ea2010 - Jour 148

Jour 148 - Mercredi 8 septembre 2010 - 147 photos - 138 km- 20.758 en tout

Visite de Bruxelles avec Luc. Immeuble rue Haute.

La porte de Hal.

Construite en 1381, la porte de Hal (en néerlandais Hallepoort), dernier vestige de la seconde enceinte médiévale de la ville de Bruxelles a d'abord porté le nom de porte d'Obbrussel (Haut-Bruxelles, aujourd'hui Saint-Gilles). Il est mis fin à sa fonction militaire dès 1564, l'enceinte qui comportait sept tours, fut détruite entre 1818 et 1840 pour permettre la construction des boulevards de la « petite ceinture ». La porte de Hal se situe actuellement sur le boulevard du Midi et est accessible par la station de métro à laquelle elle a donné son nom :

Façades boulevard de Waterloo.

Le long du boulevard de Waterloo.

Arrivée place Louise.

Tiens, une "dodoche". Elles commencent à se faire rares, les 2CV.

Arrivée au Palais de Justice.

Plus vaste que la Basilique Saint-Pierre à Rome, le Palais de Justice domine Bruxelles. Il est l'œuvre de l'architecte Joseph Poelaert.

Face au Palais de Justice, la place Poelaert est la plus vaste place de Bruxelles (155 x 50 m, près de 8.000 m2, et non 8 hectares comme écrit sur Wikipedia -merci à Jacques pour cette rectification). Elle est, pour le Palais de Justice, un grandiose parvis. Son côté ouest forme une terrasse qui surplombe la ville basse et offre un très beau panorama (explicité par une table d'orientation de bronze placé en 1928 par les soins du Touring-Club). La planéité de la place Poelaert n'a été obtenue qu'au prix de gigantesques travaux de terrassement, entamés en 1867, en même temps que ceux des fondations du Palais de Justice, que le Conseil communal avait décidé d'ériger en 1859.

Elle porte évidemment le nom de l'architecte du Palais de Justice, Joseph Poelaert.

Détail de la sculpture érigée à la mémoire des morts des deux guerres mondiales.

Face au Palais de Justice, un immeuble également consacré à la justice.

L’arrêté royal du 27 mars 1860, sous le règne de Léopold Ier le roi Fondateur, annonce le projet de sa construction, et le Palais fut inauguré le 15 octobre 1883 après la mort tant de Poelaert que de Léopold Ier, en présence du roi Léopold II qui toutefois ne s'était jamais intéressé à l'édification de cet édifice.

L'entrée est libre.

Cet immeuble fut à l'époque le plus grand bâtiment du monde historique. Il reste aujourd'hui encore l'un des plus grands édifices de pierres de taille de la planète et est actuellement le plus grand palais de justice du monde. Sa superficie totale est de 52 464 m2 pour une surface bâtie de 26 006 m2 (contre 22 000 m2 pour la Basilique Saint-Pierre de Rome).

La salle principale.

Coup d'oeil vers le haut.

Les escaliers sont à la mesure de l'édifice : monumentaux.

La vaste salle principale, vue depuis le premier étage.

Monument dans le monument.

Dans les couloirs. Bien des questions demeurent sur ce chantier qui a vu son budget dépasser les 50 millions de francs (ce qui équivalait à une année entière de travaux publics dans le royaume) pour une estimation initiale de 4 millions à peine. La démesure du chantier, et la liberté laissée à l'architecte d'outrepasser presque toutes les règles initialement imposées, reste un grand mystère.

Hommage à Marie Popelin.

Hommage à la Justice. Les yeux bandés...

De style éclectique, ses colonnades titanesques, ses pilastres, ses entablements abritent essentiellement du vide. Quelques prétoires y sont également logés de façon bien peu commode. Le but n’était sans doute pas de réaliser une construction pratique mais de donner de la Justice une image plus écrasante que transparente. L'architecte cherchait clairement à impressionner.

Ensemble statuaire en haut des escaliers, deuxième étage.

Vue plongeante...

vers l'escalier d'entrée.

La région "PACA" se paye de la publicité à Bruxelles.

Rue de la Régence. La Grande synagogue de Bruxelles, siège du Consistoire central israélite de Belgique est la synagogue officielle du judaïsme belge et, depuis le 4 juin 2008 de la Conférence des rabbins européens, sous le titre de Grande synagogue d’Europe.

Belle façade.

Effectivement en activité depuis l'Empire (1813), le Conservatoire royal de Bruxelles reçoit ce titre officiel en 1832. Il est depuis cette époque la principale et la plus haute école du royaume de Belgique dans les domaines de la musique et des arts de la parole. Ce sont des maîtres comme François-Joseph Fétis, premier directeur de l’établissement, François-Auguste Gevaert ou Joseph Jongen qui lui ont donné le rang qu'il occupe.

