Stonehenge - 2ème jour

Dimanche 16 Mai 2004

272 km - 243 photos - 86 sélectionnées pour le site

Sur la carte ci-dessous, il y a des liens vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Dirigez votre souris vers les coins qui vous intéressent, et si la flèche se change en une main, c'est qu'il y a un lien direct. Attendez un petit moment avant de cliquer si vous arrivez juste sur cette page, le temps que les photos se chargent. En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter. Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

J'ai mis le réveil. En effet, il n'est absolument pas question de rater le départ du bateau, les billets sont payés, et je me demande si un remboursement est possible. De toute façon, je ne veux pas me faire rembourser, je veux l'utiliser...

Le camping-car n'est pas à 2 km du port d'embarquement, donc le trajet est vite fait.

Et vous savez quoi? Le ciel est encore bleu!

A fond de cale. Il paraît bien petit, ici, dans cet immense entrepôt, au milieu des bus de tourisme et des camions... Je ferme tout à clef, comme recommandé, et au-revoir, petite maison roulante. En effet, il n'est pas possible de revenir ici pendant toute la durée de la traversée.

Ils sont bien, là, tous les deux, face à Roscoff... Il est 9h45, et l'arrivée est prévue vers 14h30. Allez, tous à vos calculettes...
La traversée va se faire en... environ 4h30, pour une distance à vol d'oiseau de 185 km. Soit une vitesse moyenne de près de 50 km/h, ce que je trouve fort honorable, compte tenu de la taille du bâtiment!

10h10. Cette fois, on est partis. On aperçoit en plein centre, sur la butte, la petite chapelle Sainte-Barbe, photographiée de près hier soir. Et dans la brume, sur la droite, c'est la petite île de Batz qui fait face à Roscoff.

A nouveau la chapelle Sainte-Barbe. En bas, vous pouvez apercevoir le parking -curieusement rempli- de camping-cars.

Vous voyez que la chapelle Sainte-Barbe est incontournable: elle domine largement le paysage. La brume est assez dense, aussi je décide d'arrêter de bombarder la côte, car ça ne sert pas à grand chose...

La première chose à faire lorsque'on arrive sur un bâteau, qu'est-ce-que c'est? Eh bien tout simplement, faire le tour du propriétaire. Le bateau s'appelle le Pont-Aven. Il est tout neuf. Et ça se voit!

Mis en service en mars 2004, le M/V PONT-AVEN présente des caractéristiques sans équivalent sur son marché. Par ses dimensions : 185 m de long et 31 m de large, il est le plus imposant navire de la flotte de Brittany Ferries, mais surtout le plus rapide, grâce à une puissance de 58 000 cv.

Sa vitesse en service est de 27 noeuds.

Doté d'une capacité d'accueil exceptionnelle de 2100 passagers et de 650 véhicules, le M/V PONT-AVEN brille par sa conception axée sur le confort des passagers. Avec plus de 2000 lits pour 650 cabines, chacun peut bénéficier d'un espace privatif. Des cabines plus spacieuses, pour certaines équipées d'un balcon extérieur (une première sur un ferry), un pont-promenade de 400 m autour du navire, 2 ascenseurs panoramiques dans un atrium, une piscine couverte au pont supérieur et des espaces de restauration de nouvelle génération, offrent au passager des prestations dignes des navires de croisières les plus récents.

Je vous laisse admirer cette merveille.

La piscine dans l'atrium.

Les ponts. Bien que le fond de l'air soit assez frais -c'est toujours le cas dès qu'on prend le large-, certains profitent des généreux rayons dispensés par notre astre solaire.

Malgré une chaise renversée, c'est tout de même la grande classe.

Le pont supérieur -il y en a six! On voit les passagers du pont sur lequel je me trouvais auparavant.

"Je suis le maître du monde".... Célèbre phrase du film Titanic. Pourvu que ça se termine mieux...

Là, je me rends compte que ça trace vraiment...

L'aire d'atterrissage pour hélicoptères!

Les ascenseurs ultra-modernes.

Détail des boutons sur la porte d'un des deux ascenseurs.

Et un petit coup d'oeil vers l'arrière, un!

On a mangé, on a bu, on s'est fait bronzer. Et finalement, le temps passe vite.

