant du XVIIème siècle.

Statue à l'extérieur de l'église.

Juste à côté se trouve le quartier du béguinage, puis une autre église : celle de Notre Dame, que voici. Je ne prends malheureusement pas le temps de la visiter. Je le regrette, en lisant ce que j'ai loupé. Je n'ai plus qu'à y retourner...

Peintures plus modernes dans le quartier du béguinage.

Quartier du béguinage.

En retournant vers Grote Markt, je repasse sous l'église Saint Martin.

De l'autre côté de la Grand'Place se trouve l'hôtel de ville de Courtrai.

Impossible de photographier l'ensemble de la façade à cause d'un gros camion stationné devant !

Le bâtiment de style gothique-Renaissance fut construit entre 1420 et 1616.
Les 14 niches de la façade sont rempli avec des statues des principaux comtes de Flandre.

À l'intérieur de l'hôtel de ville de Courtrai, on découvre une superbe salle scabinale et une salle de conseil ornée de cheminées sculptées du XVIe siècle. On y retrouve des vitraux, des peintures murales et des cartes topographiques tout-à-fait remarquables.

La visite est gratuite. Je rentre. Curieuse peinture moderne.

Une tapisserie sur un mur.

Salle du conseil. Ici, on retrouve les belles ogives gothiques avec la porte vitrée qui s'ouvre sur le hall. La cheminée décorative qui s'élève contre le mur du fond, fut terminée avant 1527. Cette véritable dentelle de pierre est incontestablement la plus belle parure de l'hôtel de ville de Courtrai.

La salle échevinale qui jusqu'en 1787 servait de tribunal échevinal, est utilisée de nos jours comme salle de mariages et de réceptions. Les peintures murales, exécutées en 1875 dans le style romantique de l'époque, illustrent quelques faits saillants de l'histoire de Courtrai. Dans les vitraux, on distingue les armoiries de Courtrai et celles des métiers et négoces du XIIIe siècle (principalement le textile).

Papenstraat, peu après l'hôtel de ville. Publicités sur un mur.

Magnifique façade chargée de sculptures.

Encore un bel édifice au coin de Rijselsestraat et Sint Michelsplein.

L’église Saint-Michel (Sint Michielskerk). Cette église fut construite sur ordre des Jésuites en 1607-1611 par Jan Persijn, en remplacement de la chapelle du Saint-Esprit du XIVe siècle. Il s’agit d’une église basilicale à trois nefs avec un chœur semi-circulaire et flanquée de deux tours, le tout de style gothique tardif. En 1947, une chapelle à trois dômes y a été ajoutée, afin d’y honorer la statue miraculeuse de Notre-Dame de Groeninge.

Je rentre : c'est occupé.... Je ressors.

Façade d'un antiquaire.

A la sortie de la ville. Une dizaine de kilomètres plus loin se trouve la jolie ville de...

Tournai (Doornik).

Dominée par les cinq tours de sa cathédrale (au fond), tout à tour romaine, franque, anglaise, française, autrichienne, c'est la plus vieille cité de Belgique avec Tongres. Malheureusement, le bombardement de mai 1940 l'a ravagée et a détruit la plupart de ses maisons anciennes.

Au fait, devinez le nom de cette place. Bravo. C'est bien la Grote Markt, ou Grande Place, comme d'ahbitude en Belgique !

Belles façades sur la Grote Markt.

Un hôtel.

D'autres façades. Dommage qu'il y ait ici un parking, je verrais bien cette grande place vide de tout véhicule !

Quelques statues de métal trônent autour de la Grande Place.

L'église Saint Quentin.

Sa nef romane date de la fin du XIIe siècle. Le transept et le chœur avec des voutes en ogive marquent la transition entre le roman et le gothique. Le chœur est fermé d'une clôture de marbre qui date du XVIIe siècle. La tour centrale date du XIIIe siècle et est décorée par un double triforium. Le tombeau de Jacques Castaigne se trouve dans l'une des deux chapelles d'angles, entre nef et transept. L'origine de l'église est sans doute liée à l'existence d'un grand cimetière à l'époque gallo-romaine sur le site actuel de la Grand-Place

Rentrons.

Je répète : le transept et le chœur avec des voutes en ogive marquent la transition entre le roman et le gothique.

Les orgues. Je ne sais pas pourquoi je vous le dis, car ça se voit tout seul !

Ici aussi, des dalles funéraires sur les murs. Très belles.

Un beau tryptique sur un mur.

Le choeur, fermé d'une clôture de marbre du XVIIè siècle, fut entouré d'un déambulatoire et de plusieurs chapelles en 1464.

En core une pierre tombale sur un des murs.

Et encore d'autres... Non, elle ne fait pas de stop, mais vous pouvez vous arrêter pour l'observer.