L'église Notre-Dame du Sablon, dite aussi Notre-Dame des Victoires (en néerlandais: Onze-Lieve-Vrouw ten Zavel).

En 1304 une petite chapelle est construite par les arbalétriers de la ville sur la place encore vide. Au 15è s., la chapelle est reconstruite et son succès est assuré par la présence de grands personnages de l'aristocratie. Au 15è s., le quartier est un des plus attractifs et festifs de Bruxelles.

Aujourd'hui, l'église est considérée comme un remarquable exemple de style ogival en Belgique.

Autre vue, sous un angle original.

J'aime beaucoup ces pierres ciselées.

On aperçoit au loin la coupole du Palais de Justice au bout de la rue Régence.

Statue de Paul Claudel (1868-1955), frère de la sculptrice Camille Claudel, a été diplomate à Bruxelles en 1936.

Le Musée royal d'Art ancien de Bruxelles conserve un vaste ensemble de peintures, de sculptures et de dessins du XVe au XVIIe siècle.

Juste avant la Place Royale.

Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

La Cour des comptes de Belgique est une juridiction administrative de Belgique, chargée principalement de juger la régularité des comptes publics, contrôler l'usage des fonds publics par les ordonnateurs, les entreprises publiques, ou même les organismes privés bénéficiant d'une aide de l'État, et enfin d'informer le Parlement, le Gouvernement et l'opinion publique sur la conformité des comptes. Ses contrôles concernent les dépenses et les recettes des gouvernements fédéral, communautaires et régionaux, ainsi que des députations permanentes des provinces.

La colline du Coudenberg, où se trouve l'actuelle Place Royale (en néerlandais : Koningsplein) a été pendant près de sept siècles l'emplacement du château, puis de l'Ancien palais du Coudenberg, siège du pouvoir des ducs de Brabant. Elle était une des plus haute collines dominant la Senne.

L’église Saint-Jacques-sur-Coudenberg, construite de 1776 à 1787, fait partie d’un ensemble de neuf bâtiments néo-classiques qui forment le pourtour de la place royale de Bruxelles. L'église est paroisse royale et cathédrale du diocèse auprès des Forces armées belges.

Le Palais de Charles-Alexandre de Lorraine est un des seuls palais princiers qui témoigne à Bruxelles du siècle des lumières. Le palais, réaménagé et agrandi par le gouverneur Charles-Alexandre de Lorraine, est situé au sein du quartier de la Cour, un rien en contrebas de la célèbre place Royale.

Détail d'un balcon.

Magnifique place du Musée.

Fontaine Albertina.

Place Albertina. A gauche, la Bibliothèque royale de Belgique (surnommée également Bibliothèque royale Albert Ier ou l'Albertine) est la bibliothèque scientifique nationale de l'état fédéral belge. Elle se situe à Bruxelles, au Mont des Arts, dans le quartier royal.

Rue Coudenberg. La place Albertina est à gauche.

Le Musée des instruments de musique (MIM) de Bruxelles est une référence mondiale. Ses collections comptent plus de 8000 instruments, dont plus de 1 200 sont exposés dans les salles du musée. Le musée possède la plus grande collection non spécialisée d'instruments au monde. Il est situé dans deux bâtiments contigus dont l'Old England, un des plus beaux bâtiment art nouveau de Bruxelles. L’ancien magasin Old England, est l’oeuvre de l’architecte Paul Saintenoy en 1899. Il est situé au cœur du Mont des Arts , en face de la fontaine de Calder.

Et retour sur la Place Royale. Ce quartier est magnifique !

A nouveau sur les arrières de l'église Notre-Dame du Sablon.

Place du Grand Sablon.

La Fontaine de Minerve, toujours sur la place du Grand Sablon.

Rue Joseph Steveng.

Un très grand immeuble dans la rue Stenberg.

L’église Notre-Dame de la Chapelle (en néerlandais: Kapellekerk) est l’un des monuments de Bruxelles dont les racines historiques sont les plus anciennes. La présence d’une chapelle à cet endroit est attestée par une charte datée de l’année 1134 et signée de la main du duc Godefroid le Barbu.

C'est dans ce quartier que nous décidons de casser la croûte, et c'était vraiment délicieux.

 

Merci l'ami, pour ton merveilleux accueil. Merci à ton adorable épouse.

Ensuite, direction Liège, et même après. En effet, retour chez Jacques et Josianne pour y passer une soirée d'anniversaire avec leurs enfants et petits-enfants. Là encore, quel généreux accueil. Merci à vous, amis belges. Je souhaite de tout coeur que votre pays continue d'exister. Mais le principal, au-delà de la nationalité, c'est l'être humain avec son coeur. Et j'ai beaucoup apprécié votre coeur.

Page précédente: ea2010 - Jour 147
Page suivante: ea2010 - Jours 149-150


Depuis le 06/06/2005 Visites:939131 Aujourd'hui :338 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)