L'Angleterre. C'est la première fois que je viens dans ce pays, et c'est toujours une grande émotion à chaque fois que je franchis une nouvelle frontière. C'est donc avec excitation que je vais débarquer.

En attendant, je vous laisse admirer l'arrivée à Plymouth.

Vous constatez comme moi que le ciel n'est pas aussi bleu que sur notre terre de France, vous avez là des preuves irréfutables. Ce sont des nuages d'orage.

Machines arrière, toutes... Et ça brasse, je ne voudrais pas être à la place des petits poissons. Pour eux, en-dessous, c'est un peu comme s'ils habitaient la banlieue, avec cette circulation. Les plus malins ont du émigrer un peu plus loin...

Du haut du ferry, on a vraiment du paysage, c'est un peu comme si nous étions sur un belvédère!

Bon, la sortie du port de Plymouth est rigolote! Une employée avait beau agiter ses bras dans tous les sens avec un drapeau, on se demandait bien pourquoi elle s'obstinait à rester en plein milieu de la chaussée... jusqu'à ce qu'on réalise, en arrivant sur elle -la pauvre- que l'on ne roule pas du côté droit, ici, mais bien du côté gauche! Heureusement d'ailleurs, car notre première sortie dans les rues de Plymouth eût été forcément du mauvais bord! Dur dur...

Traversée de Plymouth plutôt facile. Puis nous prenons l'autoroute A38, direction London. C'est drôle de rouler à gauche, mais finalement, ce n'est pas trop difficile, il suffit de suivre les panneaux. Et puis, une fois sur l'autoroute, il suffit de suivre les autres, on n'a pas trop le choix. De plus, on ne fait pas la course; la vitesse oscille entre 80 et 100 maximum, nous sommes en vacances, et je déteste rouler vite en camping-car, ce n'est pas un engin fait pour ça.

Bon, celà dit, pourquoi prennent-ils l'autoroute? Je préfère répondre de suite, avant d'être submergé de questions sur le sujet. En fait, lorsque j'ai étudié mon itinéraire, j'ai cherché où se trouvait Stonehenge. C'est quoi, ça? Vous le verrez plus loin. En tout cas, c'est un très haut lieu de la préhistoire, et comme je suis féru d'histoire ancienne, ce site fait partie de la liste des endroits que je voudrais voir avant de... mourrir, comme "voir Rome et mourrir". J'ai vu Rome, c'est énorme et je veux y retourner. En attendant, j'ai vu que Stonehenge ne me faisait pas faire un très long détour. Donc je l'ai intégré dans mon circuit.

Et comme le but principal de ce voyage est l'Ecosse, eh bien on va y aller tranquillement, mais on ne va pas non plus prendre les toutes petites routes, et traverser toutes les villes, pour y aller. C'est la raison de l'autoroute, qui nous permet d'avancer vite et en toute sécurité. Et voilà. Et je vous livre quelques photos prises en roulant... En effet, avec un camping-car, on ne s'arrête pas comme on s'arrête avec un scooter. Et comme je ne peux pas arrêter de photographier... Il n'empêche, vous êtes bien contents, ça vous permet de vous rincer l'oeil sur la campagne anglaise sans prendre aucun risque. Veinards!

Jolie cette petite tour avec son drapeau. On se croirait au Moyen-Age. Les photos ne sont pas superbes, car ça bouge beaucoup là-dedans, et en plus, le pare-brise n'est si propre que ça...

Toutes ces photos ont été prises entre Plymouth et Salisbury, au début dans la région du "Devon", puis ensuite dans la région du "Dorset".

Allons bon, une déviation maintenant.

Ce n'était pas long. Nous revoici sur l'autoroute, la A303.

17h45 à ma montre. Mais ça va être fermé, c'est la cata... Hop hop hop, mais non, nous sommes sauvés. Une heure, nous avons une heure d'écart avec les Anglais, et dans le bon sens en plus. C'est génial, il est 16h45 ici, mais il était temps quand même. Heureusement que nous avons pris l'autoroute, sinon...

Donc nous y voilà, dans ce lieu mythique, si souvent décrit dans les magazines spécialisés, parfois vu dans des reportages.

Stonehenge, la plus grande structure préhistorique d'Europe.

