Swindon-Keskwick - 3ème jour

Lundi 17 Mai 2004

421 km - 156 photos - 70 sélectionnées pour le site

Sur la carte ci-dessous, il y a des liens vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Dirigez votre souris vers les coins qui vous intéressent, et si la flèche se change en une main, c'est qu'il y a un lien direct. Attendez un petit moment avant de cliquer si vous arrivez juste sur cette page, le temps que les photos se chargent. En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter. Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Avez-vous vu la photo prise ce matin à la fin du compte-rendu de la journée d'hier? Sinon, la voici.

La nuit dans cette jolie banlieue de Swindon a été très calme. Après un bon petit-déjeûner -c'est un des grands plaisirs du camping-car, et j'adore ça- nous reprenons la route. Il est 9h30. La première chose à faire est d'abord de traverser Swindon, car nous sommes complètement perdus dans la ville. Mais la solution est simple: il suffit de prendre n'importe quelle route, et de rouler jusqu'à l'apparition des panneaux de circulation... Direction Gloucester par la A419, puis 417, et une fois arrivés là-bas, prendre la M5 (autoroute) jusqu'à Birmingham, puis la M6 direction Glasgow et l'Ecosse...

Voilà justement la M5, un peu avant Birmingham. Il est 10h45, on a perdu un peu de temps à Swindon au départ.

La circulation est extrêmement fluide, le temps est absolument splendide. Bref, tout va bien, nous "fonçons" vers l'Ecosse.

Et ça penche encore, et pourtant je n'ai pas bu! Et je ne peux pas dire que c'est mon casque qui me gêne, ce qui est souvent le cas dans mes voyages en scooter. Mais pas là... Par conséquent, on va dire que j'ai parfois du mal à prendre une photo droite, et je trouve qu'une bulle de niveau apparaissant dans le viseur me serait très utile... Pause déjeûner sur ce parking d'autoroute, un peu après Saint Helens -attention, aucun lien avec l'île de Sainte Hélène- un peu au-dessus de Liverpool.

C'est là que je vais m'acheter un gros atlas routier, dans la boutique du parking.

Vers 15h30, nous quittons l'autoroute et prenons la A591 qui s'enfonce dans la magnifique région du "Lake District" dans la comté "Cumbria", région très attirante compte tenu du grand nombre de lacs s'y trouvant. Je prends cette photo aux environs de la ville de Kendal, que nous ne traversons pas. Nous filons vers le Lac Windermere.

Le temps est assez lourd et nuageux, mais agréable. Le paysage devient montagneux, et c'est très intéressant. Je dois vous dire que pour moi, le voyage commence réellement maintenant.

Ce que nous voyons depuis hier, et qui est vraiment typique de l'Angleterre, ce sont ces murets de pierre séparant les propriétés. Leur nombre est absolument considérable, il y en a partout. Voici ce que ça donne de loin.

Nous filons vers la ville et le Lac Windermere. C'est très vert partout, et ça tombe bien, car j'adore cette couleur!

Bon, c'est vrai que le ciel devien menaçant. D'un autre côté, ce sera plus beau pour les photos, une fois à l'arrêt. Ici, comme vous vous en doutez, je prends des photos en roulant, d'où une qualité moindre, ainsi que la présence de nombreuses taches dûes bien sût à la propreté du pare-brise...

Toujours en roulant; vous voyez d'ailleurs le "filet" du mur bordant la route. Encore des murets à flanc de montagne.

Le Lac Windermere. C'est le plus grand de la région. Nous y faisons halte tout au nord, dans sa partie finale que vous voyez là, dans la petite ville d'Ambleside. Il fait presque 20 km de long, 1,6 km de large et 67 mètres de profondeur.

C'est la première fois que nous nous arrêtons dans une petite ville anglaise depuis que nous sommes arrivés dans ce pays. Evidemment, l'appareil photo est obligatoire. C'est très joli, et très calme.

La même que ci-dessus, mais avec le zoom en position maximum. C'est magnifique.

Nous assistons à la levée de la boîte aux lettres par la poste anglaise. Il est 17h10, ce qui est très correct. A titre d'exemple, aux Sables d'Olonne, la levée de la boîte aux lettres de la gare se fait à 14 heures! Et l'exemple est très concluant: la ville française est plus importante, et la situation de la boîte aux lettres française est quand même à la gare, lieu où la levée devrait être plus tardive... Je trouve que c'est affligeant pour nous... Voilà, c'est dit. Ah si, une idée à soumettre: peut-être serait-il plus judicieux, en France, d'enlever les boîtes aux lettres, il n'y aurait pas besoin d'aller les vider, mais ce n'est qu'une suggestion...

Les taches que vous voyez sur la photo sont dues à celles de mon pare-brise, désolé, les photos ayant été prises à partir de la cabine de pilotage... J'ai assemblé les deux photos sur une seule.