Remarquable.

Dans le déambulatoire.

Autre pierre tombale. Essayez de lire, c'est très intéressant.

Ce qu'on voit si on lève la tête.

Encore un qui a légué à la paroisse "la plus grande partie de sa fortune, à charge de faire célébrer chaque jour et à perpétuité, une messe basse....".

Vue du choeur. On distingue très bien le déambulatoire qui en fait le tour, et que je viens de parcourir.

Vue transversale.

De retour sur Grote Markt. Au loin, la cathédrale, vers laquelle je me dirige.

On aperçoit maintenant le beffroi.

Quelques très beaux immeubles.

Coup d'oeil arrière vers l'église Saint Quentin et les maisons accolées.

La Halle aux Draps est un remarquable bâtiment renaissance édifié en 1610 par le maître maçon Quentin Ratte.
Il oeuvra d'après les plans du peintre Jacques Van den Steen.

Statue de Philippe-Christine de Lalaing (1499-1558), épouse de Pierre de Melun. En l'absence de son mari, elle défendit la ville de Tournai contre le prince de Parme, Alexandre Farnèse en 1581 .

Magnifique Goldwing appartenant à des "ch'tis"de ch'Nord....

Grote Markt toujours. Les jets d'eau intermittents, montant et descendant sans cesse. Très joli à regarder.

Les jets d'eau...

en train de monter.

Le beffroi.

Quelques façades tout près du beffroi.

Le beffroi de Tournai est le plus ancien beffroi de Belgique et relève du Patrimoine majeur de Wallonie. Il fut construit à partir de 1188, quand le Philippe-Auguste roi de France permit aux bourgeois de Tournai d'avoir en quelque endroit une cloche afin de s'en servir pour leurs affaires. Il fut consolidé dès 1294.

Depuis le beffroi, une petite rue mène directement à la cathédrale Notre-Dame que voici. Notre-Dame de Tournai est la cathédrale du diocèse de Tournai. Elle est le seul édifice religieux de Belgique qui ait été construit comme cathédrale. Chef d'œuvre de l'art Scaldien, ce monument est, par l'alliance harmonieuse des styles roman et gothique et par sa taille et son architecture caractéristique, un des témoins les plus impressionnants de l'art d'occident. Elle fait partie du patrimoine majeur de Wallonie et est classée depuis l'an 2000 au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Beau groupe sculptural près de la cathédrale, représentant Rogier van der Weyden (Tournai v. 1399/1400 - Bruxelles 18 juin 1464) né Roger de la Pasture (ou même Rogier de le Pasture) est un peintre flamand de la Renaissance.

La cathédrale Notre-Dame est malheureusement en travaux de réfection. Elle a en effet subi une tornade le 14 août 1999.
134 mètres de long (comme Notre-Dame de Paris), 83 mètres de hauteur de tours (69 à Paris)...

Epitathe de Guillaume Ferdinand de la Woestine (15/05/1696 - 23/12/1735), grand archidiacre de Tournai.

Une autre.... Non non, ce n'est pas un livre !

Une peinture ancienne.

Le choeur en travaux, et les échafaudages.

Je m'approche du choeur.

Ce qu'on voit en levant la tête.

Devant le choeur.

La tête en l'air encore une fois !

Grandiose !

Curieuse statue à l'extérieur.

Partie arrière de la cathédrale.

Détails.

Je pense que tout ça va être restauré également.

De nouveau à l'extérieur.

Coup d'oeil arrière en retournant sur Grote Markt.

Grote Markt. On aperçoit l'église Saint Quentin visitée tout-à-l'heure.

L'église Saint Jacques. Le long de la route suivie au Moyen Age par les pèlerins de Flandre en marche vers Saint-Jacques de Compostelle se dresse, comme dans de nombreuses villes de cette époque, une église dédiée à l'apôtre Saint-Jacques. Son vaste avant-corps pourrait avoir été conçu pour héberger des pèlerins la nuit . Au XIIIème siècle cette église était englobée dans la grande enceinte urbaine.

Entrons... Sous le porche d'entrée.

Des dalles sur le sol.

La voûte.

Le chemin de croix.

Vers le choeur.

Coup d'oeil arrière vers la sortie. Vue sur les orgues.

Encore une dalle funéraire et épitaphe.

Et une dalle sur le sol.

Retour dans la rue.

Petit commentaire. Règlement de comptes ?

Un bien bel heurtoir (ou marteau de porte).

Ensuite, je remonte vers le nord jusqu'à Oudenaarde, qui sera la ville de mon bivouac.

Page précédente: ea2010 - Jour 141
Page suivante: ea2010 - Jour 143


Depuis le 06/06/2005 Visites:939692 Aujourd'hui :83 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)