L'entrée est chère, et le lieu est très touristique. Boutiques de souvenirs, passages obligatoires, bon, tout celà est quelque peu normal. Par contre, ce qui ne l'est pas, c'est la mauvaise grâce des employés présents ce jour là; j'espère qu'ils ne sont pas toujours comme ça. Quoi qu'il en soit, ils sont très désagréables, à la limite de l'impolitesse. C'est dommage, mais peut-être sont-ils très mal payés, ou en ont-ils vraiment "marre" de voir défiler des centaines de touristes quotidiennement...

Avec le prix de l'entrée, nous recevons un petit appareil de type "téléphone", qui est en fait le guide interactif pour la visite du site. Bien fait et multi-langues, il permet de suivre les explications au fur et à mesure de notre déplacement autour du monument.

La visite commence par le passage dans un petit souterrain, avec de grandes peintures dessinées sur les murs. Le but: se mettre dans l'ambiance. Il faut s'imaginer quelques millénaires en arrière... Bien que naturellement enclin à me "plonger" dans l'atmosphère, je n'y arrive pas. En fait, le passage est très court, et l'on se retrouve de suite à l'air libre, avec des chemins piétonniers délimités par une cordelette... le tout entouré d'une clôture! Dur dur de se croire à la préhistoire...

Voilà l'ensemble. Inutile de vous dire que j'ai "bombardé" l'immeuble, en gros et en détail. J'ai passé un moment à trier mes photos, j'en ai éliminé beaucoup, très semblables, et je vous ai mis les meilleures, du moins à mon goût. Je vous donne également des liens internet traitant le sujet, pour ceux qui veulent absolument en savoir plus. Ne voulant pas gêner votre contemplation, j'ai sciemment décidé de ne rien commenter pendant votre visite.

Non, ils ne sont pas en train de téléphoner, mais d'écouter les guides électroniques...

Des sites en français ici, et une discussion ici.

Les corbeaux semblent avoir élu domicile dans le coin, il y en a beaucoup qui tournent autour.

Bizarre bizarre, ce que je vois là. On dirait du fer, comme si un support en ferraille avait été inséré à la base de la pierre...

La route sera-t-elle encore là dans deux ou trois mille ans?

C'est propre, très propre, mais difficile de s'immerger dans l'époque...

Les Anglais pratiquent eux aussi l'agriculture extensive.

Et finalement, il fait beau, et la température est fort agréable!

Voilà. Il est 18 heures -heure anglaise-, et c'est la fermeture à cette saison.

J'espère que la visite vous a plu. On donne ce qu'on veut...

Ceci dit, je veux vous apporter quelques éléments. Je voulais absolument voir ce site, c'est fait. Je ne regrette pas d'y être venu, mais je dois dire que je reste un peu sur ma faim. En fait, les explications données par les guides électroniques ne sont absolument pas pratiques. De plus, pour un photographe, c'est encore pire, car je n'arrive pas à prendre des clichés avec leur téléphone à l'oreille... Sérieusement, je trouve que l'ensemble est très mal présenté au public. On ne s'immerge pas dans l'époque, il n'y a aucun point de repère visuel, aucune explication sur site, pas de mise en valeur de telle ou telle théorie, bref on tourne autour des pierres. Par ailleurs, on fait le tour complet du site, mais à une distance respectable, à tel point que l'on est incapable d'apprécier la taille exacte des pierres levées, leur masse réelle. Pire, vous avez vu sur une de mes photos, on se demande -je me demande- si certaines ne sont pas factices -j'avoue avoir un doute-, c'est donc extrêmement frustrant! Enfin, j'ai souvent vu, et vous aussi, j'en suis sûr, la célèbre photo aérienne du site. En effet, c'est par une telle vision que l'on mesure le mieux la forme générale du site, l'implantation des pierres. Or, il n'y a aucun moyen de s'en rendre compte lors d'une visite classique. Il serait fort judicieux de la part des responsables de ce monument de mettre en place une élévation, une sorte de bélvédère, d'où l'on pourrait apprécier cet élément primordial!

Donc, vous l'aurez compris, je suis quand même assez déçu, car je n'ai pas réussi à m'imprégner de l'atmosphère qui devrait émaner d'une telle visite. Pire, je dirais même que j'ai presque été plus impressionné par la visite de la Roche-aux-Fées près de Rennes... Je comprends les réticences des organisateurs à l'égard des touristes, les pierres ayant été très dégradées par une grande quantité de visiteurs ayant gravé leurs noms ou autres éléments dans la pierre... mais quand même...