 

L'embarcadère d'Ambleside. Il est possible de faire des ballades en bâteau sur le lac.

Ah, les bancs en Angleterre. Il y en a partout, même dans les endroits les plus insolites, c'est vraiment génial. Comme vous pouvez le constater, ils sont occupés. Les Anglais profitent à fond de leurs bancs, et restent assis là, à regarder-admirer le paysage, perdus dans leurs pensées. Ils ont bien raison, il faut décompresser.

C'est un grand hôtel situé devant le lac, qui est ici à ma droite. Un car de touristes est là, et nous ne sommes pourtant qu'à la mi-mai. Tout est déjà ouvert, mais est-ce que ça ferme en hiver?

Je vous le disais, on peut faire une promenade sur le lac, comme sur les bâteaux-mouche parisiens...

Je ne sais pas si ça marche, mais en tout cas, c'est bien typiquement anglais. Voici ce qui est écrit sur la pancarte: "Rotary Club d'Ambleside. Jetez une pièce, actionnez la sonnette, faites un voeu. Un projet pour la charité".

Nous nous trouvons donc dans le parc national du Lake District, une des gtrandes régions touristiques anglaises.

J'ai discuté un peu avec ce monsieur, qui a accepté que je le prenne en photo. Il est amoureux des oiseaux, et vient continuellement les nourrir. Il y a 3 cygnes autour de lui, qui viennent carrément prendre les morceaux de pain dans sa main.

Le voici avec les cygnes...

Une belle maison bourgeoise. Nous prenons le temps de faire une petite balade le long du lac.

Je n'en reviens pas du luxe de certains bâteaux, compte tenu de la taille relativement modeste du lac...

C'est le printemps, et la nature est en pleine forme. Les arbres, les pelouses sont superbes. Comme dans les livres.

Gros plan sur le bâteau de promenade: il est très joli.

Et la vue d'ensemble pourrait faire une carte postale: admirez la pelouse anglaise. Et la sécurité: la bouée au bord de l'eau.

On dirait un parc, mais non, c'est juste un pré! C'est vraiment très reposant pour les yeux.

Un mouton, un mur de pierres, c'est l'Angleterre.

Les montagnes visibles au fond ne sont pas très élevées, puisqu'elles culminent à 1.000 m environ. Mais elles regorgent littéralement de chemins de randonnée, et c'est ici un paradis très réputé pour les marcheurs.

Faute de temps, comme toujours, -et ce n'est pas le but de notre voyage non plus- nous n'irons pas "crapahuter" là-bas, mais nous allons traverser la ce parc dans sa longueur, de façon à agrémenter le voyage aller.

Et c'est reparti sur la magnique A591. Le petit muret de pierre longe la route, toujours très étroite. La végétation est taillée au plus juste, comme toujours en Angleterre, et est très dense. Il est donc toujours difficile de croiser des véhicules avec le camping-car, et c'est vraiment le problème ici. Le deuxième souci est celui des parkings, qui sont extrêmement rares. Et en dehors des places de stationnement spécialement aménagées, il n'y a point de salut! Chaque mètre carré est utilisé, les propriétés privées prenant tous les cm2 leur appartenant. Il me semble que dans ce pays, les potiliques responsables des voies de circulation n'ont jamais réussi à acheter les surfaces nécessaires à l'élargissement des voies, et les moyens légaux d'expropriation en Angleterre ne doivent pas être aussi simples à mettre en exécution qu'en France. Chez nous, il n'y a pas de détail... Par conséquent, comme il y a en plus très peu d'aires de stationnement et/ou de points de vue, l'idéal ici est le vélo, ou, mieux encore pour moi, le scooter. Alors là, la Cumbria en scooter, l'Angleterre en scooter, ce doit être le pied.

Vous avez quelques photos parce que j'en prends en roulant. Heureusement, d'autant plus que la position surélevée dans le camping-car permet d'avoir une vue plus large... Encore le muret de pierres sur le bord.

Encore les taches du pare-brise... Au loin, dans la montagne, au-dessus des sapins, vous distinguez les murs de pierre séparant les parcelles! Ces murs ont été élevés jusque dans les endroits difficiles!

Magnifique! Celle-là, je n'aurais pas pu la faire en voiture, il fallait de la hauteur pour apercevoir le lac. Oh là là, mais ça sent déjà l'Ecosse, c'est un avant-goût. Que c'est beau. Il s'agit du lac Thirlmere (3,5 miles de long, 1,2 de large, et 158 pieds de profondeur: je vous laisse le soin de traduire ces chiffres en mesures internationales..., sachant qu'un mile = 1,61 km, et un pied = 30 cm).

Un arrêt s'impose, d'autant plus qu'un magnifique parking aménagé vient contredire ce que je vous racontais un peu plus haut... et tant mieux. Nous en profitons pour faire une pause. Le soir va bientôt tomber, mais nous avons le temps de prendre un bon café avant de faire la balade. Un petit sentier nous invite à deux pas de notre véhicule.

Mes derniers voyages, je les ai réalisés en automne, et c'était vraiment splendide de voir les explosions de couleurs de cette saison. J'en avais oublié celles du printemps. Ouah! Les fleurs, les odeurs, c'est une explosion totale! Admirez!

Un sentier aménagé... difficle de faire mieux, c'est presque trop bien. On ne va pas se plaindre, n'est-ce-pas? La nature renaît, et ça se voit, et ça se sent, croyez-moi. C'est un enchantement.

Je ne peux pas m'empêcher de vous en faire d'autres, tellement c'est beau. Je suis émerveillé. Et en plus, mes photos ne vous transmettent ni le nez, ni les oreilles, car les oiseaux gazouillent de partout!

Et les guêpes sont également ici, et elles ont du pain sur la planche...

Oui, je sais bien qu'elles se ressemblent toutes...

Une petite île au centre, je vous le disais bien, ça sent l'Ecosse à plein nez, ici.

Vous avez vu, des piquets sont plantés à distance régulière, avec quelques rangs de fil de fer.
Je pense que c'est pour mieux soutenir les murets de pierre.

Et les moutons broutent. Et les murs de pierre escaladent les pentes...

Vert et bleu, les nouvelles couleurs de la campagne anglaise.

Alors, ils ne sont pas craquants tous les deux?

Coucou... Tu dis bonjour?

Et encore des cartes postales, c'est un mitraillage de belles images, on ne fournit pas tellement c'est beau.

En bas à droite, ce n'est pas la croisée des chemins, mais la croisée des murs!

Et quand deux murs se rencontrent...

Là-bas, le mur s'enfonce dans la forêt, ou bien est-ce la forêt qui a englouti un ancien mur ?

Le mur se fond tellement bien dans le paysage qu'on distingue vraiment avec peine les éléments naturels de l'ensemble. Ici, un petit ruisseau dévale la pente parmi les rochers, et une petite passerelle en bois permet de le traverser.

C'est la fin de la balade, et nous revenons vers notre maison. Le lac est désormais derrière moi, et on retrouve la belle petite route. Et d'autres murs courrent sur l'autre versant de la montagne.

Il est déjà 18h15, le temps passe tellement vite...

Et nous voilà repartis sur la superbe A591. Threlkeld

La petite ville de Threlkeld se trouve à 4 miles sur la droite.

J'ai pris cette photo pour ceux qui connaissent ou veulent suivre de très près l'itinéraire, et aussi, je dois bien l'avouer, pour m'y retrouver lorsque je regarde les photos longtemps après les avoir prises.

Toujours en roulant, le paysage peu avant Keswick.

Et voici Keswick et la vue que nous avons en regardant par la fenêtre de la cuisine. Sympa, non? Nous sommes à la sortie du village -ou à l'entrée, ça dépend..., c'est tranquille, et c'est ici que nous faisons construire ce soir...

Il est 19 h (20 h chez nous en France). Nous décidons en effet de rester ici pour cette nuit. La station essence que vous voyez est abandonnée, le lieu ne semble pas très joli, mais en fait, c'est très bien, et surtout, nous avons de la place. Comme je vous le disais, les endroits où passer la nuit en pleine nature avec un camping-car sont très difficiles à trouver ici en Angleterre, et nous avons décidé que désormais, en fin de jounée, nous resterions au premier emplacement trouvé plutôt que de chercher pendant une heure ou deux, pour finalement ne pas être encore installés à la nuit.

 

Je commence par sortir mon PC et transférer mes photos sur l'ordinateur. En même temps, je branche le GPS -quand j'y pense- afin de prendre la position exacte de notre lieu de bivouac. J'ai acheté un logiciel de calcul d'itinéraires -Autoroute Express- qui contient toute l'Europe. Bien qu'ayant de nombreuses lacunes, il me renbd quand même de très grands services et, entre autres, me permet de savoir exactement où nous stoppons le soir, à quelques mètres près.

Pour ceux que ça intéresse, nous sommes ce soir à 54,604 ° N et à 3,124 ° W (en degrés décimaux), sur Penrith Road.

 

 

En résumé, cette journée marquera vraiment dans mes souvenirs le début de ce beau voyage en Ecosse, avec une première idée des paysages qui nous attendent. De plus, cette journée est également celle qui concrétise notre premier contact avec l'Angleterre et ses habitants, que l'on commence à "toucher" de plus près...

Nous avons encore bénéficié d'une suprebe journée au niveau de la météo, et même si des nuages assez nombreux étaient présents dans l'après-midi, ils ont fort joliment égayé les photos, et aucune goutte de pluie n'est tombée. Royal!

Page précédente: Stonehenge - 2ème jour
Page suivante: Dumfries - 4ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:920738 Aujourd'hui :81 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)