Avant de partir, et si le sujet vous passionne, il existe des plans d'autoroute près du site de Stonehenge...

Ils sont à l'entrée, ou à la sortie, et pas sauvages du tout. Je pense qu'ils attendent une miette de pain...

 

A 35 km au nord de Stonehenge se trouvent deux autres sites historiques que j'ai l'intention de visiter. Malheureusement, vu l'heure, je crois que ça va être raté. Je décide tout de même d'y aller voir, puisque de toute façon c'est sur la route de l'Ecosse, et rien ne nous empêchant, finalement, de dormir sur place et de visiter demain matin. C'est vrai qu'avec le camping-car, c'est royal, on se balade avec la maison sur le dos -ou plutôt non, on se balade sur le dos de la maison...

Et là, c'est le choc. On quitte évidemment la grande route pour prendre les départementales. Eh bien, les départementales en Angleterre, c'est minuscule. Et quand je dis minuscule, c'est minuscule. En taille, ça équivaut, grosso-modo, sans exagérer, pratiquement aux chemins vicinaux chez nous. Du moins, aux petites départementales perdues au plus profond des campagnes! Je parle de la largeur de la route. Les croisements avec le camping-car sont toujours difficiles, voire délicats. Il n'est pas possible de rouler normalement, il faut toujours être sur le qui-vive, c'est stressant. Attention: je ne dis pas que ces routes soient mauvaises, pas du tout: le revêtement est très bien entretenu. Le problème est dans la LARGEUR. Par contre, si j'étais là avec le x9, ce ne serait que du bonheur, car c'est magnifique, avec la verdure et les murs de pierre tout le long de la route.

 

Et voici le tumulus de Sibury Hill, le plus grand d'Europe. C'est impressionnant de voir cette énorme colline, créée par la main de l'homme voici trois à cinq mille ans... Sur un site, c'est indiqué: "la plus grande colline préhistorique artificielle du monde".

Et comme vous pouvez le constater, c'est déjà le coucher de soleil, que l'on reconnait bien avec cette teinte rose...

Il est loin, et je suis obligé de vous faire un zoom pour avoir une petite idée de la taille de la "bête". C'est énorme.
Regardez aussi cette photo aérienne.

Si vous voulez en savoir davantage sur cette "pyramide"... 39,60 m de hauteur, 167 m de diamètre à la base, 30 m au sommet, 248.000 m3 de terre transportés, cercle parfait, vieux d'environ 4.600 ans.

Je regrette beaucoup qu'il soit si tard, car j'aurais aimé l'escalader et m'imaginer... Mais il est temps de partir si l'on veut encore voir le cercle de pierres d'Avebury, le "Avebury Stone Circle".

 

Situé à seulement 3 km de là, c'est un peu comme à Carnac, mais en beaucoup plus petit. Des moutons broutent autour des pierres. Malheureusement, la nuit tombe déjà, et il est vraiment trop tard pour y aller à pied et faire des photos, le temps de trouver un emplacement pour le camping-car... Il faut bien admettre qu'il est beaucoup moins "maniable" que le scooter...

Allez voir ce site fantastique, qui donne une mine de renseignements sur ces trois grands sites préhistoriques dont je viens de vous parler. Bien entendu, il vous maîtriser un peu l'anglais, mais c'est vraiment facile à comprendre...

Nous décidons de partir à la recherche de notre emplacement pour la nuit, il est temps. Comme je n'ai pas envie de rouler en pleine nuit sur ces routes si petites, il n'est pas question de traîner. Malheureusement, nous roulons pendant une vingtaine de km sans trouver le moindre petit endroit à notre convenance. Les routes sont minuscules, les entrées de champs sont minuscules, il n'y a pratiquement aucune possibilité ne serait-ce que de stationner dans la campagne anglaise! Finalemnt, nous arrivons dans la ville de Swindon. Ville importante -153.000 habitants-, nous décidons d'y passer la nuit après avoir quelque peu tourné en rond. On trouve un coin calme dans la banlieue, on se range de façon à ne gêner personne et... STOP.

 

La photo a été prise le lendemain matin avant le départ...


Depuis le 06/06/2005 Visites:905140 Aujourd'hui :86 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)